Menu

Un projet immobilier au Tahara’a soulève l’inquiétude


Vendredi 9 Avril 2021 - écrit par T.M.


Un projet immobilier au Tahara’a estimé à 70 habitations, rendu possible par la modification du Plan général d’aménagement (PGA) via une enquête publique menée par la mairie de Mahina, soulève l’inquiétude de nombreux riverains. Au travers du collectif U’upa, ils dénoncent l’ampleur du projet et les nuisances environnementales qui en découleraient.



Crédit photo : T.M.
Crédit photo : T.M.
La commune de Mahina est visiblement à la recherche de terrains à mettre à disposition de ses administrés. La zone résidentielle du Tahara’a est un lieu particulièrement séduisant qui a attiré un promoteur immobilier néo-calédonien en passe de faire l’acquisition d’un terrain appartenant à la famille Tirao. Une rencontre entre ce promoteur et l’ASL Oviri (organisée en août 2020) avait permis, via le dialogue, de modifier le projet initial portant sur 53 maisons individuelles et 4 petits immeubles de 20 logements. Si rien n’est encore officiel, le projet revisité ne porterait plus que sur une soixantaine d’habitations. Mais cela reste encore trop pour les 150 riverains du collectif regroupant l’ASL Oviri, la résidence Tahara’a (ex-Baccino) et le Matavai Lodge qui dénoncent en premier lieu une surexploitation foncière ; la densité serait doublement supérieure à l’existentiel. Loin d’être dans une opposition pure et dure à tout projet, ce collectif entend bien faire entendre sa voix auprès de la mairie et de la commissaire enquêtrice qui sera sur place du 19 au 24 avril, date de fin du nouveau PGA consultable depuis le lundi 22 mars...

Pour lire l'intégralité de ce Dossier, commandez Tahiti Pacifique n° 452 en cliquant ICI


Dans la même rubrique
< >

Dossiers | L'Actu | Culture | Edito | Abonnement | Numéros | Archives | Pacifique | Grandes plumes | La chronique d'Alex Du Prel





Tahiti Pacifique : 30 ans… et toutes nos dents !

“Ce qui vient au monde pour ne rien troubler ne mérite ni égards ni patience.”

Alex W. du Prel avait fait sienne cette citation percutante de René Char (1907-1988), poète et résistant français. Fondé le 9 mai 1991, Tahiti Pacifique Magazine fête aujourd’hui ses 30 ans ! Qui aurait cru que la revue “poil à gratter” créée par Alex survivrait pendant trois décennies ? Sûrement pas les politiques de l’époque, notamment Gaston Flosse et les Orange, qui ont alimenté régulièrement les colonnes de TPM… N’en déplaise à nos détracteurs, malgré une vingtaine de procès émanant de la Présidence ou de son entourage (lire notre interview exclusive d’Alex du Prel, page 35), Tahiti Pacifique est toujours debout, avec toutes ses dents. Et du mordant, votre magazine n’en manque pas ! Bimensuel d’information et de culture, ayant pour devise “Une goutte de liberté dans l’océan”, Tahiti Pacifique est l’unique magazine d’investigation en Polynésie. Nous proposons aux lecteurs une actualité décryptée et des dossiers de fond. Enquêtes et reportages, brèves et confidences, humour, caricatures de presse, chroniques, tribunes, articles économiques, littéraires, culturels… il y en a pour tous les goûts. Notre force : la pluralité des opinions et des plumes. Notre ambition : “Ensemble, faisons bouger les lignes !

Dominique SCHMITT