Menu

Hell Ton John sculpte son style


Vendredi 25 Août 2017 - écrit par Dominique Schmitt


L'artiste de la nouvelle vague expose à la galerie Winkler



crédit photo : Dominique Schmitt
crédit photo : Dominique Schmitt
Le plasticien illumine le paysage artistique local depuis bientôt dix ans grâce à ses créations multicolores contemporaines qui rendent hommage à la culture polynésienne. Pour sa nouvelle exposition à la galerie Winkler, du 31 août au 12 septembre, Hell Ton John, dit HTJ, présentera des planches de surf sculptées et peintes qui ont fait sa réputation, mais aussi d'autres œuvres, comme une série d'assemblages de crânes d'animaux des Marquises…

Né à Montpellier en 1984, John Poileux, alias Hell Ton John, pose le pied à Tahiti pour la première fois quand il a seulement 2 ans et demi. Son père, vendeur de cassettes vidéo VHS, déplace la famille pour s'installer au fenua afin de fournir les clubs locaux (ce qu'il fera pendant vingt ans), tandis que sa mère tient un magasin de prêt-à-porter. Dans son cursus scolaire, HTJ passe par le collège de Tipaerui, puis le lycée Paul Gauguin. Mais alors qu'il est en classe de seconde, il est viré du bahut. "J'étais davantage intéressé par le surf et les filles que les études !", lâche le jeune homme, avec un large sourire. HTJ fait alors partie des premiers graffeurs tahitiens, qui apparaissent à la fin des années 1990. Il décide de se réorienter et s'inscrit en 2000 au lycée Saint-Joseph de Outumaoro pour suivre pendant deux ans un Certificat d'aptitude professionnelle (CAP) en bijouterie. "J'ai toujours aimé l'art, je dessinais sur mes feuilles pendant les cours. J'ai finalement opté pour un CAP, car l'approche au Centre des métiers d'art (CMA) n'était malheureusement pas la même à l'époque qu'aujourd'hui", confie l'artiste.
À l'issue de sa formation, il cherche une école de design et d'arts plastiques et s'envole en 2002 pour Paris grâce au passeport mobilité. "J'ai donc fait une prépa d'art pendant deux ans, puis passé trois autres années avant de valider mes études supérieures en design graphique et communication visuelle", précise HTJ. Piqué au tiare, le jeune homme rentre à Tahiti chaque année...

Pour lire l'intégralité de ce Dossier, commandez Tahiti Pacifique n° 362 en cliquant ICI

Hell Ton John sculpte son style



Infos pratiques

Du 31 août au 12 septembre
Vernissage jeudi 31 août, à partir de 18 heures
Galerie Winkler
17, rue Jeanne-d'Arc, Papeete
Ouvert du lundi au vendredi,
de 9 heures à 12h30 et de 13h30 à 17 heures
Le samedi de 8h30 à midi
Contact : 40 42 81 77


Dans la même rubrique
< >

Dossiers | L'Actu | Culture | Edito | Abonnement | Numéros | Archives | Pacifique | Grandes plumes | La chronique d'Alex Du Prel




La faute aux territoriales

Que ne ferait-on pas au nom des élections territoriales ? La vie et parfois la survie des hommes politiques dépendent de ces élections plus que de n’importe quelles autres. L’actualité récente est venue rappeler toutes les magouilles, arrangements, et autres mensonges qu’elles peuvent drainer.
Ainsi, l’affaire incriminant le groupe OPT cité à comparaître pour tromperie en raison du débit Internet dans les archipels qui ne correspondait pas à l’offre. L’audience a été renvoyée au 28 août 2018 à la demande des avocats de la défense, soit après le rendez-vous électoral. Déjà, fin 2012, au moment du lancement de cette offre commerciale pour laquelle l’OPT et Mana (aujourd’hui Vini) connaissaient les limites techniques, le rendez-vous des territoriales de 2013 était plus que sous-jacent, comme Tahiti Pacifique (10 juin 2016) le révélait au travers des propos tenus par un cadre de l’OPT : "Les considérations derrière ce choix étaient plus politiques qu’économiques."
À quelques mois de la grand-messe politique locale, le Pays se crispe sur le rendez-vous du mois d’avril. Olivier Kressmann, président du Medef, le déclarait dans nos colonnes en septembre dernier : "Nous sentons un ralentissement dû aux prochaines élections, preuve que la politique est un frein et en l’occurrence à un moment où il ne le faut surtout pas."
Une crispation pas seulement économique, en dépit des annonces et des forums de tous ordres qui se suivent, une façon de dire : on s’occupe de vous. La réforme de la PSG2 peut-elle souffrir encore plus longtemps d’annonces restructurantes ? Seul le gouvernement semble le croire, lui qui procède actuellement par petites touches pour ne pas se heurter à une levée de boucliers. Ces élections, rendez-vous entre autonomistes et indépendantistes, vont nous livrer une campagne particulièrement dure où l’on risque de vivre des tensions comme jamais auparavant. L’intervention du conseiller indépendantiste Tony Géros à l’assemblée territoriale la semaine dernière nous en donne un avant-goût. Sa question à la ministre du Tourisme, Nicole Bouteau, concernant les mesures à prendre au sujet des "backpackers" de métropole et d’Europe susceptibles de rester sur le territoire après avoir voyagé avec la compagnie low-cost ou smart-cost (c’est selon) French blue, a pris des relents xénophobes auxquels la ministre a répondu avec beaucoup d’à-propos. Il fallait le souligner !
À quand le prochain coup bas ?
Bonne lecture et merci de votre fidélité.

Luc Ollivier