Menu


Selfie ? Non, un “selfritch” de Doudou avec son “ami” Macron !



Serait-on en train de revivre l’ère Chirac/Flosse avec les nouveaux liens d’amitié que tissent Macron et Fritch ? On a du mal à y croire… Cependant, il semblerait qu’Édouard Fritch, lui, y croit dur comme fer. À écouter son discours au retour de son séjour en Macronie, ils seraient copains comme cochons. Après une visite-éclair qui aura duré moins de 72 heures – juste le temps de faire un
selfritch”, un selfie made in Fritch –, Doudou s’est félicité d’avoir pu rencontrer Manu afin d’échanger sur la réouverture des frontières polynésiennes au 1er mai. Alors que la décision du chef de l’État n’était pas encore gravée dans le marbre, Fritch s’est empressé d’assurer à la population, qu’il avait “la parole du président” Emmanuel Macron, son “ami”. Avant de relativiser et d’accorder que “cela reste des discussions difficiles” et qu’il faut savoir “être convaincant”… Dans ses bagages, Doudou a ramené également la promesse d’un projet d’une table ronde autour du nucléaire qu’il présidera fin juin 2021, à Paris ; une “opération vérité et justice” dont le but est de “redonner aux Polynésiens la confiance” en la mère patrie.

On l’a bien vu, en février dernier, le Pays n’a pas la main dans le cadre de cette crise sanitaire, et la décision de rouvrir les frontières, ou pas, relève de Matignon. C’est donc sans surprise, mais avec un brin désabusé, que l’on a appris, la semaine suivante que, finalement, cette ouverture du ciel se ferait de manière progressive. Et priorité à nos chers Américains, qui devraient de nouveau remplir les caisses de quelques-uns de nos hôtels de luxe, tout en permettant à Air Tahiti Nui d’assurer des rotations. Les pensions de famille se contenteront du tourisme endogène, a tenté de rassurer la ministre ad-hoc, Nicole Bouteau. Comble de l’ironie, le pays de l’Oncle Sam, de son côté, incite ses ressortissants à “éviter” notre destination touristique, placée sur la liste grise de l’agence fédérale américaine de contrôle et de prévention sanitaire. Laughing out loud

Alors, Mister President, maintenant que vos poursuites en diffamation contre Gaston Flosse – qui vous accusait d’avoir acheté vos électeurs lors des dernières sénatoriales – ont échoué, qu’allez-vous trouver ? Ah oui, votre obsession, désormais, est d’opérer un retour vers de nouvelles mesures de restriction sur les ventes d’alcool, en s’appuyant sur les maires “révoltés” (sic !) par cette annulation. Car l’objectif est, selon vous, “d’éviter les rassemblements (…) avec de la boisson fraîche”, puisque “on sait aujourd’hui que les clusters découverts de par le monde sont nés de ces festivités (…).” En effet, merci de nous rappeler que certains fonctionnaires, et notamment des gendarmes, ont largement participé à la propagation du virus au fenua, après la réouverture des frontières en juillet 2020. Et puis, c’est sûr, il est important de ne pas vendre de la bière fraîche, au risque qu’un honnête travailleur et père de famille puisse se détendre avec une petite mousse après une dure journée de labeur ou en fin de semaine… Alors, oui, vous avez reçu en main propre un “totem d’immunité” offert par l’équipe de production de Koh-Lanta, mais il va peut-être falloir trouver mieux qu’un projet de remblai pour le Village tahitien – attendu depuis bientôt dix ans ! – si vous voulez convaincre vos électeurs aux prochaines échéances présidentielles en 2023…

Ensemble, faisons bouger les lignes !

Bonne lecture, te aroha ia rahi.

Vendredi 23 Avril 2021 - écrit par Dominique SCHMITT


Dominique SCHMITT

Dossiers | L'Actu | Culture | Edito | Abonnement | Numéros | Archives | Pacifique | Grandes plumes | La chronique d'Alex Du Prel






Tahiti Pacifique : 30 ans… et toutes nos dents !

“Ce qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égards ni patience.”

Alex W. du Prel avait fait sienne cette citation percutante de René Char (1907-1988), poète et résistant français. Fondé le 9 mai 1991, Tahiti Pacifique Magazine fête aujourd’hui ses 30 ans ! Qui aurait cru que la revue “poil à gratter” créée par Alex survivrait pendant trois décennies ? Sûrement pas les politiques de l’époque, notamment Gaston Flosse et les Orange, qui ont alimenté régulièrement les colonnes de TPM… N’en déplaise à nos détracteurs, malgré une vingtaine de procès émanant de la Présidence ou de son entourage (lire notre interview exclusive d’Alex du Prel, page 35), Tahiti Pacifique est toujours debout, avec toutes ses dents. Et du mordant, votre magazine n’en manque pas ! Bimensuel d’information et de culture, ayant pour devise “Une goutte de liberté dans l’océan”, Tahiti Pacifique est l’unique magazine d’investigation en Polynésie. Nous proposons aux lecteurs une actualité décryptée et des dossiers de fond. Enquêtes et reportages, brèves et confidences, humour, caricatures de presse, chroniques, tribunes, articles économiques, littéraires, culturels… il y en a pour tous les goûts. Notre force : la pluralité des opinions et des plumes. Notre ambition : “Ensemble, faisons bouger les lignes !

Dominique SCHMITT