Menu

Quel avenir pour les personnes à mobilité réduite en Polynésie ?


Vendredi 30 Novembre 2018 - écrit par Dominique Schmitt


Quelle est la situation du handicap en Polynésie et quelles sont les perspectives d’avenir ? Nombreuses sont les personnes à mobilité réduite (PMR) qui fustigent nos responsables politiques pour le manque de structures adaptées et d’aménagements. Il reste beaucoup à faire, notamment pour l’accessibilité qui n’est toujours pas réglementée au fenua ! L’organisation d’un "Conseil du handicap", le 3 décembre prochain, annonçant le lancement d’une stratégie Handicap-Inclusion 2019-2023, donne enfin une lueur d’espoir à tous ces oubliés de la société…



Dans le film Alors on danse, Jacques Navarro-Rovira a réussi à mettre en scène quatre jeunes adultes de l’association Fraternité chrétienne des handicapés grâce au ‘ori tahiti et à la danse contemporaine. Crédit photos : DR
Dans le film Alors on danse, Jacques Navarro-Rovira a réussi à mettre en scène quatre jeunes adultes de l’association Fraternité chrétienne des handicapés grâce au ‘ori tahiti et à la danse contemporaine. Crédit photos : DR
Qui n’a jamais été scandalisé en voyant une place ou un accès réservé aux personnes à mobilité réduite (PMR) occupée par un conducteur valide, parfois même par un véhicule officiel de l’État, comme le montre la photo ci-contre ? Qui n’a pas eu un pincement au cœur en observant une PMR braver les obstacles pour circuler en fauteuil roulant ? Alors que le Pays mise sur le tourisme pour redresser notre économie, les infrastructures ne sont pas adaptées aux PMR. Il suffit de faire un tour de l’île de Tahiti pour s’en rendre compte. La nouvelle passerelle de la marina Taina (Punaauia) est infranchissable, la piscine municipale de Papeete n’est pas aménagée, des escaliers empêchent l’accès au belvédère du Tahara’a (Arue), rien n’a été prévu non plus au Trou du souffleur d’Arahoho (Tiarei) malgré un investissement de 160 millions de Fcfp pour rénover le site… Et que dire des autres îles ? Pour répondre à ces manquements, le ministère ad-hoc projette la mise en place d’une charte “Tourisme et Handicap”, dont la finalité serait la création d’un label qui apporterait une information fiable, descriptive et objective de l'accessibilité des sites et équipements touristiques.
Finalement, Mahina est la seule commune à avoir adopté, en 2013, une charte ville-handicap. D’ailleurs, la Pointe Vénus a été réaménagée pour faciliter la circulation des PMR, qui peuvent aussi accéder au quai et embarquer sur un bateau. La mairie s’est également équipée d’un tiralo, un fauteuil amphibie, qui offre ainsi aux personnes porteuses d’un handicap les joies de la mer en toute sécurité. Unique en son genre, le stade de la municipalité est, lui aussi, doté d’une rampe d’accès pour les supporters en fauteuil...

Pour lire l'intégralité de ce Dossier, commandez Tahiti Pacifique n° 394 en cliquant ICI


Dans la même rubrique
< >

Vendredi 22 Mars 2019 - 10:59 Pitcairn en passe de quitter l’Europe

Vendredi 22 Mars 2019 - 10:54 Enquête à Hao : la population en mal d'avenir


Nouveau commentaire :

Dossiers | L'Actu | Culture | Edito | Abonnement | Numéros | Archives | Pacifique | Grandes plumes | La chronique d'Alex Du Prel




"Tahiti paradis"

Des premiers explorateurs à aujourd’hui, le mythe du "Tahiti paradis" n’a pas beaucoup vieilli, il a plutôt changé de sens. De la beauté des îles, des lagons, des populations qui ont fait la réputation mondiale de la destination depuis plus de deux siècles – et qui en sont encore le principal moteur économique interne –, on est passé à un Eldorado d’une toute autre nature : celui des margoulins de tout poil et de tout horizon. Petit "pays", qui fait figure de riche dans un bassin géographique qui n’a pas encore livré toutes ses richesses, la Polynésie française a souvent été la cible d’hommes et de projets plus que douteux. À croire qu’elle n’a déjà pas assez affaire avec ceux qui y vivent…

Les vendeurs de couvertures chauffantes ont fait place à d’autres vendeurs, bien plus avisés et plus ambitieux. Je me souviens de ce projet d’une course internationale de voiliers – qui n’attirerait que des grands noms (!) – qui a fait flop, à la fin des années 1980. Mais ceci n’est rien en comparaison de ceux qui sont à deux doigts de nous faire prendre des vessies pour des lanternes. À l’instar des promoteurs des "Îles flottantes", qui ont bien failli réussir leur coup (coût ?). Le gouvernement avait mordu à l’hameçon, avant de le recracher sous la pression populaire. À notre connaissance, et depuis ce désistement, les "Îles flottantes" n’ont toujours pas trouvé un lieu d’amarrage… Surprenant, pour un projet si novateur, non… ? Il faut croire qu’ailleurs dans le monde, on est un peu plus regardant.

Entre ce projet de milliardaires américains, et celui du financement du "Village tahitien" (version Flosse) par un milliardaire arabe, repoussé par le vote de la population, il faut déduire que c’est elle qui détient le bon sens. C’est peut-être pour cette raison qu’elle se montre sceptique quant aux projets plus ou moins avancés que sont le projet aquacole de Hao, dont les rendez-vous avec les investisseurs chinois ne cessent d’être repoussés, ou celui du "Village tahitien" version Fritch, dont la date des 200 jours pour la signature du protocole vient d’être dépassée. Les investisseurs néo-zélandais et samoans ne seraient-ils plus les hommes de la situation ? On n’ose croire que le maintien de Samoa sur la liste noire de l’Union européenne des paradis fiscaux y soit pour quelque chose... Il semble que les garanties financières ne soient pas au rendez-vous. On aurait certainement dû et pu se montrer plus regardant sur cet aspect lors de la candidature.

Mais à Tahiti, au paradis, on a tendance à faire un peu trop confiance et, parfois même, à n’importe qui. Vous ne me croyez pas ? Je vous invite à lire le sujet édifiant (voir page 6) sur une société condamnée en 2017 et pour laquelle le Pays offre son soutien !

Bonne lecture et merci pour votre fidélité.

Luc Ollivier

Luc Ollivier