Menu

Créer une start-up à Tahiti, pas si facile


Vendredi 17 Mai 2019 - écrit par Jacques Franc de Ferrière


Les Polynésiens ont eux aussi l’ambition de créer des start-up et ils sont de plus en plus nombreux à se lancer dans l’aventure. Certains y voient l’émergence d’une Silicon Valley locale, avec la création de nos champions de demain et des milliers d’emplois à la clé. Mais ce ne sera pas si facile. Entre les lourdeurs administratives, la petite taille de notre marché, le manque cruel d’investisseurs et l’absence de nombreuses spécialités, monter une entreprise innovante en Polynésie se révèle parfois une mission impossible.



Au PRISM, ces entrepreneurs se battent pour réaliser leurs projets de start-up. Crédit photo : Jacques Franc de Ferrière
Au PRISM, ces entrepreneurs se battent pour réaliser leurs projets de start-up. Crédit photo : Jacques Franc de Ferrière
Il y a des start-up en Polynésie depuis bien longtemps. Difficile par exemple de ne pas attribuer ce titre aux pionniers de la perliculture… Après des années de recherche et développement, ils se sont enrichis considérablement en créant de leurs mains un marché mondial de la perle noire de culture.
Pour que le miracle se réalise, il a fallu le coup de poker un peu fou d’entrepreneurs aventureux, mais surtout un écosystème complet pour les accompagner. Il incluait une vraie expertise scientifique en biologie marine, des compétences techniques très spécifiques pour la création des fermes, un savoir-faire qu’il a fallu faire venir du Japon, un environnement juridique favorable et des financements locaux et internationaux importants, sans garantie de retours financiers.
Certains se plaisent à imaginer que ce miracle sera renouvelé par la nouvelle vague de start-up qui se développe à Tahiti. Ça peut sembler surprenant. L’économie numérique existe en Polynésie depuis l’arrivée d’Internet mais, à part les opérateurs réseaux comme l’OPT, les entreprises qui ont émergé se consacrent soit à intégrer les technologies internationales, soit à implémenter les business models qui ont marché ailleurs. D’où le foisonnement de sites de petites annonces, de sites de rencontres et de petites boutiques en ligne sur les réseaux sociaux. Aucune entreprise n’a pris de l’ampleur au-delà de nos frontières. Si la Polynésie semblait idéale pour créer la perle noire de culture, on l’imagine mal créer le prochain Google ou Amazon…


Pour lire l'intégralité de ce Dossier, commandez Tahiti Pacifique n° 407 en cliquant ICI


Dossiers | L'Actu | Culture | Edito | Abonnement | Numéros | Archives | Pacifique | Grandes plumes | La chronique d'Alex Du Prel




Éducation, justice, politique… le programme de la rentrée

Éducation, justice, politique…  le programme de la rentrée
Ça y est, c’est la rentrée. Après une parenthèse de plusieurs semaines, il faut reprendre le rythme scolaire de nos enfants, ce qui n’est pas de tout repos, même sous les tropiques. Vive les levers aux aurores et les pannes de réveil, vive la tartine beurrée qui tombe au sol à l’envers et vive les bouchons interminables au retour des vacances… Et ce n’est malheureusement pas la troisième voie fraîchement inaugurée à Outumaoro qui devrait changer la donne pour les habitants de la côte ouest, avec cette nouvelle portion longue de… 850 mètres. Après deux ans de travaux, dont dix-huit mois de retard, elle aura pourtant coûté
570 millions de Fcfp, ce qui revient aux contribuables à plus de 670 000 Fcfp le mètre. Le ministère de l’Équipement le sait, et l’a même concédé à demi-mot, il faudra prolonger très rapidement cette troisième voie pour qu’elle soit réellement efficace. Quoi que l’on en pense, où que nous habitions, tous les chemins mènent à l’école. Mais pas forcément à la même. Vous l’avez sûrement remarqué, Tahiti et Moorea voient fleurir ces dernières années des écoles privées d’un autre genre, dites hors-contrat. D’inspiration montessorienne pour la plupart, elles proposent des pédagogies alternatives fondées principalement sur la bienveillance éducative et leur succès remet en cause le système éducatif classique. L’enfant n’est pas un vase que l’on remplit, mais une source qui jaillit. C’est le sujet de notre dossier de Une, qui soulève néanmoins des questions de mixité sociale et de coût financier.
C’est aussi la rentrée de tous les “épris de justice”. Le nouveau haut-commissaire Dominique Sorain, qui a pris ses quartiers au début du mois, multiplie les rencontres avec les autorités et les différents responsables du Pays. Il a ainsi réuni les principaux “justiciers” du fenua afin d’échanger notamment sur “les réponses pénales en matière de lutte contre le trafic d’ice, l’insécurité routière, les violences intrafamiliales, ainsi que la politique mise en place avec le Pays en matière de prévention de la délinquance”. De vastes chantiers donc, qui nécessitent en effet que Justice et politique, mais aussi État et Pays, œuvrent main dans la main. Par ailleurs, on attend de voir, avec grand intérêt, quelle suite va être donnée à l’affaire JPK, qui est remontée à la surface en juin dernier après la mise en examen de Francis Stein et Miri Tatarata pour le “meurtre” du journaliste. L’affaire Boiron retiendra en outre notre attention : dans ce dossier, une dizaine de personnes sont renvoyées devant le tribunal correctionnel les 27 et 28 août prochains, et notamment Marc Ramel, le gérant de la boîte de nuit Ute Ute, pour “des atteintes sexuelles sur mineure de 13 ans et offres de produits stupéfiants à des mineures”. Personnage central, Sabine Boiron est, elle, soupçonnée de proxénétisme d’une mineure en échange d’ice et pourrait être condamnée à cinq ans de prison. Quant à son amant de l'époque, Thierry Barbion, le “golden boy” adepte des soirées “jet set”, il encourt trois ans de prison.
Côté politique, chaque parti est déjà focalisé sur les élections municipales de 2020. Après le rétropédalage à propos de la taxe sur les boissons et produits trop sucrés censée lutter contre le diabète et l’obésité, le gouvernement pourrait réintégrer le corned-beef sur la liste des Produits de première nécessité (PPN) alors qu’il l’avait retiré en février. “On a été un peu vite en la matière, le punu pua’atoro est très symbolique chez nous (…) c’est un élément phare dans l’alimentation du Polynésien”, aurait affirmé le ministère de l’Économie au micro de Radio 1. Faut-il pour autant sauver le soldat pua’atoro ? Des retours en arrière qui ne rassurent pas quant à la crédibilité de nos dirigeants, qui peinent à lancer de grands projets. Aux dernières nouvelles, la ferme aquacole de Hao est toujours en stand-by, mais deux ou trois lots du Village tahitien sur les six dédiés aux hébergements touristiques pourraient être acquis prochainement par des investisseurs locaux. À défaut de troisième voie routière, peut-on encore espérer l’émergence d’une troisième voie politique ? Pour l’heure, rien de nouveau sous le soleil, si ce n’est des rumeurs grandissantes qui font état de la volonté de Gaston Flosse de briguer la mairie de Papeete aux prochaines échéances électorales. Par un jeu d’alliance avec le Tavini Huiratira’a, le Vieux Lion réussira-t-il à faire son baroud d’honneur ? Affaire à suivre… Belle rentrée à tous.

Ensemble, faisons bouger les lignes !

Bonne lecture, te aroha ia rahi.

Dominique Schmitt