Menu
Culture

L'éco-évasion : Majorque et la Serra de Tramuntana - 15/05/2020 | Pauline Sillinger

Véritable joyau du bassin méditerranéen, l’île de Majorque, en Espagne, est souvent associée au farniente et au tourisme de masse. Loin de ces clichés se trouve la Serra de Tramuntana, une région...

"Mona Lisa TAPA tout dit", ou l’art contemporain en temps de confinement - 30/04/2020 | Vaea Deplat

L’exposition "Mona Lisa TAPA tout dit" aurait dû être inaugurée le 14 avril dernier à l’Université de la Polynésie française (UPF). Réinterprétation contemporaine autour du tapa, l’événement devait...

André Ropiteau (1932) : "Ô mes amis tahitiens, que de bonheur je vous dois !" - 15/05/2020 | Daniel Margueron

Les éditions ‘Api Tahiti publient ce mois-ci deux ouvrages : le premier, Mon île Maupiti, est la réédition du journal intime d’André Ropiteau (1904-1940), illustré par Jacques Boullaire, tandis que...

L’éco-évasion : la Péninsule d’Azuero - 30/04/2020 | Pauline Sillinger

Avec ses collines dorées qui ondulent sur des kilomètres, ses sublimes plages qui s’étendent à perte de vue et une culture campagnarde bien affirmée, la péninsule d’Azuero, au Panama, est souvent...

La série "Les pontons de Polynésie française" primée à l’international - 09/04/2020 | Dominique Schmitt

Ce superbe diptyque photographique de pontons made in fenua, signé Brigitte Bourger, a déjà séduit plusieurs galeries renommées à l’international. La pirogue traditionnelle polynésienne, saisie dans...

Exposition "Mona Lisa TAPA tout dit !" - 09/04/2020 | Tiarenui Ebb

À l’occasion de la prochaine exposition à la Bibliothèque universitaire "Mona Lisa TAPA tout dit !", dont le lancement virtuel est prévu le 15 avril prochain, un étrange objet sera présenté pour la...

L’éco-évasion : le canal de Panama et l’île Barro Colorado - 09/04/2020 | Pauline Sillinger

Plus discret que son voisin le Costa Rica, le Panama est un véritable trésor qui enchante les voyageurs en quête de nature, de culture latino et de dépaysement. Dès le XVIe siècle, les premiers...

L’empreinte du monde chez Bernard Berbille - 09/04/2020 | Riccardo Pineri

Le travail d’artiste de Bernard Berbille, dit Bernie, trouve ses sources, comme pour tout individu, dans l’histoire familiale, liée depuis des générations chez lui à l’industrie du textile, au métier...
1 2 3 4 5 » ... 26



Bas les masques !

Bas les masques !
Le spectre de la grève générale qu’a laissé planer l’intersyndicale en début de mois aura eu le mérite de démasquer les autorités. Lors des négociations avec les organisations syndicales et patronales, le Pays et l’État ont dû s’expliquer, sans pouvoir, cette fois, se défiler ; et leurs discours n’ont cessé de changer à propos de leur gestion de la crise Covid, allant jusqu’à se contredire. Après avoir exigé le confinement général de la population et mis l’activité économique à l’arrêt, puis rouvert d’un coup nos frontières pour sauver le tourisme extérieur, on nous dit aujourd’hui que le virus circule et qu’il n’y a plus besoin de multiplier les tests, puisque sa propagation est trop importante. Reste donc à “attendre l’immunité collective et, bien sûr, le vaccin”, voilà le nouveau discours officiel, qui, en parallèle, répète à l’envi que la Polynésie a déployé “l’un des dispositifs de sécurité sanitaire les plus complets au monde (sic)”. Le nombre de cas confirmés liés au coronavirus a franchi la barre des 1 000, les premiers morts ont été annoncés, les foyers de contagion se répandent désormais dans les quartiers populaires, l’économie locale est exsangue et la crise sociale, bien réelle… Notre fenua est passé de Covid-free à free Covid… Tout ça pour ça !
Désormais, au bord du précipice, nul autre choix que de nous endetter davantage pour rebâtir la Polynésie de demain, avec le plan de relance “Cap 2025” concocté dans son coin par M. Rohfritsch, Vice-président et ministre de l’Économie et des finances. Un programme quinquennal, avec une échéance courte de cinq ans, qui semble pourtant trop ambitieux, de l’avis des spécialistes. Mais ce problème ne sera pas celui de Teva, mais celui de son successeur... ayant démissionné le lendemain pour sa course aux sénatoriales 2020 ! Doudou est perdu, et Dodo s’en remet à Macron qui, lui, s’étouffe derrière son masque. Au pays de l’oncle Sam, Donald n’est pas en reste, puisqu’il aurait sciemment minimisé l’épidémie, selon les révélations du journaliste américain Bob Woodward, pour “ne pas faire paniquer la population” et “donner la priorité à l’économie”. Ainsi font, font, font, les petites marionnettes. Ainsi font, font, font, trois p’tits tours et puis s’en vont…

Ensemble, faisons bouger les lignes !

Bonne lecture, te aroha ia rahi.

Dominique SCHMITT