Menu
Dossiers

La santé au travail au centre des préoccupations - 20/09/2019 | Ariitaimai Amary

Le Forum Santé au travail revient pour sa troisième édition et aura lieu le 3 octobre prochain, à la Présidence de Polynésie française. À destination des chefs d'entreprise et des ressources humaines...

9/16 - Réchauffement climatique : les arguments des climato-sceptiques en Australie - 19/09/2019 | Gilbert Wane

En Australie, un groupe de spécialistes climato-sceptiques a contribué à la rédaction du livre Climate change - The Facts 2017, sous le patronage de l’Institute of Public Affairs (IPA). Ce think tank...

Ces hommes qui mangent des chiens - 20/09/2019 | Dominique Schmitt

La condamnation de deux hommes à trois mois de prison avec sursis pour avoir tué délibérément un chien a d'autant plus défrayé la chronique le mois dernier, qu'ils s'étaient pris en photo à côté du...

#PAROLE D'ÉTUDIANT : gagne ton identité ou tais-toi ! - 19/09/2019

"Sapa’u !" "Fa’ama !" "Patutra !" "Mee Poseeey Noaa !" Et toi, tu comprends mon slang ? Aujourd’hui, nous dénonçons la manière dont les jeunes s’expriment, dansent, sont fiu… Le ‘ori deck fait partie...

Le ministère de l'équipement réagit à notre édito - 19/09/2019 | Dominique Schmitt

Si le ministère de l'Équipement n'a pas donné suite à nos questions lorsque nous l'avons interrogé, en mai dernier, sur le projet de délocalisation du quai des paquebots, dans le cadre de notre...

Teahupo'o : rāhui ou aire marine gérée ? - 06/09/2019 | Ariitaimai Amary

Dans le numéro 412 de Tahiti Pacifique (26 juillet 2019), nous vous emmenions à la découverte des "rāhui" de Tautira et de Teahupo'o. Lors de cette expédition, nous avons été surpris de l'application...

8/16 - Réchauffement climatique : les arguments des climato-sceptiques en Europe (hors France) - 06/09/2019 | Gilbert Wane

En Europe, nous allons nous baser sur le travail d’un collectif de scientifiques climato-sceptiques sous la direction de feu István Markó, professeur et chercheur en chimie organique à l'Université...

État des lieux du marché immobilier : quand le malheur des acheteurs fait le bonheur des propriétaires - 06/09/2019 | Ariitaimai Amary

Depuis quelques années, les personnes cherchant à accéder à la propriété se retrouvent confrontées à un problème de taille. Concurrence entre acheteurs, prix exorbitants, nombre restreint des offres...
1 2 3 4 5 » ... 29



Génération plastique : place à l’action, vive le ‘Ete !

Génération plastique : place à l’action, vive le ‘Ete !
Le plastique, en trois chiffres, c’est : 1 seconde de fabrication, 20 minutes d’utilisation, 400 ans de pollution. En 70 ans, 8,3 milliards de tonnes de plastique ont été produites dans le monde, dont 413 millions en 2018. Les projections sur les prochaines décennies sont terrifiantes, puisque le rythme actuel nous emmène vers un doublement de la pollution plastique en 2030 et plus de plastique que de poissons dans les océans d’ici 2050 (lire notre dossier de Une, pages 14-23)… Énorme problème sur le plan environnemental : seulement 9 % du plastique est recyclé ! C’est dire combien il est urgent d’agir pour notre planète. Au fenua, le Pays planche sur des solutions pour traiter les 600 tonnes de plastique utilisées annuellement, en Polynésie, sous forme de bouteilles d’eau. Mais il faut aller plus loin en repensant nos modes de consommation et en bannissant absolument le plastique à usage unique.

Malheureusement, on le sait, tout traîne en Polynésie, et même les cas les plus urgents. Ainsi, le ministre de la Culture et de l’Environnement, Heremoana Maamaatuaiahutapu, avait annoncé en 2017 la fin du plastique à usage unique d’ici la fin mars 2018, avant de reporter la date au second semestre 2019. Mais aujourd’hui, alors que se profile 2020, rien n’a été encore acté. On nous souffle cependant que la loi de Pays est prête depuis un bon moment, mais que cela bloque en bout de chaîne, et notamment au niveau des lobbies… Pourtant, il suffirait au gouvernement d’imposer la conduite à tenir et de cesser d’en importer, tout simplement. D’après nos informations, le passage à l’action devrait se réaliser en deux temps : l’année prochaine, en 2020, les sacs en plastique de moins de 50 litres seront interdits, notamment les sacs oxo-biodégradables (qui sont en réalité ni recyclables ni compostables), puis il faudra attendre le 1er juillet 2021 pour que tous les sacs en plastique soient enfin prohibés. À l’échelle nationale, l’Assemblée vient de voter l’arrêt de l’emballage plastique à usage unique pour… 2040, c’est à dire dans plus de vingt ans ! Avec ce dispositif – s’il est définitivement adopté par le Parlement – des objectifs successifs de réduction, de réutilisation ou de recyclage des emballages plastique à usage unique seraient tout de même fixés tous les cinq ans.

Mais soyons conscients que, si dans la théorie, il s’agit de fermer le robinet de la production pour stopper les rejets dans la nature, dans la pratique, se passer de plastique, c’est remettre complètement en cause le modèle de vie auquel nous sommes habitués et attachés. Il apparaît donc primordial de s’y préparer et de réfléchir à des alternatives viables. L’artisanat traditionnel est l’un des moyens forts pour protéger notre environnement. L’Opération ‘ETE, dont la troisième édition organisée par Jerry Biret se prolonge jusqu’au 31 décembre, est un formidable exemple permettant à la population de (ré)apprendre à tresser, et à utiliser des sacs et paniers en pae’ore, dans la perspective de réduire durablement le recours aux sacs en plastique à usage unique (lire notre dossier culture, pages 42-49). La filière cocotier est une piste à exploiter, l’utilisation des feuilles de bananiers en est une autre, il y a également le bois, le bambou, etc. Réapprenons ainsi à vivre en harmonie avec la nature et réinventons nos gestes du quotidien pour un avenir plus serein. Il est temps de vous souhaiter, déjà, un joyeux Noël entourés de vos proches et d’excellentes fêtes de fin d’année.

Ensemble, faisons bouger les lignes !

Bonne lecture, te aroha ia rahi.

Dominique Schmitt

Dominique Schmitt