N° 243, août 2011


4    Clin d’œil
 5    Editorial
 6    Courrier des lecteurs
 7    Actualité
 8    Scandale !
 9    Confidences
10    Actualité
12    Humour
13    Baromètre
14    Image
15     Colonialisme à Tahiti ? 
20    Encore du courrier
21    Iaorana de Simone
22    Encore du courrier
23    Joli Heiva 2011
24    Anniversaire à Wallis-et-Futuna
28    “TikiLeaks”
29    Voyage aux Philippines
34    Fiu de Beslu
35    Objets anciens à Ua Pou   
36    Pourquoi ignorer l’Histoire ?
38    Matisse et Gauguin aux enchères
39    Boom du marché de l’art océanien
40    Publications
43    Nouvelle : « Nohu »
48    Les événements du Pacifique en juin-juillet
49    Les événements de Tahiti en juin-juillet
50    Balises des îles­­

 

 


HUMOUR

 

 

 

 « Forces vives » ou « forces mortes » ?

Depuis 2005, la Polynésie française a arrêté toute ­croissance de son économie et son PIB réel n’a fait que ­baisser, des données d’ailleurs tellement désastreuses que l’Institut de la statistique de P.F. ne publie plus de chiffres sur son site depuis 2006. Notons aussi que ce même ISPF ne donne ­pratiquement pas de chiffres, que des indices ou pourcentages (tel pour l’emploi, par exemple), ce qui est quand même bizarre. Or si on se réfère aux tableaux de la Banque mondiale publiés par l’IEOM, on découvre qu’en 2008 le PIB par habitant en P.F. avait baissé à 21 244 dollars US, alors que celui de la Nouvelle-Calédonie, à égalité avec Tahiti en 1996, a depuis grimpé cette même année 2008 à 36 395 dollars US, ce qui veut dire qu’il est désormais plus de 60% supérieur à celui de Tahiti.
Ceci n’est hélas qu’une autre preuve de la déchéance de notre économie et de l’aveuglement, cécité, de nos dirigeants.
Oui, Tahiti a abandonné toute règle de compétitivité fondée sur l’efficacité et il va falloir subir un changement en profondeur de la société.
 Car la réalité est là : l’économie fonctionne sur le mode de la compétition. Chaque place économique tentera toujours de ­surpasser sa concurrente dans tous les domaines en même temps.
La situation à Tahiti est compliquée par la conception du rôle de l’État, c’est-à-dire du territoire. Une administration omniprésente que la Polynésie, en bonne élève, a apprise de la boulimie ­française pour le toujours plus d’État.

Pour prouver à quel point « l’élite » de la Polynésie française est désormais à côté de la plaque, il suffit de lire la lettre que Hiro Tefaarere, le vice-président de l’assemblée de P.F. a expédiée fin juillet au président Temaru, ainsi qu’au président de la République. Il y écrit : «  Nous composerons une équipe de 12 personnes représentant les forces vives du Pays (Gouvernement, administration du pays, administration des communes, CESC, représentant des salariés, des employeurs, des consommateurs, des étudiants polynésiens, des élus de l’assemblée de Polynésie française...) ». Ainsi, sont listées essentiellement les administrations et officines publiques, déclarées être des « forces vives ». Hélas pour
M. Tefaarere (issu de la fonction publique), la réalité est toute autre : les « forces vives » sont les secteurs productifs d’une économie, c’est-à-dire uniquement le secteur privé, l’industrie, les services ou le commerce qui créent des richesses. Tous le secteur des services publics et administrations, qui ne fait que consommer la richesse produite par les « forces vives », est classé dans la catégorie « improductive » ou « forces mortes ». Tant qu’on n’aura pas ­compris ça à Tahiti, le “péi » continuera à sombrer. Notons en ­passant que l’idée présentée par M. Tefaarere n’est qu’une tentative de prolonger de 15 à 20 ans le doux ronronnement de « c’est la France qui paye », donc de l’échéance du moment où la Polynésie doit se retrouver face à la dure réalité.
Oui, le critère d’une administration et gestion en « bon père de famille » a été totalement ignoré par tous les dirigeants, ce qui est logique car depuis quand les politiciens et leurs bureaucrates seraient-ils des bons pères de famille (dans l’exercice de leur ­profession immorale) ?

Notre président indépendantiste du moment avait, voici un an, annoncé qu’une fois une fois de retour au pouvoir, ce serait « l’indépendance immédiate ». Or qu’a-t-il fait comme premier acte de son nouveau mandat ? Il est parti « faire la manche » à Paris pour demander une rallonge, laquelle lui a été accordée, sous condition. Une rallonge sous forme de « prêt » qui s’ajoute aux autres qui ne seront jamais remboursés, tant les finances du « péi » sont devenues catastrophiques, bien pire que la Grèce, et s’aggravent de jour en jour. Ce n’est qu’une autre étape de la fuite en avant si chère à nos dirigeants.
Il est de plus en plus certain que la forte croissance de la population mondiale (et des déficits culturels associés) soit en fait à l’origine des troubles auxquels nous commençons à être confrontés. Tahiti est un exemple particulièrement limpide du problème démographique, avec sa population qui a doublé en 20 ans, ses plaines agricoles qui ont été transformées en lotissements et ses routes encombrées par les embouteillages. Une autosuffisance sera-t-elle un jour de nouveau possible ? Maintenant, c’est juste la vision à court terme qui prime sur tout le reste. Au lieu de réfléchir aux conséquences de nos actes dans le futur, tous pensent plutôt « si je fait ceci tout de suite, ça m’apportera quoi ? » et oublie bien ­commodément ce que leurs actes vont provoquer dans le futur.
Il y a un effet positif à attendre de la crise actuelle : les gens se rendront compte qu’ils vivent au-dessus de leurs moyens, qu’ils payent leurs dépenses de fonctionnement avec de l’argent qu’ils n’ont pas, en empruntant à d’autres ! Et qui finance tout cela ? Le contribuable de métropole, mais aussi de Tahiti. L’explosion des nouvelles taxes et charges n’en est que le premier aperçu.
D’autant plus qu’il n’y a pas de croissance en Occident, mais ces pays continuent à vouloir à tout prix maintenir un train de vie des Etats qui est au-dessus de leurs moyens. Si les politiques prennent leurs responsabilités et mettent en place la rigueur, il y a fort à parier qu’ils ne gagneront pas les élections successives. Il est beaucoup plus simple de faire comme si tout allait bien, dépenser l’argent qu’on n’a pas, la dette (ou patate chaude) sera le problème du ­prochain qui l’attrape. Qui aura le courage de se tirer une balle dans le pied pour le bien commun ?
Le monde aujourd’hui a besoin de martyrs politiques. Y en a-t-il à Tahiti ?


Bonne lecture et merci pour votre fidélité.

Alex W. du PREL
directeur de la publication


Evénements à Tahiti et ses îles

 2 juin - Selon l‘Institut de la statistique en Polynésie française (ISPF), au 1er janvier 2010, la population a augmenté de 3 000 personnes
à 270 000 soit +1,1 % en un an.

4 juin - Le syndicaliste Ronald Terorotua est réélu à la tête du Conseil d’administration de la CPS (Caisse de prévoyance sociale).

5 juin - Ouverture sur la place To’ata, à Papeete des festivités du Heiva i Tahiti 2011.

6 juin - Mlle Turouru Hoto est élue Miss Bora Bora 2011.
- Première soirée des prestations des écoles
de danse à la place To’ata.
- Les sept pirogues Tavaru 2011 des voyageurs du Pacifique ont quitté les îles Marquises
en direction de Hilo, à Hawaii.

8 juin - Le Conseil économique, social et ­culturel (CESC) inaugure cette longue série d’expositions « Au nom de la bombe ».

9 juin - Création d’une direction générale des affaires économiques pour regrouper plusieurs services du Pays.
- Le président de l’assemblée, Jacqui Drollet  dénonce la suppression du CAPES de Reo Maohi comme « stratégie politique de l’État ».

11 juin - La franchise bagage d’Air Tahiti Nui en classe économique passera de 2 à 1 bagage de 23 kg par passager à partir du 1er juillet 2011.

12 juin - Le vice-président de la République populaire de Chine, Xi Jinping, fait une escale de 24 heures  à Tahiti.

13 juin - L’équipe d’EDT Va’a remporte la course disputée entre Tautira (presqu’île
de Tahiti) et Papeete devant Team OPT et
Shell Va’a.

14 juin - Un groupe d’usagers mécontents de Moorea proteste contre le paiement des parkings du port, la taxe sur les billets de bateau, et l’interdiction de se garer en bord de route à Moorea.

15 juin - Une délégation de la CGPME de Polynésie française, se rend au parlement européen à Bruxelles.

16 juin - Des peines de 4 ans et de 2 ans d’inéligibilité sont requises, respectivement, contre Cyril et Lana Tetuanui, devant la Cour d’Appel, de Paris. Le parquet a également demandé des peines de prison avec sursis et des amendes à l’encontre de l’ancien maire de Tumaraa et de son épouse, ex-ministre du Travail
- Clarenntz Vernaudon, représentant UPLD à l’assemblée de et  président de la commission du contrôle budgétaire et financier, a été mis en examen pour escroquerie et placé en détention provisoire à la prison de Nuutania dans une vaste affaire d’escroquerie à la défiscalisation.

17 juin - Les partis « autonomistes »  protestent contre la convocation par le président Temaru de la commission des institutions pour évoquer une résolution visant à demander la réinscription de la Polynésie sur la liste de l’ONU des pays à décoloniser.

18 juin - L’usine de jus de fruits de Moorea célèbre, ses trente ans.

19 juin - Grande manifestation des jeunes  orero à la place To’ata de Papeete

23 juin - Le gouvernement de Polynésie ­française décide de la mise en vente de deux navires de la flottille administrative, les Tahiti Nui II et Tahiti Nui III, et de la fusion du service de la pêche et du service de la perliculture.
- L’ancien ministre des Postes et maire de Mahina, Émile Vernaudon, voit sa peine de
5 années de prison ferme confirmée par la Cour d’Appel de Papeete. Les peines des autres prévenus sont également confirmées, à l’exception d’Hiro Tefaarere, Georges Puchon et Yvon Bardes qui sont, eux, intégralement relaxés.

24 juin - Restitution des ateliers des Assises
du service public.
- Le professeur Eric Conte est élu président de l’UPF (Université de Polynésie française). Il succède à Louise Peltzer, démissionnaire.

25 juin - Manifestation des patentés de l’île
de Moorea contre une hausse massive de leurs patentes.
- Ouverture de la 24e édition du « Heiva Rima’i » (Heiva des artisans) à la salle Aorai Tini Hau, de Pirae.
- Arrivée des premiers fruits descendus
à dos d’homme du « plateau des orangers »
à Punaauia.

27 juin - 4e édition du « Hitiaa ukulele
festival » dans la commune de Hitia’a.

28 juin - Grève des pilotes à Air Tahiti Nui.
Les vols sont assurés.

29 juin - Célébration du statut d’autonomie
de la Polynésie française « place de l’autono­-
mie » en présence de quelques rares personnes.
- Pas beaucoup plus de monde devant la stèle de Tavararo, à Faa’a, où le parti indépendantiste commémore l’annexion de Tahiti par la France en 1880 comme « jour de deuil ».

2 juillet - Le ministère de l’Environnement, l’association Moruroa e Tatou et des associations membres de No To’u Fenua et la ­délégation pour le suivi des essais nucléaires tiennent une « Journée commémorative du fait nu­cléaire » et rebaptisent la place Jacques-Chirac en « place du 2 juillet 1966 », date du premier essai ­atomique à Moruroa.

2 juillet - La nouvelle société Internet Viti annonce que son service a été « stoppé net
par le gouvernement qui vient de lui couper l’Internet ».
- Fin de la grève à Air Tahiti Nui.

5 juillet - Le collectif des salariés de la SMPP-SOGEBA réclame au gouvernement de régler les décomptes finaux des chantiers de l’hôpital Taaone et des jardins de Paea.

6 juillet - Sept jeunes Polynésiens de foyers modestes s’envolent, pour la Nouvelle-Zélande. Un voyage linguistique d’un mois organisé par la Fédération des associations de parents d’élèves pour les échanges culturels (FAPELEC) et en partie financé par l’association Les Enfants du Fenua et la CPS.

- Dans le sud de l’archipel des Marquises, Le voilier britannique “Woge”, un catamaran d’une longueur de 12 mètres coule après être entré en collision avec une baleine. Les trois personnes à bord sont secourues.

7 juillet - L’Institut d’émission d’Outre-mer (IEOM) présente son  rapport annuel dans lequel il dresse le constat d’une économie polynésienne bien morose.
- Le gouvernement décide de fermer
la gare maritime d’Uturoa, à Raiatea,
pour raisons de vétusté des installations. 


10 juillet - Joseph et James Ley, deux pêcheurs de Arue, sont récompensés par le haut-com­missaire pour « actes de bravoure et de dévouement ». Au mois de mai dernier, n’écoutant que leur courage, ces deux pêcheurs, à bord de leurs poti marara avaient, en effet, été porter secours, au large de l’atoll de Tetiaroa, à sept autres pêcheurs.

11 juillet - Résolution du différend Viti/OPT.

12 juillet - Le conseil d’administration d’Air Tahiti Nui vote le maintien de Cédric Pastour
à la tête de la société, pour l’instant.

15 juillet - L’Outre-mer a ouvert le défilé du
14-Juillet sur les Champs-Elysées de Paris avec des unités basées à Tahiti et Nouvelle-Calédonie. Ils ont offert aux dignitaires un beau Hakka.

16 juillet - L’Etat a communiqué les chiffres des dépenses de l’Etat en Polynésie française, en 2010 : un total de 179 milliards Fcfp pour 2010.
- Sécheresse (assèchement des rivières, mauvaise recharge des nappes phréatiques) sur l’île de Moorea. En matière de pluviométrie,
un ­déficit record de 65% lors de la dernière ­saison des pluies.

19 juillet - Le conseil d’administration
d’Air Tahiti Nui annonce qu’il  va remettre
un Airbus A340  sur le marché et réduire sa flotte
à 4 ­appareils.
- L’Union pour la défense des patentés de Moorea (UDPM) manifeste  devant la mairie
de Afareaitu à Moorea pour dénoncer l’augmentation de la fiscalité communale.

20 juillet - Les salariés de la société SMPP-Sogeba, à nouveau dans la rue pour réclamer les sommes dues par le Pays.
- Grève des Praticiens Hospitaliers de Polynésie française (SPHPF) à Uturoa et à
Nuku Hiva.

21 juillet - Le directeur de la Santé, le docteur Dominique Marguem, démissionne.

22 juillet - Le groupement des perliculteurs s’indigne du refus d’Oscar Temaru, de lui
prêter les locaux de la présidence – pourtant désertés – pour sa prochaine vente aux enchères.
- Blocage de la rue devant la présidence par
les salariés de la SMPP-Sogeba qui s’apprêtent
à y passer le week-end.

23 juillet - Traditionnelle soirée des lauréats, sur la scène de To’ata.

25 juillet - 127e synode de l’Eglise protestante maohi à Vairao.

26 juillet - Suite à un jugement du tribunal administratif en faveur du docteur Finot, biologiste, les représentants du Syndicat des praticiens hospitaliers de PF ont signé un protocole d’accord et la levée du mouvement de grève à l’hôpital de Uturoa.

27 juillet - Signature entre l’État et le Pays d’une convention pour déterminer la liste des projets d’investissement retenus pour utiliser 6,12 milliards Fcfp de crédit État engagés dans des projets prioritaires.

28 juillet - Les manifestations des salariés
de la SMPP-SOGEBA devant la Présidence
se poursuivent.

AdP

 Poema


Evénements dans le Pacifique Sud

 Honiara, 3 juin - Un quart des Salomonais sont de très très gros buveurs. Un alcoolisme d’autant plus difficile à éliminer que beaucoup distillent leur gnôle à la maison. Alors que l’activité des bouilleurs de crus est formellement interdite. La plupart fabriquent leur gnôle maison à partir de levure et de sucre.

Sydney, 5 juin - La directrice pour la région Asie – Pacifique du Programme de l’Onu Sida, Jane Wilson, indique que les taux d’infection à l’échelle globale
ont chuté de 25% entre 2001 et 2009, (dont 50%
en Inde), mais que le nombre de personnes séropositives a plus que doublé dans le Pacifique

Suva, 5 juin - Impact négatif de la hausse du ­dollar australien dans le Pacifique - Une hausse ­spectaculaire puisqu’en l’espace de près de 18 mois, la valeur du dollar australien est passée de 60 cents américains à 1,07 dollar américain, un niveau historique. Le groupe bancaire australo-néo-zélandais A NZ  indique que cette hausse associée aux importations de produits australiens fait du mal aux ménages de la région étant donné que les entreprises répercutent la hausse sur leurs produits. En revanche, les envois de fonds depuis l’Australie sont plus conséquents.
Le dollar australien devrait rester au-dessus du dollar américain jusqu’en 2012.

Suva, 5 juin - 9 millions de dollars de bèches de mer fidjiennes – 300 000 tonnes de ces concombres de mer et autres holothuries ont été exportées sur le marché asiatique où la demande est forte. Si la valeur des exportations des bèches de mer fidjiennes représente
9 millions de dollars américains, le prix de vente aux consommateurs est estimé à 45 millions de dollars.
 La demande ne cesse de grandir, surtout en Chine où la bèche de mer est utilisée à des fins culinaires mais aussi médicinales.

Nuku’alofa, 7 juin - Tonga a officialisé son intention de participer au projet d’un câble sous-marin de communications qui permettra la connexion avec le Southern Cross Cable Network ; un réseau de câble de communications sous-marin trans-Pacifique, à hauteur de 34 millions de dollars américains

Majuro, 7 juin - Pour la première fois, un ministre des îles Marshall est inculpé de mauvaise conduite dans l’exercice de ses fonctions. Le ministre des Transports et des Communications, Kenneth Kedi, doit faire face à 10 chefs d’accusation qui vont du détournement de fonds à la fraude en passant par le simple vol. Kenneth Kedi aurait demandé aux autorités locales d’acheter du mobilier de bureau, ce qu’elles ont fait. Et M. Kedi aurait ensuite présenté la facture au Parlement national pour se faire rembourser plus de 1 000 dollars qu’il n’a jamais déboursés.

Majuro, 7 juin - Les 4 suicides qui ont été rapportés et confirmés aux îles Marshall au mois de mai démontrent qu’un nombre croissant d’Océaniens, uniquement des hommes et souvent des adolescents, décident de mettre fin à leurs jours.

Canberra, 9 juin - Le salaire minimum hebdomadaire australien est désormais de 589,30 dollars, soit une augmentation de 19,40 dollars par semaine.

Port Moresby, 9 juin - La Papouasie-Nouvelle-Guinée augmente les salaires des enseignants pour enrayer l’hémorragie des profs. Beaucoup ont quitté la profession pour des emplois plus rémunérateurs.

Sydney, 14 juin - Le nuage de cendres du volcan chilien s’attarde sur l’Australie. Il provoque l’exaspération de 25 000 passagers dont les vols vers la Tasmanie et la Nouvelle-Zélande sont toujours annulés.

Suva, 14 juin - Le querelle territoriale s’intensifie entre Fidji et Tonga. En jeu : les Récifs de Minerve. Le vice-premier ministre tongien a affirmé qu’un bateau de la marine fidjienne est entré dans le lagon de Minerva. Et qu’il a rapidement battu en retraite ­lorsqu’un croiseur tongien est arrivé.

Port Moresby, 16 juin - Meurtre à la résidence du Premier ministre de Papouasie Nouvelle Guinée – Le cadavre d’une femme a été découvert lundi dans la propriété et la justice a mis en examen son fils adoptif, Teo Abal, pour homicide volontaire.

Port Vila, 16 juin - L’élection de Sato Kilman déclarée nulle et non avenue par la Cour suprême du Vanuatu – Le juge a ensuite nommé Edward Natapei au poste de Premier ministre par intérim et ses anciens ministres sont devenus eux aussi ministres par intérim en attendant l’élection d’un nouveau Premier ministre.

Suva, 19 juin - La taille de la représentation européenne à Fidji mise en question. C’est un député eurosceptique du UK Independence Party qui a jeté le pavé dans la marre en déclarant : « Je me demande pourquoi nous sommes si nombreux sur ce petit paradis idyllique du Pacifique sud. Cathy Ashton n’a ­certainement pas besoin d’une si large présence alors que seulement 30 personnes travaillent à la Commission européenne à Londres et qu’à Suva ils sont 33. »

Sydney, 21 juin - Le géant français de l’énergie Areva fait grise mine et aurait officiellement demandé le retrait de la proposition d’inscription de la région de Koongarra lors de la 35e session du Comité du Patrimoine mondial prévue à Paris. Le gouvernement australien a refusé et a envoyé à Paris une délégation de 6 personnes pour appuyer la nomination de Koongarra. M. Jeffrey Lee, l’unique membre du clan aborigène Djok et grand propriétaire coutumier de ces milliers d’hectares, a décidé de les céder au gouvernement fédéral pour que Koongarra puisse être incluse dans le Parc de Kakadu où il travaille à titre de ranger.

Canberra, 22 juin - Selon les derniers chiffres, un quart des 24 millions d’Australiens sont nés à l’étranger, c’est-à-dire 6 millions de personnes en provenance de plus de 200 pays. Le Royaume-Uni est la plus importante source de migrants, vient ensuite la Nouvelle-Zélande puis la Chine et l’Inde.

Suva, 26 juin - Les Nations unies ont réclamé l’envoi de 52 militaires fidjiens supplémentaires pour assurer la sécurité des installations onusiennes en Irak. La mission de l’ONU dans ce pays s’effectue sous la protection du contingent de garde des Nations unies qui comprend 223 Fidjiens du premier bataillon des forces militaires de la République fidjienne.

Port Moresby, 27 juin - Une société malaisienne condamnée pour déforestation illégale – Concord Pacific devra verser la coquette somme de 90 millions de dollars australiens à quatre tribus de la Province ouest pour déboisement illégal et dégâts massifs à l’environnement.

Apia, 28 juin – Spécialistes mondiaux et régionaux de l’archéologie océanienne ont entamé mardi dans la capitale samoane Apia une réunion largement ­consacrée à faire un point sur l’état des connaissances concernant le peuple Lapita, considéré comme ­fondateur d’un grand nombre de populations modernes du Pacifique.

Port Moresby, 29 juin - Michael Somare n’est plus le Premier ministre de la Papouasie-Nouvelle- Guinée. C’est son fils, Arthur, qui a annoncé officiellement sa démission pour raisons de santé.

Apia, 29 juin - Le Samoa va repasser à l’ouest de la ligne internationale de changement de date. Le soir du 29 décembre, le Samoa passera directement au
31 décembre.

Port-Moresby, 30 juin - Une jeune Française
a été victime d’un viol et son compagnon
­néo-zélandais ­criblé de flèches dans la province papoue de Fly (sud de l’île principale). La jeune femme a été agressée sexuellement par celui qui avait auparavant proposé de l’acheter et d’en faire
sa femme.

Tokyo, 4 juillet - Le plancher océanien regorge de terres rares – Les lanthanides, ces métaux rares sont utilisés à la fois dans les écrans plats pour les téléviseurs, les turbines d’éoliennes ou dans le circuit électrique des automobiles. Selon une nouvelle étude menée par des géologues japonais, le plancher de l’océan Pacifique abriterait des gisements massifs de ces métaux prisés par la haute technologie.

Port Moresby, 8 juillet - Grève massive à la mine d’or et de cuivre de Timika. Mille mineurs ont débrayé et la mine, l’une des plus vastes au monde,
est largement paralysée.

Port Vila, 8 juillet - Transparency International réclame l’ouverture d’une Commission d’enquête. Le contrôleur général vanuatais accuse des employés de l’ambassade du Vanuatu à Pékin d’avoir vendu des passeports diplomatiques à des ressortissants chinois en quête d’immunité. Un trafic assez lucratif. Deux millions de dollars américains ont ainsi atterri dans les caisses de l’ambassade, argent dont on a perdu la trace.

Suva, 10 juillet - Bombes, munitions, grenades, des engins non explosés de la Seconde Guerre ­mondiale, éparpillés à travers les nations océaniennes de la région posent de sérieuses menaces à la sécurité des Océaniens de la région. Des engins non explosés ont été découverts à plusieurs endroits de l’archipel ­fidjien et ces engins sont à l’origine de plusieurs ­accidents aux îles Salomon. I

Honiara, 11 juillet - Dix Salomonais de Guadalcanal ont été secourus en mer après avoir ­dérivé pendant cinq jours. C’est un avion de la Royal Air Force australienne qui les a repérés.

Suva, 14 juillet - Sombres perspectives pour les retraites à Fidji. Le Fonds de prévoyance national est dans l’impasse. Ses actifs ont récemment perdu beaucoup de leur valeur après des investissements ratés dans le tourisme. Résultat : les retraites vont devoir être réduites. Ce n’est pas un cas isolé dans le Pacifique : un certain nombre de fonds de retraite publics sont en danger, c’est le cas aux Iles Marshall ou encore du Fonds de prévoyance national vanuatais qui a été sérieusement secoué en 1998. Quant au Fonds des Iles Salomon, il est en convalescence.

Port Vila, 15 juillet - L’ambassadeur de la Chine populaire au Vanuatu, espère que le Vanuatu restera fidèle au principe d’une seule Chine. Le ministre des Affaires étrangères vanuatais, Alfred Carlot, a en effet annoncé vendredi sa volonté de créer des relations diplomatiques avec Taïwan. De quoi déclencher la colère de l’ambassadeur chinois, qui demande des comptes au ministère.

Rarotonga, 20 juillet - Le gouvernement vient d’instaurer une taxe de 15% sur les intérêts perçus par les épargnants. Une mesure officiellement temporaire destinée à combler l’énorme déficit du budget national. Le Premier ministre Henry Puna précise que le pays ne peut pas entrer en déficit. « C’était cela ou on licenciait des fonctionnaires », a-t-il souligné.

Canberra, 29 juillet - Grande victoire pour les Britanniques exposés aux radiations en Australie et dans le Pacifique pendant les années 1950. La Cour Suprême de Londres vient d’autoriser 1 000 vétérans à demander des dommages et intérêts à l’armée britannique liés aux radiations auxquelles ils ont été exposés lors des essais nucléaires de l’armée britannique en Australie, dans le désert, mais aussi sur Christmas Island et dans les Iles Montebello entre 1952 et 1958.

 

avec Pierre Riant à Radio Australie


 
Mademoiselle Rauata Temauria été élue Miss Tahiti 2011.  (Ph. C. Valax, ATP)

 

 

 

 

Mariage tahitien et lune de miel aux îles Marquises pour l’arrière-petit-fils de Paul Gauguin, citoyen ­norvégien. Ph. TPM



DECEDE : Günther Sachs, playboy et milliardaire allemand qui était en 1966 venu en lune de miel à Tahiti avec sa nouvelle épouse Brigitte Bardot. Ils avaient séjourné chez Maître Lejeune à Punaauia et sur l’atoll de Tupai, puis à l’hôtel Bora Bora. Le mariage ne dura que quelques mois. Arch. TPM