Menu


La grande majorité des économistes en désaccord avec Trump



La grande majorité des économistes en désaccord avec Trump
Il existe de nombreuses raisons d’être inquiet de la présence de Donald Trump à la tête des États-Unis. Depuis la primaire pour l’investiture républicaine, jusqu’à sa campagne électorale victorieuse, l’homme a largement démontré ses capacités à faire monter les tensions entre Américains eux-mêmes, et au sein de la communauté internationale. Les choix de son équipe gouvernementale et les premières décisions qui ont suivi ont confirmé les inquiétudes.

En deux semaines de présence à la Maison-Blanche, la succession des décrets rédigés à la hâte à la manière des messages dont M. Trump est coutumier sur Tweeter, a réussi à créer une panique assez remarquable dans l’administration, aux frontières du pays et dans la diplomatie internationale. Et nous ne
sommes qu’au début de la mandature. Comme prévu, tous ceux qui osent discuter des décisions sont désignés à la vindicte populaire, depuis les journalistes qualifiés de personnes les plus malhonnêtes du monde jusqu’aux "soi-disant" juges qui viennent contester la légalité de certains actes.

L’homme politique apparaît clairement aujourd’hui comme extravagant, pour ne pas dire un peu détraqué. Mais on entend dire que cela ne serait peut-être pas si grave s’il est capable de relancer la croissance aux États-Unis et d’y ramener un grand nombre d’emplois industriels partis au Mexique ou dans d’autres pays émergents. Les supporters du président Trump voient en effet en ce riche homme d’affaires le prototype du succès d’un capitalisme à l’américaine, et imaginent qu’il va transférer au niveau du gouvernement du pays ce savoir-faire entrepreneurial susceptible de redonner au pays une prospérité perdue.

Les premières actions du nouveau président ont pu sembler donner raison à cette thèse. En quelques tweets pleins d’autorité, le président n’a-t-il pas déjà stoppé les velléités d’investissement à l’étranger de quelques grandes firmes américaines ? Carrier, Ford, SoftBank paraissent avoir tour à tour plié sous les menaces "tweeteuses" de M. Trump, avec à la clé des milliers d’emplois revenus au pays. La bonne tenue de Wall Street ne confirme-t-elle pas ce pronostic ?

Et pourtant, les économistes américains, dans leur très grande majorité, désapprouvent les projets de politique économique de Trump. Lors du grand congrès annuel de la prestigieuse Association des Économistes Américains, tenu cette année lors du premier week-end de janvier à Chicago, il était difficile de rencontrer un partisan de la nouvelle politique, y compris dans le groupe des économistes proches du parti Républicain, dont les célèbres Martin Feldstein (Harvard, ancien conseiller du président Reagan) ou Greg Mankiw (Harvard, ancien conseiller du président Bush II). On peut se reporter au Panel des experts économiques IGM de l’Université de Chicago, qui livre régulièrement les positions d’un ensemble d’experts de toutes tendances sur des questions de politique économique. À la question de savoir si les "Sept mesures pour protéger les travailleurs américains" proposées par Trump dans son plan d’action des 100 premiers jours avaient des chances d’améliorer le niveau de vie de la classe moyenne américaine, 28 sur 31 répondent qu’ils ne sont pas d’accord, tandis que deux ont répondu qu’ils étaient incertains et le dernier n’avait pas d’opinion. D’où vient donc ce contraste entre l’avis des experts et celui d’une partie de l’opinion, voire des milieux financiers ?

On notera d’abord que les talents de l’homme d’affaires ne sont peut-être pas aussi grands qu’on ne le croit au premier abord. Héritier de la réussite paternelle, il a lui-même connu beaucoup d’échecs dans ses affaires, notamment à cause d’un endettement incontrôlé et de divers choix stratégiques erronés. Sa façon de gérer aujourd’hui le gouvernement laisse perplexe la plupart des spécialistes de management des organisations. Si le monde de la finance ne semble pas s’inquiéter, c’est largement pour des raisons qui ne sont pas directement liées aux perspectives de croissance de l’économie et de l’emploi. Les cours des actions augmentent, en particulier pour les valeurs financières, car Trump prévoit dans ce domaine des déréglementations profitables pour les entreprises du secteur. Les prévisions de baisses de l’impôt sur les revenus des sociétés vont dans le même sens. Non seulement, cela n’est pas directement lié au bien-être économique des Américains, mais en outre, à plus long terme, cela risque d’augmenter les facteurs mêmes qui ont engendré la grande crise financière de 2007-8. "Make America a great financial mess again" risque d’être la nouvelle devise.

Concernant la production et l’emploi, il est vraisemblable qu’à court terme on puisse s’attendre à quelques résultats positifs, mais à plus long terme les effets risquent de nuire gravement aux États-Unis. Si la politique d’action directe sur les firmes pour qu’elles rapatrient leurs investissements productifs aux États-Unis a quelque chance de soutenir quelques milliers d’emplois, à plus long terme, il s’agit, comme pour la politique protectionniste, de taxation des importations, d’une politique régressive et dangereuse pour les plus pauvres des Américains. Les tarifs douaniers vont faire monter le prix des produits vendus aux E.U., avec la baisse du pouvoir d’achat qui en découle. Les oukases lancés aux entreprises pour piloter leurs projets d’investissements à travers les frontières ont toutes les chances de fragiliser l’envie des investisseurs étrangers de venir s’implanter aux États-Unis. Par ailleurs, le déclenchement d’une guerre commerciale avec le Mexique, la Chine, l’Europe serait une catastrophe économique, dont les Américains seraient les premières victimes.
La politique keynésienne de relance de grands travaux, tels que routes, ponts et autres infrastructures, a été tenté par Obama, mais largement blackboulée par les élus du parti Républicain. Outre donc les obstacles que va probablement rencontrer Trump sur ce point au sein même de sa majorité, son projet reste très flou, son financement fantomatique, sinon par un nouvel accroissement de la dette. Mais surtout, ce programme vient tard par rapport à la crise. La reprise a largement eu lieu, et l’emploi a déjà atteint un niveau élevé. À présent, une relance de ce type est susceptible de faire monter l’inflation et les taux d’intérêt, ainsi que le dollar. Ces derniers facteurs sont des obstacles à la croissance et viendront contrecarrer en partie les aspects positifs précédents.
Enfin, c’est surtout au niveau des atteintes aux institutions que la politique de Trump risque de créer de gros risques pour la croissance et pour l’avenir même de la puissance économique américaine. La pensée économique moderne montre qu’une raison majeure du succès des États-Unis réside dans ses institutions. Or, Trump mine précisément cela aujourd’hui en attaquant quotidiennement la presse, les juges et tous les contre-pouvoirs. La confiance est un bien commun essentiel à un pays, mais aussi extrêmement fragile. Si elle s’érode trop fortement, les effets seront très négatifs à long terme. On avait cru comprendre que M. Trump avait étudié l’économie à l’Université, il ne semble pas qu’il en ait assimilé toutes les leçons.

Samedi 11 Février 2017 - écrit par Christian Montet


Continuez la lecture
< >

Christian Montet

Nouveau commentaire :

Dossiers | L'Actu | Culture | Edito | Abonnement | Numéros | Archives | Pacifique | Grandes plumes | La chronique d'Alex Du Prel




Des chaises vides aux Assises

Depuis quelques semaines, la population polynésienne est invitée à s’exprimer lors des Assises des Outre-mer. Le gouvernement central a délégué un référent qui tente de recueillir les attentes des populations, qu’elles soient à Tahiti, à Moorea ou aux Australes, en attendant d’autres archipels. Après la loi sur l'Égalité réelle des Outre-mer, l’État fait un pas de plus vers ses petits bouts de France qui participent, sous diverses formes, à sa grandeur. La première phase de cette consultation, entamée début octobre, s’est terminée la semaine dernière et force est de constater qu’elle n’a pas recueilli un franc succès. Un manque de communication ? Un désintérêt de la population sur des questions pourtant centrales ? Une méfiance envers l’État et des interlocuteurs inconnus ? Un fiu de tout ce qui touche au politique ? Certainement un mixte de ces suggestions.
Pour ceux qui ont pris la peine de se déplacer ou de faire part de leurs desiderata via un site Internet dédié (www.assisesdesoutremer.fr. ), soit environ 1 000 personnes, les thèmes abordés ont tourné autour de la santé, de la sécurité et de l’éducation, nous apprend un communiqué du haut-commissariat. Et si Jacques Wadrawane, le référent des Assises des Outre-mer pour les collectivités françaises du Pacifique, s’est dit satisfait du déroulé de cette première phase en affirmant que "les participants ont fait part de problèmes concrets, de comment améliorer les conditions de vie au quotidien", il n’a pas manqué de noter que la population avait du mal à faire le distinguo entre les compétences de l’État et celles du Pays. Et l’on reparle de manque de culture politique des Polynésiens, que nos politologues ne manquent pas de rappeler avant chaque élection, entretenu par beaucoup, et qui empêche ce peuple de penser par lui-même, de s’élever.
Si ce manque de culture politique, surtout envers celle menée depuis Paris, peut être reproché aux Polynésiens, il est juste de rappeler que les élus de l’Hexagone se montrent tout aussi incultes envers les Outre-mer. C’est pourquoi la ministre de tutelle, Annick Girardin, essaye d’insuffler un "réflexe d’outre-mer" dans les décisions de ses collègues du gouvernement.
Quant au résultat de ces Assises, "les priorités vont maintenant être déterminées, sur la base de cette première consultation. Des projets seront ensuite soumis à l’avis de la population, de mi-janvier à fin février. Puis, les propositions feront l’objet d’un Livre Bleu. Jacques Wadrawane assure que ces idées déboucheront sur des réalisations concrètes, contrairement à ce qu’on a vu dans le passé, avec les États généraux de l’Outre-mer en 2009, notamment", peut-on lire en fin de communiqué. Il manque de préciser que, pour le moment, il n’y a pas de budget réservé aux décisions qui sortiront des Assises qui, elles-mêmes, n’ont bénéficié que d’un budget très limité (72 millions de Fcfp) pour l’ensemble des territoires et collectivités.
Un recueil de doléances, mais par d’argent pour les appliquer, du moins dans un proche avenir. On verra bien si ce sont les chaises vides qui avaient raison.
Bonne lecture et merci pour votre fidélité.

Luc Ollivier