Menu


Les copains d’abord



Si le groupe de presse repris par M. Dominique Auroy en 2014 n’est pas encore Le Radeau de La Méduse, les tempêtes financières n’ont pas épargné ce qui fut le fleuron médiatique de la Polynésie française pendant des décennies. Fermeture du titre Les Nouvelles de Tahiti, puis de La Dépêche Dimanche, liquidation de l’imprimerie, la gestion d’un groupe, qui n’a cessé de se morceler en diverses sociétés et sous différents gérants ou directeurs de publication, a conduit à réduire la voilure. Au point que le navire amiral La Dépêche de Tahiti, comme avaient l’habitude de l’appeler les anciens propriétaires, se trouve désormais en cale sèche ; son avenir étant assujetti à la mansuétude du tribunal qui lui a généreusement accordé un sursis, via un plan de redressement jusqu’au 29 avril auquel même les salariés ne croient plus.
Mais Dominique Auroy, qui n’est pas sans amis fidèles, confrérie oblige, a de la ressource. Après une tentative avortée de vente de son titre à TNTV (pour la modique somme de 250 millions de Fcfp), voilà que Jean-Christophe Bouissou, fondateur de Taui FM, apparemment las d’attendre que la télévision du Pays ne reprenne sa radio, a décidé de l’intégrer au groupe PAC FM de Dominique Auroy, taclant au passage la directrice de TNTV, Mateata Maamaatuaiahutapu.

Une décision pour le moins surprenante, quand Dominique Auroy n’a de cesse de faire du porte-à-porte pour se débarrasser de ses actifs dans la presse. Et, bien entendu, dans un discours bien rodé et maintes fois entendu dans la bouche de l'homme d'affaires, cette intégration va s’accompagner d’une amélioration… Libéré de la charge de son imprimerie, La Dépêche ne devait-elle pas s’améliorer, se développer par un plus fort maillage de correspondants… ? Demandez à ces correspondants – bien souvent historiques – en attente de paiement, ce qu’ils en pensent.

Mais cette intégration ne serait-elle pas la graine qui cache la forêt ? Jean-Christophe Bouissou dit ne plus croire au papier, c’est son droit. Après avoir soutenu Dominique Auroy dans ses projets d’Écoparc à la Maroto, de Maison de la Polynésie en Russie, l’ancien ministre du Tourisme, dans des propos sibyllins, laisse transparaître la venue "d’une nouvelle entité qui se positionnerait sur les mêmes orientations que certains organismes publics, il se posera alors un grand problème, notamment sur les questions de financement (…)" Autrement dit, une télé sur le Web va voir le jour et le gouvernement devra y participer financièrement. La somme de 70 millions de Fcfp est déjà avancée, à moins que ce projet ne connaisse le même sort que celui de la plate-forme numérique "South Pacific Online" (un projet de Dominique Auroy tombé à l’eau), qui avait perçu des fonds de Google.
Ces millions seront-ils ponctionnés sur le milliard de subvention que touche approximativement TNTV chaque année pour son budget de fonctionnement et d’investissement ? Voilà qui va faire grincer quelques dents. On peut s’attendre à quelques explications bien senties entre ministres concernés. En attendant une télévision numérique, nous allons vivre quelques feuilletons dignes des meilleures telenovelas.

Bonne lecture et merci pour votre fidélité.

Vendredi 22 Février 2019 - écrit par Luc Ollivier


Continuez la lecture
< >

Vendredi 17 Mai 2019 - 09:17 De reports en reports

Vendredi 3 Mai 2019 - 08:51 Faut-il que la planète s’enflamme ?


Luc Ollivier

Dossiers | L'Actu | Culture | Edito | Abonnement | Numéros | Archives | Pacifique | Grandes plumes | La chronique d'Alex Du Prel




De reports en reports

De reports en reports
À l’instar des Anglais et de leur Brexit, qui ne cesse de diviser tout autant qu’il ne cesse de jouer la montre, nos gouvernants se voient contraints de reporter une nouvelle fois l’échéance de la signature de contrat du "Village tahitien". Pour rappel, les six lots sur lesquels s’était positionné le groupe Kaitiaki Tagaloa portent sur la conception de quatre hôtels et de deux résidences en condominium. Il s’agit de six lots, sur les 16 que comporte ce projet complexe. Ce vaste chantier, qui doit révolutionner le tourisme sur l’île de Tahiti en quelques années — durant lesquelles l’économie et surtout l’emploi devraient connaître un sérieux coup d’accélérateur — soulève toutes les interrogations et commence à ressembler à une Arlésienne.
En août 2018, le vice-président Teva Rohfritsch ne cachait pas son enthousiasme, déclarant que la signature du contrat portant sur les six premiers lots du projet avec le groupement d’investisseurs néo-zélandais et samoans, Kaitiaki Tagaloa, pourrait même intervenir avant la fin de l’année 2018, bien avant les 200 jours prévus. Il n’en fut rien. À la date butoir du 22 mars 2019, pas de signature, au prétexte que "l’investisseur néo-zélandais a souhaité associer deux nouvelles tribus maori au projet. Nous avons donc souhaité prendre toutes les garanties financières nécessaires plutôt que de signer." Premiers signes d’inquiétude, alors que la rumeur d’un report pour manque de garanties financières circulait déjà depuis quelques semaines. Il fut donc accordé un délai de 45 jours, au terme desquels, en fonction des garanties qui seraient présentées, ces contrats seraient signés par lots. Ceux qui n’auront pas fait l’objet de garantie seraient remis en compétition. Des contacts avec des investisseurs, y compris locaux, étaient avancés. Coup de pression, ou de bluff, sur le groupement Kaitiaki Tagaloa ?
La seconde option a primé, puisqu’au terme de ces 45 jours, l’établissement Tahiti Nui aménagement et développement (TNAD) annonçait par communiqué sa décision de reporter de 55 jours le délai laissé au groupement, pour se conformer "aux obligations du protocole d’engagement", signé en août 2018. À ce jour, TNAD n’aurait donc pas toutes les garanties financières pour s’assurer que ces investisseurs soient capables d’aller au bout du projet ! En bientôt un an de négociations, nous ne savons toujours pas si ils ont les reins assez solides !
Après deux reports, on n’imagine pas le gouvernement en avancer un troisième pour quelques raisons que ce soit. Restera alors à présenter la carte des investisseurs étrangers et locaux, que le ministère garde secret. Rendez-vous le 30 juin.
Le dossier, qui reviendra forcément sur la scène politique à la première occasion, est plutôt mal engagé. Il n’est pas sans rappeler celui de Hao, pour lequel l’arrivée des conteneurs était annoncée en avril. De nouveaux changements sont prévus, qui reportent le début du chantier au début de l’année prochaine. Encore un rendez-vous manqué.

Bonne lecture et merci pour votre fidélité.


Luc Ollivier

Luc Ollivier