Menu


La contagion émotionnelle



Voir, en direct, un policier tuer un homme sous l’œil indifférent de ses trois collègues a bouleversé, révulsé le monde entier.  Crédit photo : DR
Voir, en direct, un policier tuer un homme sous l’œil indifférent de ses trois collègues a bouleversé, révulsé le monde entier. Crédit photo : DR
Voir, en direct, un policier tuer un homme sous l’œil indifférent de ses trois collègues a bouleversé, révulsé le monde entier. Que la victime soit noire et que les policiers soient trois Blancs et un Asiatique (il y a quelques années, on aurait dit un "Jaune", mais aujourd’hui il est assimilé à un "Blanc") a réveillé les blessures infligées par des Européens persuadés de leur supériorité sur tous les autres peuples, y compris les Européens catholiques du Sud. Ces WASP (White, Anglo-Saxons, Protestants) ont exterminé les peuples de ce très ancien monde pour se fabriquer un "Nouveau Monde" rien que pour eux dans une mythique "Destinée manifeste". Pour mieux piller et exploiter ces terres volées, ils ont fait appel à une main-d’œuvre dépouillée de tout droit : des esclaves1. Avec la complicité de potentats et trafiquants d’Afrique noire, du Maghreb et d’Europe, ils ont capturé, déporté, déraciné, asservi, maltraité, déshumanisé et tué des millions d’humains à la peau noire. Ainsi sont-ils devenus la première puissance mondiale… démocratique, par le meurtre, la spoliation foncière et l’appropriation du fruit du travail d’autrui.
Le programme meurtrier de Sheridan, père fondateur de la nation américaine : "Un bon Indien est un Indien mort" fut réalisé. Après l’élimination systématique des Natifs, fondée sur une idéologie toute nazie, ils ne sont plus qu’1,25% de la population. Qui ne peuvent espérer de la communauté internationale qu’elle leur reconnaisse ne serait-ce qu’1/1000e des droits accordés à la diaspora juive en Palestine. Pourtant, aucun d’eux n’a jamais voulu quitter sa terre. Les Blancs d’origine européenne sont 61%, les Hispaniques 18%, les Noirs 13%, les Asiatiques 6% et les Hawaiiens 0,24%.

Ces chiffres nous invitent à refuser de ne voir ce continent qu’en noir et blanc. Car nul, venu de son plein gré ou amené de force, n’a envie de restituer quoi que ce soit aux Nations premières. Ils veulent tous avoir une part du fruit de la spoliation fondatrice. Ils veulent tous vivre le "rêve américain" en zappant l’ethnocide sans lequel la concrétisation de ce fascinant Nouveau Monde de pionniers brutaux, pudibonds et avides n’aurait pu être. Les survivants célébrés par Jim Harrison, même réduits à une poignée, dérangent souvent le film qu’ils se jouent tous autant qu’ils sont. Ce qu’ils nous donnent à voir est parfois indécent et nauséeux. Un bal de vampires ? Ou simplement un théâtre où se révèlent le meilleur et le pire de ce que nous sommes.

Aussi, je ne puis applaudir à la revendication de reconnaissance des droits civiques des seuls Afro-Américains. Reconnaissons le déracinement sur place des peuples autochtones comprenant aussi les Hawaiiens, désormais ultra minoritaires dans leur archipel. Quand on est exilé chez soi, le ressort de résilience est plus profondément atteint que quand on est géographiquement déraciné et transplanté. La contrainte d’avoir à se réinventer dans un environnement totalement étranger impulse souvent une dynamique. Celle-ci fût-elle causée par des traumatismes successifs. D’être physiquement dépaysé induit le mouvement. Alors que devenir un étranger chez soi provoque une paralysie mentale, une adynamie : une sidération durable. La réparation doit donc être à la mesure du gouffre, de la faille spatio-temporelle intime infligée.
Les brutalités policières ne sont pas spécifiques à cette Nation fondée sur la violence exterminatrice et esclavagiste. Des Mexicains au Mexique et des Palestiniens en Israël se revendiquent parents de George Floyd, le chômeur angoissé par la misère et devenu icône mondiale après sa mort. Aurait-il été un peu entouré d’attentions familiales, amicales et fraternelles, sa destinée aurait sans doute été différente. Mais qui pouvait savoir ?

M’interpelle aussi la hargne de Français d’origine maghrébine et subsaharienne dans l’Hexagone. S’ils s’y sentent si affreusement discriminés, pourquoi rester ? De clamer en vociférations intempestives des revendications aussi justifiées fussent-elles, n’améliore pas leur situation. Bien des citoyens émergeant d’une angoissante période de confinement se sentent niés. Des autochtones "gaulois" jusque-là sympathisants ou animés de bienveillante neutralité s’agacent de ce manque de considération envers eux. Tout comme de fraîchement naturalisés qui considèrent la vie en France comme une bénédiction malgré tous ses défauts. Ils ont pu comparer avec ailleurs. Et que dire de ces Africains qui prennent des risques mortels pour s’y réfugier tout en connaissant les difficultés d’accueil, d’assimilation et d’acceptation ? Ils échangeraient volontiers leurs passeports avec les mécontents.

Ces insatisfaits qui ne s’indignent ni des black blocs ni des caïds de cités territoires perdus de la République. Ils exigent des policiers d’être des champions du monde d’arts martiaux ayant atteint le détachement suprême acceptant avec le sourire : insultes, menaces, crachats et violences de tous ordres. Quand exigeront-ils d’eux-mêmes ce qu’ils exigent d’autrui ?
La contagion émotionnelle fait naître d’étranges comportements. Aux Antilles françaises, des descendants d’esclaves ont déboulonné et démoli la statue de Schœlcher, l’homme qui s’est battu pour rendre le statut d’humain à leurs ancêtres. L’arracher dans une société coloniale fut un exploit ! Alors que…, les seuls à pouvoir légitimement revendiquer la décolonisation pourraient bien n’être que les descendants des Indiens Caraïbes… Or la vie, c’est la complexité.
Au fait, pourquoi nul ne demande des comptes aux actuels dirigeants africains dignes héritiers des potentats négriers d’hier ? Surtout à ceux qui poussent leur jeunesse à un exil désespéré ?
Désormais, des irresponsables interdisent la diffusion du livre et du film Autant en emporte le Vent ! Deux chefs-d’œuvre ! Tant qu’à faire il faudrait aussi interdire les westerns où apparaissent des caricatures de Comanches, Cheyennes, Navajos, Cherokees, etc.

Il est urgent d’enfin commencer à partager des récits à plusieurs voix sur l’Histoire du monde, ses mesquineries, atrocités, beautés et grandeurs. Durant cette pandémie, la peur fut particulièrement grande quand nous en ignorions tout. Avec la connaissance, l’angoisse s’est graduellement apaisée. C’est pareil pour l’Histoire. Partageons la connaissance pour laisser hier à sa place, réparer intelligemment ce qui peut l’être, accepter l’irréparable, vivre un présent rieur et préparer un avenir agréable.
Tels de pernicieux secrets de familles, les silences, mensonges et ignorances sont à l’origine de funestes contagions émotionnelles.

Vendredi 26 Juin 2020 - écrit par Simone Grand


Continuez la lecture
< >

Vendredi 2 Octobre 2020 - 08:34 La féminité a-t-elle besoin de s’exhiber ?


Simone Grand

Nouveau commentaire :

Dossiers | L'Actu | Culture | Edito | Abonnement | Numéros | Archives | Pacifique | Grandes plumes | La chronique d'Alex Du Prel





Doudou et la “positive attitude”

Doudou et la “positive attitude”
On connaissait déjà le “dîner de cons”, place désormais au “bal des positivons”. Le concept est simple : il s’agit de positiver le plus possible face au Covid-19 et d’adopter l’attitude du “faites ce que je dis, pas ce que je fais”. Et… on a trouvé notre champion : Doudou, bien sûr ! Imbattable à ce petit jeu, il n’a d’abord pas supporté que Taote Raynal lui tienne tête lors des points presse et lui a mis un revers de la main droite pour reprendre la partie de la main gauche. Puis, c’est avec Dodo que cela s’est corsé… Finalement, les cas actifs ont explosé, les morts ont commencé à tomber, alors aux oubliettes la transparence ! Le peuple d’en bas n’a qu’à se contenter de voir défiler des chiffres balancés par le service com’ de la Présidence, avec des carrés épidémiologiques qui changent, sans aucune explication ni commentaire sur tel ou tel décès. Mais c’est lors de son voyage à Paname que Doudou a réussi à décrocher le pompon. Tellement heureux de retrouver Macron et ses copains du gouvernement central, mais aussi de leur présenter ses nouvelles ouailles locales, qu’il en a oublié la distanciation physique et le port correct du masque, avant d’être déclaré positif au Covid-19 à son retour au fenua ! Chapeau l’artiste, la “positive attitude” a payé et même le président français a failli en faire les frais. On n’est pas passé loin du combo parfait, peut-être la prochaine fois.
Il convient de saluer notre héros local, qui, comme le rapporte un communiqué officiel, “conscient de la vivacité de la propagation du virus à Paris (…), a néanmoins pris le risque d’aller à la rencontre des autorités nationales, pour défendre des dossiers vitaux pour la Polynésie”. Cette “mission nécessaire” de Doudou a suscité la risée de nos confrères de la presse écrite. Le Monde, par exemple, va droit au but : “Les élections sénatoriales, qui ont regroupé le 27 septembre à Papeete des grands électeurs venus de toutes les îles, ont pu participer à la diffusion du virus dans les archipels. Malgré les appels à respecter les gestes barrières, beaucoup d’élus se sont embrassés, comme le veulent les coutumes polynésiennes.” D’ailleurs, les ministères et les mairies sont, eux aussi, de plus en plus “positifs” avec une flambée de “covidés” ces dernières semaines. Quant au lycée du Diadème, la plus grosse structure scolaire du fenua (2 300 élèves, 250 profs), il s’est montré si bon élève en la matière que l’établissement a dû fermer ses portes. Et quand on sait que Doudou, censé montrer l’exemple, a assisté, une petite semaine seulement après sa contamination, à la grande fête solennelle pour les 90 ans de Monseigneur Coppenrath, on reste sans voix. De quoi créer de bons gros clusters !
Il nous reste donc plus qu’à “positiver” aussi et guetter le pic épidémique, en espérant que les 60 lits en réanimation du Centre hospitalier suffiront à surmonter cette crise sanitaire interminable. Dans ce “bal des positivons”, Macron reste évidemment le chef d’orchestre suprême. Et il a encore changé le tempo : depuis le 17 octobre, les grandes métropoles françaises sont soumises à un couvre-feu – qui est en réalité un confinement partiel sur le temps libre –, et “la règle des 6” doit être appliquée pendant que les transports en commun sont bondés et que lycéens et étudiants s’entassent dans des classes. “Continuez à travailler comme d’habitude”, nous dit notre cher président, mais sachez-le : “Les plus précaires sont les premières victimes.” Nous voilà prévenus ! On a de plus en plus hâte de le recevoir à domicile à la fin du premier trimestre 2021…

Ensemble, faisons bouger les lignes !

Bonne lecture, te aroha ia rahi.

Dominique SCHMITT