Menu

Ciguatera : un mal pour un bien ?


Vendredi 15 Juin 2018 - écrit par W.W.


Considérée comme l’une des intoxications alimentaires les plus répandues au monde, la ciguatera continue d'être une énigme pour les scientifiques. On estime aujourd'hui la population potentiellement exposée au risque à près de 400 millions de personnes mais, à ce jour, aucun vaccin ni aucune thérapeutique spécifique à la ciguatera n'ont encore été mis au point. En partie grâce aux remèdes naturels, les traitements symptomatiques sont, pour les personnes intoxiquées, les seuls soins prodigués. Le meilleur traitement contre la ciguatera réside donc dans les actions de prévention et de veille sanitaire. Face à ce problème de santé publique, la ciguatera apparaît de prime abord comme une menace ; mais en réalité, n’est-elle pas une chance pour notre environnement marin, face à la pression de pêche exercée par l’Homme ?



Crédit : Institut Louis Malardé
Crédit : Institut Louis Malardé
La ciguatera, appelée familièrement "gratte", se définit aujourd'hui comme une intoxication non bactérienne d'origine alimentaire, liée à la consommation de poissons et d’invertébrés marins, en parfait état de fraîcheur et habituellement comestibles, mais néanmoins issus d'un milieu lagonaire ou récifal contaminé par les toxines que produit une micro-algue, le dinoflagellé Gambierdiscus. Ainsi, d'un bout à l'autre de la chaîne alimentaire, les poissons herbivores se nourrissent d'un gazon algueux où pullulent ces micro-algues toxiques ; à leur tour, les espèces carnivores en font leur proie, pour en fin de compte, finir ensemble dans nos assiettes. On dénombre à ce jour, six espèces de micro-algues endémiques du genre Gambierdiscus recensées en Polynésie : G. toxicus, G. australes, G. carpenteri, G. caribaeus et enfin,
G. polynesiensis, la plus toxique.

Pour lire l'intégralité de ce Dossier, commandez Tahiti Pacifique n° 383 en cliquant ICI


Dans la même rubrique
< >

Vendredi 13 Juillet 2018 - 13:54 Les parlementaires de la Nouvelle-Calédonie


Dossiers | L'Actu | Culture | Edito | Abonnement | Numéros | Archives | Pacifique | Grandes plumes | La chronique d'Alex Du Prel




Tous ensemble

"Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots”, a déclaré Martin Luther King dans un discours il y a 50 ans. Si en Polynésie, comme d’ailleurs sur l’ensemble de la planète, les humains ont du mal à faire leur cette citation, il n’en demeure pas moins qu’en de rares occasions, les hommes ont la capacité de surmonter leurs différences. Quand il s’agit de politique, par exemple, on n’hésite pas à parler d’unité nationale dès lors que la patrie est en danger ou dans une moindre mesure quand la cause touche tout un peuple.
Vendredi dernier, toute la classe politique locale a salué comme un seul homme la décision de la chambre criminelle de la Cour de cassation qui s’est prononcée via l’avocate générale pour l’annulation de la condamnation de Pouvana’a a Oopa en 1958. Le Metua, dont se revendiquent aujourd’hui tous les grands dirigeants politiques du fenua, devrait être réhabilité lors de la décision qui sera prise le 25 octobre prochain. À Tahiti, chacun s’est félicité de cette avancée qui rapproche un peu plus la collectivité de la Métropole, même si pour cela il aura fallu 60 ans.
L’unité affichée n’aura valu que le temps d’une décision, car voilà que se profilent des dossiers qui ne manqueront pas de raviver les dissensions. La réforme de la PSG mais aussi du Code de travail ne manqueront pas de faire des mécontents. Si la rue l’avait emporté à la veille des élections territoriales, la majorité compte bien sur sa base électorale pour passer ses réformes, en force si besoin. Persuadée sans doute que chacun de ses électeurs s’est prononcé en faveur de chacune des propositions annoncées durant la campagne.
Les réseaux sociaux et la presse hexagonale se sont mobilisés comme rarement derrière une jeune étudiante polynésienne, Ranitea Gobrait, qui malgré un résultat exceptionnel de 20,32/20 au bac s’émouvait de n’avoir pu trouver le moindre débouché universitaire. Les Polynésiens et les médias ont donc soutenu à leur manière l’étudiante au point d’en faire une affaire nationale qui après certaines vérifications ont permis de constater que la bachelière avait refusé cinq propositions…
De l’unité, de la vraie, il faudra quand même en avoir, de façon un peu plus légère, ce dimanche pour soutenir l’équipe de France de football qui jouera sa troisième finale de Coupe du monde. Le temps d’un match, la Polynésie sera derrière les Bleus… ou pas. Elle le sera plus, sûrement, derrière ses rameurs pour les Championnats du monde de va’a qui débutent jeudi prochain.

Bonne lecture et merci de votre fidélité.

Luc Ollivier