Menu


Encore un roi !

À croire qu’une saison nouvelle se mette à exister dans nos îles, à moins qu’il ne s’agisse d’une nouvelle maladie contagieuse : celle de royautés autoproclamées.



Nous avions tellement envie de croire les promesses de ces rois autoproclamés que nous nous sommes empêchés de réfléchir volontairement. Illustration : Warzi
Nous avions tellement envie de croire les promesses de ces rois autoproclamés que nous nous sommes empêchés de réfléchir volontairement. Illustration : Warzi
L’étrangeté de ces comportements d’autoproclamation royale présente toutefois une constante : l’absence de projet de société et une rupture de lien avec la France. Sur ces points-là, ces royautés s’avèrent cousines et même sœurs du parti indépendantiste qui s’agite à l’ONU.
En effet, aucun d’eux ne propose de programme d’organisation sociale, politique, environnementale, économique, éducative, foncière, énergétique, agricole, religieuse, d’urbanisme, de pêche et aquaculture, etc. C’est le néant ! Seule leur importe la détention des rênes du pouvoir ! Comme si de s’asseoir à la place du pilote dans un avion suffisait à détenir la capacité à décoller, piloter à travers les orages, le beau temps et les nuages, puis à atterrir correctement à l’aéroport de destination. L’hypertrophie de l’ego, comparable à un éléphantiasis du nombril, bourgeonne en excroissances d’intolérance à toute frustration.

Mais cette maladie ne serait peut-être pas si nouvelle que ça. Après tout, bien des candidat(e)s aux élections se font souvent élire à des postes de responsabilité malgré une totale absence de compétence en quelque domaine que ce soit.
Formée au doute scientifique et donc au doute tout simplement, j’ai fini par repérer les incompétent(e)s à leur assurance et leur suffisance dans l’émission de propos péremptoires et définitifs. Ils et elles ne doutent de rien et surtout pas de leur légitimité à occuper des postes de direction et surtout de supra-direction (politicienne ou syndicaliste) et, à l’occasion, à punir celles et ceux qui ont l’outrecuidance de réunir des critères incontestables fondés sur des efforts couronnés de succès.

S’est organisée alors une cooptation de "presque" titulaires de sésames ouvrant l’accès à des postes convoités. Devant une telle efficacité, peuvent s’agréger à cette caste, à la susceptibilité ombrageuse sur leurs origines ethniques brandies en étendard, des titulaires prudents qui, à l’occasion, offrent comme trophée, l’exécution d’un homologue moins stratège et plus naïvement préoccupé du bien public. Cela se fait bien sûr au détriment de la victime isolée, mais surtout de la collectivité dont ces majestés s’en fichent "royalement".
Ainsi va la vie en nos îles bénies où, comme ailleurs, le responsable de tous les maux est toujours prétendu externe à soi. Toutefois, une de nos particularités réside dans l’incapacité à utiliser d’autre mot que "roi" pour désigner l’alternative au système laïc républicain et de démocratie représentative qui actuellement nous régit. Tout se passe comme s’il existait une forme de nostalgie de la royauté Pomare. Celle-ci relevait pourtant d’un modèle importé où ne furent cérémoniellement intronisés, dans et par l’église protestante, que deux rois et une reine en moins de cent ans. Ils portaient les chiffres III, IV et V. Étonnant comme ce siècle-là semble avoir effacé la mémoire du terreau sur lequel fut érigé ce système politico-religieux de gouvernement.

Depuis, une muraille invisible, mais bien réelle, existe dans la majorité des esprits qui se heurtent à ces références et les restituent bien souvent dans une totale confusion de la pensée. Confusion qui s’est, entre autres, illustrée en choisissant pour célébrer la reconquête d’une autonomie politique l’anniversaire de l’abandon de la souveraineté royale du 28 juin 1880 par Pomare V ! Plus paradoxal que ça, c’est difficile. Et pourtant, il y a trente ans, ce fut fêté avec fastes et grandioses manifestations. Cela dura quelques années pour disparaître le temps du règne des indépendantistes et pour réapparaître plus discrètement.
Fonctionner en permanence dans le paradoxe peut parfois témoigner d’une sorte de clivage mental où se révèle l’incapacité à relier deux réalités entre elles et explique sans doute le développement d’identités bizarres proches quelque peu de ce qu’on appelle des faux-selfs. Enfin, c’est ainsi que j’appellerai ces nombreuses revendications identitaires où l’émotionnel prime sur le raisonnement et où le locuteur fait appel à votre foi de manière inconditionnelle. Et si vous osez poser une question, vous vous retrouvez radié de toute relation avec la personne à qui vous avez osé faire une simple remarque sur sa traduction d’un mot tahitien en français. Attitude inexplicable pour moi qui suis en attente de remarques pour pouvoir m’améliorer en permanence.

Qui sait si ces rois autoproclamés de manière cocasse souvent, ridicule aussi quand ça se pare de couronnes en carton de l’Épiphanie, ne sont pas des reflets quelque peu outranciers de nous-mêmes. Nous ne sommes plus en mesure d’inventer de doubles fantastiques, tels que les héros mythiques de nos ancêtres. Parmi ceux qui ont pavané en gloire devant nous et que nous avons applaudis, il y en a qui s’avèrent être de piteux Rapetout. D’autres se révèlent n’avoir pas fait grand-chose d’autre que s’engraisser sur des sièges de pilotes d’avion… en carton très onéreux. Et quand on cherche à approfondir l’œuvre d’un autre porté aux nues, on s’aperçoit que c’est plutôt moyen faible. Ils nous ont eus ? Sans doute. Mais quelque part s’ils ont pu nous berner, c’est que nous n’avons pas été suffisamment vigilants. Nous nous sommes laissés faire. Nous avions tellement envie de croire que ce qu’ils nous promettaient était vrai que nous nous sommes empêchés de réfléchir volontairement. Nous sommes donc complices de cette réalité peu reluisante où nous parviennent des SOS désespérés d’obèses, alcoolo, drogués de toutes sortes qui pourraient bien de manière brutale nous rappeler nos manquements pour avoir permis à la médiocrité de régner aussi impunément.

C’est le moment ou jamais de réactiver nos neurones car, pour l’heure, notre réalité est encore plutôt belle.

Vendredi 31 Mai 2019 - écrit par Simone Grand


Continuez la lecture
< >

Jeudi 8 Août 2019 - 19:20 La nature de l’art


Simone Grand

Dossiers | L'Actu | Culture | Edito | Abonnement | Numéros | Archives | Pacifique | Grandes plumes | La chronique d'Alex Du Prel




Équipement du Pays : mépris de l’environnement, gabegie et incompétence…

Équipement du Pays : mépris de l’environnement, gabegie et incompétence…
Le Pays vient encore d’être pris la main dans le sac. Une enquête pour “terrassement illégal et rejet de matières polluantes” a été en effet ouverte par le parquet, après la construction du remblai de 18 hectares sur le lagon ceinturant l’ex-hôtel Maeva Beach, à Outumaoro, ont révélé nos confrères de La Dépêche de Tahiti. Une information judiciaire a ainsi été engagée suite au dépôt, entre 2013 et 2015, de 110 000 mètres cubes de terre et matériaux sur le site de développement touristique dit “Mahana Beach”, laissant craindre plusieurs risques environnementaux, à terre et en mer. Le fait que ces opérations, menées par l’ancien puis l’actuel présidents de la Polynésie française, Gaston Flosse et Édouard Fritch, aient été réalisées dans le plus grand mépris du Code de l’urbanisme et du Code de l’environnement jette l’opprobre, une fois de plus, sur le gouvernement local… Un scandale politico-environnemental qui rappelle amèrement l’affaire des bonbonnes toxiques immergées à bord du Kura Ora II, en début d’année, où trois responsables de services du Pays seraient impliqués. Une aberration d’autant plus révoltante que le 30e Congrès des communes qui vient de se tenir aux Gambier était placé sous le thème “Nos liens à l’environnement”. L’objectif étant de “sensibiliser l’élu communal et chaque participant, en tant qu’individu, être humain et citoyen, sur ses habitudes et les conséquences de ses actes sur son cadre de vie”. Cerise sur ce gâteau de très mauvais goût, 180 élus communaux venus des quatre coins de la Polynésie se sont réunis à Rikitea, située à… 1 643 kilomètres de Papeete ! Un choix peu judicieux, sur le plan financier certes, mais surtout écologique.
De son côté, on notera que le CESC est devenu le CESEC, le Conseil économique, social, environnemental et culturel de la Polynésie française (prononcer “cézék”), et s’est engagé à intégrer les préoccupations de développement durable dans l’ensemble de ses avis présentés au gouvernement. Non seulement, les grands travaux conduits par le Pays ne respectent pas l’environnement, mais ils sont aussi, souvent, la source d’une gabegie effarante. Pour exemple, l’installation de feux tricolores à Mahina pour la modique somme de 40 millions de Fcfp, qui n’ont pas fonctionné pendant plus d’un an ni réglé le problème de la circulation. On pense également à l’inutile passerelle Taina, construite à Punaauia, qui a coûté 152 millions de Fcfp alors qu’elle est à peine empruntée. Que dire en outre de l’aménagement du front de mer de Papeete prévu par le ministère de l’Équipement, alors que la première tranche a été inaugurée il y a un an déjà ? On nous explique qu’après avoir détruit le carrefour du Pacifique pour empêcher les usagers de la route de tourner à gauche sur l’avenue Prince Hinoi, on va désormais démolir le terre-plein central afin de réaménager le carrefour à feux à la sortie de la gare maritime, pour pouvoir tourner à gauche vers le giratoire de la base marine.
Selon la formule consacrée, le ministre ad hoc remercie à chaque fois par avance la population de sa “compréhension pour les désagréments occasionnés par ces travaux”. On le conçoit bien, soit, mais pas lorsque ceux-ci se font au détriment du développement durable ou sans aucune logique économique. On construit, on déconstruit, puis on reconstruit au même endroit… Gaspillage à tous les étages ! Pendant ce temps, la fermeture du viaduc de la Punaruu a créé d’énormes bouchons sur la côte ouest, un projet de trois lotissements à Moorea suscite l’indignation des riverains et la troisième voie à Punaauia n’est toujours pas terminée deux ans après le démarrage du chantier (évalué à 574 millions de Fcfp). Cette incompétence latente, mise en exergue par plusieurs rapports de la Chambre territoriale des comptes visant différents services du Pays, porte à nous interroger sur la bonne gestion de nos deniers, qui pourraient servir à d’autres causes. Car, en attendant, Théodore Tehau, SDF de 48 ans, est la sixième personne en grande précarité et à la rue qui est décédée cette année, comme l’a rappelé Père Christophe. D’ailleurs, sachez que le vicaire de la cathédrale de Papeete n’a reçu, pour l’heure, qu’un peu plus de 6 millions sur les 150 millions de Fcfp nécessaires à la création d’un nouveau centre d’accueil Te Vai-ete. Et puis, la Faucheuse a déjà tué 24 personnes sur nos routes en 2019. Si on y réfléchit bien, il y a moyen de trouver des investissements plus concrets, c’est sûr.

Ensemble, faisons bouger les lignes !

Bonne lecture, te aroha ia rahi.
Dominique Schmitt

Dominique Schmitt