N° 223, novembre 2009


4     La grosse tête
 5    Editorial
 6    Courrier des lecteurs
 7    Analyse de l'actualité
 9    Confidences
12     Humour
13    Baromètre
14    Image
15    Hawaiiens de 1825
20    Qui sabote notre tourisme ?
21    Divers : Le Versailles de Gaston... aux puces
22    Sarkozy a-t-il (mal ?) entendu les souhaits de la             Polynésie française ?
24    Coup de gueule des infirmiers
26    Simone Grand
28    Mission tsunami Tonga 2009   
31    Les vrais écologistes de Tahiti
32    Dossier : Tentatives de suicides et religion en P.F.    
40    Pierre LOTI, dessinateur au long cours
42     Publications
44    Littérature : Les dollars de la mort
48    Evénements du Pacifique en octobre 2009
49    Les événements de Tahiti en octobre 2009
50    Balises des îles­­

p. 20 - Les scandaleux tarifs aériens 
qui sabotent le tourisme à Tahiti.

 


32 -  Le monde du suicide...


HUMOUR

 

 

 Tout un monde qui s’écroule…
Dans le futur, octobre 2009 pourra certainement être considéré comme le début de l’écroulement d’un système de gestion imposé à la Polynésie française, un début qui se passe dans la douleur. Les “puits de pétrole” de Tahiti ont successivement été les phosphates de Makatea (épuisés en 1966), puis les essais nucléaires du CEP (“épuisés en 1996”), suivis par les “transferts de l’Etat” (en voie d’épuisement). Le territoire commence donc à se retrouver face à la dure réalité.
Or, comme nous le dénonçons depuis des années, aucune vision ni planification à moyen ou long terme n’existe chez nos dirigeants, quels qu’ils soient, et encore moins une quelconque notion de responsabilité, ce qui mène aux crises désormais permanentes lors de chaque vote du budget.
La crise du système de Santé qui sévit actuellement dévoile à tous les niveaux les maux de la société actuelle, surtout la vision égoïste de la « caste » de Tahiti. Jusqu’en 2005, l’assurance maladie était largement bénéficiaire (avec des réserves de 5 milliards Fcfp). Le gouvernement (Temaru) a alors “ponctionné” cette caisse avec un système digne d’une usine à gaz, l’Autaeraa (solidarité), pour financer une augmentation du Smig, électoralement porteuse. Or, comme on en a l’habitude, le gouvernement qui avait promis de compenser les pertes de revenus créés pas ce système, ne fit rien et précipita ainsi l’assurance maladie vers un déficit de 9 milliards Fcfp. 
Pour pallier à ce qui en fait est un “magnifique désastre de la gestion de la CPS” par les politiques, le gouvernement demande à tous les médecins, infirmiers, pharmaciens, kiné, etc. du privé de réduire leurs honoraires (pourtant établis par convention) et d’augmenter les cotisations des travailleurs et des patrons, tout en promettant une participation du gouvernement (donc avec nos impôts). Dans le même temps, le gouvernement alimente son budget par les taxes prélevées sur les produits médicaux. Comme elle l’a expliqué au journal télévisé le ministre Armelle Merceron, parler des erreurs de gestion et des choix catastrophiques des dirigeants c’est « regarder vers le passé », « il ne faut s’attarder sur le passé. Il faut avancer. » Par contre, faire payer au personnel médical du privé et aux cotisants les erreurs des dirigeants, c’est « regarder vers l’avenir ». C’est-y pas beau, ça ?

Pis encore, alors que la crise mondiale et la progressive réduction des « transferts » de l’Etat affecte gravement l’économie de Tahiti et donc les recettes fiscales, le gouvernement a décidé de réduire de 15% les “dépenses publiques”, mais ne mentionne nullement une baisse des rémunérations souvent scandaleuses et injustifiées des ministres, politiciens ou dirigeants des services et officines territoriaux, de l’armée de “chargés de million” et “conseillers” des ministères, etc. La “caste” refuse de toucher à ses privilèges. Prenons comme exemple la Caisse de protection sociale (CPS), dont un récent débat à l’assemblée a dévoilé que sa gestion par 486 fonctionnaires coûte plus de 5 milliards Fcfp, que le salaire moyen, ménagères incluses, y est supérieur à 600 000 Fcfp/mois (5000 euros), des cadres et employés qui bénéficient de privilèges tels les voyages administratifs en France, remboursements de frais médicaux à 90 voire 100%, etc. Un administrateur du CA de la CPS nous explique qu’il est « impossible de toucher aux droits acquis », salaires comme avantages, « et que c’est ainsi, point barre » ! Plus comique, le président Temaru et le président du C.A. de la CPS parlent même de « déconventionner » les médecins et infirmiers qui refusent de signer le plan du gouvernement, ne se rendant même pas compte que la CPS n’existe que parce qu’elle gère les cotisations des patients pour les distribuer aux médecins. S’il n’y a plus de médecins et services payés par la CPS, qui acceptera encore de payer des cotisations pour un service qui n’existe plus ? Ce serait donc le suicide de la CPS, l’auto dissolution de ce beau fromage de la caste. Nous disons « chiche », car cela offrirait une occasion de remplacer la CPS par un système aux bases plus saines, plus équitables et surtout en phase avec la réalité.

Or ce qui s’applique à la CPS est aussi valable pour l’administration territoriale actuelle, un luxe que les richesses réelles et potentielles du “péï” sont incapables de financer. Car comment justifier que les employés de ce secteur ultra protégé et sur rémunéré continuent de bénéficier d’augmentations automatiques, de prendre l’avion pour aller faire leur shopping à Los Angeles alors que dans le privé 6000 personnes (en réalité 12 000 à cause du travail dans le cadre de la famille élargie, dit “travail au noir”) ont perdu cette année leur emploi et se retrouvent sans la moindre ressource. Ne pouvant alors plus honorer leurs crédits à la banque, ils voient le ballet des huissiers (certains prêts à démissionner) qui leur saisissent tout, jusqu’à leur toit, ce qui en fait est une paupérisation systématique de la classe dite « laborieuse » polynésienne. A tel point que même certains syndicats, pourtant jusqu’à présent peu soucieux des « petites gens », tirent la sonnette d’alarme en annonçant que « certains quartiers à Tahiti sont des poudrières » sociales, qu’aux Affaires sociales les demandes d’aides alimentaires ont augmenté de 20 % par rapport à l’an dernier, que 40 % des loyers d’habitations de type HLM sont impayés et sur le point d’être expulsées.

Tout ceci alors que le gouvernement et l’assemblée passent leurs temps à voter un nouveau statut pour leurs copains ou fetii, les membres des cabinets… C’est comme appeler une révolte, non ?
Bonne lecture et merci pour votre fidélité.

Alex W. du PREL
directeur de la publication


Evénements à Tahiti et ses îles

Jeudi 1er octobre
-Le groupe des représentants des îles Te mana o te mau Motu quitte la majorité à l’assemblée de PF.
-Lancement d’une campagne de vaccination contre la grippe saisonnière.
-Disparition entre Raiatea et Moorea d’une embarcation avec deux personnes à bord.

Vendredi 2 octobre
-Tahiti ne termine que troisième au classement des mini-Jeux de Rarotonga aux îles Cook.
-Les forces armées en Polynésie française envoient des secours aux îles Tonga.
-Mise en examen d’un employé du palais de justice pour avoir volé des scellés contenant du cannabis.

Samedi 3 octobre
-Election de Michaël GAUBIL, au titre de Mister Tahiti 2009.

Dimanche 4 octobre
-Arrivée à Tahiti, de Pascale HAITI, la compagne du sénateur Gaston FLOSSE. Aussitôt mise en examen, elle est libérée.

Lundi 5 octobre
-Annonce par le parquet de Papeete de l’organisation prochaine de toute une série de confrontations dans l’affaire de l’annuaire de l’OPT.
-Arrivée à Papeete du paquebot Star Princess, avec à son bord 2000 passagers.
Annonce par CMA-CGM de l’augmentation du tarif du fret à destination de la Polynésie française.
-Créations d’un comité  l’élaboration d’un schéma des transports aériens et maritimes en P.F.
-Grève à la mairie de Papara.

Mardi 6 octobre
-Remises en liberté de Melba ORTAS, secrétaire particulière du sénateur Gaston FLOSSE, et de Heiarii KOWALSKY, l’informaticien du Tahoeraa .

Mercredi 7 octobre
-Installation à Tahiti de Turu Ora, première mutuelle de santé polynésienne.
-Perquisition dans les bureaux des élus du Tahoeraa à l’assemblée de P.F.

Samedi 10 octobre
-1500 personnes assistent à Papeete au Marathon tamure et au Marathon fitness organisé par le comité polynésien de la Ligue contre le cancer.

Lundi 12 octobre
-Le conseil des ministres accorde au paquebot Clipper Odyssey des dispositions incitatives.
-L’avocat parisien de Gaston FLOSSE, Me Arnaud LYON-CAEN dépose une requête pour la délocalisation de l’affaire OPT.

Mardi 13 octobre
-Sauvetage aux Gambier d’un pêcheur  à la dérive pendant 12 heures pouravoir perdu l’hélice de son moteur.
-Le procureur de la République, José THOREL, requiert un an d’inéligibilité et 2 millions Fcfp d’amende à l’encontre de la ministre de la Solidarité, Armelle MERCERON, pour favoritisme. Délibéré le 1er décembre.
-Feu vert pour le tourisme nuptial en P.F..

Mercredi 14 octobre
-Le Sénat vote le projet de loi indemnisant les victimes des essais nucléaires français dans le Sahara et en Polynésie française.
-Adoption par le gouvernement d’un projet de loi du Chèque Service aux Particuliers (CSP).

Jeudi 15 octobre
-Pequisition au siège de la flotille administrativ,  ex-GIP, par les agents de la DNIF.

Vendredi 16 octobre
-Fin de la grève à la mairie de Papara.
-Ouverture du 8ème salon des Australes.
-Démission du représentant Benoît KAUTAI du groupe Te mana o te mau motu.
-La représentante Eléanor PARKER du To Tatou Ai’a, rejoint le groupe Te mana o te mau motu.
-(Second) lancement du chantier de la future gare maritime du port de Papeete.
-Perquisition des locaux d’une société de construction à Pirae dans l’affaire du Fonds de développement des Archipels (FDA).

Samedi 17 octobre
-Réception par l’association Faafaite Te ao Maohi d’une pirogue double en polyester pour servir d’école de navigation traditionnelle.

Dimanche 18 octobre
-Messe œcuménique à Papeete, en mémoire aux victimes du tsunami aux Tonga et Samoa.

Lundi 19 octobre
-Le conseil des ministres approuve une subvention en pour le financement d’une campagne de promotion Invest in Your Love.
-Garde à vue de 48 heures de Rere PUPUTAUKI, dans le cadre d’une enquête concernant le GIP.
-Réélection de Louise PELTZER à la présidence de l’Université de Polynésie française.

Mardi 20 octobre
-Audition de Gaston FLOSSE pendant deux heures par le juge d’instruction .
-Lancement des travaux  d’une structure d’accueil touristique à Mataiea. Coût : 70 millions Fcfp.
-Perquisition dans les locaux de la société Electricité de Tahiti (EDT, filiale d’Elyo).

Mercredi 21 octobre
-Perquisition au domicile de  Tonita, l’épouse de Gaston FLOSSE, à Erima, Arue.
-Audition par les agents de la DSP de Tonita FLOSSE.
-Perquisitions chez l’agent comptable de l’OPT et dans une agence immobilière.
- Mise en garde à vue de l’agent comptable de l’OPT, Patrick DELANNE concernant les opérations suspectes de l’OPT sur les conditions de rachat de l’immeuble Shangrila par l’OPT.
-Début des travaux de réparations du Stade Pater. Coût : 116 millions Fcfp.
-Célébration des 20 ans de la mairie de Faa’a.

Jeudi 22 octobre
-Adoption à l’unanimité à l’assemblée de PF du dispositif spécifique sur les perles exportées (DSPE).
-Adoption d’une « prime à la casse ».

Vendredi 23 octobre
-Confrontation entre Hubert HADDAD et Michel YONKER dans l’affaire de l’annuaire de l’OPT.
-Mise en examen de l’agent comptable de l’OPT, Patrick DELANNE, pour complicité de favoritisme dans la passation de marché dans l’achat de l’immeuble Shangrila par l’OPT.
-Réception par le maire de la commune de Moorea-Maiao, Raymond VAN BASTOLAER, d’un second camion-citerne d’une capacité de 6m3.
-Visite du président du gouvernement Oscar TEMARU, des deux députés, Michel BUILLARD et Bruno SANDRAS, du ministre de l’Agriculture, Frédéric RIVETA et Thomas MOUTAME, d’une exploitation agricole bio à Tikehau, Tuamotu.

Samedi 24 octobre
-Création d’un nouveau parti politique le Te Aho Api (le nouveau souffle) par  Clarenntz VERNAUDON.

Lundi 26 octobre
-Perquisition au domicile et audition de l’entrepreneur TAPUTUARAI, dans le cadre des investigations sur le Fonds de Développement des Archipels (FDA).
-Mise en garde à vue de Noa TETUANUI, ancien élu de l’assemblée de PF.

Mardi  27 octobre
-1er Forum du tourisme nautique à Tahiti.
-Confrontation entre Michel YONKER et Geffry SALMON dans l’affaire de l’annuaire de l’OPT.
-L’équipe de cuisine tahitienne, Daniel TEFAU et Alexis FAOA, remporte le concours culinaire international 2009 devant les Japonais.

Mercredi 28 octobre
-La chambre d’instruction décide de maintenir en détention Geffry SALMON.
-Mises en garde à vue de James ESTALL, directeur de la banque Socredo, dans le cadre  de blanchiment d’argent, et du notaire Me RESTOUT pour son intervention pour le montage financier du rachat de la résidence de Gaston FLOSSE à Huahine.
-Audition de Edoudard FRITCH, ancien ministre des Postes, dans le cadre de l’affaire de l’annuaire.
-Remise en liberté de Michel YONKER, ancien bras droit d’Hubert HADDAD, détenu depuis le 25 avril 2009.

Jeudi 29 octobre
-Adoption par  la majorité, de la modification du code des impôts pour encaisser 3 ans en avance des droits de TikiPhone.
-Mise en examen de James ESTALL, directeur de la banque Socredo.
-Mise en examen de Me RESTOUT, pour complicité de corruption pour sa participation au montage financier lors du rachat de la propriété de Gaston FLOSSE de Huahine par une SCI.
-Adoption à l’unanimité du Fonds Intercommunal de Péréquation (FIP) et de projet de loi relatif au statut des personnels de cabinets du gouvernement  et du président de l’assemblée de PF.
-Lancement à Vairao, des travaux du centre technique aquacole Vaia,  les anciennes écloseries de crevettes et de poissons d’IFREMER. Coût : 534 millions Fcfp.

Vendredi 30 octobre
-Adoption à l’unanimité d’un moratoire bancaire d’un an pour les professionnels de la perliculture, de l’aquaculture et de la pêche.
- Présentation par le ministre des Transports aériens et maritimes, du schéma directeur des transports aériens et maritimes intersulaires en Polynésie française pour 2010-2025.
-L’Etat annonce une possible réduction de la DGDE (Dotation globale de développement économique en 2010, soit 16 milliards au lieu de 18 milliards Fcfp.

Samedi 31 octobre
-Crash d’un avion Cessna 182 entre Moorea et Tahiti, avec à bord, le pilote et deux passagers. Bilan de l’accident : juste un blessé léger.

 Poema


Evénements dans le Pacifique Sud

 Apia 1er octobre - Après le passage du tsunami, les habitants du Samoa, du Samoa américain et de Tonga continuent la pénible tâche de déblayer et de sauver ce qui peut l’être des décombres. Un bateau qui était dans l’eau est maintenant sur le toit de ce qui reste d’un restaurant. Un camion est renversé contre un arbre. Des enfants aux pieds nus jouent sur des piles de gravats pendant que des adultes empilent des plaques de tôle ondulée.  Le bilan non officiel de 148 morts au Samoa et 30 au Samoa américain voisin devrait encore s’alourdir puisque des centaines de personnes sont portées disparues tandis que les recherches se poursuivent dans le sud. La triste réalité est que des bateaux longent les côtes et ramènent des corps, souvent des enfants.
Le bilan s’est aussi aggravé sur l’île de Niuatoputapu au nord de Tonga et passe de sept à neuf morts. Cette île est plus proche du Samoa qu’elle n’est de Nuku’alofa, la capitale tongienne.

Port Vila, 5 octobre -Le gouvernement a très bien accueilli une initiative de la Banque européenne d’investissement (BEI) à hauteur de plusieurs millions de dollars pour la création d’un parc éolien sur l’île d’Efaté. La BEI débloquera un peu plus de quatre millions d’euros, (477 millions Fcfp) pour la construction de ce parc éolien de 2,75 mégawatts.

Niue, 6 octobre - Le  Premier ministre de Niue, Toke Talagi, ancien Président du Forum des îles du Pacifique, réclame que la région se dote d’un navire prêt à mettre le cap et apporter des secours aux nations océaniennes touchées par un cyclone ou par un tsunami, comme c’est actuellement le cas pour le Samoa, le Samoa américain et Tonga. M. Talagi a rappelé que le recours à un navire d’urgence de Tahiti a très bien fonctionné il y a cinq ans, quand le cyclone Heta a frappé Niue.

Port Vila, 7 octobre - La France finance l’amélioration de la patate douce au Vanuatu. Une cérémonie de signature d’une convention de financement a eu lieu entre l’ambassadrice de France au Vanuatu, Françoise Maylie, et le département de l’agriculture. La France, à travers le Fond du Pacifique Sud, s’est s’engagée à fournir plus de deux millions de vatus (1 682 000 Fcfp environ) pour financer les recherches sur l’amélioration génétique de la patate douce. Au Vanuatu, la culture de la patate douce en est au stade du développement. Le dernier recensement agricole estime sa production à environ 5 000 tonnes par an.

New York, 7 octobre - Les endroits les plus agréables où vivre dans le monde - Le rapport annuel des Nations Unies établit selon l’Indice de développement humain (IDH) qui prend en compte la santé, le niveau d’éducation, le niveau de vie. Au classement mondial, les îles Fidji sont à la 106ème position. Dans le Pacifique, elles sont derrière l’Australie (2ème) et la Nouvelle-Zélande (20ème), le Samoa (94ème) et Tonga (99ème) ; deux pays qui viennent d’être ravagés par un tsunami. Selon l’IDH, Fidji serait un endroit plus agréable que le Vanuatu, (126ème), les îles Salomon (135ème) et la Papouasie Nouvelle-Guinée (148ème). C’est la Norvège qui décroche la première place tandis que le Niger tout en bas du classement.

Honiara, 8 octobre - 300 moines japonais de l’organisation bouddhiste Agon-Shagu, sont passés par Honiara, la capitale des Salomon, pour y organiser une cérémonie du feu au village culturel et des arts de Point Cruz. Une donation de 140 000 dollars australiens (10 millions Fcfp environ), permettra de rénover le village culturel qui en a grand besoin, mais que les îles Salomon n’ont jamais pu se permettre. La cérémonie ésotérique a donné lieu à un feu dans lequel les moines ont jeté des bâtons de bois affichant des symboles représentant des soldats nippons morts à Guadalcanal pendant la Seconde Guerre mondiale.

Port Moresby, 11 octobre - Dans la jungle à l’extérieur de Goroka, des villageois en colère ont exécuté quatre personnes d’une même fratrie soupçonnées d’avoir eu recours à la sorcellerie pour tuer une jeune femme décédée lors d’un accouchement. Les trois frères et la sœur ont été assassinés et leurs corps jetés d’une falaise après que quelqu’un ait affirmé à ces villageois avoir vu les quatre victimes manger le cœur de la jeune femme. En Papouasie Nouvelle-Guinée, la croyance populaire veut que les morts inexpliquées s’expliquent souvent par la sorcellerie.

Port Vila, 14 octobre - Le ministre des Affaires étrangères de Vanuatu a limogé 40 représentants diplomatiques occupant des postes de consul honoraire ou de responsable de mission commerciale ou encore de conseiller dans des agences de l’ONU. Une décision prise après que des visas diplomatiques ont été vendus en Chine par des représentants du Vanuatu pour  4000 dollars américains, (325 000 Fcfp). Ces détenteurs de passeports vanuatais peuvent alors se rendre dans des casinos de Macao et autres hauts lieux internationaux des jeux d’argent.

Port Moresby, 14 octobre - La plus grande société de production d’huile de palme de Papouasie Nouvelle-Guinée, New Britain Palm Oil Limited (NBPOL) a signé un contrat de cinq ans d’approvisionnement en huile de palme avec le plus grand chocolatier du monde, le Groupe Ferrero. C’est ce groupe, basé en Italie et au Luxembourg possède 36 sociétés, 18 usines et 20 000 employés. La NBPOL exploite une plantation d’un peu plus de 44 000 hectares dans la province de Nouvelle-Bretagne.

Suva, 19 octobre - Alerte à l’obésité aux îles Fidji – Le ministère de la Santé indique que plus de la moitié de la population, 60%, est atteinte de surcharge pondérale. Seulement 16% de la population vivent au-delà de l’âge de 50 ans tandis que les maladies non transmissibles et le cancer font des ravages. Les maladies non transmissibles ne sont pas infectieuses et sont souvent le résultat d’un style de vie. Elles peuvent inclure les diabètes et les cardiopathies. Le Premier ministre Frank Bainimarama a déclaré qu’une vie de luxe est à l’origine de la situation et que les problèmes de santé pèsent lourd dans les dépenses du pays.

Port Moresby, 19 octobre - Le Japon et la Papouasie Nouvelle-Guinée ont signé un accord à propos du vaste projet de gaz naturel liquéfié (GNL). À travers la Banque japonaise de coopération internationale, le Japon est devenu le plus important financier au sein de ce projet avec un investissement à hauteur de trois milliards de dollars américains, (240 milliards Fcfp).

Hobart, 22 octobre - L’État australien de Tasmanie pourrait bientôt perdre un monopole international particulièrement lucratif : l’approvisionnement de pavot médicinal (pour fabriquer la morphine), car c’est la Nouvelle-Zélande qui s’emparerait de ce marché. L’enjeu est de taille puisque les cultivateurs tasmaniens répondent chaque année à la moitié des besoins opiacés de la planète, ce qui représente dans les 100 millions de dollars américains par an, (près de huit milliards Fcfp). Après plusieurs saisons de sécheresse et maintenant des inondations et d’abondantes chutes de pluie, Tasmanian Alkaloids commence à se tourner vers la Nouvelle-Zélande.

Honiara, 25 octobre - Des médecins cubains ont été envoyés en mission aux Salomon, comme dans d’autres nations océaniennes du Pacifique, à la suite d’accords de coopération avec La Havane. Mais ces médecins maîtrisent assez mal l’anglais et ont des difficultés à communiquer avec leurs patients. Les médecins cubains se sont mis à apprendre le pidgin, le « tok Pisin ». Cet apprentissage prend du temps et pour l’instant les Cubains ne sont pas en mesure de travailler en dehors des heures d’ouverture des docteurs locaux.

avec Pierre Riant à Radio Australie


 

Le film “Couple’s Retreat” (“Thérapie de couples” en français), tourné dans un hôtel 5 étoiles de Bora Bora, est un immense succès aux Etats-Unis. Par contre, aucune mention visible indique le lieu du tournage, ce qui fait que le spectateur lambda aux USA est persuadé qu’il s’agit de Hawaii. 

 

Les futurs chefs tahitiens Daniel Tefau et Alexis Faoa, du lycée hôtelier de Punaauia, ont remporté  le concours culinaire international 2009 face à 16 concurrents de Taiwan, du Japon, de Nouvelle-Zélande, d'Australie, de Nouvelle-Calédonie et de Tahiti. (Ph. ATP) 

 

 

 Pour la quatrième année consécutive, l’équipe tahitienne de Shell Va’a a remporté la prestigieuse course de pirogues de haute mer Molokai Race à Hawaii. C’est un record absolu. (Ph. TPM)