Menu

Tatouage : la Polynésie représentée au Canada

crédit photo : DR
Pour la troisième année consécutive, six artistes tatoueurs de l'association Polynesia Tatau sont invités à l'une des plus grandes et renommées conventions de tatouage : "Calgary Tattoo and Arts Festival 2017" au Canada. Du 13 au 15 octobre, Tuatini Tamata, Patu Mamatui, Vetea Tattoo, Tana Tokoragi, Etua Rahi et Mate Michalik porteront haut les couleurs du fenua. Nos ambassadeurs locaux profiteront également de leur déplacement pour assurer la promotion de la prochaine convention, qui aura lieu en Polynésie, à l’hôtel Tahiti Pearl Beach, en novembre 2018.
DS


Politique : Maina Sage reconduite à l’AFB

Les députés Maina Sage (Polynésie) et Serge Letchimy (Martinique) ont été reconduits dans leurs fonctions d’administrateurs de l’Agence française pour la biodiversité (AFB) – aux côtés des sénateurs Jérôme Bignon et Nicole Bonnefoy. Celle-ci a tenu son premier CA le 27 septembre au ministère de la Transition écologique et solidaire où trois délibérations favorables aux outre-mer ont été adoptées.
- l'adoption d'un fonds exceptionnel de 4 millions d'euros (soit 477 millions Fcfp), soutenu par une motion de solidarité dédiée aux territoires victimes des ouragans Irma et Maria.
- le lancement d'un appel à projets spécifique outre-mer en faveur de la biodiversité terrestre et marine. Doté d’une enveloppe de 4 millions d’euros (soit 477 millions Fcfp), le dispositif de financement se déclinera en deux phases avec un premier dépôt de candidatures en décembre 2017 (dotation 2 millions d'euros, soit 238 millions Fcfp) et un deuxième dépôt en mars 2018 (dotation 2 millions d'euros, soit 238 millions Fcfp). Tous les porteurs de projets sont admis à déposer un projet candidat, y compris les entreprises, à l’exception toutefois des personnes physiques et des services de l’État.
- l’Agence a délibéré en faveur d'un budget participatif national associant l’ADEME et l’AFB pour soutenir les initiatives citoyennes innovantes qui s’inscrivent dans les six objectifs du Plan Climat. La dotation s'élève à 4 millions d'euros (soit 477 millions Fcfp) et l’évaluation des projets déposés sera notamment assurée par un vote citoyen en ligne, sur une plateforme de consultation publique. Cet appel est ouvert à l'ensemble du territoire hexagonal et ultramarin (Dom et Com).
(D’après communiqué)


Tourisme : une nouvelle agence à Tahiti

Lu cette semaine sur le site Tourmag.com :
"Début 2018, Travel SPecialist lancera les activités de sa succursale à Tahiti, en Polynésie française.
Séverine Picard, la fondatrice de l'agence spécialisée dans les métiers du tourisme et de l'hôtellerie, sera sur place du 16 octobre au 9 novembre 2017 avec le youtubeur Julien Fabro pour rencontrer des acteurs locaux du tourisme.
Elle s'attachera ainsi à bâtir les partenariats nécessaires à son installation dans l'archipel. L'agence représente le Méridien Tahiti et le Méridien Bora Bora, deux adresses du groupe Marriott, en Europe. C'est ce qui l'a, entre autres, conduit à intensifier son développement à Tahiti.
"
Source : Tourmag.com


Tourisme : les pilotis fêtent leurs 50 ans

Un article d’Anne-Laure Le Gall dans Paris Match du 27 septembre rappelle que les bungalows sur pilotis, une innovation polynésienne, fête ses 50 ans cette année. À l’origine de cette idée qui allait révolutionner une partie du tourisme mondial, trois Américains amoureux du fenua, Hugh Kelley, Muk McCallum et Jay Carlisle, surnommés les "Bali Hai Boys". Une nouvelle très bonne idée ne serait pas pour déplaire à nos acteurs touristiques.
LO


Fonction publique : fin des abus des CIMM ?

Le 21 septembre dernier, le député Moetai Brotherson rendait visite à la ministre des Outre-mer, Annick Girardin, pour un entretien cordial et sans langue de bois selon ses propres écrits sur son compte Facebook. Le premier des trois sujets abordés concernait la situation des fonctionnaires polynésiens "exilés" en métropole. On peut s’attendre à ce que dans les prochains mois, voire prochaines années, nombre d’entre eux rentrent au fenua. Il sera donc plus difficile aux fonctionnaires métropolitains désireux de rester au fenua, même en faisant valoir le Centre d’intérêts matériels et moraux (CIMM), de prolonger leur aventure polynésienne alors qu’ils n’y avaient pas vraiment d’attache ; l’achat d’un bien immobilier étant parfois suffisant.
LO


Mahina : près de 800 personnes dépistées à la tuberculose mardi

Cette opération de grande envergure s'est tenue mardi dans l'annexe de la salle omnisports de Mahina. Plusieurs quartiers du secteur de Taharaa étaient concernés par ce dépistage, puisque des cas ont déjà été déclarés sur cette zone.
Le jour du dépistage, les habitants ont rempli un questionnaire avant de repartir avec une ordonnance pour une radiographie. Ils ont ensuite reçu une piqûre appelée Intradermo-réaction (IDR), qui a permis d'injecter la tuberculine. Grâce à ce procédé, les professionnels de la Santé pourront voir les personnes qui auront contracté la bactérie. Les résultats seront connus ce vendredi.
CT


Assainissement : deux ans de plus pour Pirae et Arue

Par un avenant paru ce mardi au JO, le haut-commissariat octroie deux années supplémentaires aux communes de Pirae et Arue, modifiant ainsi la convention de financement n° H C 337-12 DIPAC/F1 P du 21 novembre 2012 relative à l'opération "Études relatives à la maîtrise d'ouvrage pour la réalisation du Schéma général d'assainissement des communes de Arue et Pirae" en ce qui concerne le délai d'exécution.
Les dispositions du 6e alinéa de l'article 6 de la convention de financement initiale sont modifiées comme suit :
Au lieu de : "- à exécuter cette opération conformément au projet présenté au plus tard le 18 novembre 2017" ;
Lire : "- à exécuter cette opération conformément au projet présenté au plus tard le 18 novembre 2019". 
LO


Nucléaire : nouvelle indemnisation

Une indemnisation de plus de 23 millions de Fcfp a été octroyée mardi par le tribunal administratif à une victime des essais nucléaires qui en demandait plus de 67.
LO


Miri : la parole est au tribunal

L’affaire Miri, qui empoisonne la vie de dizaines de familles résidentes ou en attente d’un permis de construire, pourrait connaître son dénouement dans les prochains jours, voire semaines. Actuellement, sur les hauteurs de Punaauia, c’est le statu quo entre les partisans de la famille Pomare et les entrepreneurs qui attendent les décisions de la justice. Une première pourrait être connue dès ce vendredi avec le rendu de la décision concernant la tierce opposition déposée par Me Quinquis pour les SCI Delano 5 et 6. Dans dix jours sera rendu le référé d’occupation du promoteur Barbion. Mais c’est bien le rendu de la cour de cassation qui devrait clore cet épineux dossier. 
LO


"Pina" en lice pour le Grand Prix du Roman Métis 2017

"Pina" en lice pour le Grand Prix du Roman Métis 2017
C'est une première pour un auteur du Pacifique ! Pina, de Titaua Peu, a été sélectionné dans la "short list" du Grand Prix du Roman Métis, aux côtés de dix autres prestigieux écrivains. En 2003, la Polynésienne, 34 ans, devenait la plus jeune auteur et femme tahitienne à être publiée, avec Mutismes (éditions Haere Pō). Treize ans plus tard, elle livre son deuxième roman, Pina, celui de la maturité, édité par Au Vent des îles en 2017. Ce livre "coup de poing" qui dit les misères contemporaines à Tahiti et dans lequel Pina brosse le portrait d’une Polynésie déchirée où deux mondes parallèles se côtoient sans se voir. Tahiti, île des différences qui séparent…
Tous ceux qui ont eu Pina entre les mains l'affirment, c'est un véritable choc émotionnel. "Pina, de Titaua Peu, reste une grosse claque littéraire, pour moi ! Quelle force ! Et quels personnages, bon sang !", s'exclame, par exemple, le romancier français à succès Marin Ledun, tête d'affiche du Salon du livre à Tahiti en 2016. Pour sa part, Mediapart écrit : "Il y a des romans qui claquent comme des coups de fusil. Celui de Titaua Peu marque une révolution dans la littérature du Pacifique. Avec Pina, c’est l’autre visage de Tahiti qui apparaît, celui d’une société ravagée par le déracinement culturel, rongée par la misère, le colonialisme."
Le Grand Prix du Roman Métis a été créé en 2010 par la ville de Saint-Denis et l’association La Réunion des Livres. Ce prix "récompense un roman francophone qui met en lumière les valeurs de diversité, d’échanges et d’humanisme, symboles de l’île de La Réunion". La précédente édition a récompensé L’oragé, de Douna Loup. Cette année, les quatre derniers romans en lice pour le titre seront connus le 19 octobre et l’annonce du lauréat aura lieu le 16 novembre. Enfin, une cérémonie publique de remise de prix sera organisée le 5 décembre prochain, à l’hôtel de ville de Saint-Denis de La Réunion. 
DS


1 2 3 4 5 » ... 14



De l’audace, toujours de l’audace, encore de l’audace

Ces mots prononcés par Danton devant l’assemblée législative de 1792 pour inciter le peuple français à se mobiliser contre l’envahisseur sont restés célèbres, au point d’être souvent repris par les orateurs quand ils veulent réveiller les consciences. Le haut-commissaire, René Bidal, dans son discours du 14 juillet dernier, ne manqua pas de les prononcer, non sans en avoir cité l’auteur. Le message du représentant de l’État ne souffrait d’aucune ambiguïté alors que le Pays se doit de prendre des décisions importantes à une période ou l’attentisme, la gestion des affaires courantes, reste la meilleure option politique, de peur d’une bévue qui serait rédhibitoire à quelques mois des élections territoriales. L’audace, les Polynésiens l’attendent pour qu’enfin le redressement économique amorcé se traduise par des embauches. L’économie se porte mieux, les entreprises aussi, mais le peuple est encore trop souvent confronté à la misère. Le développement passera par le tourisme et le secteur primaire. Alors que la pêche tenait le haut de l’actualité avec le débat sur la nécessité de créer une flottille de pêche aux Marquises pour doubler le tonnage de prises, voilà que l’agriculture se sent agressée par un grand distributeur local qui annonce de manière maladroite le lancement de sa propre production pour certains légumes. Et notre ministre concerné Tearii Alpha s’étonne de cette annonce lors du journal télévisé ! Trois hectares de serres à Taravao, dont 700 m2 pour l’élevage de poissons et personne n’était au courant ? Depuis des années, les gouvernements nous rabâchent les oreilles avec des annonces lénifiantes sur la priorité des actions qui doivent être menées en faveur des agriculteurs. Pour quel résultat ? Aujourd’hui, c’est une initiative privée qui montre la voie. Il serait peut-être bien que le gouvernement
s’en inspire et éduque un encore trop grand nombre d’agriculteurs qui usent et abusent de pesticides, qui profitent de la foire agricole et de l’amour des Polynésiens pour les produits du fenua pour les vendre à des prix exorbitants.
De l’audace, on en attend de notre président Édouard Fritch, parti à New York contrecarrer les revendications indépendantistes de Temaru et consorts pour un festival d’entretiens à l’ONU, qui ne sera jamais aussi coloré que celui proposé par Ono’u ces jours-ci à Papeete. Il l’a promis, il va bientôt faire son annonce sur la réforme de la Protection sociale généralisée et notamment celle des retraites. L’audace aura-t-elle les limites de la force d’opposition que prévoient plusieurs syndicats si certaines lignes sont franchies ?

Bonne lecture et merci de votre fidélité.

Luc Ollivier