Menu
Dossiers

Le miel, nouveau trésor du pays - 05/05/2017 | Eric Belleil et Luc Ollivier

Alors que le Pays mène la guerre du sucre, il est un produit qui pourrait faire du bien à notre économie : le miel. Phénomène de mode comme le furent en leurs temps la perle, la vanille, le noni… la...

"Eau trouble" sur Taravao - 05/05/2017 | Boris Alexandre Spasov

"Le puits que nous avions atteint ne ressemblait pas aux puits sahariens. Les puits sahariens sont de simples trous creusés dans le sable. Celui-là ressemblait à un puits de village. Mais il n’y...

Dictature, aventure et ouverture : des leçons du gaullisme - 05/05/2017 | Jean-Marc Regnault

La première chose qu’on apprend aux étudiants qui, à l’université, choisissent les études d’Histoire, c’est que tout texte doit être restitué dans son contexte. Cela n’exclut pourtant pas que...

Le "fare tāpe'ara'a" de Papeari : du gourbi à l’hôtel étoilé ! - 22/04/2017 | Oviri Maramara

La prison de Nuutania a vécu. Dans quelques jours, ce qui est maintenant appelé "Centre de détention" va recevoir ses premiers détenus. Tout est prêt : les bâtiments, flambant neuf, comme le...

Vers une nouvelle stratégie et géopolitique du Pacifique - 22/04/2017 | Boris Alexandre Spasov

"Est-ce alors que j’ai, pour la première fois, compris ce qu’en d’autres régions du monde, d’aussi démoralisantes circonstances m’ont définitivement enseigné ? Voyages, coffrets magiques aux...

Projet d'île flottante : paradis artificiel pour geeks millionnaires - 21/04/2017 | Jacques Franc de Ferrière

The Seasteading Institute discute avec le gouvernement de la Polynésie de la construction dans nos eaux d'une île flottante à plusieurs milliards de francs. Aucun accord contraignant n'a été signé,...

Ua Pou, une île (presque) comme les autres - 08/04/2017 | Delphine Barrais

Surnommée "l'Île cathédrale" en raison de ses piliers rocheux, Ua Pou coule des jours paisibles. Mais, contrairement à ce que chantait Jacques Brel, le temps ne s'y immobilise pas. Éloignée des...

"Le démon" de la République - 08/04/2017 | Boris Alexandre Spasov

"L’avenir est entre les mains de ceux qui auront su donner aux générations de demain des raisons de vivre et d’espérer", Teilhard de Chardin "Quand un vieux meurt, c’est une bibliothèque qui brûle"....
1 ... « 4 5 6 7 8 9 10 » ... 11



2018 : sous le signe des Territoriales

Amateurs d’astrologie, plutôt que de vous plonger dans la lecture de votre signe zodiacal pour tenter d'y trouver des signes rassurants pour votre avenir, soyez plutôt à l’écoute de votre environnement social et professionnel, pour tenter d’influencer votre avenir et celui de vos proches quand, après analyse, vous serez appelés à voter le 22 avril prochain lors du premier tour des élections territoriales. Plutôt que d’essayer de vous rassurer par des écrits de liseurs d'étoiles, essayez plutôt de suivre la bonne. Certes, l’échéance est encore loin, mais mieux vaut prendre son temps en politique pour comprendre les tenants et les aboutissants de chaque élection. Il s’agira de donner la gestion du pays au groupe majoritaire à l’assemblée de Polynésie qui élira notre président.
Cette échéance est en tout cas dans les esprits de tous les hommes politiques du territoire qui ont élaboré leur stratégie depuis déjà quelques mois. Chacun est dans son rôle, la majorité souligne le redressement de l’économie, ses bonnes relations avec l’État, ne manque pas d’ouvrir les robinets d’aides et subventions, comme en atteste la lecture des derniers journaux officiels, et annonce vouloir revoir sa stratégie sociale, dont les effets tardent à être ressentis par les plus démunis ; pire, la fracture sociale ne fait que s’agrandir. L’augmentation des cotisations salariales, l’augmentation de l’abonnement téléphonique et des boîtes postales annoncée pour ce début d’année aura un impact négatif sur ceux qui connaissent des fins de mois difficiles.
Un gros trimestre pour créer de l’emploi, pour sortir quelques centaines de Polynésiens de la précarité, paraît bien court pour tenter de redorer cette mauvaise partie du bilan. L’opposition est bien sûr dans son rôle en dénonçant cette précarité, cette misère. Le Tahoeraa mise sur les vieilles recettes et les annonces pleines d’espoir que sont d’offrir un emploi, une maison et de ramener le bonheur dans les familles. Le Tavini n’innove guère plus en proposant de s’appuyer sur les forces économiques de ce pays pour s’en sortir, tout en faisant table rase de certaines pratiques politiciennes.
D’autres partis et candidats auront le temps de se faire connaître, comme vient de le faire Marcel Tuihani, actuel président de l’assemblée territoriale. Il va tenter de convaincre qu’une énième nouvelle voie est possible, surfant sur le ras-le-bol politique national.
Dans exactement 100 jours, les Polynésiens seront amenés à s’exprimer bulletin à la main pour se prononcer sur leur avenir ; notre vœu pour 2018 est qu’ils soient le plus nombreux possible à le faire.
Bonne lecture et merci de votre fidélité.

Luc Ollivier