Menu

À quand une gestion décente de nos défunts ?


Jeudi 31 Octobre 2019 - écrit par Ariitaimai Amary


La fin de la vie ne signifie pas la fin des ennuis, ou du moins, pas pour ceux qui restent ! Ces derniers sont ballotés des mairies aux portes des cimetières, et ponctuent les solennelles bises de condoléances de papiers administratifs. Investissement personnel, moral et financier, l’accompagnement d’un proche vers sa dernière demeure s’avère un parcours semé d’embûches pour la famille.



Crédit photo : Ariitaimai Amary
Crédit photo : Ariitaimai Amary
La mort est une étape inhérente à la vie, principe que tout un chacun reçoit un beau jour et pourtant, le fait de mourir en Polynésie française n’a rien d’un paisible "retour à la poussière". En effet, si la vie est faite d’aventures, dans la société polynésienne, il faut dire que la préparation du dernier voyage est un marathon de longue haleine. L’insularité, malgré les aménités incontestables qu’elle offre, vient avec son lot de désavantages, parmi lesquels la difficulté pour les communes d’octroyer l’espace nécessaire à sa population en fin de vie. La décision de créer un cimetière relève de la compétence du conseil municipal, et si le choix du terrain est libre, en revanche, il est nécessaire que la surface des terrains destinés aux cimetières communaux soit cinq fois plus étendue que le nombre présumé de décès chaque année. Cependant, une autorisation du haut-commissaire est nécessaire pour une implantation au sein des communes urbaines et des périmètres d’agglomération à moins de 35 mètres des habitations...

Pour lire l'intégralité de ce Dossier, commandez Tahiti Pacifique n° 419 en cliquant ICI


Dans la même rubrique
< >

Vendredi 15 Novembre 2019 - 09:32 L’art polynésien : un peu, beaucoup, à la folie ?


Nouveau commentaire :

Dossiers | L'Actu | Culture | Edito | Abonnement | Numéros | Archives | Pacifique | Grandes plumes | La chronique d'Alex Du Prel




Centre de mémoire : on se souviendra surtout de l’ingratitude de la France envers la Polynésie…

Centre de mémoire : on se souviendra surtout de l’ingratitude de la France envers la Polynésie…
Jusqu’au bout ! Jusqu’au bout, la France a du mal à faire preuve de reconnaissance envers le peuple polynésien qui s’est vu imposer, faut-il le rappeler, 193 essais nucléaires sur ses terres et dans ses eaux entre 1966 et 1996. Ainsi, la Polynésie, dite "française" justement, a été durablement marquée par son Histoire douloureuse. Mais, on ne peut que le constater, l’État français souffle encore le chaud et le froid, et peine à panser les plaies de la population locale, qui aspire pourtant à tourner définitivement la page du nucléaire… Déjà, la modification de la loi Morin, réalisée discrètement en fin d’année dernière, reste en travers de beaucoup de gorges, en raison de la réintégration d’un "seuil minimum". Pour rappel, l’indemnisation des victimes ayant séjourné en Polynésie entre le 2 juillet 1966 et le 31 décembre 1998 n’est donc plus possible, dès lors que le Comité d'indemnisation des victimes des essais nucléaires (Civen) a établi que la dose annuelle de rayonnements ionisants reçue est inférieure à un millisievert (mSv). Et aujourd’hui, alors que le gouvernement local et l’État français ont commencé à se pencher enfin sur la question d’un Centre de mémoire, on tombe des nues en apprenant qu’en réalité, ce sera au Pays de financer sa construction !

D’un côté, on donne un terrain à la Polynésie et, de l’autre, on lui signifie de se débrouiller pour faire naître ce lieu de mémoire : cette attitude ingrate laisse pantois. D’ailleurs, ce manque de reconnaissance inouï a été dénoncé par la députée Maina Sage, qui a qualifié ce positionnement de "vraiment indécent". La ministre des Outre-mer, Annick Girardin, a tenté d’arrondir les angles en évoquant "d’autres lignes budgétaires" possibles et s’est retranchée derrière la visite du Président français en avril 2020, affirmant que "l’État sera au rendez-vous". Cependant, et c’est la cerise sur le gâteau, n’oublions pas que le futur "Centre de mémoire des essais nucléaires en Polynésie française" (Pu Mahara en tahitien), qui sera situé dans l’ancien immeuble de la Marine, boulevard de la Reine Pomare, contient de l’amiante et du plomb ! Cette rétrocession est donc l’un des cadeaux empoisonnés, dans le cadre des Contrats de redynamisation des sites de défense (CRSD), que nous pointions du doigt dans notre édition du 23 août dernier (lire TPM n° 414) et qui vont nécessiter une dépollution à hauteur de 1 milliard de Fcfp pour les rendre aménageables…

En outre, et nous vous l’annoncions aussi en avant-première, les archives de la série 13R relatives au Centre d’expérimentation du Pacifique ne sont plus communicables depuis la loi 2008-696 du
15 juillet 2008 (lire TPM n° 418 du 18 octobre). Un grand recul de l’État français, dont on ne comprend pas le comportement ambigu envers la Polynésie française, alors qu’il prône "le dialogue et la transparence". L’association 193, qui s’est retirée du projet, s’insurge : "Mais, quel type de menu est-ce que ce Comité de pilotage essaye de concocter en vue de l’arrivée de Macron ?" On attend le Président français avec grande impatience, en espérant qu’il fasse une annonce concrète lors de sa venue et que l’État français arrête de faire avaler des couleuvres aux Polynésiens. Ce temps-là est révolu.

Ensemble, faisons bouger les lignes !

Bonne lecture, te aroha ia rahi.

Dominique Schmitt