Menu
Culture

Nouvelle collection 2018 : Tehina ou l'art de célébrer la vie avec poésie - 24/08/2018 | Dominique Schmitt

L'artiste peintre exposera sa nouvelle collection du 30 août au 11 septembre, à la galerie Winkler. Le public pourra découvrir seize toiles aux couleurs très vives, ainsi qu'une dizaine de dessins en...

sur les traces de l’énigmatique écrivain R. J. Fletcher : Le livre des îles noires - 10/08/2018 | Bambü

Auteur presque malgré lui des scandaleuses et célèbres Îles-Paradis, îles d’illusion. Lettres des Mers du Sud, l’étrange Robert James Fletcher (1877-1965) est pour certains un pourfendeur...

Heiva I Tahiti 2018 : une scène pour une recherche identitaire - 10/08/2018 | Nathalie Vanquin

La scène de To’ata, devenue d’année en année le lieu symbolique de l’expression artistique, de la communion populaire, de l’accomplissement personnel, de la consécration culturelle, vient de clôturer...

Kawekaweau, quand le mythe se transforme en malédiction… - 27/07/2018 | Lucile Bambridge

Suite à un séjour en Nouvelle-Zélande, c’est dans un projet littéraire plus qu’enthousiasmant que s’est lancée l’auteur d’origine vietnamienne Thanh-Van Tran-Nhut. Après une saga policière à succès,...

Les années CEP sont au cœur de l'intrigue de la BD Catalina, mon amour - 27/07/2018 | Marcel Bauer et Robert Koenig

C’était en 1968, il y a 50 ans (déjà !) à Tahiti : un vol de documents classés secrets au Centre d'expérimentation du Pacifique (CEP), une enquête tout azimut confiée aux services secrets français,...

Les unu détournés de Gaya - 27/07/2018 | Dominique Schmitt

À l'occasion du 170e anniversaire de la naissance de Paul Gauguin (1848-1903), célébré le mois dernier à Tahiti, l'artiste Gaya a réalisé une œuvre in situ pour le moins insolite devant le marae...

Ono'u 2018 : explosion de couleurs au fenua ! - 13/07/2018 | Dominique Schmitt

Pour marquer sa cinquième édition, le festival international d’art urbain et de graffiti est passé cette année à un format de deux semaines et, surtout, a pris place sur quatre îles polynésiennes :...

L’Australie : focus sur l’île-continent - 13/07/2018 | Jean-Marc Regnault

Soixante-neuf auteurs, essentiellement australiens et néo-calédoniens, ont conçu cet ouvrage passionnant et facile à lire. S’il a eu pour but de mettre en avant les relations entre l’île-continent et...
1 2 3 4 5 » ... 14



Opposition constructive

Le dictionnaire des synonymes vient de s’enrichir d’une nouvelle formule ! Le retournement de veste politique peut désormais être remplacé par de l’opposition constructive.
L’on doit cette nouveauté linguistique à Angelo Frebault, élu en mai dernier lors des élections territoriales sur la liste Tahoera’a, dont il fut exclu en septembre pour ne pas avoir suivi les consignes du parti lors du vote de la réforme des retraites, et qui vient de rejoindre les rangs du Tapura.
L’ancien secrétaire général de la CSTP-FO ne sera donc pas resté bien longtemps seul sur les bancs de l’assemblée puisqu’il a rejoint le parti au pouvoir. La question finalement n’est pas de savoir qui a approché l’autre, mais pourquoi le Tapura, avec sa très forte majorité, a recueilli celui que Gaston Flosse n’avait pas hésité à qualifier de "pomme pourrie" au moment de son éviction du Tahoera’a.
Le gouvernement a les mains libres pour faire passer tous ses textes à l’assemblée avec ses 39 voix, une 40e ne lui est donc pas d’une grande utilité. En seconde lecture, on peut croire qu’Édouard Fritch a fait sienne la devise du célèbre réalisateur Francis Ford Coppola : "Sois proche de tes amis et encore plus proche de tes ennemis."
En effet, les difficultés rencontrées par le gouvernement actuel en début d’année lors des annonces concernant la réforme du régime des retraites peuvent lui faire craindre d’autres mouvements d’ampleur de la rue à l’occasion des réformes à venir sur la Protection Sociale Généralisée, ou encore de la réforme du code du travail. Avoir en son sein l’un de ses anciens plus farouches opposants comme il l’a déjà fait avec un certain Pierre Frebault, ancien ministre de l’Économie d’Oscar Temaru, aujourd’hui directeur de la toute nouvelle Agence de régulation sanitaire et sociale (Arass) – chargée de piloter la politique de la santé et de la protection sociale en Polynésie – est un atout, doit-on penser. Reste à mesurer le réseau d’influence d’Angelo Frebault, renié par une grande partie du monde syndical lors de sa présence sur les listes électorales orange.
Le revers de la médaille est le risque d’apporter un peu plus de discrédit à notre classe politique, dont la cote de popularité est déjà très basse. Et les récentes gardes à vue qu’ont connues Oscar Temaru et Gaston Flosse, pour des raisons très différentes certes, ne viennent pas en redorer l’image.
Le Tapura a pris un risque, persuadé que le résultat des dernières élections le légitime en tout. En métropole, on voit comment le pouvoir s’use vite, des instituts de sondage prenne régulièrement la température ; on peut regretter qu’ici il n’y a pas de sonnette d’alarme.

Bonne lecture et merci pour votre fidélité.

Luc Ollivier