Menu

Nouvelle exposition à la Maison de la culture : "Triangles polynésiens" signés Tvaite


Vendredi 20 Avril 2018 - écrit par Dominique Schmitt


L'artiste, qui vit à Raiatea, est de retour sur le devant de la scène culturelle avec une nouvelle exposition à la Maison de la culture, intitulée "Triangles polynésiens", du 24 au 28 avril. En pleine ascension, Tvaite a également des projets dans les îles, et même en Californie !



Crédit photo : DR
Crédit photo : DR
Après les cercles de ses mandalas propices à la méditation, Tvaite innove en utilisant des triangles comme structure dominante de ses toiles. Au-delà de la forme géographique nouvelle, l'artiste fait un clin d'œil à "son fenua adoré" en s’inspirant des cultures des îles appartenant au "Triangle polynésien", délimité par la Nouvelle-Zélande, Hawaii et l’île de Pâques, et incluant bien sûr la Polynésie. On retrouve son style toujours très graphique et sa palette de couleurs très chatoyante avec néanmoins une nouveauté, puisque la jeune femme présente cette fois-ci des œuvres en noir et blanc. "Épanouie et pleine d'énergie", elle souhaite partager et transmettre ses "good vibes" à travers ses tableaux, qu’elle qualifie de tableaux "bien-être".


Dans la même rubrique
< >

Vendredi 18 Mai 2018 - 13:00 Mau Moko, immersion au cœur du tatouage maori


Dossiers | L'Actu | Culture | Edito | Abonnement | Numéros | Archives | Pacifique | Grandes plumes | La chronique d'Alex Du Prel




La stabilité avant tout

Le 6 mai dernier, avec plus de 66 000 voix, le Tapura Hui- raatira du président Édouard Fritch raflait la mise des
sièges à pourvoir au sein de l’assemblée où les Rouges représentent désormais 66,66 % de l’hémicycle. Il n’en faudrait pas plus pour que tout superstitieux ne se rue dans le premier magasin de jeu à gratter pour tenter d’y gagner le pac- tole avec un numéro fétiche, le 6 par exemple.
Édouard Fritch ne doit pourtant pas à la chance d’avoir obtenu un succès attendu après les résultats du premier tour, fort de l’adhésion de près d’un vote exprimé sur deux par des Polynésiens qui n’ont pas cédé au chant des sirènes de l’abstentionnisme, même si ce dernier est encore en progression. Placé au pouvoir par Gaston Flosse en 2015, celui qui n’est plus considéré
depuis lors comme le gendre idéal par ce même Gaston Flosse a su fédérer autour de sa personne avant de fédérer autour d’un programme. Rien de bien révolutionnaire, des projets à taille humaine qui accompagnent le développement touristique, comme partout ailleurs dans le monde (+7 %) et économique, essentiellement basé à Hao, sans oublier quelques réformes structurelles notamment celle de la retraite, dans un premier temps, puis inévitablement de toute la Protection sociale généralisée. Une gestion de bon père de famille, pourrait-on dire, misant sur une stabilité politique retrouvée qui s’accompagne de l’indice de confiance. Pourra-t-elle résister à une instabilité portée par une partie de l’opposition politique ? Rien n’est moins sûr. Et la tâche du prochain gouvernement à venir pour- rait bien être, après l’élection du président de l’assemblée prévue hier et du président du Pays programmée pour aujourd’hui, d’éteindre des incendies comme ceux que le Tahoera’a a reconnu avoir allumés lors des dernières années (voir article de Jean-Marc Regnault en page 10).
Le ton risque d’être vite donné avec l’urgence des premières réformes qui avaient fait descendre les syndicats dans la rue. Un Tavini qui stagne et un Tahoera’a qui joue sa survie et tentera de continuer d’exister jusqu’aux muni- cipales de 2020 auront du mal à faire entendre leurs voix dans l’hémicycle face aux 38 sièges rouges à l’assemblée sur 57 possibles. Il reste à espérer que les débats s’y cantonnent.

Bonne lecture et merci de votre fidélité.

Luc Ollivier