N° 211, novembre 2008


 4     Les Grosses Têtes de Tahiti
 5    Editorial
 6    Courrier des lecteurs
 7    Analyse de l'actualité
10    Accords discrets pour nouvelles énergies
11    Confidences
12     Humour
13    Baromètre
15    Du Uru au “Big Mac” 3ème partie
23    Simone Grand
24    Réconciliatons dans l’histoire politique de Tahiti
28    Affaire JPK : déclassification de documents secrets
30    Suggestions de remède pour un tourisme malade
32    Folle sauterie républicaine
34    Le coût exorbitant de l’automobile à Tahiti
35     Une escroquerie qui donne une mauvaise image à la P.F.
36    Paradis perdu et ressuscité
38     Agonie des fosses à taro aux Tuamotu
40    Art : L’océanie à Bruxelles
43    Publication
44    Littérature : Une polynésienne à New York
48    Evénements du Pacifique en octobre 2008
49    Les événements de Tahiti en octobre 2008
50    Balises des îles­­

15 - Du Uru au “Big Mac”, 3ème partie

 

 

7 - Le début de la fin de l’indexation...


HUMOUR

“TOUCHE  PAS  A  MON  PACTOLE !”

 
 

 

Parlons économie...

Nous n’avons nullement l’intention de donner des leçons d’économies depuis notre trou perdu au milieu du Pacifique. Il s’agit juste d’apporter un zeste de bon sens.
Fin octobre, les médias internationaux annonçaient que suite aux krach des bourses « 25 000 milliards de dollars se sont évanouis ». Le mot « évaporés » aurait été plus juste. 25 000 milliards de dollars ! Soit près de deux fois le Produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis. Pour comparer, sachez que le PIB de la Polynésie française, selon l’ISPF,  fait tout juste 6 milliards de dollars, et cela encore grâce aux 2 milliards de dollars (1,4 Mds €) que la France « transfère » dans nos caisses chaque année.
Quoi qu’il en soit, cette crise financière et boursière est en réalité l’éclatement d’une autre « bulle » de spéculation, mais celle-ci pourrait, à court terme, bien changer certains modes de vie, notamment dans les pays développés.

Qui n’a pas visité les Etats-Unis que l’on appelle « the land of plenty » (“le pays de l’abondance”) et, après avoir observé les mœurs et habitudes de sa population urbaine, n’a pas eu le sentiment que c’est plutôt devenu un « land of endless waste » (pays de l’infini gaspillage) : les grand-mères qui conduisent de véritables camions pour aller faire leur shopping, les portions immenses et impossibles à manger dans les restaurants, la consommation frénétique et les déchets qu’elle occasionne, etc. Et cela dans un pays à l’origine superbement construit par des pionniers bosseurs et frugaux où le travail sérieux et bien fait était récompensé, alors que les fainéants, “branleurs”, beaux parleurs et autres parasites étaient rejetés, laissés pour compte.
Oh combien les choses ont changé depuis ces temps pas si anciens ! Et pas seulement aux Etats-Unis. Le meilleur exemple est bien la « mutation » qui a frappé les banques à l’échelle mondiale. Expliquons. En réalité, une banque ne peut gagner son argent que de deux façons : emprunter de l’argent aux épargnants (le dépôt) à un certain taux pour ensuite le prêter à d’autres (l’emprunt) à un taux plus élevé. La différence entre les deux taux est son revenu, augmenté par l’encaissement de frais bancaires (tenue de comptes, commissions, etc…). C’est tout. Mais alors comment les banques ont-elles pu devenir des immenses empires, aux revenus fabuleux avec des titres vedettes en bourse ? En devenant « créatifs », en inventant des « produits », en d’autres termes, en se lançant dans la spéculation, et cela dans tous les domaines. Or quel est l’effet de la spéculation : la création d’une valeur ajoutée uniquement basée sur la supposition de quelqu’un sera d’accord pour acheter la chose (immobilier, denrée, commodité, etc.) à un prix plus élevé qu’on lui a arbitrairement attribué. Et tout un univers de spéculation a été discrètement érigé par les banques, les fameux « trading rooms » avec leurs « golden boys » où bientôt on spéculait sur des obligations spéculatives déjà basées sur d’autres spéculations, obligations qui servaient alors de garanties pour obtenir d’autres emprunts afin de spéculer sur d’autres « produits créatifs », le tout expliqué par des « courbes de Laffer » et de savantes théories. Ainsi fut créé le nouveau monde (quasi virtuel) de la « Finance », encouragé et alimenté par les énormes emprunts des Etats pour pallier les déficits. La monnaie, au départ juste un moyen pour échanger des biens et services, devenait une nouvelle commodité, au même titre que le blé ou le pétrole, par exemple.
Selon une étude américaine, cette sphère financière (le total de toutes les valeurs de bourses et des obligations dans le monde) représentait avant la crise 50 fois la richesse mondiale réelle (mesurée par le P.I.B. mondial) et sa valeur actuelle représenterait encore 25 fois la richesse réelle, toujours soutenue par la spéculation ! Imaginez que vous ayez un million sur votre compte, et que grâce à des montages de prêts et d’obligations plus ou moins alambiqués, en passant par divers paradis fiscaux, vous puissiez convaincre votre banquier de vous acheter ces titres « créatifs » pour 25 millions ! Et bien c’est ce que fait « la Finance ». Cela permet de bien se rendre compte combien cette énorme « richesse » est artificielle, elle dont dépendent d’ailleurs les assurances-vie et beaucoup de fonds de retraites, et de comprendre qu’elle n’est basée que sur sa crédibilité, c’est-à-dire sur la volonté de quelqu’un à vouloir les acheter à tel prix. C’est pourquoi les commerciaux des banques sont depuis des années sous pression pour vendre à tout prix, et en quasi permanence, les émissions récurrentes de fonds de placement. La performance de ces produits est en grande partie dépendante de la poursuite ininterrompue de leur commercialisation auprès du grand public. La principale production du système capitaliste est devenue la finance elle-même. Et le système s’enraye, le « château de cartes » s’effondre et tout s’arrête : consommation puis production, rentrées fiscales, etc.
On comprend mieux pourquoi TOUS les gouvernements sont vite intervenus pour soutenir les banques, et ceci bien qu’elles soient parmi les responsables de cette crise… qui, en fin de compte, n’est qu’une purge naturelle après trop d’excès.
A Tahiti, cette crise financière prend d’ailleurs une tournure tragi-comique. Hormis la petite zone urbaine de Papeete, dans les années 1970 nos îles étaient dotées d’une “économie réelle”, adaptée à son environnement. Depuis, à coup d’interminables milliards, on a imposé la « modernisation » de l’économie, on a appris à chaque petit Polynésien à devenir un “bon” consommateur « moderne ». Et voici que le beau modèle commence à s’effondrer et qu’il faudra peut-être retourner au bon “vieux” système. Quelle ironie ! Quel gâchis !

Bonne lecture et merci pour votre fidélité. 

Alex W. du PREL
directeur de la publication


Evénements à Tahiti et ses îles

 Mercredi 1er octobre
- Ouverture de la Foire d’octobre à Pirae Tahiti.
- Le Dr Patrick HOWELL prend ses fonctions de directeur général de l’institut de recherche Louis Malardé, à Tahiti.

Jeudi 2 octobre
- Teina MAREURA est mis en examen pour détournement de fonds dans l’affaire du Fonds pour le développement des archipels (FDA).
- Décès du journaliste Claude RUBEN.
- Affaire dite du Service Etude et Documentation de la Présidence : la cour d’appel confirme les condamnations d’Alain Montesinos (quatre mois avec sursis) et Gilles Goubin (six mois de prison avec sursis).

Vendredi 3 octobre
- Teina MAREURA démissionne de la présidence du Fonds pour le développement des archipels.
- Décès de Ivanhoé TEAMOTUAITAU, dit Papa Matarau, sage de Moorea.

Samedi 4 octobre
- Une jeune fille de 24 ans décède en boîte de nuit à Papeete.

Lundi 6 octobre
- Lancement de l’enquête prévalence de l’obésité et de sa diversité et de son image ultra marine.
- Heifara IZAL, compagne d’Emile VERNAUDON, déclare dans les Nouvelles de Tahiti que ce dernier est prêt à lui laisser sa place de président du  Ai’a Api.

Mardi 7 octobre
- Arrivée du secrétaire d’Etat à l’Outre-Mer, M. Yves JÉGO.

Mercredi 8 octobre
- Yves JÉGO rencontre le président TONG SANG, puis MM. FLOSSE et BUILLARD.
- Le conseil des ministres interdit l’importation de produits chinois contenant de la mélamine.
- M.TONG SANG, M.JÉGO et Mme Miche  BREL sont à Hiva Oa pour la commémoration des 30 ans du décès de Jacques BREL.

Jeudi 9 octobre
- Plus de 5000 fonctionnaires manifestent dans les rues de Papeete contre la réforme de l’indemnité temporaire de retraite.
- Yves JÉGO rencontre les six maires marquisiens à Hiva Oa et signe un arrêté pour la suppression du contrôle a posteriori des actes municipaux à partir du 1er janvier 2009.

Vendredi 10 octobre
- La société américaine Universal tourne à Bora Bora le film “Couples Retreat” avec les acteurs Vince Vaughn, Jon Favreau, Jason Bateman et Faizon Love.

Dimanche 12 octobre
- L’équipe tahitienne de piroguiers Shell Va’a remporte pour la troisième année consécutive la course internationale Molokai Hoe organisée à Hawaii et remporte ainsi le « trophée perpétuel ».
Lundi 13 octobre
- L’assemblée de P.F. demande à Nicolas Sarkozy un moratoire sur la réforme de l’indemnité temporaire de retraite.
- L’Electricité de Tahiti (EDT) lance une campagne d’économie d’énergie.
- Un adolescent de 14 ans se noie dans la rivière de la Papenoo.

Mardi 14 octobre
- Le tribunal administration donne raison aux huit ministres UDSP démissionnaires juste avant le vote de la motion de défiance du 15 avril 2008. Le territoire doit leur verser un total de 21.952.528 Fcfp.

Mercredi 15 octobre
- Présentation d’images satellite cartographiée de la Polynésie française, travaux réalisés par entreprise IGN France International pour le projet Topo foncier, d’un montant global de 719 millions Fcfp financé par l’Etat et la P.F.
- Lancement du casting de l’agence “Elite Model Look”.

Jeudi 16 octobre
- Lancement du concours “Votre arbre a une histoire, racontez-la” destiné à sensibiliser les enfants sur l’importance de la nature et des arbres.
- Célébration à Tahiti du 75ème anniversaire de la compagnie aérienne Air France.
- Le sénateur et avocat Richard Tuheiava ne se présente pas à sa convocation devant le conseil de discipline du barreau des avocats.

Vendredi 17 octobre
- Hiro TEFAARERE, à la tête de la SETIL depuis un mois, décide de renommer les aéroport gérés par l’organisme : Francis Sanford pour celui de Faa’a, John TEARIKI pour celui de Moorea, Philippe BROTHERSON pour celui de Raiatea, Pouvanaa a OOPA pour celui de Huahine, et Henri MARERE pour celui de Rangiroa. Il reste celui de Bora Bora à nommer.
- La troupe de comédiens de la compagnie Baobab interprètre « Le livre de la jungle » à To’ata.

Samedi 18 octobre
- Ouverture du Salon artisanal des Australes à Papeete.
- L’équipe de Rugby de Pirae est championne de Polynésie 2008.
- Le pianiste français Olivier Cazal est en concert à Tahiti.

Mardi 21 octobre
- Le président du GIE Perles de Tahiti, Alfred Martin, signe une lettre de cessation de paiement car le groupement n’a plus les moyens de fonctionner.

Mercredi 22 octobre
- Ouverture du Festival International de Danses et d’Arts Traditionnels de Papeete.
- Affaire des emplois fictifs : le Conseil d’Etat confirme l’arrêt de la Chambre des comptes et déclare Gaston FLOSSE et 22 autres personnalité définitivement comptables de faits.
- Levée du secret défense pour 16 documents dans l’enquête au sujet d’un présumé compte secret de Jacques Chirac au Japon et de la disparition du journaliste Jean Pascal Couraud.

Jeudi 23 octobre
- Escale du garde-côte américain Walnut à Papeete.

Vendredi 24 octobre
- Martin COEROLLI présente un nouveau GIE professionnel des producteurs de nacres et de perles de Polynésie (PPNPP), GIE dont il est président.

Dimanche 26 octobre
- Yoann Hotellier et Laurent Barra remportent la “Trans-Tahitienne 2008”, un parcours de 54 km, de Mataiea, traversant l’île de Tahiti jusqu’à la mairie de Papeete.

Lundi 27 octobre
- Le conseil des ministres approuve le projet pilote de centrale OWC (qui utilise la houle pour générer de l’électricité) à Papara.
- Le GIE Perles de Tahiti se met en redressement judiciaire.
- Plus de 1000 fonctionnaires manifestent dans les rues de Papeete pour protester contre la réforme de l’indemnité temporaire de retraite.
- Lancement de l’opération “Halte aux vieux casques” incitant à remplacer les casques de moto trop anciens ou non homologués.
- Célébration du 220ème anniversaire de l’arrivée du H.M.S Bounty à Tahiti en présence de 82 descendants des mutins venus de Norfolk et de Pitcairn.
- L’Etat annonce avoir versé 169,5 milliards Fcfp pour la Polynésie française en 2007, soit 6,57% de plus qu’en 2006.

Mardi 28 octobre
- Le Conseil économique, social et culturel approuve la “loi du pays” interdisant de fumer dans tous les lieux publics à partir du 1er janvier 2009.
- Célébration de Matari’i i Nia à Tahiti, à Vaiete, Papeete.

Mercredi 29 octobre
- Dans l’affaire des 23 emplois fictifs, Gaston FLOSSE déclare : « La chambre territoriale des comptes ne dit pas la vérité ». Il accuse également l’Etat de « complot ».
- Départ de la première étape, Huahine - Raiatea, de la course de pirogue Hawaiki Nui Va’a 2008. Shell Va’a l’emporte devant 85 pirogues.
- Une soixantaine de militants marchent dans les rues de Papeete pour protester contre la corruption.
- Inauguration au Musée de Tahiti et des Îles d’une exposition consacrée à Léon TAEREA.

Vendredi 31 octobre
- Les piroguiers de l’équipe Shell Va’a remporte pour la cinquième fois la course Hawaiki Nui Va’a, une course de trois jours reliant Huahine, Raiatea, Taha’a et Bora Bora.

 Poema


Evénements dans le Pacifique Sud

 Port Vila, 2 octobre - En l’espace d’une semaine après son élection au poste de Premier ministre, Edward Natapei s’est retrouvé confronté à une motion de censure. Pour survivre à cette motion de censure, Mr Lini a remplacé Joshua Kalsakau, du Parti travailliste et Charlot Salwai et Rafael Worwor, tous deux de l’Union des Partis Modérés, sont respectivement devenus ministre de l’Education et ministre des Terres.

Suva, 3 octobre - Ema Tagicakibau, porte-parole du Pacific Concerns Resource Center, estime que les missions de l’ONU apportent à l’armée fidjienne un entraînement qui a aidé cette dernière à renverser quatre gouvernements en l’espace de 21 ans. Selon Ema Tagicakibau « la crédibilité des Nations Unies est en jeu, elles font semblant de ne pas voir que des professionnels du maintien de la paix sont les mêmes qui brisent la paix chez eux [aux îles Fidji] ».

Suva, 5 octobre - La compagnie aérienne nationale des îles Fidji, Air Pacific, précise que son vol vers Vancouver au Canada via Honolulu a engendré une perte mensuelle d’environ 210 000 dollars australiens (14 millions Fcfp) tout au long de l’année dernière. Air Pacific aurait perdu près de 9 millions de dollars, (630 millions Fcfp) au cours de ces cinq dernières années. Air Niugini, a annoncé la fin de ses vols à destination de Narita au Japon pour des raisons similaires.

Sydney, 5 octobre - L’Institut Lowly de politique internationale indique que la moitié des quelques 400 millions de dollars australiens (28 Mds Fcfp) que l’Australie verse chaque année à la Papouasie Nouvelle-Guinée ne profite pas aux premiers intéressés. 200 millions de dollars australiens environ, (15 milliards Fcfp), servent à payer des fonctionnaires et des consultants et à éponger des frais de logement et de déplacement. A cela s’ajoute l’incompétence qui caractérise un grand nombre de services administratifs de Papouasie Nouvelle-Guinée.

Suva, 6 octobre - La Société nationale d’électricité de Fidji s’inquiète d’une crise potentielle de l’énergie si l’actuelle période de sécheresse persiste dans l’archipel. Le niveau d’eau au barrage hydroélectrique de Monasavu est dangereusement bas.

Rarotonga, 6 octobre - Le prix de la consultation médicale est actuellement de 5 dollars NZ (300 Fcfp) aux îles Cook et le ministère de la Santé a recommandé une consultation à environ 3,5 dollars (200 Fcfp). La majorité des habitants gagne environ 8500 dollars par an, (595 000 Fcfp). Aux îles Cook, les enfants de moins de 16 ans et les adultes de plus de 60 ans ne paient pas le médecin.

Tarawa, 6 octobre - La société de transports maritimes, Colombus Line, a annoncé son intention de ne plus recruter de marins de Kiribati suite à une nouvelle interpellation de trois marins de Kiribati surpris en train d’essayer de passer de la drogue à Philadelphie. C’est la deuxième fois que des marins de Kiribati se font prendre et le bateau de la Colombus est maintenant sur la liste noire des ports américains.

Auckland, 7 octobre - Le géant laitier néo-zélandais Fonterra rapporte une chute du prix du lait de 34% depuis le mois de juillet dernier, suite à l’incidence de la crise financière américaine. Les prix du beurre, du lait et des fromages sont aussi à la baisse. Les prix de Fonterra sont considérés comme un point de repère pour les autres producteurs laitiers.

Auckland, 7 octobre - Les clubs de plongée de Nouvelle-Zélande indiquent que l’ancien navire de l’organisation écologiste Greenpeace, le Rainbow Warrior, qui repose au large des côtes Nord du pays attire maintenant des plongeurs du monde entier. Merci, Mitterrand !

Honolulu, 8 octobre - Les hôtels de Hawaii se plaignent d’une des baisses les plus sérieuses jamais enregistrées. Le nombre de visiteurs a baissé de 17% par rapport à l’année dernière et les experts locaux estiment que la situation ne devrait pas s’améliorer avant 2009 ou 2010.

Suva, 9 octobre - L’organisation écologiste Greenpeace prédit l’effondrement de l’industrie de la pêche commerciale dans le Pacifique d’ici cinq ans car des « multinationales de la pêche » continuent de piller les ressources de la région.

Rarotonga, 12 octobre - Cuba a nommé un ambassadeur aux îles Cook (19 000 habitants !).


Apia, 13 octobre - Un rappeur polynésien des Samoa, « Savage », fait sensation aux Etats-Unis, en Australie et en Nouvelle-Zélande. L’artiste a dépassé la barre convoitée du million de ventes numériques avec son tube « Swing ».

Port Moresby, 13 octobre - La Papouasie Nouvelle-Guinée a signé avec la société nationale italienne des hydrocarbures ENI un accord d’exploration de gaz et de pétrole.

Suva, 14 octobre - L’inspecteur Greg Tuner, en poste à l’ambassade de Nouvelle-Zélande à Suva, a été interpellé par la police fidjienne après avoir été vu à la fenêtre de son appartement en train de regarder avec des jumelles un défilé militaire à l’occasion de l’anniversaire de l’indépendance. Le Premier ministre de N-Z estime que les fidjiens sont plutôt « paranos ».

Apia, 20 octobre - Des chercheurs samoans ont mis au point trois nouvelles variétés de taro pour tenter de la remettre dans les assiettes et sur les carnets de commande des exportateurs. Une maladie avait détruit les cultures de taro il y a 10 ans et après l’effondrement des exportations, en 1994, les exportateurs se sont concentrés sur le coprah, l’huile de coco et la pêche. Les nouvelles variétés résistantes à la maladie se nomment Talo So’o, Talo Tonu et Talo Taua.

Suva, 20 octobre - Le ministre de l’Agriculture affirme que 289 000 personnes, soit 34% de la population des Fidji, vit en-dessous du seuil de pauvreté et que les Fidjiens devraient se lancer dans la culture vivrière.

Port Moresby, 21 octobre - Un rapport annuel sur les 25 nations du monde où les sociétés d’exploitation minière ne devraient pas s’aventurer positionne la Papouasie Nouvelle-Guinée à la 21ème  place et identifie la corruption comme un problème majeur. Le rapport annuel intitulé Where not to invest précise que des signes d’amélioration existent en Papouasie Nouvelle-Guinée mais que la corruption est en grande partie responsable du classement : « Nous pensons que la corruption est en fait endémique en Papouasie Nouvelle-Guinée mais elle n’atteint pas des proportions inimaginables comme c’est le cas dans des pays comme le Nigéria »

Pago Pago, 27 octobre - C’est Miss Niue, Vanessa Toriana Marsh qui a été élue Miss South Pacific. La nouvelle Miss Pacifique Sud est âgée de 23 ans et travaille au département de l’agriculture, des forêts et des pêcheries de Niue (république de… 1400 habitants !).

 

avec Pierre Riant à Radio Australie


 

 A l’occasion du 30è anniversaire de la mort de Jacques Brel, sa veuve Thérèse (“Miche”) est venue pour la première fois
sur l’île de Hiva Oa afin de se recueillir sur la tombe du chanteur. Elle était accompagnée de personnalités parisiennes
telles le secrétaire d’Etat Yves Jégo et le journaliste-écrivain Patrick Poivre d’Arvor.  (ph. Poema/TPM)

 

­­­L’association des juristes en Polynésie française (AJPF) a tenu un colloque sur le Foncier en Polynésie française, sujet Ô combien compliqué et délicat. (Ph. TPM)  

 

 

 Décédé : Ivanhoé TEAMOTUAITAU dit Papa MATARAU,  à l’âge de 84, à Moorea. Réputé dans tout le Pacifique pour sa vaste connaissance de la culture polynésienne, il était respecté tel un Tupuna Nui du peuple Pacifique. Maître de l’art oratoire, le orero, art enseigné dans les écoles grâce à lui, il prônait l’ouverture d’esprit pour une transmission du savoir et des valeurs maohi par le biais de l’enseignement et d’associations. Membre fondateur et président d’honneur de l’association culturelle Te Pu Atitia, il  travaillait en étroite collaboration avec la station de recherche GUMP de l’Université de Berkeley. Il part en léguant son savoir, un précieux héritage culturel. Un sage nous a quitté. A sa famille, ses amis, Tahiti-Pacifique présente ses plus sincères condoléances.  Ph. Poema/Atitia

Claude Ruben

Décédé : Claude Ruben, journaliste, présentateur d’émissions de télévision, à l’âge de 67 ans. Ex attaché de communication de Mme  Michaux-Chevry, nommé directeur régional de RFO-Télé-Polynésie en 1995 après l’élection de Jacques Chirac à la présidence de la République et d’Alain Juppé au gouvernement central, Ruben mit en place avec la présidence de Tahiti un véritable contrôle flossien de l’information. Soudainement les quotidiens « légitimistes » de Tahiti et les antennes de RFO censurèrent l’information “non correcte” et Tahiti-Pacifique fut mis au banc sur les antennes de RFO en 1995 et expulsé manu militari de la Présidence en août 96. Il fallut la venue de Jean-Marie Cavada, alors président de RFO, à Tahiti fin 1997, ainsi qu’un jugement du tribunal administratif, pour restaurer une certaine équité. Ruben fut muté dans les neiges de St Pierre et Miquelon, d’où il démissionna de RFO pour revenir à Papeete avant de présenter des émissions sur la nouvelle télévision de Flosse, TNTV (Tahiti Nui Télévision), dans lesquelles il poursuivit la propagande pro-Flosse, notamment avec son émission Zig-Zag et d’autres pendant les campagnes électorales de 2004 et 2005. Homme pragmatique, aimable et exceptionnel communicateur, il réussira durant les chamboulements politiques à maintenir ses émissions sur TNTV, jusqu’à sa disparition.

AdP.  Photo : ICA