Menu
Grandes plumes
En 1958, Maurice Lenormand était député et vice-président du conseil de gouvernement mais, contrairement à Pouvanaa, il prôna le OUI au référendum du 28 septembre et entraîna les Mélanésiens sur...

À qui se fier ? 21/09/2018 | Simone Grand

Les faits divers, les travaux de la Cour des comptes et nos recherches personnelles mettent en évidence que, parmi celles et ceux qui se posent en exemples à suivre, jusqu’à haranguer les foules et...
Si, comme on peut raisonnablement l’espérer, le 25 octobre prochain la Cour de Cassation innocentait Pouvanaa, la joie devrait être totale. Pour la famille d’abord, qui a souvent subi les critiques...

Toute honte bue, "Ha’amā ’ore" 07/09/2018 | Simone Grand

L’expression "toute honte bue" pour dire l’impudence, le culot, le sans vergogne, l’absence de scrupules, le cynisme, l’indécence, est intéressante. Telle qu’elle fut utilisée en littérature, et...
Notre société n’aime pas débattre. C’est à qui énoncera une idée en enrobant son propos d’un ton sentencieux, appelant parfois à la rescousse tout un groupe de personnes censées être habitées de la...
Tahiti-Pacifique suit de près la période référendaire en Nouvelle-Calédonie. Les électeurs du "Caillou" se prononceront le 4 novembre prochain et devront décider s’ils souhaitent, ou non, que leur...

Titaua Peu et les ambiguïtés du roman 10/08/2018 | Riccardo Pineri

En 2017, Titaua Peu a obtenu le "prix Eugène-Dabit du roman populiste", créé en France en 1931 et qui entend récompenser une œuvre romanesque qui "préfère les gens du peuple comme personnages et les...
Qu’elles viennent d’autorités religieuses protestantes ou d’intellectuels dont on cherche en vain des publications où l’on pourrait lire le développement d’une pensée avec laquelle ouvrir de...
1 2 3 4 5 » ... 10



Du lard ou du cochon ?

Du lard ou du cochon ? Que nous réserve l’année 2019 dont le Nouvel An vient d’être fêté par la communauté chinoise ? Le Cochon de Terre ne promet pas de grands bouleversements, les rendez-vous politiques devant les urnes n’étant pas au calendrier. Pour autant, de politique – ou plutôt de relation avec l’État – il en sera quand même question : dès la semaine prochaine, avec l’étude par le Sénat du projet de loi organique modifiant le statut du Pays et de la prise en compte des amendements et articles proposés par l’assemblée de la Polynésie française, on verra si le baromètre qu’on nous annonce au beau fixe le restera… La confiance est de mise pour le président Fritch, parti défendre ses amendements auprès des différents groupes parlementaires.
D'ailleurs, la commission des lois vient de donner son feu vert à l'actualisation de notre statut.
La même confiance qui animait les porteurs du dossier d’inscription du ‘ori tahiti au patrimoine culturel immatériel de l’Unesco, qui n’a pourtant pas été retenu par le président Macron, au profit de la yole martiniquaise. Sa visite en fin d’année sera l’occasion de lui montrer que cette candidature doit être à nouveau soutenue.

Les rendez-vous seront donc essentiellement économiques et le premier – très attendu – avec le Conseil d’État sur la réforme des retraites, s’est déroulé en début de semaine. Il a validé sa quasi-intégralité. C’est une victoire pour le gouvernement Fritch, mais aussi pour les Polynésiens, dont le système des retraites est sauvé pour encore quelques années. Le tour de force sera maintenant de modifier le code du travail est d’apporter la souplesse réclamée, comme en métropole, par les chefs d’entreprise. Malgré les réunions de travail avec les syndicats, le dossier s’annonce difficile. Souhaitons qu’il ne connaisse pas les mêmes dérives extrémistes de mars 2018, quand il fallait réformer les retraites.

Mais 2019 doit être aussi l’année du début des deux grands chantiers. Avant la mi-mars, le protocole signé avec le groupement Kaitiaki Tagaloa, pour la réalisation du Village tahitien, sera obsolète. Les doutes quant à la mise en œuvre en l’état de ce projet ne font que s’amplifier. Ce serait un coup dur pour ce gouvernement et l’économie locale si tout devait tomber à l’eau. Le Tahoera’a, qui n’est pas avide de critiques, en ferait ses choux gras… Et que dire du projet d’aquaculture à Hao où, pour le moment et depuis de longs mois déjà, les investisseurs sont plus dans le déclaratif que dans l’action ?
Le grand virage économique de 2019 sera-t-il donc du lard ou du cochon ?

Bonne lecture et merci pour votre fidélité.

Luc Ollivier