Menu

#PAROLE D'ÉTUDIANT : la vie d'étudiant, entre incertitudes et pressions…


Jeudi 25 Juillet 2019 - écrit par Heitiare Ganahoa


Études, diplômes, travail, argent : des mots qui tournent sans cesse dans l'esprit des étudiants. Aujourd'hui, le système éducatif les conditionne à poursuivre aussi loin que possible, avoir de meilleures qualifications et donc plus de chance de trouver un bon emploi. Face à cela, les jeunes se sentent oppressés, entre la difficulté de trouver du travail, gagner de l'argent et subvenir à leurs besoins. Mais ce qui les alarme le plus est le fait de ne toujours pas savoir ce qu'ils veulent réellement faire de leur vie, dans un monde où les opportunités ne se bousculent pas.



Crédit photo : Mahana Maiterai
Crédit photo : Mahana Maiterai
À la fin du lycée, les jeunes deviennent des étudiants. Dans ce nouvel environnement, ils sont rapidement happés par un mode de fonctionnement différent de ce qu'ils avaient connu jusque-là, qui engendre du stress dû à une difficulté d'adaptation. Étudiante en Licence de commerce à l'École de commerce de Tahiti (ECT), Herenui assure qu'elle se sent "hyper stressée, parce que ça demande beaucoup d'organisation, sachant que l'école nous fait faire plein de projets, en plus des cours". Pourtant, ce qui ressemble à un supplice pour les étudiants s'avère bénéfique pour le monde du travail. Au final, Herenui reconnaît que cette pression nouvelle les aide beaucoup car ils sont ainsi préparés à la vie active. Ses stages étaient similaires à ce qu'elle apprenait en formation. En effet, l'Université de la Polynésie française (UPF) et l'Institut supérieur de l'enseignement privé de Polynésie (ISEPP) préparent au mieux les étudiants à leur avenir professionnel. Grâce aux brochures d'information ou au soutien des intervenants professionnels, ils se sentent encadrés et prêts à faire face au monde du travail.
Par contre, ce qui les inquiète le plus, à l'image de Herenui, est leur avenir. Beaucoup ne savent pas ce qu'ils désirent faire de leur vie. Ils se lancent tout de même dans des études supérieures car on leur a appris "qu'il fallait bien travailler à l'école et faire de longues études pour avoir un bon travail, beaucoup d'argent et une maison". Les étudiants savent pertinemment que ce n'est pas facile. Et parfois, longues études ne signifient pas nécessairement meilleur salaire. De nos jours, vous pouvez obtenir un Master et gagner le même salaire qu'une personne titulaire d'un Brevet de technicien supérieur (BTS). Une question demeure par dessus tout : qu'est-ce que je vais faire plus tard ?

Le coût important des études

Poursuivre ses études a un coût. C'est une vraie contrainte pour les étudiants ; chaque année, leurs frais d'inscription augmentent. Un étudiant de l'UPF, en Licence de langues, littératures et civilisations étrangères et régionales (LLCER), souligne ce problème : "Je trouve que chaque année, le tarif d'inscription est de plus en plus cher." En effet, les frais de l'UPF ont augmenté de 17 600 Fcfp en l'espace de deux ans (41 600 Fcfp par an en 2019, contre 24 000 Fcfp en 2017). Même si l'UPF propose le coût de formation le plus bas, cela reste difficile à payer, surtout pour les non-boursiers. Concernant l'ECT, les élèves sont conscients du prix élevé de cette formation : 550 000 Fcfp par an, avec un stage d'expatriation d'un mois, en première année, à la charge des étudiants. L'ISEPP ne fait pas exception, il est en deuxième position sur le podium des coûts d'études les plus élevés et a même augmenté ses frais. Prenons l’exemple de la Licence d'information et communication qui est la formation au coût le plus faible en 2019, avec des frais d'inscription qui s'élèvent à 491 039 Fcfp, soit 16 119 Fcfp de plus (474 920 Fcfp en 2018).
Par la force des choses, les étudiants tentent de trouver des petits boulots afin d'aider leur famille à payer leurs études. Parfois, certains arrêtent leur formation en pensant qu'ils la reprendront après, ce qui peut conduire quelques-uns au relâchement scolaire. Le problème reste encore la difficulté à trouver un travail. Tokelani, étudiante à l'ISEPP, cherche depuis deux ans du travail, sans succès. Les raisons qu'on lui donne sont toujours les mêmes : "On ne recrute pas, tu n'as pas d'expérience, tu n'as pas de permis, tu n'es pas motorisée." Avec ces déceptions, les étudiants sont découragés et en quête de réponses sur leur avenir professionnel. Mais une chose est sûre : ils ont le temps de faire toutes les expériences qui se présentent, avant de se projeter dans l'avenir. Et il n’y a qu’en essayant différents métiers que nous pouvons découvrir ce que nous voulons vraiment faire de notre vie.

Heitiare Ganahoa, stagiaire à Tahiti Pacifique, en 2e année de Licence d'information et communication à l'ISEPP


Dans la même rubrique
< >

Vendredi 24 Janvier 2020 - 09:13 Une grande dame nommée Michèle de Chazeaux


Nouveau commentaire :

Dossiers | L'Actu | Culture | Edito | Abonnement | Numéros | Archives | Pacifique | Grandes plumes | La chronique d'Alex Du Prel




En 2020, on fait et on refait l’histoire !

En 2020, on fait et on refait l’histoire !
Qui dit nouvelle année, dit généralement nouvelles résolutions, c’est pourquoi nous avons le plaisir de vous annoncer, chers lecteurs et abonnés de Tahiti Pacifique, le lancement de la rubrique “Pages d’Histoire”, un nouveau rendez-vous mensuel dans votre magazine, en alternance avec “L’encrier de Tahiti”, une fenêtre littéraire qui sera ouverte dès le mois de février par Daniel Margueron, ancien enseignant en lettres et écrivain spécialisé en littérature francophone en Polynésie. “Pages d’Histoire” sera réalisée par Jean-Marc Regnault, agrégé et docteur en histoire, mais aussi chercheur associé au laboratoire “Gouvernance et développement insulaire” de l’Université de la Polynésie française. Après avoir publié une centaine d’articles et une vingtaine d’ouvrages consacrés à l’Océanie, il rédigera dans nos colonnes des sujets sur les figures emblématiques et les périodes phares qui ont fait l’Histoire du fenua après 1940. Cette série historique démarre avec un coup de projecteur sur le Conseil privé du gouverneur, qui était en réalité une aberration démocratique. D’autres articles suivront : "Les crises politiques de l’année 1952 (quand Tahiti riait, l’Assemblée représentative faisait grise mine)" ; "La signature de Gaston Flosse au nom de la France du Traité de Rarotonga sur la dénucléarisation du Pacifique Sud" ; "La décision de la France de construire l’aéroport de Faa’a (pour préparer le CEP ?)" ;
"La censure de JPK en 1988", etc. Autant de thèmes contemporains et sensibles, qui alimentent encore aujourd’hui la polémique et seront passés à la loupe de notre expert pour mieux comprendre l’actualité et l’appréhender.

Et puisque l’on parle de faire et refaire l’Histoire, 2020 sera une année riche en événements, pour ne pas dire atomique ! “Jamais, le sujet de la politique de dissuasion nucléaire, et des systèmes d’armes qui sont mises en œuvres dans ce cadre, ne sera autant présent dans l’actualité nationale, internationale et dans les enceintes internationales, notamment en raison d’anniversaires”, estime ainsi Jean-Marie Collin, le porte-parole et expert de la branche française d’ICAN (Campagne internationale pour abolir les armes nucléaires) et chercheur associé auprès du think tank belge le GRIP (Groupe de recherche et d’information sur la paix et la sécurité). En effet, le 13 février 2020, la France “célébrera” le 60e anniversaire de son premier essai nucléaire ; du 27 avril au 22 mai, la 10e conférence d’examen du Traité de non-prolifération nucléaire verra, sans grand suspense, une absence de consensus sur comment parvenir à mettre en œuvre l’article 6 (désarmement) de ce traité entraînant sa probable (malheureusement) perte de crédibilité ; les 6 et
9 août, Hiroshima et Nagasaki vont commémorer le 75e anniversaire de leur destruction par des armes nucléaires. En outre, l’entrée en vigueur du Traité d’interdiction des armes nucléaires est enfin envisagée en 2020.

Par ailleurs, sans nul doute, le discours de mi-mandat d’Emmanuel Macron sur la dissuasion nucléaire, avec semble-t-il une tonalité très européenne, sera un moment-clé de l’évolution de la politique de la France. Localement, le Tavini Huiraatira, par la voix de Moetai Brotherson, n’a pas hésité à interpeller le président Macron sur la dépollution du site de Moruroa, dont le souhait exprimé dans un récent courrier est resté sans réponse. “Je lui porterai cette fois la lettre en main propre. Et lorsqu’il viendra chercher ses tiki et ses tīfaifai, ce serait bien qu’il en profite pour repartir avec ses deux avions remplis des déchets radioactifs”, a ironisé le député, à l’occasion d’une conférence de presse dénonçant la présence de tonnes de plutonium “dans le ventre de notre mère nourricière” après trente ans d’essais nucléaires. Oscar Temaru, le leader du parti indépendantiste, a ainsi fait un parallèle entre les fumées toxiques qui survolent notre région, suite aux incendies en Australie, avec les 46 tirs atmosphériques menés à Moruroa et Fangataufa, qui sont, selon lui, “la preuve concrète que la puissance des vents a pu transporter très loin les nuages radioactifs”. La visite express de M. Macron en Polynésie du 16 au 18 avril devrait donner le “la” à la musique qui va se jouer dans les années à venir. Bien sûr, les municipales en mars prochain pourraient apporter, elles aussi, leur lot de rebondissements et écrire de nouvelles pages de petites histoires qui font la grande.

Ensemble, faisons bouger les lignes !

Bonne lecture, te aroha ia rahi.

Dominique Schmitt