Menu

L'art du tapa, de la Chine à Rapa Nui


Vendredi 1 Décembre 2017 - écrit par Dominique Schmitt


Un livre exceptionnel réalisé sous la direction de Michel Charleux

Présenté officiellement à Paris en septembre dernier, Tapa - De l’écorce à l’étoffe, art millénaire d’Océanie - De l’Asie du Sud-Est à la Polynésie orientale a également inspiré une exposition thématique au "Parcours des mondes 2017". Réalisé sous la direction de Michel Charleux et réunissant plus de 60 spécialistes internationaux, cet ouvrage exceptionnel est enfin disponible au fenua.



Tapa marquisien contemporain Photo : Ph.Bacchet  Collection : M.Charleux, 2016
Tapa marquisien contemporain Photo : Ph.Bacchet Collection : M.Charleux, 2016
C'est un vrai trésor littéraire qui vient de voir le jour. L'association Tapa (www.tapa-oceanie.com), qui a été créée en 2015 pour servir de support légal à la publication de l'ouvrage éponyme, a eu le privilège d'être partenaire du "Parcours des mondes 2017", le fameux salon international des arts premiers, qui s'est tenu à Paris du 12 au 17 septembre derniers. Une première pour l'Océanie ! L'occasion rêvée pour l'éditeur Somogy Éditions d’Art de publier parallèlement Tapa - De l’écorce à l’étoffe, art millénaire d’Océanie - De l’Asie du Sud-Est à la Polynésie orientale afin de le faire coïncider avec cet événement culturel prestigieux. "Ce rendez-vous est une vitrine internationale car il réunit les plus grands collectionneurs du monde", se réjouit Michel Charleux, ethno-archéologue qui réside en Polynésie depuis plus de vingt ans et a habité aussi au Vanuatu et en Australie. Né en 1945 à Paris, cet ancien professeur certifié de mathématiques, membre du laboratoire d'ethnologie de l'UMR 7041 - Archéologies et sciences de l'Antiquité, est réputé pour ses missions archéologiques, en particulier sur l'île déserte de Eiao, aux Marquises. L'homme s'intéresse de près au tapa depuis les années 1980 ; il a même consacré la première des muséo-valises pédagogiques du Musée de Tahiti et des îles à ce thème et réalisé un film, Le tapa. Passionné par cet art océanien millénaire, c'est sous sa direction qu'une soixantaine de spécialistes internationaux ont réalisé ce livre d'exception. Cette approche scientifique est complétée par celle des artistes contemporains dont certains se sont appropriés le tapa en l’intégrant dans leurs créations.
Michel Charleux explique : "Ce sont aussi bien des grands scientifiques, des passeurs de savoirs reconnus par leurs pairs, pour leurs techniques de coloration des pigmentations, par exemple, que des artistes expérimentés. En outre, un comité scientifique de lecture...

Pour lire l'intégralité de cet Article, commandez Tahiti Pacifique n° 369 en cliquant ICI

L'art du tapa, de la Chine à Rapa Nui
Avec plus de 600 pages richement illustrées, le livre invite à un voyage à travers l’espace mais aussi le temps. Il nous emmène de la Chine, où des battoirs de pierre datés de 8 000 ans ont été exhumés, à l’océan Pacifique, d’Ouest en Est, comme le firent les migrations qui ont abouti à son peuplement, en passant par l’Indonésie, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, le Vanuatu, la Nouvelle-Calédonie, les îles Fidji, Wallis, Futuna, Niue, les Samoa, Tonga, les îles Cook, Tahiti et les Marquises, l’île de Pâques, Pitcairn et enfin Hawai’i. Objet essentiel du patrimoine culturel immatériel des sociétés peuplant tous ces archipels, le tapa a eu des destins différents suivant les îles et suivant la colonisation occidentale qui les a affectées. Toujours particulièrement vivant en Papouasie-Nouvelle-Guinée,
à Tonga, aux Samoa, à Wallis-et-Futuna et même aux Fidji, il avait quasiment disparu ailleurs jusqu’à ce que des passionnés le fassent renaître. Une démarche de réappropriation de sa culture que l’on ne peut qu’encourager. Le livre consacre aussi une partie de ses pages à la création contemporaine, aux artistes qui ont pris le tapa comme thème ou qui utilisent eux-mêmes le tapa comme support de leurs œuvres.

Sous la direction de Michel Charleux
Couverture cartonnée sous jaquette
Format : 24 x 30 cm
600 pages, 510 illustrations
Publication : Somogy Éditions d’Art/Association tapa
Tarif : à partir de 15 900 Fcfp

Rendez-vous
au Musée de Tahiti et des îles
Samedi 2 décembre, le Musée de Tahiti et des îles organise une matinée autour du tapa. Au programme :
- 10 heures : visite guidée de la salle d’exposition permanente autour de la thématique du Tapa ;
- 11 heures : rencontre avec Michel Charleux, qui présentera l’ouvrage, et animera une conférence sur la thématique.

Dédicaces
Samedi 16 décembre, de 9 heures à midi - Librairie Archipels


Dans la même rubrique
< >

Vendredi 13 Juillet 2018 - 14:11 Ono'u 2018 : explosion de couleurs au fenua !

Vendredi 13 Juillet 2018 - 14:08 L’Australie : focus sur l’île-continent


Dossiers | L'Actu | Culture | Edito | Abonnement | Numéros | Archives | Pacifique | Grandes plumes | La chronique d'Alex Du Prel




Tous ensemble

"Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots”, a déclaré Martin Luther King dans un discours il y a 50 ans. Si en Polynésie, comme d’ailleurs sur l’ensemble de la planète, les humains ont du mal à faire leur cette citation, il n’en demeure pas moins qu’en de rares occasions, les hommes ont la capacité de surmonter leurs différences. Quand il s’agit de politique, par exemple, on n’hésite pas à parler d’unité nationale dès lors que la patrie est en danger ou dans une moindre mesure quand la cause touche tout un peuple.
Vendredi dernier, toute la classe politique locale a salué comme un seul homme la décision de la chambre criminelle de la Cour de cassation qui s’est prononcée via l’avocate générale pour l’annulation de la condamnation de Pouvana’a a Oopa en 1958. Le Metua, dont se revendiquent aujourd’hui tous les grands dirigeants politiques du fenua, devrait être réhabilité lors de la décision qui sera prise le 25 octobre prochain. À Tahiti, chacun s’est félicité de cette avancée qui rapproche un peu plus la collectivité de la Métropole, même si pour cela il aura fallu 60 ans.
L’unité affichée n’aura valu que le temps d’une décision, car voilà que se profilent des dossiers qui ne manqueront pas de raviver les dissensions. La réforme de la PSG mais aussi du Code de travail ne manqueront pas de faire des mécontents. Si la rue l’avait emporté à la veille des élections territoriales, la majorité compte bien sur sa base électorale pour passer ses réformes, en force si besoin. Persuadée sans doute que chacun de ses électeurs s’est prononcé en faveur de chacune des propositions annoncées durant la campagne.
Les réseaux sociaux et la presse hexagonale se sont mobilisés comme rarement derrière une jeune étudiante polynésienne, Ranitea Gobrait, qui malgré un résultat exceptionnel de 20,32/20 au bac s’émouvait de n’avoir pu trouver le moindre débouché universitaire. Les Polynésiens et les médias ont donc soutenu à leur manière l’étudiante au point d’en faire une affaire nationale qui après certaines vérifications ont permis de constater que la bachelière avait refusé cinq propositions…
De l’unité, de la vraie, il faudra quand même en avoir, de façon un peu plus légère, ce dimanche pour soutenir l’équipe de France de football qui jouera sa troisième finale de Coupe du monde. Le temps d’un match, la Polynésie sera derrière les Bleus… ou pas. Elle le sera plus, sûrement, derrière ses rameurs pour les Championnats du monde de va’a qui débutent jeudi prochain.

Bonne lecture et merci de votre fidélité.

Luc Ollivier