Menu


Trump président américain : Ô divine surprise !



Ah, quelle nuit passionnante du 8 au 9 novembre à Tahiti de pouvoir suivre en direct à la télévision et sur Internet l’élection présidentielle américaine, en fait une sorte de répétition de notre Taui de mai 2004 à Tahiti : le rejet par la population d’une caste qui se croyait en possession divine du pouvoir, économique comme moral.

Vivre dans l’isolement de Tahiti ou la population est abreuvée par les médias politiquement corrects met encore plus le phénomène de l’endoctrinement rampant en évidence. Car l’élection de Trump a été une énorme surprise pour les populations françaises (donc de Tahiti). En effet, depuis 18 mois, celles-ci ont été matraquées matins et soirs dans les journaux télévisés, radios et articles de presse par des campagnes de haine et de sélection de l’information dépeignant Trump comme un monstre raciste, xénophobe, misogyne, et cela par une clique de blablateurs bobos socialo-coco- écolo-féministes (toujours les mêmes !) qui ont réussi à s’approprier l’espace médiatique français. Ne pas chanter leurs mélodies et dogme en chœur (donc avoir une opinion et analyse indépendante) vous classe automatiquement dans la catégorie du sale macho, du facho nazi ou réactionnaire et surtout du "populiste", mot qui attrape tout ce qui déplaît à "l’élite". En fait, nous somme retombés dans une répétition d’oppression morale qui existait jadis dans les pays communistes.
Si on regarde la carte des élections aux USA, on découvre que ce sont les zones rurales qui ont plébiscité Trump, celles où l’on vit encore en harmonie avec la nature, celles où l’on travaille dur et en famille pour nourrir la planète. Pour ces populations, Trump est un héros car il est un self-made man qui a réussi le "rêve américain" : fortune, célébrité et superbe famille. Alors, on comprend que lorsque les nénettes "intellos" des villes arrivent avec leurs lunettes pour imposer au fermier de l’Iowa la "théorie des genres" et lui expliquer que l’homme devra bientôt donner le sein au bébé, ça coince. Quand on va contre le bon sens, il y a rebellion.

Mais encore, c’est l’excès de diabolisation de Trump (comme en France avec les Le Pen depuis 35 ans) qui a eu un effet boomerang car trop visible, cela devient ridicule et confirme la théorie que les médias sont "à la botte" de réseaux obscurs qui manipulent les masses.
Et après la victoire de Trump, qu’a-t-on vu sur les chaînes des télés françaises ? Des heures de vociférations et d’injures contre Trump par des "intellectuelles" politiquement correctes et… invitées pour célébrer la victoire d’Hillary Clinton. Quelle honte ! À vomir ! Je ne veux rien avoir à faire avec ces médias…

Par contre, le fait que les électeurs de Californie aient légalisé par référendum la marijuana à usage récréatif pourrait ouvrir un nouveau marché pour Tahiti...

Bonne lecture et merci pour votre fidélité.
 

 

 

Jeudi 10 Novembre 2016 - écrit par Alex W. du Prel


Continuez la lecture
< >

Vendredi 11 Août 2017 - 22:03 Un Neymar pour notre PSG !

Vendredi 28 Juillet 2017 - 22:03 Makatea, Moruroa, Fangataufa… même combat


Alex W. du Prel

Nouveau commentaire :

Dossiers | L'Actu | Culture | Edito | Abonnement | Numéros | Archives | Pacifique | Grandes plumes | La chronique d'Alex Du Prel




Un Neymar pour notre PSG !

Cela ne vous a certainement pas échappé, l’actualité de ces quelques derniers jours s’est cristallisée sur le sport. Et plus précisément sur l’arrivée du joueur de football brésilien Neymar au PSG (lire Paris Saint-Germain). Le club de la capitale entre dans une nouvelle dimension à grand renfort de millions de pétrodollars, 222 exactement, qui ont été versés au FC Barcelone, le club quitté, en guise d’indemnités. Un petit tour par ma calculette et j’arrive à la pharaonique somme de 26,491 milliards de Fcfp ! Soit approximativement le quart du budget annuel de notre PSG (lire Protection sociale généralisée) ou la globalité du Régime de solidarité de la Polynésie française (RSPF).
Des chiffres qui donnent le vertige, qui écœurent les uns ou qui réjouissent le Trésor. Dans un premier temps, le club parisien va devoir s’acquitter d’environ 100 millions d’euros (12 milliards de Fcfp) pour régler les charges sociales. Dans un second temps, en raison du salaire net de Neymar estimé à environ 35 millions d'euros par an, soit 62 millions d'euros brut par an (7,4 milliards de Fcfp), le PSG va verser 37,5 millions d'euros à l’État par an (4,5 milliards de Fcfp), dus à l'impôt sur le revenu du joueur et aux cotisations sociales payées par son employeur, sans compter les hausses de recettes de la TVA (vente de maillots à hauteur de 20% et places de stades taxées 5,5%). "Le ministre des Comptes publics se réjouit des impôts qu'il va pouvoir payer en France", reconnaissait volontiers Gérald Darmanin jeudi dernier sur une radio nationale.
Ne rêvons pas, il n’y a aucune chance qu’un tel joueur vienne fouler les pelouses cabossées du Pays.
Pour sauver notre PSG, il va donc falloir surtout compter sur nos deux bailleurs de fonds, le gouvernement et l’État.
Le premier, comme ses devanciers, n’est pas irréprochable dans la gestion de cette PSG. Profitant de la meilleure santé financière et budgétaire du Pays, il a inscrit, début août, via le Fonds de l’emploi et la lutte contre la pauvreté (Felp), une imputation supplémentaire de 1,6 milliard de Fcfp en faveur du RSPF, destinée à couvrir une partie du déficit de 2,1 milliards de Fcfp à fin 2016. Le second, l’État, tient ses engagements pris en 2015 et a procédé au versement de la première tranche de 2017 (716 millions de Fcfp) au bénéfice du RSPF. Il contribuera également à la prise en charge du cancer (227 millions de Fcfp). Après le versement de la dernière tranche de 716 millions de Fcfp pour la fin de l’année, soumis aux avancées de la réforme, l’État sera arrivé au terme de son engagement. Le Pays devra-t-il continuer de remplir ce tonneau des Danaïdes tant qu'aucune réforme ne sera engagée ? Un Neymar et vite !
Bonne lecture et merci de votre fidélité.

Luc Ollivier