Menu

Histoire : à Nouméa, des passionnés veulent repartir sur les traces de La Pérouse après une nouvelle piste


Vendredi 8 Septembre 2017 - écrit par Agence France-Presse




La thèse d'un chercheur australien sur la disparition de la mythique expédition La Pérouse a été jugée "très sérieuse" par une association calédonienne experte du sujet, qui espère que l'enquête sera relancée.
Dans un article publié dans The Journal of Pacific History, un anthropologue australien, Garrick Hitchcock, avance que des rescapés des deux frégates françaises disparues dans les Îles Salomon il y a 229 ans, auraient fait naufrage une nouvelle fois, cette fois dans le détroit de Torrès, entre la Nouvelle-Guinée et l'Australie.
"Je suis tout à fait d'accord avec cette piste, elle relance l'affaire de manière extraordinaire et j'espère que la France et l'Australie vont monter une expédition pour la creuser", a déclaré Raymond Proner, vice-président de l'association Salomon.
Depuis sa création en 1981 à Nouméa, cette association a accompli un travail colossal pour tenter d'éclaircir ce qui est l'un des plus grands mystères de l'histoire maritime.
Elle a notamment été à l'origine de huit missions de fouille à Vanikoro, île des Salomon dans le Pacifique Sud, au large de laquelle se trouvent les épaves des deux frégates de La Pérouse : La Boussole et L'Astrolabe, qui ont engendré plusieurs livres, documentaires et expositions.
Jean-Francois de Galaup de La Pérouse et 220 membres d'équipage, dont de nombreux scientifiques de renom, ont quitté Brest le 1er août 1785. Ils ont disparu après un dernier message le 10 mars 1788, envoyé de Botany Bay, dans le sud-est de la Nouvelle-Hollande (actuelle Australie). Les épaves des frégates seront localisées en 1827, au large de Vanikoro. Si les récits recueillis alors auprès des habitants de l'île, et les recherches archéologiques laissent penser que des rescapés sont partis à bord d'un bateau de secours, leur destinée est toujours restée une énigme.
M. Hitchcock appuie sa thèse sur le récit en 1818 d'un marin indien, qui vécut quatre ans sur Murray, île du détroit de Torrès, et qui apprit auprès des indigènes qu'un "bateau était venu se briser 30 ans plus tôt".
Selon ce récit, tous les membres de l'équipage de ce bateau furent ensuite tués dans des combats, à l'exception d'un mousse qui pourrait être un certain François Mordelle, originaire de Tréguier en Bretagne.
"Il était âgé de moins de 20 ans et il semble qu'à l'époque dans ces îles, les très jeunes hommes étaient épargnés par les massacres", a déclaré Raymond Proner. "Garrick Hitchcock, avec qui je suis en contact, a fait des recherches au bon endroit, notamment en Inde. Nous savions qu'un bateau de secours avait été construit, mais nous n'avions que des pistes incertaines sur sa destination", a-t-il ajouté.
L'association Salomon espère que des fouilles archéologiques pourront être organisées sur les récifs autour de Murray.
"Il faudra des moyens techniques importants car c'était un petit bateau tout en bois et il a passé plus de deux siècles dans l'eau", a souligné Philippe Houdret, membre de l'association Salomon.
Source : AFP


Dans la même rubrique
< >

Vendredi 17 Novembre 2017 - 23:05 Australie : un Koala retrouvé les oreilles coupées

Dossiers | L'Actu | Culture | Edito | Abonnement | Numéros | Archives | Pacifique | Grandes plumes | La chronique d'Alex Du Prel




La faute aux territoriales

Que ne ferait-on pas au nom des élections territoriales ? La vie et parfois la survie des hommes politiques dépendent de ces élections plus que de n’importe quelles autres. L’actualité récente est venue rappeler toutes les magouilles, arrangements, et autres mensonges qu’elles peuvent drainer.
Ainsi, l’affaire incriminant le groupe OPT cité à comparaître pour tromperie en raison du débit Internet dans les archipels qui ne correspondait pas à l’offre. L’audience a été renvoyée au 28 août 2018 à la demande des avocats de la défense, soit après le rendez-vous électoral. Déjà, fin 2012, au moment du lancement de cette offre commerciale pour laquelle l’OPT et Mana (aujourd’hui Vini) connaissaient les limites techniques, le rendez-vous des territoriales de 2013 était plus que sous-jacent, comme Tahiti Pacifique (10 juin 2016) le révélait au travers des propos tenus par un cadre de l’OPT : "Les considérations derrière ce choix étaient plus politiques qu’économiques."
À quelques mois de la grand-messe politique locale, le Pays se crispe sur le rendez-vous du mois d’avril. Olivier Kressmann, président du Medef, le déclarait dans nos colonnes en septembre dernier : "Nous sentons un ralentissement dû aux prochaines élections, preuve que la politique est un frein et en l’occurrence à un moment où il ne le faut surtout pas."
Une crispation pas seulement économique, en dépit des annonces et des forums de tous ordres qui se suivent, une façon de dire : on s’occupe de vous. La réforme de la PSG2 peut-elle souffrir encore plus longtemps d’annonces restructurantes ? Seul le gouvernement semble le croire, lui qui procède actuellement par petites touches pour ne pas se heurter à une levée de boucliers. Ces élections, rendez-vous entre autonomistes et indépendantistes, vont nous livrer une campagne particulièrement dure où l’on risque de vivre des tensions comme jamais auparavant. L’intervention du conseiller indépendantiste Tony Géros à l’assemblée territoriale la semaine dernière nous en donne un avant-goût. Sa question à la ministre du Tourisme, Nicole Bouteau, concernant les mesures à prendre au sujet des "backpackers" de métropole et d’Europe susceptibles de rester sur le territoire après avoir voyagé avec la compagnie low-cost ou smart-cost (c’est selon) French blue, a pris des relents xénophobes auxquels la ministre a répondu avec beaucoup d’à-propos. Il fallait le souligner !
À quand le prochain coup bas ?
Bonne lecture et merci de votre fidélité.

Luc Ollivier