N° 248, janvier 2012


­­4    Clin d’œil
 5    Editorial
 6    Courrier des lecteurs
 7    Actualité   
 8    Actualité
 9    Confidences
10    Crise des titi ha’avare
12    Humour
13    Baromètre
14    Image
15    Festival des Arts des îles Marquises
20    Médias
22    Folklore
23    Iaorana de Simone
24    LoLo
25    Port autonome de Papeete   
26    TikiLeaks
27    Atoll de Clipperton 
36    Libre opinion
38    Nouvels ans
39    Histoire
40    Publications
41    Art
43    Nouvelle : Ta tigresse qui te pardonne
48    Les événements du Pacifique en décembre
49    Les événements de Tahiti en décembre
50    Balises des îles­­­­



 



HUMOUR


 

 

 

Tahiti devient-il un “piège à cons” ?

S’il est un adjectif généralisateur qui devrait s’appliquer à l’observation des décisions politiques dans nos îles, ce serait le mot « consternant ». En effet, pratiquement aucune décision n’est prise par nos dirigeants et lorsque c’est le cas, celles-ci concernent essentiellement des actes alourdissant encore plus les charges et obligations d’entreprises et de citoyens déjà en grande difficulté, ou accordant encore plus de confort et d’avantages à ceux qui étranglent le « péi » par leurs coûts exorbitants. C’est comme faire repeindre la salle de bal du Titanic alors que le navire sombre ! Mais encore, à l’assemblée comme au CESC, on se gargarise avec des textes copiés-collés de France sur la protection de l’environnement et d’autres alors que les lagons de Tahiti et Moorea sont pris d’assaut et ravagés par les nombreux nouveaux chômeurs en quête de nourriture, juste pour survivre. Toujours plus de textes, toujours plus de régulations, toujours plus d’interdits pour toujours faire « comme en France », et cela alors que le gouvernement actuel se prétend “indépendantiste”. Car pour la caste des prédateurs, rien ne semble avoir changé : les médias reçoivent des photos de grandes distributions de jouets de Noël pour les enfants des employés d’officines protégées (exemple : la CCISM), les dirigeants et notables de Tahiti squattent  les vols internationaux en se vantant de voyages shopping de Noël à Paris aux frais de la princesse car déguisés en « visite des malades polynésiens », « congrès des maires » ou autres « assises de l’artisanat d’Outre-mer » et les fonctionnaires ont touché leurs 13e, voire 14e mois à la fin de l’année. C’est comme Marie-Antoinette et sa (supposée) réplique : « Si le peuple n’a plus  de pain, qu’il mange de la brioche ! »

Pourtant, la catastrophe économique de Tahiti empire de jour en jour comme le prouvent les statistiques et les bulletins de l’IEOM. Or les seules actions concrètes que l’on voit sont le vote de nouvelles taxes sur la consommation qui, pour l’essentiel ne seront bientôt plus payées car lorsqu’on n’a plus de revenus, comment consommer ? On peut toujours presser un citron désespérément sec…
Mais il y bien pire, et cela concerne le futur de nos îles. En effet, comment espérer s’en sortir, vu notre éloignement et la crise mondiale de l’énergie à venir très prochainement. Le prix du pétrole va flamber, ce qui va renchérir les billets d’avion et encore faire baisser le nombre de nos touristes. Le prix de l’électricité, toujours à 70% d’origine fossile, va augmenter et bientôt bien des ménages ne pourront plus payer la facture d’électricité. Et d’ici quelques années le territoire ne pourra plus payer ses importations de pétrole. Que faire alors ?
Et ceci alors que Tahiti, île ensoleillée sous les tropiques, devrait être à la pointe de l’utilisation de l’énergie solaire, mais qui se retrouve à la queue avec les cancres de l’écologie. Les raisons de ce fiasco sont multiples : programme solaire sciemment saboté dans les années 1980, monopoles en collusion avec le politique quels que soient les gouvernements, marges excessives, “effets d’aubaine” exploités par des initiés, etc. Comment comprendre que le gouvernement (Temaru) ait soudainement décidé de réduire le prix de rachat de l’électricité solaire des tout petits producteurs de 45 à
15 Fcfp le kWh, alors que le prix moyen du kWh vendu par EdT est de 42 francs ? Aucune explication n’a été fournie ni par le gouvernement, ni par le concessionnaire. Merci pour la transparence ! Qui alors veut encore investir dans du solaire, si c’est pour injecter la journée de l’électricité dans le réseau du gros monopole de l’électricité qui te le revend la nuit pour trois fois plus cher ? Ailleurs, ça s’appellerait du racket, mais à Tahiti, c’est le gouvernement qui l’instaure par arrêté du conseil des ministres ! Pourtant, dans d’autres îles comme Hawaii ou Fidji, tout citoyen peut installer des panneaux solaires et se brancher sur le réseau, sans frais et en remplissant deux formulaires par Internet.

Relance ? Le gouvernement annonce comme plan de relance la construction d’un rond-point à Punaauia. Coût : un milliard pour faire tourner les gros 4x4 des bourgeois en rond. Ne serait-il pas plus intelligent d’équiper l’hôpital en panneaux solaires avec cet argent, car il ne peut plus payer sa facture d’électricité ?
D’ailleurs, nos îles sont en train de devenir une sorte de « piège à cons », pardonnez le vocabulaire, mais il exprime ce qui se passe, car toute nouvelle initiative devient impossible : tu as besoin de pièces, machines, d’objets ou d’équipement qu’on ne trouve pas à Tahiti et il faut l’importer : tu dois payer l’objet et le transport, ensuite sur ce total se grèvent taxes (portuaire, droits d’entrée, de douane, TVA, de mise en circulation, etc,) une paperasse qui doit être faite par un transitaire (autre racket). Résultat : le prix de l’objet a doublé au minimum ! Et si tu produits quelque chose et que tu veux l’exporter, encore des taxes (regardez les perles !) et le prix du transport est au moins le double du voyage dans l’autre sens. Et maintenant nos rigolos au gouvernement viennent d’augmenter ces droits d’entrée et veulent même taxer Skype (téléphone par Internet) pour revenir au temps des colonies. Amen !
C’est une messe funéraire à la mémoire de l’économie agonisante de Tahiti que le père Christophe devrait officier tous les matins à la cathédrale. Le Seigneur, seul espoir !
Dans le reste du monde (hormis la Corée du Nord) les gouvernements font tout leur possible pour développer leur économie. Sauf à Tahiti où ils font tout pour la détruire !
Allez, courage ! … Jusqu’à la révolution ou la misère.

Bonne année quand même ! Et merci pour votre fidélité.

Alex W. du PREL
directeur de la publication


Evénements à Tahiti et ses îles

3 décembre - Près de 2 000 fidèles assistent samedi à la réouverture après rénovation de la cathédrale Saint-Michel de Rikitea sur l’île de Mangareva.
- Plus de 400 Polynésiens dansent “le plus grand tamure du monde” à l’occasion du Téléthon.
- 13e édition du Téléthon en Polynésie qui a permis de recueillir plus de 10 millions Fcfp.

4 décembre - Le groupe de presse Hersant Média et ses banques annoncent la vente des médias Hersant à Tahiti.

5 décembre - Indignation du comité
« Raromatai no raromatai » suite au vote par l’assemblée de l’intégration dans la fonction publique territoriale (FPT) du personnel des établissements satellites du Pays (Sem, Epic…).
- Hommage aux Morts pour la France pendant la guerre d’Algérie et les combats du Maroc et de la Tunisie.
- La brigade de gendarmerie de Huahine découvre une plantation de cannabis. C’est la mère d’un enfant de 13 ans, le planteur,  qui a appelé les gendarmes.
-  Visite officielle du haut-commissaire à Tikehau.

6 décembre - Affaire des professeurs stagiaires : le rapporteur du tribunal administratif demande l’annulation des arrêtés d’affectation du ministre Tauhiti Nena.
- Marie-Luce Penchard, la ministre de l’Outremer, victime d’un malaise, annule son voyage à Tahiti.
- Les recours déposés par la CGPME auprès du conseil d’État contre les taux de CST imposés dans le budget Tong Sang, puis dans le budget Temaru, ont eu gain de cause. Les lois de pays sont annulées.

7 décembre - Exposition sur les 50 ans du timbre polynésien à l’OPT.
- Un supermarché Casino remplace à Arue l’ancien Leader Price.

8 décembre - Etude du Budget 2012 : nouvelles taxes et baisse de l’investissement.
- Tourisme administratif : une délégation de la Ville du Mont-Dore (N-C) en déplacement à Arue et Nuku Hiva.

8 décembre - Pose de la première pierre d’un lotissement social à Papara.
- Session budgétaire à l’assemblée de P.F.
- Découverte de nouvelles espèces de poissons aux Marquises par les scientifiques du navire océanographique Braveheart.

9 décembre - Oscar Temaru invite une délégation d’Indiens de Fort McKay pour un jumelage avec la ville de Faa’a.
- Professeurs stagiaires : le tribunal administratif annule tous les arrêtés d’affectation du ministre tahitien.
- Pour retrouver la rentabilité entre LAX et Papeete, Air France va réaménager ses avions et réduire la franchise bagage.

12 décembre - Tenue d’un « Colloque Régional sur les politiques d’aménagement du littoral dans une perspective d’adaptation au changement climatique ».
- Signature d’une convention entre l’Etat et la Polynésie française : reconduction de l’aide au logement étudiant pour l’année universitaire 2011-2012.

13 décembre - Exposition au club house du Golf d’Atimaono.

14 décembre - Tourisme administratif : la CCISM a participé aux Assises de l’artisanat d’Outre-mer.
- La commune de Taputapuatea lauréate  du Prix du jury des Trophées Outre-mer durable.
- Grève au Trésor public.
- Le territoire verse une subvention de
250 millions à Air Tahiti pour maintenir les liaisons vers Ua Pou et Ua Huka aux Marquises, ainsi que vers Apataki, Takume, Fakahina et Puka Puka aux Tuamotu.
- L’Etat prêt à verser une dotation de 6 milliards Fcfp… mais toujours sous conditions.
- La société Air Tahiti Nui réduit son capital de 12,9 à 1,6 milliard afin d’effacer les pertes...

15 décembre - Le conseil d’administration du Centre hospitalier de P.F. rejette à une large majorité le budget 2012 qui lui était présenté, en baisse de 6%.
- Dotation de l’Etat : le Tavini dénonce “l’odieux chantage aux petits milliards”.
- 6 heures de vol et 3 ravitaillements pour le nouvel hélicoptère Dauphin appelé au secours d’une habitante de Rapa.
– Polémique entre l’association Te Tia Ara et le gouvernement sur des cas de salmonellose.
- Le Tahitien Teheiura ne remporte pas l’émission Koh Lanta (il est second).

16 décembre - Ouverture du huitième festival des Arts des îles Marquises.
- Taekwondo : Teddy Teng vice-champion d’Europe au Portugal.
- Escales des paquebots Ocean Princess et Columbus à Papeete.

19 décembre - Une journaliste du magazine National Geographic est agressée sexuellement dans la nuit dans sa chambre d’hôtel à Nuku Hiva.
- Guerre des communiqués entre Tahoeraa et Tavini sur la gestion du Pays par le gouvernement Temaru.

20 décembre - Le Village d’enfants SOS, en difficultés financières, fait un appel aux dons.
- Le ministère de l’Education s’insurge contre le renvoi par le ministère de l’Education nationale de deux inspecteurs pédagogiques avec interruption immédiate de leur mise à disposition auprès de la Polynésie.
- Traditionnelle journée récréative de Noël de l’association Social Police 2000 dans la résidence du haut-commissariat de Papeete.
– Les anciens propriétaires de Tropic Vidéo font un don de plus de 600 CD et DVD destiné à la médiathèque de la Maison de la Culture.

21 décembre - Le ministre de l’Environnement annonce que la Polynésie consacrera 14 millions en 2012 à une grande étude sur la contamination radiologique des coraux aux Gambier. Cette enquête sera conduite par les experts indépendants de la Criirad.

23 décembre - Le ministre de l’Economie, Pierre Frébault, annonce pour 34 milliards Fcfp de projets d’investissements du gouvernement pour 2012.
- La Polynésie française a connu “une multiplication par cinq des demandes d’aide alimentaire en quatre ans”, un signal d’alerte de paupérisation de population.
- On apprend qu’à Tahiti plus de
900 femmes sont porteuses de prothèses mammaires pré-remplis de gel de silicone fabriqués par la société Poly implant prothèse (PIP).
- Ivre et sans casque, un jeune homme de
23 ans se tue en scooter à Raiatea.
- Franc-maçonnerie : destituée par la GLNF, la branche polynésienne crée la Grande loge régulière de Tahiti et des archipels (GLRT.).

26 décembre - Glissement de terrain à Papenoo :  la route est coupée.
- L’OPT présente ses comptes 2011…
qui virent au rouge.

27 décembre - Les services radiologique des hôpitaux sont en grève car médecins et manipulateurs revendiquent le congé rayon, un congé qui a été supprimé au plan national.

28 décembre - Trois pêcheurs marquisiens secourus au large de Ua Pou.
- Aggie Grey’s Hotels, un consortium samoan, annonce le rachat du Méridien Tahiti Resort (groupe Elyo), pour une somme non divulguée.

30 décembre - Création de la communauté de communes Havai, regroupant Taputapuatea et Tumaraa à Raiatea.

31 décembre - Le site web d’information Tahitipresse cesse sa diffusion à minuit. L‘établissement public ATP (Agence tahitienne de presse) a été officiellement dissout.

AdP

AdP


Evénements dans le Pacifique Sud

  Papouasie-Nouvelle-Guinée,
4 décembre - Deux hommes ont été condamnés à 15 ans de  travaux forcés pour le meurtre d’une vieille dame qu’ils accusaient de sorcellerie.

Suva, 9 décembre - A Fidji, épidémie de typhoïde dans les villages de Nanoko et Navosa, près de Sigatoka, une petite ville de 9 700 habitants au sud-ouest de l’île de Viti Levu, où se trouve aussi la capitale, Suva.

Tarawa, 13 décembre - A Kiribati, la dérive est une affaire de famille. 50 ans après leur oncle, le neveu et son fils ont dérivé pendant 33 jours pour atterrir sur Namdrik Island, un atoll isolé, à plus de 600 km de leur maison. Leur système GPS étant cassé, Temaei Tontaake, 26 ans, et Uein Buranibwe, 53 ans, ont survécu en buvant de l’eau de mer et en mangeant le fruit de leur pêche. A leur arrivée sur l’atoll de Namdrik, qui compte 600 habitants, les deux naufragés ont été très surpris de découvrir une femme qui parle leur langue. Temaei Tontaake a alors découvert qu’il s’agissait de la descendante de son oncle, perdu en mer il y a 50 ans et que tout le monde pensait mort. Un oncle qui a pris exactement le même chemin, dérivant sur la même distance. A l’époque, il n’y avait pas de moyens de communication, donc le tonton est resté sur Namdrik, a pris femme et fait des enfants.

Washington, 15 décembre - La Banque mondiale a approuvé une subvention de 62 millions de dollars pour améliorer la sécurité des aéroports de Tuvalu, de Kiribati et de Tonga.

Suva, 19 décembre - Alors que les soldats américains ont plié leur drapeau pour célébrer la fin de
8 ans, 8 mois et 26 jours de guerre en Irak, on apprend que 1 200 militaires fidjiens ont servi en Irak, mais aussi au Soudan et au Sinai ces dernières années, alors qu’au plus fort de la guerre, l’effectif de l’armée américaine tournait autour de 170 000. Parmi les soldats fidjiens, on déplore un mort et au moins trois morts parmi les mercenaires fidjiens des sociétés privées.

Auckland, 19 décembre - Richie Mc Gaw, l’un des champions du monde de rugby, a refusé un titre de noblesse. Richie Mc Gaw est le seul rugbyman à avoir reçu trois titres de Joueur mondial de l’année des mains de l’IRB, l’International Rugby Board.

Suva, 19 décembre - Une étude de l’Université du Pacifique Sud dévoile les conséquences sociales et économiques de la migration sur les ménages et révèle qu’entre 250 000 et 260 000 personnes ont quitté l’archipel de Fidji depuis 1987. Et 50% des migrants ont des qualifications professionnelles. Une véritable fuite des cerveaux.
 
Jakarta, 21 décembre - 200 passagers sont portés disparus depuis le naufrage au large de Java d’un bateau surchargé de demandeurs d’asile en route pour l’Australie. La police indonésienne a mis la main sur quelques-uns des passeurs. Ils ont récolté un million de dollars des 250 candidats à l’asile, venant principalement d’Iran et d’Afghanistan.

Nuku’alofa, 21 décembre - Le dernier exportateur de poisson de Tonga met la clé sous la porte après
22 ans d’activité. La secrétaire et trésorière de l’Association de l’industrie du thon accuse le gouvernement tongien d’être responsable de la mort du secteur. L’État a en effet créé une taxe de 15% sur les exportations de thon. Résultat : les producteurs tongiens vendaient leur thon au même prix que les producteurs fidjiens par exemple, mais leurs marges sont bien moindres à cause de cette taxe.

Suva, 22 décembre - Franck Bainimarama, le Premier ministre par intérim de Fidji vient de signer un contrat avec une société américaine de relations publiques. Pour 500 000 dollars par an, Qorvis va organiser une campagne à grands renforts de communiqués en direction des médias, mais aussi en créant le compte Twitter de Franck Bainimarama. Qorvis est spécialisée dans la promotion des dictateurs. Elle a assuré les campagnes de relations publiques de Ben Ali en Tunisie ou Moubarak en Egypte pendant le Printemps Arabe, avec le succès qu’on connaît.

Suva, 22 décembre - A Fidji, le gouvernement vient d’accorder la toute première licence de casino à une société américaine. One Hundred Sand ouvrira un casino à Nadi, où se trouve le principal aéroport, et une succursale plus petite à Suva, la capitale fidjienne. Franck Bainimarama estime que ces casinos vont développer le tourisme à Fidji en plus de créer des emplois. Mais « Fidji n’ambitionne pas de devenir le Las Vegas du Pacifique», a précisé le contre-amiral. Il veut un équilibre entre développement économique et lutte contre la dépendance au jeu.

Christchurch, 22 décembre – La reconstruction de cette ville néo-zélandaise frappée par les séismes de février et de septembre derniers nécessite 36 000 travailleurs supplémentaires quand les travaux tourneront à plein régime, fin 2013. Exemple : 1 800 menuisiers travaillent actuellement à Christchurch, il en faudra 4 800 en septembre 2013. Un véritable défi à l’emploi. Il s’agit de reconstruire 10 000 maisons et d’en réparer plus de 100 000 autres.

Port Vila, 22 décembre - La présidente de Transparency International Vanuatu, Marie-Noelle Ferrieux-Patterson, ne sait toujours pas si la police a l’intention de mettre en examen le ministre des Services publics et des infrastructures qui a menacé le personnel de son agence de jeter le personnel de Transparency par la fenêtre et de brûler les locaux de l’organisation. En juillet dernier, Harry Iauko a été reconnu coupable d’avoir commandité le tabassage du patron du journal Vanuatu Daily Post. Le ministre avait dû verser une amende mais avait conservé son portefeuille.

Apia, 26 décembre - La communauté transgenre ou transsexuelle a bien accueilli les réformes proposées par le gouvernement samoan pour que les hommes puissent se travestir et se déguiser en femme s’ils le désirent. Toutefois, le président de la principale organisation transgenre de l’archipel, l’Association Fa’afafine, dit espérer que des personnes extérieures à l’archipel ne vont pas profiter de la situation : « Nous ne voulons pas ouvrir les portes à l’homosexualité ou à des hommes “gay’ ”qui viennent ici en pensant qu’ils peuvent avoir des relations avec d’autres hommes [des travestis] en public. »
Jayapura, 26 décembre - Reprise du travail à la mine d’or et de cuivre de Grasberg en Papouasie indonésienne, après trois mois de grève. Les 8 000 grévistes ont recommencé le travail, levant les barrages qu’ils avaient installés sur la route reliant la mine au port. Les ouvriers ont tué quelques cochons pour marquer le coup. Les grévistes ont obtenu 37% d’augmentations de salaire progressives sur deux ans. Salaires qui s’échelonnaient jusqu’à présent de 361 à 605 dollars le mois.

Port Moresby, 27 décembre - La Commission des Lois et de la Constitution de Papouasie-Nouvelle-Guinée a appelé le Parlement à renforcer la loi sur la sorcellerie. Les crimes ayant pour mobile un soupçon de sorcellerie sont courants dans le pays. D’après la Commission, 75 personnes accusées de sorcellerie, dont une écrasante majorité de femmes, ont été torturées et tuées entre 2000 et 2006.

Honolulu, 27 décembre - L’économie hawaïenne est en forme. Comme toutes les autres économies, elle est menacée par la crise, mais 2011 a été marqué par un taux de chômage à 6,6% et une augmentation du nombre de touristes, qui a permis la création de
8 000 emplois dans le secteur privé.

Honiara, 28 décembre - Aux Iles Salomon, le propriétaire de trois chalutiers taïwanais a été condamné à 400 000 dollars d’amende pour flagrant délit de pêche illégale.

Apia, 30 décembre - Le Samoa passe, avec Tokelau, directement au Réveillon du Nouvel An, plus précisément à minuit le 31 au soir, histoire de rattraper leur retard sur leurs voisins directs à l’ouest de la ligne internationale de changement de date. Après 119 ans passés à l’est de la ligne, le Samoa se met ainsi à l’heure de ses principaux partenaires économiques : l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Quant au Samoa américain, il reste tourné vers les États-Unis, à l’est de la ligne internationale de changement de date. Ce qui a inspiré cette boutade au Premier ministre du Samoa: « Désormais, vous pouvez fêter deux anniversaires, deux mariages, deux anniversaires de mariage à la même date mais à des jours différents en faisant moins d’une heure d’avion ».

Port Vila, 30 décembre - Le gouvernement néo-zélandais a suspendu son programme d’aide au Vanuatu concernant l’établissement des passeports. En 2010, la Nouvelle-Zélande a en effet financé la construction d’un nouveau bâtiment à Port-Vila, doté de la technologie nécessaire pour imprimer des passeports biométriques. Ce nouveau système étant destiné à mettre fin au trafic de passeports diplomatiques, mené par certains députés et/ou membres du gouvernement. Trafic à peine dissimulé, car cinq Chinois ont bénéficié de ces passeports leur garantissant l’immunité juridique, des passeports sortis directement des presses de l’État vanuatais. En échange, les cinq Chinois ont fait une généreuse donation à l’État pour la rénovation du Parlement, mais on a perdu la trace de cet argent. Un ancien ministre vanuatais a tiré la sonnette d’alarme, affirmant que ce trafic de passeports continue.

Rarotonga, 31 décembre - 600 000 dollars, c’est le prix payé par l’Association chinoise de la pêche au ministère de la Mer des îles Cook pour 17 licences de pêche. Chaque bateau chinois reçoit l’autorisation d’exploiter les fonds marins, particulièrement le thon obèse et l’espadon, pendant un an, reconductible sur trois ans.

avec Pierre Riant à Radio Australie


 

Vente du CD et concerts de la chanteuse Vaheana Fernandez au profit de la Croix-Rouge de Tahiti. (Ph. TPM)


Teheiura (star de Koh Lanta) et Miss Tahiti 2011, Rauata Temauri, ont aidé à promouvoir Tahiti
au Salon du Tourisme à Paris. (Ph. DR)


Courageuse initiative en ces temps de crise, l’ouverture du Fakarava Diving aux Tuamotu. (Ph. DR)


Excellente nouveauté : école de ukulele la journée dans un night-club de Papeete.
Nombreux étaient les écoliers. Ph. TPM


Innovation à Tahiti : dorénavant, il existe des défilés de Noël, parfois même un peu “carnaval”. (Ph. TPM)


(José Marquez)