N° 254, août 2012


­­4    Clin d’œil
 5    Editorial
 6    Courrier des lecteurs
 7    Actualité   
 8    Actualité
 9    Confidences
10    Syndicats de Tahiti
12    Humour
13    Baromètre
14    Photo
15    Cousins oubliés du Pacifique
21    Iaorana de Simone
23    Partenariat France et Australie
27    Ethnologie
31    The Best of LoLo
33    Encore du courrier
34    Le fiu de Beslu
35    Cri de détresse
38    Hameçons des îles
39    L’art océanien en vogue
40    Werner “Sandy” Winkler
41    A bord du Prairial
46    Publications
48    Les événements du Pacifique en août
49    Les événements de Tahiti en août
50    Balises des îles­­




HUMOUR


 

 

 

« La Polynésie est malade de ses finances publiques »

Nous commençons cet éditorial par des extraits de la lettre du collectif Te Tau no te Hono adressée le 27 juillet 2012 au ministre des Outre-mer, Victorin Lurel, car elle résume bien la triste situation dans laquelle se trouve la Polynésie française, tout en démontrant que les dérives et aberrations que nous dénonçons  depuis plus de 10 années (face à un dédain hautain) commencent à être reconnues comme étant la dure réalité :
« Chaque majorité successive n’a cessé d’augmenter le nombre des services administratifs et de multiplier les organismes parapublics, pour offrir des rentes à leurs créatures et à leurs clientèles partisanes. L’Administration épuise les budgets et décourage le secteur privé productif par des interventions incessantes, autant qu’intempestives, et par des réglementations paralysantes et amphigouriques ou incompréhensibles. La détresse budgétaire est telle que plus de 20 milliards Fcfp de crédit d’État pour le logement social restent inemployés, faute par le Pays de pouvoir dégager les 3 ou 4 milliards Fcfp préalables et nécessaires au démarrage des opérations attendues par plus de 8000 familles de mal-logées et par des milliers de chômeurs du BTP. Après un long et lent déclin, c’est, aujourd’hui, à une véritable débâcle de l’économie que l’on assiste et, par voie de conséquence, à une explosion de la détresse sociale. C’est pourtant le moment choisi par Monsieur le ministre de l’Économie et des Finances, Pierre Frébault, pour augmenter le prix des hydrocarbures en Polynésie française, alors que même le président François Hollande décidait de geler les prix en métropole (…) Il faut qu’il soit su que chacun n’en peut plus des ministres qui ne savent qu’augmenter les impôts, pour perpétuer un système à bout de souffle, plutôt que de commencer à mettre fin à la gabegie et aux privilèges les plus scandaleux. Pour les petits, les prix sont insupportables, tout comme la simple augmentation du
ticket modérateur à payer au médecin les empêche de se faire soigner. Voilà la réalité quotidienne. Puisse ce message être entendu et écouté. »
Il faut ici féliciter le collectif Te Tau no te Hono – bien qu’il soit surtout destiné à préserver certains privilèges aux corporations qui le composent – pour son opiniâtreté à mener un combat pour enfin réveiller une population peu organisée à se réveiller de son stupéfiant fatalisme et à ne plus subir sans broncher les nouvelles taxes et impôts qui ne servent qu’à maintenir dans une scandaleuse aisance une caste de nantis qui, en temps de crise, continue à s’accorder de nouvelles augmentations et maintient ses scandaleux privilèges. Combien de fois n’avons-nous pas entendu des observateurs de passage en Polynésie réagir à l’exposé des inégalités et des injustices sociales de Tahiti (avec certainement 50% des jeunes de Tahiti sans emploi) avec un : « Mais qu’attend donc la population pour se révolter ? ». Pour leur répondre que lorsque le Tahitien se retrouve au chômage, en difficulté, il se sent coupable, ressent une honte et se recroqueville dans son coin car 100 année de colonie et 30 années d’autonomie lui ont inculqué que les hommes politiques, syndicats et monopoles responsables sont intouchables car ils n’ont jusqu’à présent jamais eu à subir les conséquences de leurs actes.
Autre exemple de réveil, de tentative de retour à une réalité économique, est le “blog” « Tahiti Punu News » (apparemment écrit par un fonctionnaire – retraité ? – qui veut rester anonyme (on le comprend), qui mérite votre lecture : « On le sait, notre pays souffre du manque d’activités productives aptes à satisfaire la demande locale et extérieure. Cette “sous-production” a été compensée au “bon vieux temps” des 40 glorieuses [Ndlr : 1965-2005] par une hypertrophie du système politico-administratif qui fait de nous l’un des pays qui détiennent le record du monde en ce qui concerne le poids des ressources publiques (Etat, Pays, communes) par rapport au PIB. Nous vivons encore les soubresauts de ce système politico-administratif qui peine à se réformer. En effet, la réduction des dépenses publiques ne se concrétise pas autant qu’il le faudrait en raison des pressions de divers lobbys, dont le corporatisme syndical n’est pas le moindre… Nos décideurs savent que nous sommes toujours au fond du trou, mais ils adoptent la politique de l’autruche... Il faut progressivement sortir de cette hypertrophie administrative et de cette “sous-production privée” en bâtissant un système de production de biens et de services viable, c’est-à-dire assurant sa propre reproduction sans les béquilles du protectionnisme, de la sur-taxation des importations (TDL) de la subvention publique ou de l’exonération fiscale qui coûte des milliards à la collectivité et qui pénalise énormément le pouvoir d’achat des consommateurs polynésiens. De multiples pans de l’activité économique polynésienne se sont trop habitués au “biberonnage” des fonds publics ou de l’interventionnisme qui créent une dépendance mortelle à terme et neutralise toute réflexion sur la nécessité d’assurer le développement de son activité par soi-même et ses propres efforts de performance, de productivité, de compétitivité ou d’adaptation aux goûts – eux-mêmes évolutifs – des consommateurs (…) Le Pays et l’Etat, à travers divers mécanismes incitatifs, sont obligés de construire des “usines à gaz” visant à assurer la pérennité de ces activités sans que, forcément, les acteurs aient conscience qu’il leur faut tendre vers la viabilité par leurs propres efforts et savoir se passer un jour de l’aide publique ou de la protection politique. Beaucoup d’exemples récents démontrent les effets pervers d’une telle situation de dépendance qui devient “une situation acquise et normale”. On peut citer le récent conflit à l’Huilerie de Tahiti, l’affaire des énormes réserves financières accumulées par Tikiphone sur le dos des consommateurs polynésiens, ainsi que le “tripatouillage ministériel” de la grille tarifaire de l’électricité payée par les Polynésiens. Voilà des activités déficitaires ou excédentaires qui vivent une situation de rente, qui vivent (confortablement pour Tikiphone et l’EDT) sous le “parapluie du pouvoir politico-administratif” et qui ne font pas bénéficier leurs clients – par des baisses de prix notamment – d’éventuels gains de productivité ou d’innovations technologiques réduisant leurs coûts… »
Voilà qui est redit, peut-être plus élégamment que nous, mais qui n’est toujours pas entendu par notre gouvernement tahitien du moment, triomphalement revenu de Paris en clamant que « les robinets sont à nouveau ouverts ». L’avenir nous dira ce qu’il en est réellement…

Bonne lecture et merci pour votre fidélité.

Alex W. du PREL
directeur de la publication


Evénements à Tahiti et ses îles

 2 juin - Premier tour des législatives à Tahiti : le Tahoera’a en tête dans deux circonscriptions, le Tavini dans une.

3 juin - Les petites fourmis de feu gagnent du terrain : les zones infestées à Tahiti et Moorea sont passées de 540 hectares en 2007 à 780 hectares en 2012.

6 juin - Emile Vernaudon sort de Nuutania et est assigné chez lui jusqu'en janvier 2013. 

9 juin - Un jeune métropolitain se suicide en se jetant d’une grue à Punaauia.
- Une intersyndicale dépose un préavis de grève à l'aéroport, à la Somstat – fournisseur de l'aéroport en hydrocarbures – et à la mairie de Mahina.
- L'institut de la statistique révèle que l'emploi poursuit inexorablement sa chute.

14 juin - Grève à l’aéroport de Tahiti.

15 juin - Deux sœurs ont été condamnées à la réclusion criminelle à perpétuité par la cour d'assises de Papeete pour les meurtres de deux retraités commis en 2008 et 2009, après les avoir volés.

17 juin - Le parti autonomiste Tahoera’a de Gaston Flosse, soutenu par l'UMP, a remporté les trois circonscriptions de la Polynésie française, face aux trois candidats du président indépendantiste Oscar Temaru, investis par le parti socialiste.
- Perte totale du thonier Mata’u sur le récif de Puka Puka.
- Poursuite de la grève à l’aéroport.

20 juin - Le président Temaru part à Paris rencontrer le nouveau gouvernement.
- Les trois députés (Tahoera’a) de la Polynésie française annoncent qu’ils vont siéger dans le groupe "Union des Démocrates et Indépendants" (UDI) de Jean-Louis Borloo.

22 juin - Le Tribunal administratif de Papeete annule les décisions du ministre de la Défense qui rejetait six demandes d'indemnisation de travailleurs du nucléaires irradiés.
- Le président Oscar Manutahi Temaru
a rencontré Bruno Leroux, président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale.
- Toujours la grève à l’aéroport de Tahiti.

25 juin - Le Conseil économique, social et culturel prend six semaines sous prétexte « d’importants travaux de rénovation de la toiture de l’immeuble abritant son siège ».
26 juin - Fin de la grève à l’aéroport de Tahiti.
- Grogne des perliculteurs contre des mesures prises par le gouvernement.

27 juin - Annonce que les  prix  des carburants augmenteront le 1er juillet. Le sans plomb passe à 182 Fcfp le litre et le gazole à 168 Fcfp.
- Le président de la République, François Hollande, puis le ministre des Outre-mer, Victorin Lurel, reçoivent Oscar Temaru. Il promet une aide de 6 milliards Fcfp
(50 M€) pour soulager la trésorerie exsangue du Territoire.

28 juin - Ouverture de la saison des oranges à Punaauia.

29 juin - Déplacement officiel de Richard Didier, haut-commissaire de la République, sur les atolls de Raroia, Fakahina, Puka Puka et Hikueru.

1er juillet - Les forces de l’ordre expulsent les occupants de la “secte” Pakumotu qui squattaient l’ancien centre hospitalier de Mamao.

3 juillet - Le milliardaire australien Clive Palmer rachète l’ancien Club Med Bora Bora Resort (fermé depuis 2009) pour
5 millions de dollars australiens
(480 M Fcfp).

5 juillet - Forum Asie-Pacific du Club de Madrid à Papeete sur l’invitation du président Temaru. Absence de célébrités et refus d’accès à la presse, on attend toujours le communiqué final. Un bide.

10 juillet - L’assemblée de P.F. a adopté le projet de loi de Pays modifiant les diverses dispositions relatives au régime de retraite des salariés.
- Annonce de la création d’un opérateur commun Etat-territoire chargé de construire, en tant qu’assistant à maîtrise d’ouvrage, les logements de l’OPH.
-  Création du collectif « Te Tau no Te Hono » afin de lutter contre la hausse des prix des hydrocarbures. Il est composé de pêcheurs, de perliculteurs, d’agriculteurs, d’entreprises du bâtiment, de transports, etc.

11 juillet – Grève à Air Tahiti. Les vols vers les îles sont chamboulés.
- Le président de l’assemblée de la P.F, Jacqui Drollet est à Paris pour demander auprès de l’Assemblée nationale “comment faire”.
- Perquisition de la DSP dans le quartier de la Mission à Papeete, à la recherche de faux documents d’identités délivrés par le roi Pakumotu.

12 juillet - Le réseau de téléphone mobile Vini subit un black-out pendant 4 heures dans la zone urbaine de Papeete.

13 juillet - Signature des contrats pour la construction de la nouvelle prison à Papara.
- Tenue d’un forum “Build me a Nation” au grand théâtre de la Maison de la Culture. Une invitation faite par les jeunes de l’UPLD aux jeunes pour débattre de la notion de décolonisation de la Polynésie. On leur demande ensuite de signer une pétition.

14 juillet - Dernier défilé à Papeete pour le Bataillon du Pacifique et la Base aérienne 190 dont les unités seront dissoutes.

16 juillet - 37 arrêtés du nouveau statut de la fonction publique communale sont publiés au Journal officiel de la Polynésie française.
- Après trois mois de résistance, le syndicat des 218 médecins libéraux exerçant en Polynésie française ont décidé d’accepter de signer une convention individuelle avec la CPS.

17 juillet - Le Groupe Hersant Média Polynésie (GHM) a été acquis par la Sarl Media Polynésie, dont les associés sont Paul Yeou Chichong, Richard Bailey et la famille Chin Foo qui se partagent le capital par tiers.

20 juillet - Le groupe O Tahiti E remporté le concours de danses dans la prestigieuse catégorie Hura Tau du Heiva 2012).
- Blocage partiel des routes de Papeete

25 juillet - Levée des blocages à Papeete.

26 juillet - Plus de 2000 personnes rejoignent le collectif Te Tau no te Hono place Tarahoi, puis défilent en ville afin de manifester leur mécontentement contre la dernière hausse du prix des carburants.
- En protestation contre la mise en place au 1er août de la Fonction publique communale, une intersyndicale dépose un préavis de grève...

AdP



Evénements dans le Pacifique Sud

4 juin - Les chinois investissent dans les terres agricoles australiennes – la coalition des forces d'opposition  affirme que les Australiens sont préoccupés par la volonté du gouvernement australien de laisser des sociétés chinoises investir dans des terres agricoles. Une volonté qui s'inscrit dans le cadre d'un accord d'exportation de produits alimentaires en Chine. Pour le gouvernement australien, il s'agit principalement de fouetter la production alimentaire australienne pour desservir les marchés mondiaux.
- Vive baisse des envois de fonds à Tonga – Ces transferts d'argent de la diaspora tongienne sont la principale source des entrées en devises étrangères du royaume. Et ces envois de fonds ont chuté de 18 millions de dollars américains (-24%) en un an.

5 juin - La marine américaine s'ancre dans le Pacifique – Le ministre de la Défense australien, Stephen Smith, applaudit la décision des États-Unis de repositionner leurs forces militaires dans la région Asie-Pacifique, qui devrait abriter 60% des forces navales américaines d'ici à 2020. Les forces navales américaines comptent à l'heure actuelle quelque
285 bâtiments et ce repositionnement fait partie de la nouvelle stratégie de Washington qui se focalise sur l'Asie.

6 juin - Ruée vers l'or aux Iles Salomon. Depuis 2010, date de la réouverture de la mine de Gold Ridge à Guadalcanal, les investisseurs et explorateurs accourent, à la recherché d'or, mais aussi de nickel et de nodules polymétalliques au fond de l'océan. 11 nouvelles licences d'exploration terrestre ont été accordées par le gouvernement salomonais, et 3 offshore. Parmi les compagnies minières, le groupe Sumitomo du Japon et l'américain Newmont.
- A Tonga, après quatre ans d'enquête, la Commission Royale Foncière a décidé de rendre aux expatriés leurs droits sur leurs terres. Jusqu'à présent, les émigrés tongiens perdaient automatiquement leurs terres. Et ce n'est que justice, estime le Président du Conseil des Tongiens de Nouvelle-Zélande. Melino Maka s'est réjouit sur la radio néo-zélandaise internationale que le gouvernement  tongien reconnaisse la contribution de la diaspora, qui fait vivre le pays grâce à ses envois de fonds. Or plus de la moitié des Tongiens vivent à l'étranger, en Nouvelle-Zélande à une écrasante majorité.

7 Juin - Détournement de fonds publics au Parlement de la province autonome de Bougainville. Selon le ministre des Finances de Papouasie Nouvelle-Guinée, 423 000 dollars ont été détournés du budget 2012 par des parlementaires pour acheter des voitures.
13 juin - A Tonga, les fakaleiti sont toujours en butte à la discrimination dans leur famille, à l'école ou encore du fait de la police. C'est le constat dressé par l'association Tonga Leiti à une conférence des Parlementaires néo-zélandaise. A Tonga, les transsexuels continuent à se faire tabasser et une enquête de police aurait été abandonnée récemment pour l'agression d'un fakaleiti.

14 juin - Des robots étudient l'océan Pacifique. L'administration nationale océanique et atmosphérique des États-Unis (NOAA) a largué plus d'une dizaine de petits robots autonomes au large de Kiribati. Leur mission : collecter des données qui permettront à la communauté scientifique de mieux
comprendre les écosystèmes marins.

26 juin - Vanuatu, les Iles Salomon, Fidji, Tuvalu, Tonga, la Papouasie Nouvelle-Guinée et la Nouvelle-Calédonie ont signé un accord la semaine dernière avec la compagnie "Pacific ComNet" pour un service de communications par un satellite en grande partie financé par la Chine, qui sera lancé depuis la Russie.

29 juin - L'Australie double son aide bilatérale aux îles Fidji.

2 juillet - Solomon Airlines suspend sa liaison vers la Papouasie-Nouvelle-Guinée. La compagnie suspend ses vols à destination de Port-Moresby, la liaison n'étant pas rentable.

3 juillet - Industrie du film en hausse à Fidji. Une équipe de production américaine visite le pays où deux films du genre Bollywood ont déjà été tournés. Les autorités fidjiennes précisent que les sociétés de production étrangères prévoient de tourner deux films par mois jusqu'en novembre. « L'emplacement de Fijdi dans l'océan Pacifique est un atout », explique le représentant de Film Fiji une société de production privée locale.  « Fidji est à  10 heures de Los Angeles, à 3 heures de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande. Il y a maintenant des vols directs depuis Hong Kong et Los Angeles » .
- Hausse du nombre de touristes australiens à Hawaï où les touristes viennent habituellement en majorité du Japon et des Etats-Unis. L’industrie du tourisme de Hawaï enregistre une nette hausse du nombre de visiteurs en provenance d'Australie qui s’ajoute aux bons résultats sur l'ensemble des marchés en Europe, au Japon, en Corée  aux Etats-Unis. Le marché australien affiche l'augmentation la plus importante avec une hausse de 20% sur les trois dernières années.

4 juillet - L’île de Palau en tête du classement mondial de consommation de cannabis. C'est ce que révèle le dernier rapport des Nations unies sur la drogue. Près d'un quart de la population, entre 15 et 64 ans, a  reconnu avoir utilisé du cannabis l'an dernier. Viennent ensuite les Mariannes du Nord et Guam... Les Etats-Unis arrivent au sixième rang de ce classement avec 14,1% de fumeurs déclarés de cannabis.

10 juillet - Au Samoa, l'attribution de la licence d'exploitation du tout premier casino du pays sera prise d'ici la fin de l'année. Le Parlement a voté une loi en 2010 autorisant la construction de deux casinos. Le Conseil national samoan des Eglises craint les effets pervers des jeux d'argent, qui pourraient enfoncer les gens dans la pauvreté. Mais le Premier ministre a précisé que seuls les étrangers auront le droit de jouer.

12 juillet - Une grande opération d'expulsion démarre en Nouvelle-Zélande. Les autorités kiwis ont mené un audit sur 1800 visas accordés à des étudiant chinois. Verdict : 279, soit 15%, ont été obtenus avec de faux papiers, de faux diplômes, de faux relevés de banque. Près de 100 000 étrangers viennent étudier chaque année en Nouvelle-Zélande, le quart d'entre eux de Chine. Les visas ne sont pas gratuits, ce qui rapporte 1,9 milliard de dollars à la Nouvelle-Zélande chaque année.
- Mariage fastueux à Tonga. Le prince héritier Tupouto'a Ulukalala, a épousé sa cousine au deuxième degré, Sinaitakala Fakafanua en présence de 2500 personnes à Nuku'alofa, la capitale. La cérémonie a été suivie d'un buffet avec 4000 invités. C'était jour férié à Tonga, et jour de fête après un deuil national de 3 mois pour feu le Roi George Tupou V. Les festivités s'achèveront avec un grand déjeuner public dans la capitale. Or cette union crée la polémique en Nouvelle-Zélande. Le chef de la communauté tongienne d'Auckland met en garde contre les dangers des mariages consanguins. Selon un avocat tongien installé à Auckland, la tradition est d'organiser des mariages au sein de la famille royale pour conserver un sang royal pur, mais légalement rien n'empêche les princes et princesses de se marier avec des roturiers ou des personnes extérieures à la famille.
 - Fin du 11e Festival des Arts du Pacifique à Honiara. En parallèle des spectacles et de l'art exposé ou projeté au village, ce 11e festival a été marqué par la deuxième rencontre des ministres de la Culture du Pacifique jamais organisée. Laquelle a débouché sur la signature d'un plan régional sur les 10 prochaines années pour développer la culture au niveau des pays et de la région. C'est aussi la première fois qu'un symposium sur les droits culturels dans le Pacifique était organisé. Au centre des discussions, la question des droits d'auteur, mais aussi celle de la sauvegarde des savoirs traditionnels. A Guam, qui accueillera le prochain Festival des Arts du Pacifique en 2016, de faire mieux.
 
17 juillet - Hawaian Airlines ouvre une nouvelle ligne Honolulu-Auckland. La nouvelle liaison, un vol direct trois fois par semaine, sera lancée le 13 mars 2013.
 
19 juillet - La NASA simule un alunissage à Hawaii. Au centre de ces expérimentations, qui dureront 9 jours, les techniques de recherche de glace lunaire. Situé au centre de Hawaii, le site est constitué d'une montagne de roches laviques, un sol très proche des anciennes plaines volcaniques de la Lune.

20 juillet - Les Iles Marshall vendent une partie de leur bande passante satellite aux Iles Salomon. Un accord lucratif pour l'Autorité nationale des télécommunications marshallaise, qui a investi il y a deux ans dans un câble sous-marin en fibre optique reliant les Iles Marshall à Guam, du coup elle n'a plus besoin de sa bande passante satellite.

24 juillet - Les descendants des mutinés du Bounty ont les meilleurs yeux du monde. Telle est la conclusion d’un institut australien qui a mené une étude sur les habitants de Norfolk et de Pitcairn. Ils ont le taux de myopie le plus bas de la planète. Cette vision de rapace serait sûrement due à l'environnement de Norfolk et Pitcairn, mais aussi à l'héritage génétique des marins britanniques et des Polynésiens.
- Le voilier Phocea (ex-Club Med lors de son séjour à Tahiti de 1979 à 1982) a été saisi au Vanuatu, et ses 16 équipiers, le capitaine et la petite amie de son propriétaire, arrêtés pour avoir des faux passeports. Le Phocea, autrefois propriété de Bernard Tapie, appartient aujourd'hui à Anh Quan, un Chinois qui a acquis la citoyenneté ni-vanuataise en 2012. La police soupçonne l'équipage du voilier de se livrer à un trafic d'armes automatiques au Vanuatu. Deux ministres, un député et d'autres politiciens vanuatais ont été aperçus sur le voilier avant la descente de police.
 
26 juillet - Au Vanuatu, l'augmentation de 15% du salaire minimum est entré en vigueur. Le salaire passe donc de 288 à 333 dollars américains par mois.
 

avec Pierre Riant à Radio Australie


 
Christian Chee Ayee, de l’Olympic Athlétic Club de Tahiti,
a remporté deux médailles de bronze en lancer de poids et de javelot lors des Championnats de France d'athlétisme handisport au stade Serzian de Belfort. Ph. DR.


Henri Cornette de Saint-Cyr, dit "Doudou", créateur de la "Saga", a réussi la version 2012 malgré la crise économique qui a réduit les contributions des donateurs. La Saga accueille chaque année des centaines d'enfants
en difficulté issus de milieux défavorisés pour leur offrir les joies
des sports aquatiques et d’une communauté de vacances. (Ph. Saga)


Après avoir gagné les courses en haute mer du Heiva, l’équipe
de Shell Va’a a aussi remporté, pour la 8e fois, la course Faati Moorea
de 84 km qui fait le tour de Moorea au départ et à l’arrivée de Papeete, talonnée par EDT et le Team OPT. (Ph. DR)


Le Club de Madrid (anciens leaders politiques retraités et une kyrielle de consultants pour des organismes internationaux) a tenu un forum sur l’Asie-Pacifique à Papeete, à l’invitation du président Temaru. La presse était interdite. Raison avouée de ce forum : rappeler au monde que Tahiti existe. (ph. gouv.)