Menu

La Croix-Rouge au cœur de l’action malgré un sursis permanent


Vendredi 19 Mai 2017 - écrit par Stéphanie Pavageau


Les dernières intempéries qui ont touché le fenua en janvier 2017 n’ont laissé personne indifférent. Associations, établissements scolaires, particuliers, etc. : la mobilisation pour apporter de l’aide aux sinistrés est venue de nombreux horizons. Derrière ces élans de solidarité arrivés de toutes parts se cache une association qui, grâce à son organisation et à sa logistique, a permis de gérer efficacement une grande partie de cette aide spontanée. Il s’agit de la délégation locale de la Croix-Rouge française. Un organisme qui œuvre discrètement avec des moyens réduits et toujours incertains, mais à grand renfort de bons sentiments et de saines motivations.



crédit photo : Stéphanie Pavageau
crédit photo : Stéphanie Pavageau
À la fois conseil et soutien logistique et humain, la Croix-Rouge locale travaille au quotidien avec les services sociaux et organise, complète ou renforce les initiatives des associations caritatives pour des actions exceptionnelles. Mais, pour parvenir à agir efficacement sur tous ces fronts, elle doit jongler au quotidien avec des moyens humains et financiers limités et toujours incertains.

Pour lire l'intégralité de ce Dossier, commandez Tahiti Pacifique n° 355 en cliquant ICI


Dans la même rubrique
< >

Vendredi 2 Juin 2017 - 23:55 L’alcool a son ennemi : le Baclofène

Vendredi 2 Juin 2017 - 23:14 Makatea : un phosphate à l'odeur de soufre

Dossiers | L'Actu | Culture | Edito | Abonnement | Numéros | Archives | Pacifique | Grandes plumes | La chronique d'Alex Du Prel




Le feu à l’école ?

Alors que l’actualité du moment se focalise sur les élections législatives du 3 et du 17 juin, nous recevons coup sur coup des courriers de lecteurs traitant de problèmes relatifs à l’Éducation nationale. Ce ministère, qui regroupe le plus grand nombre de fonctionnaires d’État ou territoriaux (tous rémunérés par l’État), est dans le collimateur de parents d’élèves qui se battent pour que leur enfant ait droit à une scolarité normale. Un première lettre, anonyme, nous informe qu’un professeur de cuisine, fonctionnaire d’État, atteint par la limite d’âge, a réussi à obtenir du ministère de l’Éducation de rester enseigner sur le territoire via le Centre des intérêts moraux et matériels (CIMM). Rien à redire si ce n'est qu'entre-temps, le professeur qui devait lui succéder se retrouve sans heures de restauration et par conséquent est improvisé professeur de : lingerie, repassage, lavage, couture… au détriment d’une jeune Polynésienne.
Pas étonnant que ce dernier, en manque de compétence et de considération, ne se soit pas impliqué dans les cours à dispenser. Résultat : de nombreuses absences.
Des absences que des parents d’élèves ne supportent plus, notamment au Collège de Punaauia, et les championnats du monde scolaire de beach volley qui monopolisent des professeurs n’expliquent pas tout. La fin de l’année approche, mais les cours ne sont pas pour autant terminés. Des enfants n'ont que trois ou quatre heures de cours par jour, obligeant les parents à d’incessants allers-retours entre travail et collège. Une mère nous écrit : "De mon côté, mon fils n’a plus de profs de maths depuis la dernière rentrée scolaire. On nous dit que le ministère n’a pas de budget pour payer un remplaçant ! Et c’est un cas parmi d’autres... ! ! Mon fils a eu trois heures d’études hier... il est allé au collège pour deux heures de cours. Aujourd’hui, il commençait à 8 heures et terminait à 11 heures... Et ça dure depuis des semaines ! ! Les taties du collège ne savent plus où mettre les élèves qui traînent dans la cour pour raison d’absentéisme des profs. J’ai discuté avec elles : elles n’en peuvent plus ! Le CDI est saturé, les salles d’études aussi."
Trouver des professeurs remplaçants est un vrai casse-tête, car ceux-ci ne sont payés que durant les journées d’enseignement, pas sur un trimestre ou encore moins un semestre, vacances comprises, pour des raisons budgétaires. Comment aussi reprendre des cours sans savoir où le professeur précédent en était ? Les remplaçants ne bénéficient d’aucun accompagnement hiérarchique. Que dire aussi des élèves qui eux aussi ont déserté les cours. Certaines classes ne comptent qu’une poignée d’élèves. L’absentéisme prévaut des deux côtés de la classe.
Le malaise est profond et, contrairement à d’autres professions, il n’y a pas possibilité de réquisitionner... Pourtant, il commence à y avoir le feu à notre école !

Luc Ollivier