Menu

Une île du Pacifique a la plus forte densité de débris plastiques


Samedi 20 Mai 2017 - écrit par Agence France-Presse




L'une des îles les plus isolées du monde, située dans le sud Pacifique, a la plus forte densité de débris plastiques de la planète, révèle une étude qui montre l'étendue de la pollution des océans par ces déchets menaçant les écosystèmes marins.
Même si l'île Henderson est déserte et à plus de 5 000 kilomètres du premier grand centre urbain, ses plages sont jonchées de près de 38 millions de morceaux de plastique, ont estimé les chercheurs dont les travaux sont parus lundi dans les comptes-rendus de l'académie américaine des sciences (PNAS).
Une autre étude publiée récemment dans la revue américaine Science Advances avait révélé que l'océan Arctique, pourtant peu habité, est un cul-de-sac pour les débris plastiques flottant dans le nord de l'Atlantique.
L'île Henderson fait partie des quatre îles britanniques Pitcairn, d'une superficie totale de 47 km2. Elle est tellement isolée qu'elle n'est visitée que tous les cinq ou dix ans pour des expéditions scientifiques.
Mais elle se trouve à proximité du centre du gyre du sud Pacifique, un gigantesque tourbillon où s'accumulent les débris transportés par les courants marins venant d'Amérique du Sud ou provenant des bateaux.
Lors de la plus récente expédition scientifique sur l'île Henderson, menée par des scientifiques de la "Royal Society for the Protection of Birds", une ONG britannique, la principale auteure de cette étude, Jennifer Lavers, a compté jusqu'à 671 morceaux de plastique au mètre carré sur les plages. Cela représente la plus forte densité de déchets jamais mesurée.
"Sur la base de nos échantillons prélevés sur cinq sites, nous avons estimé que plus de 17 tonnes de déchets plastiques se sont déposés sur l'île et que plus de 3 570 nouveaux débris s'échouent quotidiennement sur une seule de ses plages", précise-t-elle.
Selon cette chercheuse, "il est probable que ces estimations sous-estiment
l'ampleur de l'accumulation de ces débris sur cette île".

Plusieurs dangers
Elle explique que les chercheurs ont pu seulement dénombrer les morceaux à partir d'une taille de deux millimètres et ce jusqu'à une profondeur de dix centimètres dans le sable. Sans compter le fait qu'il n'a pas été possible de collecter des débris le long des falaises et des parties rocheuses de la côte.
"Ce que l'on constate sur l'île Henderson montre qu'il n'y a pas de lieu qui échappe à la pollution par le plastique, même les plus éloignés dans nos océans", déplore la scientifique, soulignant le risque pour les écosystèmes marins.
Les débris plastiques représentent plusieurs dangers pour les espèces animales, explique-t-elle. Ils créent des obstacles qui empêchent certains animaux, comme les tortues, d'accéder aux plages pour y pondre, et peuvent aussi être ingérés.
Une étude citée par ces chercheurs a montré que plus de 200 espèces de poissons, crustacés et mammifères pourraient être menacées par une ingestion de plastique, ainsi que 55% des oiseaux marins dans le monde.
Plus de 300 millions de tonnes de plastiques produites annuellement dans le monde ne sont pas recyclées, précise Jennifer Lavers.
Vu que ce plastique peut subsister très longtemps dans la nature, l'impact sur les océans est durable, pointe-t-elle.
Environ huit millions de tonnes de débris plastiques sont déversées tous les ans dans les mers et océans du globe, indiquait une étude publiée en 2015 dans la revue américaine Science.
Les scientifiques pensent qu'il pourrait y avoir jusqu'à 110 millions de tonnes de déchets en plastique dans les océans.

Source : Agence France-Presse


Dans la même rubrique
< >

Vendredi 6 Octobre 2017 - 23:04 Santé : le Pacifique en lutte contre le diabète

Dossiers | L'Actu | Culture | Edito | Abonnement | Numéros | Archives | Pacifique | Grandes plumes | La chronique d'Alex Du Prel




De l’audace, toujours de l’audace, encore de l’audace

Ces mots prononcés par Danton devant l’assemblée législative de 1792 pour inciter le peuple français à se mobiliser contre l’envahisseur sont restés célèbres, au point d’être souvent repris par les orateurs quand ils veulent réveiller les consciences. Le haut-commissaire, René Bidal, dans son discours du 14 juillet dernier, ne manqua pas de les prononcer, non sans en avoir cité l’auteur. Le message du représentant de l’État ne souffrait d’aucune ambiguïté alors que le Pays se doit de prendre des décisions importantes à une période ou l’attentisme, la gestion des affaires courantes, reste la meilleure option politique, de peur d’une bévue qui serait rédhibitoire à quelques mois des élections territoriales. L’audace, les Polynésiens l’attendent pour qu’enfin le redressement économique amorcé se traduise par des embauches. L’économie se porte mieux, les entreprises aussi, mais le peuple est encore trop souvent confronté à la misère. Le développement passera par le tourisme et le secteur primaire. Alors que la pêche tenait le haut de l’actualité avec le débat sur la nécessité de créer une flottille de pêche aux Marquises pour doubler le tonnage de prises, voilà que l’agriculture se sent agressée par un grand distributeur local qui annonce de manière maladroite le lancement de sa propre production pour certains légumes. Et notre ministre concerné Tearii Alpha s’étonne de cette annonce lors du journal télévisé ! Trois hectares de serres à Taravao, dont 700 m2 pour l’élevage de poissons et personne n’était au courant ? Depuis des années, les gouvernements nous rabâchent les oreilles avec des annonces lénifiantes sur la priorité des actions qui doivent être menées en faveur des agriculteurs. Pour quel résultat ? Aujourd’hui, c’est une initiative privée qui montre la voie. Il serait peut-être bien que le gouvernement
s’en inspire et éduque un encore trop grand nombre d’agriculteurs qui usent et abusent de pesticides, qui profitent de la foire agricole et de l’amour des Polynésiens pour les produits du fenua pour les vendre à des prix exorbitants.
De l’audace, on en attend de notre président Édouard Fritch, parti à New York contrecarrer les revendications indépendantistes de Temaru et consorts pour un festival d’entretiens à l’ONU, qui ne sera jamais aussi coloré que celui proposé par Ono’u ces jours-ci à Papeete. Il l’a promis, il va bientôt faire son annonce sur la réforme de la Protection sociale généralisée et notamment celle des retraites. L’audace aura-t-elle les limites de la force d’opposition que prévoient plusieurs syndicats si certaines lignes sont franchies ?

Bonne lecture et merci de votre fidélité.

Luc Ollivier