Menu


Patience est mère de sûreté



De l’audace demandions-nous dans notre dernier édito, mais pour cela il faut croire que l’on devra attendre. Par une conjoncture internationale et nationale plus favorable, par des mesures locales fortes, comme le pacte de stabilité fiscale, le Pays continue son timide redressement. Le gouvernement d’Édouard Fritch joue les bons pères de famille en surfant sur cette vaguelette, attendant patiemment des jours encore meilleurs, susceptibles de commencer à régler le gros point noir de cette gouvernance : l’emploi. Le budget 2018 va continuer à actionner les mêmes leviers que ses prédécesseurs. Hier, le Débat d’orientation budgétaire a été examiné en commission législative avant d’être à l’ordre du jour de la séance plénière du 26 octobre. Si la situation s’améliore, accompagnons-la, plutôt que de se lancer dans des mesures hasardeuses dont les effets pourraient être contre-productifs, doit-on penser du côté de la Présidence. La semaine prochaine l’opposition, ne manquera pas, qui de rappeler les carences du gouvernement en matière sociale, qui de rappeler
que ce Pays ne pourra véritablement
avancer qu’au prix d’une indépendance.
À défaut d’audace, certains aimeraient que le gouvernement réponde à ses engagements et ses obligations. La population reste toujours suspendue aux annonces "urgentes et drastiques de 2015" concernant la réforme de la Protection sociale généralisée. Il faudra encore faire preuve de patience, certainement après l’adoption du budget, pour connaître l’ampleur de la réforme, au moins sur les retraites qui, peut-être en raison d’une situation de déficit amoindri pour cette fin d’année, pourrait être moins sévère que prévu.
Wait and see.
La société Viti a quant à elle perdu patience dans l’attente d’une décision non rendue à l’issue du délai d’instruction légal. Pas de troisième licence mobile pour cette société qui a décidé de porter plainte auprès du tribunal administratif. Une occasion rêvée et peut-être attendue par le gouvernement pour laisser agir la justice, pendant ce temps-là…

Mais Édouard Fritch ne peut être partout. Dans un agenda surchargé de président,
il a dû se rendre il y a bientôt deux semaines à New York, bien seul pour défendre sa vision sur la situation statutaire du Pays. Trop seul ? En tout cas, il aurait aimé un peu plus de soutien de la part de l’État. Une présence souhaitée aussi par les indépendantistes.
L’État, justement, dont le premier représentant ici, René Bidal, se satisfait des chiffres stabilisés, voire en baisse, de la délinquance. Il faudra donc que les revendications syndicales pour plus de force publique prennent patience, tout comme 1 700 fonctionnaires d’État, pour obtenir une réponse de la métropole, qui ont répondu à la grève générale du 11 octobre.
Pour terminer sur une note humoristique, et pour rebondir sur cette grève, permettez-moi et excusez-moi de reprendre la citation de l’académicien Jean d’Ormesson : "Les syndicalistes sont tellement habitués à ne rien faire que lorsqu'ils font grève, ils appellent cela « une journée d'action »."

Bonne lecture et merci pour votre fidélité.

Vendredi 20 Octobre 2017 - écrit par Luc Ollivier


Continuez la lecture
< >

Vendredi 17 Novembre 2017 - 21:32 La faute aux territoriales

Vendredi 3 Novembre 2017 - 21:06 Doit-on partager le gâteau ?


Luc Ollivier

Dossiers | L'Actu | Culture | Edito | Abonnement | Numéros | Archives | Pacifique | Grandes plumes | La chronique d'Alex Du Prel




La faute aux territoriales

Que ne ferait-on pas au nom des élections territoriales ? La vie et parfois la survie des hommes politiques dépendent de ces élections plus que de n’importe quelles autres. L’actualité récente est venue rappeler toutes les magouilles, arrangements, et autres mensonges qu’elles peuvent drainer.
Ainsi, l’affaire incriminant le groupe OPT cité à comparaître pour tromperie en raison du débit Internet dans les archipels qui ne correspondait pas à l’offre. L’audience a été renvoyée au 28 août 2018 à la demande des avocats de la défense, soit après le rendez-vous électoral. Déjà, fin 2012, au moment du lancement de cette offre commerciale pour laquelle l’OPT et Mana (aujourd’hui Vini) connaissaient les limites techniques, le rendez-vous des territoriales de 2013 était plus que sous-jacent, comme Tahiti Pacifique (10 juin 2016) le révélait au travers des propos tenus par un cadre de l’OPT : "Les considérations derrière ce choix étaient plus politiques qu’économiques."
À quelques mois de la grand-messe politique locale, le Pays se crispe sur le rendez-vous du mois d’avril. Olivier Kressmann, président du Medef, le déclarait dans nos colonnes en septembre dernier : "Nous sentons un ralentissement dû aux prochaines élections, preuve que la politique est un frein et en l’occurrence à un moment où il ne le faut surtout pas."
Une crispation pas seulement économique, en dépit des annonces et des forums de tous ordres qui se suivent, une façon de dire : on s’occupe de vous. La réforme de la PSG2 peut-elle souffrir encore plus longtemps d’annonces restructurantes ? Seul le gouvernement semble le croire, lui qui procède actuellement par petites touches pour ne pas se heurter à une levée de boucliers. Ces élections, rendez-vous entre autonomistes et indépendantistes, vont nous livrer une campagne particulièrement dure où l’on risque de vivre des tensions comme jamais auparavant. L’intervention du conseiller indépendantiste Tony Géros à l’assemblée territoriale la semaine dernière nous en donne un avant-goût. Sa question à la ministre du Tourisme, Nicole Bouteau, concernant les mesures à prendre au sujet des "backpackers" de métropole et d’Europe susceptibles de rester sur le territoire après avoir voyagé avec la compagnie low-cost ou smart-cost (c’est selon) French blue, a pris des relents xénophobes auxquels la ministre a répondu avec beaucoup d’à-propos. Il fallait le souligner !
À quand le prochain coup bas ?
Bonne lecture et merci de votre fidélité.

Luc Ollivier