Menu

Heiva i Tahiti 2018 : que la fête commence !


Jeudi 28 Juin 2018 - écrit par W.W.


Du 4 au 21 juillet, les groupes de chants et de danses illumineront, comme chaque année, la scène de To'atā. Mais le mois de juillet à Tahiti, c'est aussi le Heiva Rima'i, le Heiva Tu'aro Mā'ohi avec le Heiva Va'a et les courses hippiques de retour cette année, sans oublier la traditionnelle cérémonie de la marche sur le feu et les représentations sur le marae Arahurahu jusqu'au début du mois d'août. Pour certains, le Heiva c'est une façon d'être ensemble, malgré les contraintes et la fatigue, pour d'autres, c'est un moyen de se connecter avec l'expression contemporaine de la culture polynésienne.



Crédit photo : TFTN
Crédit photo : TFTN
Année après année, le Heiva i Tahiti continue de séduire les foules et gagne de plus en plus d'adeptes et de passionnés à travers le monde. Au vu de sa renommée mondiale, les festivités du Heiva semblent exister depuis "toujours"... Mais n'oublions pas que cela fait à peine trente ans que l'événement a été rebaptisé ainsi. L'Histoire nous parle d'un temps que les jeunes générations ne peuvent pas connaître... Converti au christianisme, le roi Pomare II promulgue en 1819, un Code interdisant toute activité, alors contraire aux valeurs chrétiennes, dont notamment la danse et le tatouage.
À partir de 1847, le Heiva, qui signifie en langue tahitienne "divertissement", "passe-temps", "exercice physique", "danse" ou "assemblée", réunie pour danser, était toléré, mais du moins réglementé par le gouvernement français de l'époque. Le 'ori tahiti, la danse traditionnelle, n'était alors autorisée que dans certains lieux, le mardi et le jeudi. Ce n'est qu'en 1881 qu'elle fut conviée aux réjouissances des défilés militaires et autres cérémonies officielles, à l'occasion des célébrations du 14-Juillet, que l'on nommait le tiurai, juillet. Les chants traditionnels, bien au contraire, étaient encouragés par les colons qui usaient alors de cette pratique traditionnelle, à des fins de conversion religieuse. Néanmoins, avec le temps, la pratique de la danse réapparaît au sein du peuple polynésien qui, depuis les années 1950, se réapproprie doucement son héritage culturel et ne cesse d'enrichir la dimension traditionnelle de la danse et du chant par une vision contemporaine. Et ce n'est qu’en 1985, en hommage à l'accession de la Polynésie au statut d'autonomie, que le Tiurai est rebaptisé Heiva i Tahiti.
Depuis, chaque année, les festivités du Heiva commencent dès la fin du mois de juin, avec notamment les artisans et les concours de sports traditionnels. Une nouveauté cette année, les courses hippiques sont de retour à l'hippodrome de Pirae. Mais nous le savons tous, le moment tant attendu du Heiva aura lieu à partir du 4 juillet prochain, avec la nouvelle édition 2018 qui accueillera cette année 19 groupes de danses et 18 groupes de chants sur la scène mythique de To'atā. Parmi eux, certains sont considérés comme professionnels, d'autres comme amateurs, mais pour tous, le défi est de taille et les heures de répétitions se succèdent encore...

Pour lire l'intégralité de ce Dossier, commandez Tahiti Pacifique n° 384 en cliquant ICI


Dans la même rubrique
< >

Vendredi 13 Juillet 2018 - 14:11 Ono'u 2018 : explosion de couleurs au fenua !

Vendredi 13 Juillet 2018 - 14:08 L’Australie : focus sur l’île-continent


Dossiers | L'Actu | Culture | Edito | Abonnement | Numéros | Archives | Pacifique | Grandes plumes | La chronique d'Alex Du Prel




Tous ensemble

"Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots”, a déclaré Martin Luther King dans un discours il y a 50 ans. Si en Polynésie, comme d’ailleurs sur l’ensemble de la planète, les humains ont du mal à faire leur cette citation, il n’en demeure pas moins qu’en de rares occasions, les hommes ont la capacité de surmonter leurs différences. Quand il s’agit de politique, par exemple, on n’hésite pas à parler d’unité nationale dès lors que la patrie est en danger ou dans une moindre mesure quand la cause touche tout un peuple.
Vendredi dernier, toute la classe politique locale a salué comme un seul homme la décision de la chambre criminelle de la Cour de cassation qui s’est prononcée via l’avocate générale pour l’annulation de la condamnation de Pouvana’a a Oopa en 1958. Le Metua, dont se revendiquent aujourd’hui tous les grands dirigeants politiques du fenua, devrait être réhabilité lors de la décision qui sera prise le 25 octobre prochain. À Tahiti, chacun s’est félicité de cette avancée qui rapproche un peu plus la collectivité de la Métropole, même si pour cela il aura fallu 60 ans.
L’unité affichée n’aura valu que le temps d’une décision, car voilà que se profilent des dossiers qui ne manqueront pas de raviver les dissensions. La réforme de la PSG mais aussi du Code de travail ne manqueront pas de faire des mécontents. Si la rue l’avait emporté à la veille des élections territoriales, la majorité compte bien sur sa base électorale pour passer ses réformes, en force si besoin. Persuadée sans doute que chacun de ses électeurs s’est prononcé en faveur de chacune des propositions annoncées durant la campagne.
Les réseaux sociaux et la presse hexagonale se sont mobilisés comme rarement derrière une jeune étudiante polynésienne, Ranitea Gobrait, qui malgré un résultat exceptionnel de 20,32/20 au bac s’émouvait de n’avoir pu trouver le moindre débouché universitaire. Les Polynésiens et les médias ont donc soutenu à leur manière l’étudiante au point d’en faire une affaire nationale qui après certaines vérifications ont permis de constater que la bachelière avait refusé cinq propositions…
De l’unité, de la vraie, il faudra quand même en avoir, de façon un peu plus légère, ce dimanche pour soutenir l’équipe de France de football qui jouera sa troisième finale de Coupe du monde. Le temps d’un match, la Polynésie sera derrière les Bleus… ou pas. Elle le sera plus, sûrement, derrière ses rameurs pour les Championnats du monde de va’a qui débutent jeudi prochain.

Bonne lecture et merci de votre fidélité.

Luc Ollivier