N° 260, février 2013


­­

 


 4    Clin d’œil
 5    Editorial
 6    Courrier des lecteurs
 7    Actualité   
 8    Actualité
 9    Confidences
10    Actualité
11    Actualité
12    Humour
13    Baromètre
14    Clin d’œil
15    Perliculture en danger
26    Vœux
27    Iaorana de Simone
28    Commerce
29    The Best of LoLo
30    Mythe fondateur tahitien
35    TikiLeaks
37    Editions
39    Tram aérien
43    Nouvelle : Nadège
48    Les événements du Pacifique en janvier
49    Les événements de Tahiti en janvier
50    Balises des îles­­



 



HUMOUR


 

 

 

Au secours de la perle de Tahiti

Notre dossier du mois, l’œuvre d’un perliculteur renommé et respecté, décortique les problèmes et obstacles qui ont mené notre industrie de la perle au bord de la catastrophe. Il analyse aussi le projet du “Tahiti Pearl Consortium” qui pourrait carrément anéantir cette industrie. Il ressort de ces lignes, bien expliquées, qu’un des maux majeurs est l’intervention continue et croissante des gouvernements dans le jeu de la libre entreprise.
Or le hasard a voulu que le livre Atlas Shrugged, de Ayn Rand, vient d’être traduit en français (titre : La Grève) pour enfin donner aux francophones l’accès à sa vision des menaces qui pèsent sur nos sociétés. Publié en 1957 aux Etats-Unis, il est devenu depuis le best-seller mondial absolu (22 millions d’exemplaires au total vendus dans le monde). Ce texte, devenu un classique, est excessif peut-être, contestable certainement, choquant oui, mais est redevenu d’actualité avec la crise de 2008 et le retour des socialistes au pouvoir en France. Ayn Rand met l'accent sur l'absolue obligation des leaders de prendre leurs responsabilités sans avoir le souci d'être populaire.
Ce livre (en fait un roman utopiste, un pavé de 1200 pages), devrait être une lecture obligée (rêvons toujours !) pour tout prétendant à un poste à responsabilité politique ou économique à Tahiti, car il expose clairement toutes les dérives qui ont aujourd’hui mis l’économie de Tahiti à genoux, au bord de l’effondrement.
Ce livre raconte la lutte entre les “pillards” et les “créateurs”. Les pillards sont les responsables politiques qui s’immiscent dans les choix des individus et dans la gestion des entreprises, de la culture, des médias ou de la science, tout comme les personnes de ces secteurs qui ont choisi de collaborer avec ces politiques. Les créateurs ou entrepreneurs sont ceux (industriels, artistes, intellectuels, ouvriers) qui revendiquent leur autonomie et leur responsabilité et les mettent en pratique. Mais les personnages qui en prennent le plus pour leurs grades sont les patrons qui font leurs affaires en s'arrangeant avec des politiciens pour favoriser leur business ou entraver celui de leurs concurrents par des taxes, des subsides, des régulations ou des sauvetages.
L’environnement économique et sociétal de l’Amérique de 1957 n’est évidemment pas celui de Tahiti en 2013. Pourtant, un demi-siècle plus tard, les méthodes des pillards restent les mêmes : renforcer leur pouvoir et leurs avantages, protéger le passé et les copains en place. Ce qui frappe dans ce roman, c’est la franchise des prises de position, éloignées de la langue de bois, des formulations correctes actuelles. Exemple : Position des entrepreneurs : « Si je travaille, c’est pour gagner de l’argent. Si je fais des bénéfices, c’est parce que je vends un produit à des gens qui en ont besoin, qui acceptent de l’acheter et de le payer à sa juste valeur. Ce produit, je ne le fabrique pas à mes dépens pour leur seul bénéfice. Et eux ne l’achètent pas à perte pour me faire gagner de l’argent. Je ne sacrifie pas plus mes intérêts aux leurs qu’ils ne sacrifient les leurs aux miens. »… Position des pillards (politiciens) : « Ah, tu crois que ces magnats de l’industrie (…) sont puissants. On va les arrêter ! Les ratiboiser ! Les abattre ! (…) Pas pour nous, mais pour le peuple, ». Voilà toute la différence entre les affaires et la politique. Pour promouvoir leur politique, les “pillards” mettent en place des mécanismes comme un « Bureau de la planification économique » et peu à peu ces organismes envahissants règlementent les prix, les produits, les salaires, les embauches, les licenciements et les profits.
Dans ce contexte, la situation économique du pays empire graduellement et, à chaque étape de dégradation, les pillards réagissent en renforçant les règlementations et les contraintes. On en arrive à un stade où la tentation de spolier complètement les entrepreneurs devient irrésistible. Et quand la situation devient vraiment catastrophique, que la misère et la violence sévissent dans tout le pays, les pillards n’ont pas honte de faire appel aux entrepreneurs et à chercher à tirer parti de leur sens moral et des responsabilités. « Nous sommes très désireux de profiter de vos compétences exceptionnelles et de vos conseils avisés sur les problèmes que rencontre notre pays ». (Ça rappelle les états généraux du développement de 2011.) Comme à Tahiti, les pillards n’étant pas disposés à prendre en compte les solutions proposées par les entrepreneurs, Ayn Rand décrit un monde où les personnes les plus talentueuses sont exploitées, puis brimées, avant d’être carrément empêchées d’exercer leurs talents. (Tiens, c’est ce que dénonce Simone Grand depuis 10 ans). Car les analogies avec Tahiti sont foison : rapacité du gouvernement, fiscalité confiscatoire, à terme destructrices de l’économie du pays entier et sources de pauvreté, hors quelques parasites au sommet du “Péi” adossés à un capitalisme de connivence. Des grands patrons suçant les aides publiques et castrant la concurrence, encouragés par des intellectuels courtisans pontifiants. On comprend bien, en lisant Ayn Rand, comment Tahiti est devenu grâce aux “transferts” une sorte de fiction clientéliste et contre-productive, un panier percé, son économie complètement exsangue car opérant selon des règles faussées, avec ses créateurs conspués, salis (ex. : récente affaire Ravel) au point de les faire fuir. On regarde son nombril malade sans vouloir comprendre, sans voir que des pays voisins savent réussir en pratiquant une politique économique plus intelligente : Hawaii, Nouvelle-Zélande, Australie, Singapour... On peut être assuré qu’à Tahiti le livre sera, hélas, peu lu ou du bout d’un bec méprisant dans nos îles habituées depuis 40 ans à la “solidarité nationale”, déclarée pérenne mais qui pourrait bien vite disparaître.
La prédiction d’Ayn Rand est-elle en train de devenir le cauchemar de Tahiti ? Il y a bien urgence à lire Atlas Shrugged...

(La Grève - Atlas Shrugged, de Ayn Rand, chez amazon.fr)

Alex W. du PREL
directeur de la publication


Evénements à Tahiti et ses îles

3 janvier - Echouage d’un catamaran sur la digue du port de Papeete. Perte totale.
- Décès de John Martin, ancien du Bataillon du Pacifique et fondateur de l’Académie tahitienne.
- L’ISPF annonce qu’en octobre 2012, la fréquentation touristique est en hausse de 6,9 % par rapport au mois d’octobre 2011, soit 1 000 touristes supplémentaires.

4 janvier - Etat de calamité naturelle déclaré à Mahina pour les pluies des 17 et 18 décembre.

8 janvier - La Commission consultative du secret de la défense nationale a rendu un avis favorable à la déclassification de 58 documents portant sur les essais nucléaires.
- Reédition du guide Papeete en capitales, de Patrick Schlouch.
- La Chambre territoriale des comptes (CTC) publie un rapport accablant sur l’OPH, l’Office polynésien de l’habitat.
- Augmentation des cotisations de la Caisse de prévoyance sociale à compter du 1er janvier.
- Actualisation, par décret, du droit bancaire en Polynésie. Les coûts devraient baisser.
- Affaire Ravel - Cyril Le Gayic. Ce dernier maintenu en détention provisoire.
- La CPS ne garantit plus le paiement des factures relevant du RSPF.

9 janvier - Surprise : un jugement de la cour d’appel de Paris décrète que le terrain de l’ancien consulat chinois appartient à Taïwan et non à la République populaire de Chine.

10 janvier - Annonce (électoraliste ?) de projets de 25 milliards de travaux pour le port autonome de Papeete ces dix prochaines années. Pourtant, la Chambre des comptes avait dénoncé ce projet comme irréaliste.
- 120 millions Fcfp de subventions pour l’huilerie de Tahiti qui pourra ainsi payer les armateurs et les producteurs.
- Réunion du comité de pilotage du patrimoine de l’Unesco pour demander l’inscription des îles Marquises et du marae de Taputapuatea à Raiatea.
- Le haut-commissaire Jean-Pierre Laflaquière visite les atolls de Ahe et Manihi.
- Palais de justice : trois jeunes greffières prêtent serment.

11 janvier - Départ du président Temaru et du sénateur Tuheiava pour New York afin de plaider la cause de la réinscription de la Polynésie sur la liste des pays non-autonomes de l’ONU.

12 janvier - 52 enfants et deux adultes participant à un stage de voile dans le cadre de la Saga ont été victimes d'une intoxication par du poulet-mayonnaise. Tout le monde a vite guéri.
- Le président Temaru réduit la dette fiscale de l’Huilerie de Tahiti de 75%.

13 janvier - Atterrissage d'urgence après décollage d'un avion d'Air Tahiti à Raiatea : aucune victime.

14 janvier -Visite d’une délégation du ministère des Affaires étrangères de la République populaire de Chine.
- Reprise des campagnes de sensibilisation de la gendarmerie dans les établissements scolaires sur toutes les formes de violences qui existent dans la vie quotidienne.

15 janvier - Affaire OPT : le sénateur Gaston Flosse, président du Tahoera'a, est condamné à 5 ans d'emprisonnement, 10 millions Fcfp d'amende et 5 ans d'interdiction des droits civils, civiques et de famille par le tribunal correctionnel de Papeete. Accessoirement, Gaston Flosse, Hubert Haddad, Geffry Salmon, Michel Yonker et Melba Ortas ont été condamnés solidairement à payer à l'OPT la somme de 493 millions Fcfp, en réparation de son préjudice matériel. « C’est vraiment un jugement politique », estime Gaston Flosse.
- Le député Edouard Fritch dépose deux amendements au projet de mariage pour tous.
- L’enquête d’utilité publique préalable à l’institution d’un titre minier pour Makatea est ouverte pour un mois.
- Audience solennelle de rentrée au Palais de justice de Papeete.
- Affaire Ravel : Jean-Christophe Bouissou, leader du parti Rautahi, est entendu et placé en garde à vue.

16 janvier - Réédition de la biographie de Pouvanaa a Oopa, de Bruno Saura.
- Affaire Ravel : Gaston Tetuanui libéré de la détention et placé sous contrôle judiciaire.
- La liaison Internet de Tahiti par câble légèrement perturbée suite à un incendie sous le viaduc de l’aéroport de Honolulu à Hawaii.
- Le syndicat des infirmiers libéraux de Polynésie française signe une baisse de leurs tarifs.
- Affaire Ravel : Jean-Christophe Bouissou est mis en examen pour trafic d’influence.
- ONU : Oscar Temaru plaide à New York pour la réinscription de la Polynésie sur la liste des Pays à décoloniser.

17 janvier - Des experts de l’ATR-72 et des moteurs Pratt & Whitney à Tahiti pour enquêter sur l’origine de l’incendie d’un des moteurs d’un avion de Air Tahiti.

18 janvier - La commune de Arue remporte la « Tortue d’or » du tri des ordures ménagères pour la 6e fois.

19 janvier - Le ministre des Outre-mer Victorin Lurel arrive à Tahiti. Malgré son annonce qu’il accueillera le ministre, le président Temaru reste à New York. Le vice-président Géros le remplace.
- La commission consultative du secret de la Défense nationale a rendu un avis favorable à la déclassification de 58 documents recensant les mesures de radiologie des tirs nucléaires.

20 janvier - A l'annonce du décès de sa mère en Guadeloupe, le ministre Victorin Lurel reprend l’avion à peine 16 heures après son arrivée à Tahiti.

21 janvier - Des habitants du quartier Guého de Paofai manifestent contre l’implantation d’une antenne-relais de téléphonie mobile tout en haut de leur lotissement résidentiel.
- Menace de grèves au Port autonome de Papeete.

22 janvier - L’atoll de Fakarava, 900 habitants, est coupé du monde pendant 31 heures, pour panne de générateur. La mairie n’avait plus de crédit pour acheter une courroie neuve.
- La chambre de l’instruction rejette deux appels formés par Gaston Tong Sang, dans l’affaire de l'achat par le Territoire de l’atoll Anuanuraro, en 2002. La cour a maintenu sa mise en examen.
- Nouveaux problèmes à Honolulu sur le câble qui donne accès au trafic Internet international de Tahiti : un SDF y a mis le feu.
   
23 janvier - La fondation Living Oceans poursuit ses travaux et sensibilise la population à la protection des récifs aux Tuamotu.

24 janvier - Le premier ministre Ayrault publie le décret officiel sur les élections territoriales qui se dérouleront en P.F. à partir du 21 avril.
- Cyril Le Gayic sort de prison au profit d'un placement sous contrôle judiciaire.

25 janvier - Décès du musicien et caméraman Alain Mottet, à l’âge 90 ans, arrivé à Tahiti en 1952 comme musicien de jazz.

27 janvier - Le ministre de l'Agriculture Kalani Teixeira est hospitalisé pour un malaise cardiaque.
- Un homme de 40 ans se noie, emporté par une rivière en crue à Mahina.
   
28 janvier - Nouvel incendie à Nuku Hiva.
- Rentrée solennelle du tribunal administratif.
- La société Mara Telecom placée en liquidation judiciaire. Depuis 5 ans, elle n’a pas réussi à réunir les capitaux nécessaires.
- Séminaire de l’Union européenne « sur le renforcement des capacités des autorités locales des Pays et territoire d’outre-mer (PTOM) du Pacifique » (comment obtenir des aides).

29 janvier - Mise en place d’un « certificat de pilote lagonaire ».
- Deux anciens détenus de Nuutania engagent une procédure en indemnisation “pour mauvaises conditions de détention, état de délabrement et de vétusté de la prison”.
- Visite du haut-commissaire sur l’atoll de Hao.
- De retour de New York, le président Temaru s’exprime au journal télévisé sur son déplacement.
- La commission des finances de l’assemblée de PF se prononce en faveur de l’entrée de la Sofidep (Société de financement du développement de la Polynésie française) dans le capital de la société chinoise d’aquaculture.

30 janvier - Les prix à la pompe à la baisse : de - 3 à - 4 Fcfp/l selon les carburants.
- Fin du séminaire européen aux PTOM.
- ATN annonce investir 1,5 milliard Fcfp dans la rénovation des cabines de ses cinq Airbus A340-300.
- Nouvel incendie à Nuku Hiva.

31 janvier - Incendies de Nuku Hiva : un suspect perturbé mental est arrêté et expédié à Tahiti.

AdP

Ariane AUGER


Evénements dans le Pacifique Sud

  1er janvier - L'Australie devient membre non permanent du Conseil de Sécurité de l'ONU. Elle a été élue en octobre pour un mandat de deux ans aux côtés de l'Argentine, du Rwanda, du Luxembourg et de la Corée du Sud.

 2 janvier - Au Samoa, l'espoir de retrouver les 11 personnes disparues depuis le passage du cyclone Evan le 11 décembre s'amenuise de jour en jour. 9 des 11 portés disparus étaient en mer quand le cyclone a frappé.

3 janvier - Au Tonga, le ministre de la Pêche a accordé des licences supplémentaires de pêche au thon pour 2013. En tout, 21 bateaux exploiteront les eaux tongiennes, soit plus du double par rapport à 2012.
- Une Salomonaise a été tuée par un crocodile le soir du réveillon de Noël à Tangarare, à l'ouest de Guadalcanal, alors qu’elle traversait la rivière Gove avec ses deux enfants et son mari. Il s'agit de la cinquième victime d'un crocodile dans cette zone.
- Aux Iles Salomon, les inondations dues au cyclone Freda ont touché beaucoup de maisons et de potagers, surtout dans la province de Makira-Ulawa.

4 janvier - Mariages forcés en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Une ONG accuse le gouvernement  de laxisme pour ne pas protéger des jeunes filles contraintes de se marier avec des hommes déjà mariés : « La plupart du temps, ce sont à des employés de ces sociétés [d'exploitation minière ou forestière] que des jeunes filles mineures sont vendues par leurs parents ».

7 janvier - Palau, destination touristique éthique  par excellence. Pour la deuxième année consécutive, cette petite république océanienne a été reconnue  comme l'une des meilleures destinations du tourisme éthique par l'association ONG Ethical Traveler.

8 janvier 2013 - Intense anxiété en Nouvelle-Galles du Sud. Les habitants de cet État australien ont été avertis ; les conditions météo sont catastrophiques et hautement propices à des feux de brousse.
- Pas de changement de statut pour le Samoa en 2014. Le Premier ministre Tuilaepa Sailele Malielegaoi a indiqué qu'il n'a pas l'intention de demander au Nations unies de reporter à une date ultérieure le changement de statut du Samoa qui en 2014 devait passer de la catégorie des pays les moins avancés (PMA) à celle de pays en développement. Le développement de l'archipel a essuyé un revers avec le passage du cyclone Evan en décembre.

- Parfum d'adultère autour du Premier ministre des îles Salomon. Gordon Darcy Lilo a rejeté en bloc toutes les allégations. M. Lilo, un homme marié, est accusé d'avoir eu une aventure amoureuse avec une femme. Un groupe d'hommes en colère s'est présenté dans les locaux du quotidien le Solomon Star pour réclamer des milliers de dollars au journal qui a publié les allégations d'adultère qui pèsent sur le Premier ministre. Les hommes se disent membres de la famille élargie de la femme avec laquelle Gordon Darcy Lilo aurait eu une liaison. Un autre groupe d'hommes s'est également rendu dans les locaux du quotidien, des hommes envoyés cette fois par l'épouse du Premier ministre pour protester contre la publication de rumeurs mensongères.

9 janvier - Papouasie-Nouvelle-Guinée : la chique de bétel pourrait être interdite cette année dans la capitale. Quand on mastique de la noix de bétel, on crache. Et quand on crache, on contribue à la propagation de la tuberculose. Et à la saleté générale puisque les grands centres urbains de Papouasie-Nouvelle-Guinée sont zébrés de ces jets rouges crachés par les consommateurs de noix de bétel également associées aux cancers oraux.

10 janvier - Au Samoa, l'eau courante est rétablie dans l'ensemble du pays depuis hier, soit près d'un mois après le passage dévastateur du cyclone Evan. C'est surtout l'île principale et plus peuplée d'Upolu qui était touchée. Cinq Samoans sont morts dans le cyclone et 12 personnes sont toujours portées disparues.

11 janvier - Le cyclone Evan laisse une facture de 42 millions de dollars aux îles Fidji. Selon les dernières estimations du ministère des Finances, c'est le secteur agricole non sucrier qui aurait le plus souffert.

14 janvier - Sir Mekere Morauta à la tête de la mine d'OK Tedi. Cet ancien Premier ministre de Papouasie-Nouvelle-Guinée a été nommé à la présidence de la société OK Tedi Limited, la plus grande compagnie minière du pays, par le Conseil d'administration du PNGSDP (Programme de développement durable de Papouasie-Nouvelle-Guinée), le plus grand actionnaire de la mine sous forme d'une fondation qui représente 1,4 milliard de dollars.
- Impasse pour les victimes de Maralinga. Les Aborigènes qui ont été irradiés en Australie du Sud lors des essais atomiques anglais entre 1952 et 1967 ont été avertis par leurs avocats que leur combat pour obtenir des compensations est voué à l'échec parce qu'il serait impossible de prouver que les essais nucléaires sont à l'origine des maladies dont ils souffrent. Les Britanniques ont conduit une série d'essais nucléaires à Maralinga et au large des côtes d'Australie occidentale. Depuis, les terres ont été restituées aux propriétaires coutumiers.
- Papouasie-Nouvelle-Guinée : la police veut rouvrir l'enquête sur les scientifiques portés disparus. Mais pour ce faire, elle a besoin de fonds et a lancé un appel au gouvernement. En août 2012, un bateau, avec 8 personnes à bord, dont 5 scientifiques, a mis le cap sur l’île de Bali Witu en Nouvelle-Bretagne orientale dans le cadre d'une mission de recherche sur le paludisme. Les 8 personnes ne sont jamais arrivées à destination et la police a retrouvé le bateau vide de ses occupants fin août.

16 janvier  - Meurtre à Tokelau ? Malia Niu Koloi, la veuve d'un homme mort de façon violente sur ce petit territoire néo-zélandais, affirme que son époux a été tué et qu'il s'agit probablement  du premier meurtre de toute l'Histoire de Tokelau.
17 janvier - Fin de la récré en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Le Premier ministre Peter O'Neill a interdit de voyages ses ministres et hauts-fonctionnaires. Finies les virées à l'étranger aux frais du contribuable papou. Y compris pour une conférence ou tout autre motif professionnel, un des postes de dépense qui participent le plus à la gabegie selon lui.

18 janvier - Frank Bainimarama nommé à la Présidence du G77. Ce groupe représente 130 pays en développement plus la Chine et dispose du plus grand nombre de voix aux Nations unies. C'est la première fois que la présidence du G77 est confiée à une nation océanienne.
- Le Centre national des congrès du Vanuatu est financé par la Chine à qui a été confiée la construction de ce centre de près de 17 millions de dollars.

21 janvier - Opposition à l'exploitation du nickel aux îles Salomon. Les tribus propriétaires des terres du sud-est de la province de Choiseul ont remis une pétition au ministère des Mines et de l'Énergie pour protester contre la proposition d'exploitation minière soumise par le Sumitomo Mining group. Les propriétaires fonciers s'inquiètent de l'impact sur le fragile écosystème et les rivières de cette région, une zone privilégiée de chasse et de pêche.

23 janvier - Soupe de plastique dans le Pacifique. Les déchets plastiques s'accumulent dans l'océan Pacifique, déchets qui seront encore dans la région dans 500 ans. Des chercheurs australiens étudient la formation des tourbillons de plastique à travers les océans de la planète ; des immenses plaques de déchets qui seraient au nombre de 5 actuellement,  des continents de plastique à la dérive.
- Air Chatams se retire du royaume de Tonga suite à l'annonce du gouvernement  de recourir à un service aérien chinois concurrent, subventionné par la Chine qui fournit gratuitement un avion.

30 janvier - Îles Salomon : l'industrie forestière au bout du rouleau. En dépit des inquiétudes qui pèsent sur ce secteur au bord de l'effondrement, c'est un volume de bois record qui aurait été exporté en 2012. La Banque centrale des îles Salomon s'apprête à publier des chiffres accablants. Selon les experts, les ressources forestières de la nation seront épuisées d'ici cinq ans alors que l'industrie forestière a représenté 45% de la croissance du PIB en 2011.

31 janvier - Chantage à la mort aux îles Salomon. Les villageois de Fanalei ont indiqué que le massacre des dauphins continuerait tant qu'ils n'auront pas obtenu satisfaction. Les villageois ont capturé et tué plus de 700 dauphins à la suite d'un désaccord avec une organisation écologiste américaine : Earth Island Institute. Cet institut a proposé de financer des projets de développement si les villageois renonçaient à leur pratique traditionnelle de chasse aux dauphins. Les villageois estiment n'avoir pas reçu l'argent promis. Earth Island Institute affirme que des dizaines de milliers de dollars ont été remis à des représentants du village à Honiara, capitale des Salomon, mais que cet argent n'est jamais parvenu au village.
- 45e anniversaire de l'indépendance de Nauru. La République de Nauru est la plus petite république de la planète avec ses 21 km2 et près de 10 000 habitants.

avec Pierre Riant à Radio Australie


 

Finalement, après pratiquement un an d’attente, les restaurants de la place Toa’ta de Papeete, détruits par un incendie, ont obtenu les fonds nécessaires pour leur reconstruction. (Ph. TPM)


L’écologie est à la mode, et c’est certainement la raison pour laquelle une compagnie d’assurance a décidé
de soutenir l’association “Observatoire des requins de Polynésie”. (Ph. TPM)


Les pirogues maories Te Aurere et Waka Tapu se sont abritées à Moorea pendant la saison des cyclones. (Ph. TPM)


A Tahiti, les travaux prennent souvent du temps pour être terminés, mais au moins au cimetière de l’Uranie de Papeete, les locataires ont toute la patience nécessaire. (Ph. TPM)


Dans le cadre du programme “Erasmus”, deux étudiantes suisses sont venues à l’hôpital du Taaone compléter une partie
de leur internat. (Ph. TPM)



Des plongeurs ont découvert une massive mortalité
des oursins dans le lagon de Paea, entre la rivière d'Ofero
et au-delà de la passe du Gouverneur. 99% de mortalité entre le 1er et le 15 janvier. (Ph R. Aucejo.)