Menu
Dossiers

Francis Fuller et la légende du premier drapeau tahitien (reva maro ura) - 15/05/2020 | Jean-Claude Soulier

Avec l’Autonomie interne, en 1984, la Polynésie française s’est dotée non seulement d’un statut, mais aussi d’un hymne et d’un drapeau. Aujourd’hui, tout le monde connaît le drapeau polynésien, mais...

Permaculture : la voie vers l'autosuffisance - 15/05/2020 | Dominique Schmitt

En Polynésie, la ferme permacole de Tipapa représente un formidable exemple de mise en valeur de produits locaux, sains et nutritifs, sur une surface très réduite. La gérante, Naomi Cunéo, souhaite...

l’humour acide : quand les tarmacs étaient patraques - 15/05/2020 | Maeva Takin

En ce temps-là, parut un inédit signé par les deux Édouard, Édouard de Matignon et Édouard du Taaone, enjoignant à tous les Franchouillards de Paris et des antipodes de rejoindre leurs pénates fissa,...

Humour : le caca maran ! - 15/05/2020 | Claude Méric

En cette période de bouleversements, énormément de sujets sont abordés, beaucoup de questions sont posées, plein de promesses sont avancées, mais les préoccupations journalières et tous les problèmes...

Déconfinement total pour les archipels, poursuite de l'allègement du confinement à Tahiti et Moorea-Maiao - 12/05/2020 | Dominique Schmitt

Depuis le 13 avril, "seuls 5 cas importés, parfaitement identifiés, ont été détectés sur un total de près de 2 000 tests réalisés pendant cette période", ont indiqué aujourd'hui, en fin de matinée,...

Tout à portée de main ! (suite) - 30/04/2020 | Dominique Schmitt

Après un article consacré aux bienfaits de l’alimentation traditionnelle polynésienne dans la lutte contre le coronavirus, nous vous proposons de (re)découvrir dans ce numéro nos ressources...

La complexité des évasans en temps d’épidémie - 30/04/2020 | Suliane Favennec

Depuis la fermeture des frontières et l’instauration du confinement suite à l’épidémie du coronavirus, la mise en œuvre des évacuations sanitaires a été bouleversée. Aujourd’hui, seules les évasans...

Les malades chroniques : une bombe à retardement - 30/04/2020 | Suliane Favennec

Depuis le début du confinement, les personnes atteintes d’une maladie chronique ne consultent plus. De quoi inquiéter les médecins, qui invitent les patients à ne pas attendre le dernier moment pour...
1 ... « 2 3 4 5 6 7 8 » ... 38



Bas les masques !

Bas les masques !
Le spectre de la grève générale qu’a laissé planer l’intersyndicale en début de mois aura eu le mérite de démasquer les autorités. Lors des négociations avec les organisations syndicales et patronales, le Pays et l’État ont dû s’expliquer, sans pouvoir, cette fois, se défiler ; et leurs discours n’ont cessé de changer à propos de leur gestion de la crise Covid, allant jusqu’à se contredire. Après avoir exigé le confinement général de la population et mis l’activité économique à l’arrêt, puis rouvert d’un coup nos frontières pour sauver le tourisme extérieur, on nous dit aujourd’hui que le virus circule et qu’il n’y a plus besoin de multiplier les tests, puisque sa propagation est trop importante. Reste donc à “attendre l’immunité collective et, bien sûr, le vaccin”, voilà le nouveau discours officiel, qui, en parallèle, répète à l’envi que la Polynésie a déployé “l’un des dispositifs de sécurité sanitaire les plus complets au monde (sic)”. Le nombre de cas confirmés liés au coronavirus a franchi la barre des 1 000, les premiers morts ont été annoncés, les foyers de contagion se répandent désormais dans les quartiers populaires, l’économie locale est exsangue et la crise sociale, bien réelle… Notre fenua est passé de Covid-free à free Covid… Tout ça pour ça !
Désormais, au bord du précipice, nul autre choix que de nous endetter davantage pour rebâtir la Polynésie de demain, avec le plan de relance “Cap 2025” concocté dans son coin par M. Rohfritsch, Vice-président et ministre de l’Économie et des finances. Un programme quinquennal, avec une échéance courte de cinq ans, qui semble pourtant trop ambitieux, de l’avis des spécialistes. Mais ce problème ne sera pas celui de Teva, mais celui de son successeur... ayant démissionné le lendemain pour sa course aux sénatoriales 2020 ! Doudou est perdu, et Dodo s’en remet à Macron qui, lui, s’étouffe derrière son masque. Au pays de l’oncle Sam, Donald n’est pas en reste, puisqu’il aurait sciemment minimisé l’épidémie, selon les révélations du journaliste américain Bob Woodward, pour “ne pas faire paniquer la population” et “donner la priorité à l’économie”. Ainsi font, font, font, les petites marionnettes. Ainsi font, font, font, trois p’tits tours et puis s’en vont…

Ensemble, faisons bouger les lignes !

Bonne lecture, te aroha ia rahi.

Dominique SCHMITT