Menu

Une île du Pacifique a la plus forte densité de débris plastiques


Samedi 20 Mai 2017 - écrit par Agence France-Presse




L'une des îles les plus isolées du monde, située dans le sud Pacifique, a la plus forte densité de débris plastiques de la planète, révèle une étude qui montre l'étendue de la pollution des océans par ces déchets menaçant les écosystèmes marins.
Même si l'île Henderson est déserte et à plus de 5 000 kilomètres du premier grand centre urbain, ses plages sont jonchées de près de 38 millions de morceaux de plastique, ont estimé les chercheurs dont les travaux sont parus lundi dans les comptes-rendus de l'académie américaine des sciences (PNAS).
Une autre étude publiée récemment dans la revue américaine Science Advances avait révélé que l'océan Arctique, pourtant peu habité, est un cul-de-sac pour les débris plastiques flottant dans le nord de l'Atlantique.
L'île Henderson fait partie des quatre îles britanniques Pitcairn, d'une superficie totale de 47 km2. Elle est tellement isolée qu'elle n'est visitée que tous les cinq ou dix ans pour des expéditions scientifiques.
Mais elle se trouve à proximité du centre du gyre du sud Pacifique, un gigantesque tourbillon où s'accumulent les débris transportés par les courants marins venant d'Amérique du Sud ou provenant des bateaux.
Lors de la plus récente expédition scientifique sur l'île Henderson, menée par des scientifiques de la "Royal Society for the Protection of Birds", une ONG britannique, la principale auteure de cette étude, Jennifer Lavers, a compté jusqu'à 671 morceaux de plastique au mètre carré sur les plages. Cela représente la plus forte densité de déchets jamais mesurée.
"Sur la base de nos échantillons prélevés sur cinq sites, nous avons estimé que plus de 17 tonnes de déchets plastiques se sont déposés sur l'île et que plus de 3 570 nouveaux débris s'échouent quotidiennement sur une seule de ses plages", précise-t-elle.
Selon cette chercheuse, "il est probable que ces estimations sous-estiment
l'ampleur de l'accumulation de ces débris sur cette île".

Plusieurs dangers
Elle explique que les chercheurs ont pu seulement dénombrer les morceaux à partir d'une taille de deux millimètres et ce jusqu'à une profondeur de dix centimètres dans le sable. Sans compter le fait qu'il n'a pas été possible de collecter des débris le long des falaises et des parties rocheuses de la côte.
"Ce que l'on constate sur l'île Henderson montre qu'il n'y a pas de lieu qui échappe à la pollution par le plastique, même les plus éloignés dans nos océans", déplore la scientifique, soulignant le risque pour les écosystèmes marins.
Les débris plastiques représentent plusieurs dangers pour les espèces animales, explique-t-elle. Ils créent des obstacles qui empêchent certains animaux, comme les tortues, d'accéder aux plages pour y pondre, et peuvent aussi être ingérés.
Une étude citée par ces chercheurs a montré que plus de 200 espèces de poissons, crustacés et mammifères pourraient être menacées par une ingestion de plastique, ainsi que 55% des oiseaux marins dans le monde.
Plus de 300 millions de tonnes de plastiques produites annuellement dans le monde ne sont pas recyclées, précise Jennifer Lavers.
Vu que ce plastique peut subsister très longtemps dans la nature, l'impact sur les océans est durable, pointe-t-elle.
Environ huit millions de tonnes de débris plastiques sont déversées tous les ans dans les mers et océans du globe, indiquait une étude publiée en 2015 dans la revue américaine Science.
Les scientifiques pensent qu'il pourrait y avoir jusqu'à 110 millions de tonnes de déchets en plastique dans les océans.

Source : Agence France-Presse


Dans la même rubrique
< >

Dossiers | L'Actu | Culture | Edito | Abonnement | Numéros | Archives | Pacifique | Grandes plumes | La chronique d'Alex Du Prel




Des chaises vides aux Assises

Depuis quelques semaines, la population polynésienne est invitée à s’exprimer lors des Assises des Outre-mer. Le gouvernement central a délégué un référent qui tente de recueillir les attentes des populations, qu’elles soient à Tahiti, à Moorea ou aux Australes, en attendant d’autres archipels. Après la loi sur l'Égalité réelle des Outre-mer, l’État fait un pas de plus vers ses petits bouts de France qui participent, sous diverses formes, à sa grandeur. La première phase de cette consultation, entamée début octobre, s’est terminée la semaine dernière et force est de constater qu’elle n’a pas recueilli un franc succès. Un manque de communication ? Un désintérêt de la population sur des questions pourtant centrales ? Une méfiance envers l’État et des interlocuteurs inconnus ? Un fiu de tout ce qui touche au politique ? Certainement un mixte de ces suggestions.
Pour ceux qui ont pris la peine de se déplacer ou de faire part de leurs desiderata via un site Internet dédié (www.assisesdesoutremer.fr. ), soit environ 1 000 personnes, les thèmes abordés ont tourné autour de la santé, de la sécurité et de l’éducation, nous apprend un communiqué du haut-commissariat. Et si Jacques Wadrawane, le référent des Assises des Outre-mer pour les collectivités françaises du Pacifique, s’est dit satisfait du déroulé de cette première phase en affirmant que "les participants ont fait part de problèmes concrets, de comment améliorer les conditions de vie au quotidien", il n’a pas manqué de noter que la population avait du mal à faire le distinguo entre les compétences de l’État et celles du Pays. Et l’on reparle de manque de culture politique des Polynésiens, que nos politologues ne manquent pas de rappeler avant chaque élection, entretenu par beaucoup, et qui empêche ce peuple de penser par lui-même, de s’élever.
Si ce manque de culture politique, surtout envers celle menée depuis Paris, peut être reproché aux Polynésiens, il est juste de rappeler que les élus de l’Hexagone se montrent tout aussi incultes envers les Outre-mer. C’est pourquoi la ministre de tutelle, Annick Girardin, essaye d’insuffler un "réflexe d’outre-mer" dans les décisions de ses collègues du gouvernement.
Quant au résultat de ces Assises, "les priorités vont maintenant être déterminées, sur la base de cette première consultation. Des projets seront ensuite soumis à l’avis de la population, de mi-janvier à fin février. Puis, les propositions feront l’objet d’un Livre Bleu. Jacques Wadrawane assure que ces idées déboucheront sur des réalisations concrètes, contrairement à ce qu’on a vu dans le passé, avec les États généraux de l’Outre-mer en 2009, notamment", peut-on lire en fin de communiqué. Il manque de préciser que, pour le moment, il n’y a pas de budget réservé aux décisions qui sortiront des Assises qui, elles-mêmes, n’ont bénéficié que d’un budget très limité (72 millions de Fcfp) pour l’ensemble des territoires et collectivités.
Un recueil de doléances, mais par d’argent pour les appliquer, du moins dans un proche avenir. On verra bien si ce sont les chaises vides qui avaient raison.
Bonne lecture et merci pour votre fidélité.

Luc Ollivier