Menu

Valorisation des déchets de la pêche : une usine d'engrais locale menacée de fermeture…


Vendredi 29 Novembre 2019 - écrit par Dominique Schmitt


Investi dans le développement durable, Karel Luciani a créé en 2015 son entreprise d’engrais naturels à base de déchets de poisson. Bien qu’il ait été lauréat du Prix de l’économie circulaire en 2016 et 2017, son produit bio ne séduit pas les agriculteurs locaux, qui préfèrent se tourner vers des engrais importés et/ou chimiques. Aujourd’hui, la société de l’entrepreneur est en péril, si bien qu’il envisage de mettre la clé sous la porte…



Malgré des résultats probants en termes d’efficacité, en quatre ans, la société Patiri n’a reçu aucune commande publique (hormis une de Faa’a), alors que le fenua mise sur la production locale. Crédit photo : DR
Malgré des résultats probants en termes d’efficacité, en quatre ans, la société Patiri n’a reçu aucune commande publique (hormis une de Faa’a), alors que le fenua mise sur la production locale. Crédit photo : DR
Recycler les déchets de poisson, telle est la brillante initiative qu’a eue Karel Luciani, enfant du Pays. Il y a quatre ans, il décide de lancer son activité de transformation de poisson en engrais bio et crée sa société, Patiri. L’homme a tout prévu, ou presque. Il le sait, la moitié des abats piscicoles terminent généralement à la poubelle, alors, plutôt que de jeter nos 1 400 tonnes de déchets annuels à la mer et risquer de bouleverser l’écosystème, autant les réutiliser à bon escient. Surtout en Polynésie, où l’on compte un bon nombre de pêcheurs et d’agriculteurs. Et puis, si l’on peut éviter d’importer des engrais chimiques, tant mieux !
Après avoir suivi des études de biologie en Métropole, collaboré avec l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer), tenté une expérience en crevetticulture à Fidji et travaillé pendant treize ans à la Communauté du Pacifique (CPS) comme conseiller en formation et développement à la pêche et aquaculture, on peut dire que Karel Luciani en connaît un rayon sur le sujet ! Sensible au développement durable, une idée d’économie circulaire prend forme : utiliser les déchets de poisson pour en faire un engrais naturel. Une technique est mise en place et proposée aux pays du Pacifique. Mais en Polynésie, personne ne se lance. Alors M. Luciani observe les marchés et élabore un business plan, en prenant conseil auprès de la Chambre de commerce, d’industrie, des services et des métiers (CCISM)...

Pour lire l'intégralité de ce Dossier, commandez Tahiti Pacifique n° 421 en cliquant ICI


Nouveau commentaire :

Dossiers | L'Actu | Culture | Edito | Abonnement | Numéros | Archives | Pacifique | Grandes plumes | La chronique d'Alex Du Prel




Entre crise et remaniement, la rentrée sera mouvementée !

Entre crise et remaniement, la rentrée sera mouvementée !
La tournure qu’a prise “l’affaire Radio Tefana” impliquant Oscar Temaru a indigné un grand nombre d’entre nous. Après le grand recul de l’État français sur les indemnisations des victimes des essais nucléaires en Polynésie, dont le mépris détonant a explosé à la figure du Pays, la volonté de “dépayser” (à Nouméa finalement) le procès opposant le procureur de la République, Hervé Leroy, au leader indépendantiste interroge… Si la présidente du tribunal considère qu’il n’est pas envisageable de juger le responsable du parquet de sa propre juridiction, l’avocat de M. Temaru estime, lui, qu’il s’agit d’un “déni de démocratie”. Pour rappel, alors que le conseil municipal de Faa’a a accordé la protection fonctionnelle à son édile pour payer ses frais de justice liés à l’affaire Radio Tefana, M. Leroy a exigé une saisie pénale de 11,55 millions de Fcfp sur le compte personnel de M. Temaru. Pour protester contre cette opération “injustifiée” et un “acharnement judiciaire de l’État français à son encontre”, ce dernier a ainsi entrepris une grève de la faim le 8 juin. Ne parvenant pas à obtenir une audience avec M. Leroy, malgré le soutien d’une centaine de sympathisants réunis devant le palais de justice, M. Temaru l’a finalement assigné en référé pour “atteinte à la présomption d’innocence”.

La polémique gronde et défraye la chronique, ici et ailleurs, la presse nationale se demandant même “à quoi joue l’État ?”. Ce qui est indéniable, c’est que M. Temaru, souvent cantonné au rôle de martyr, a cette fois bénéficié d’une mobilisation importante et su fédérer les cœurs, bien au-delà d’un parti politique. En obtenant le soutien de nombreuses personnalités de tous horizons, ainsi que d’une vingtaine d’associations, de confessions religieuses, de syndicats ou de partis politiques rassemblés au sein du collectif Nuna’a a ti’a ("Peuple lève-toi, avance pour la paix") – à l’origine de la marche du 20 juin –, il s’est imposé en Metua (“père spirituel”). Par sa détermination et son pacifisme, on ne peut s’empêcher de penser à Pouvana’a a Oopa, condamné et exilé en 1959 pour un crime qu’il n’avait pas commis, bien que “le manque de recul” ne permette pas la comparaison, selon le spécialiste du sujet Jean-Marc Regnault, l’une des grandes plumes de Tahiti Pacifique et chroniqueur des “Pages d’Histoire”. D’ailleurs, l’historien publie simultanément deux ouvrages aux éditions ’Api Tahiti, qui lancent la série “Rivalités et moins si affinités” : Gaston Flosse, un Chirac des tropiques ? et Oscar Temaru, l’Océanie au cœur (lire page 12). Et l’auteur de mettre en perspective les deux hommes politiques, éternels “meilleurs ennemis” : “En 2020, ils entretiennent l’ambiguïté. Vont-ils s’entendre contre l’État pour en finir avec le statut d’autonomie dont ni l’un, ni l’autre ne veulent plus ? Vont-ils s’entendre pour tenter de chasser un gouvernement autonomiste qui ne gouverne pas vraiment différemment (…) ? Rivalités, donc, mais desquelles peuvent naître des affinités… électives ou autres.” L’avenir nous le dira, mais on sent bien que ce gouvernement – qui préfère poser du gazon synthétique sur le front de mer plutôt que miser sur la permaculture et les jardins partagés pour pallier la crise socio-économique inéluctable – ne parvient pas à satisfaire la majorité de la population. Aussi, le divorce est consommé au sommet du gouvernement, et il se murmure déjà qu’un remaniement ministériel est imminent…

C’est donc une rentrée mouvementée qui s’annonce ! En attendant, je profite de l’occasion pour vous informer que la rédaction de Tahiti Pacifique fera une trêve durant le mois de juillet, et ce chaque année, afin de permettre à tous les journalistes, chroniqueurs et autres contributeurs qui le souhaitent de prendre des congés annuels mérités et se ressourcer. L’objectif est aussi de mieux vous retrouver, avec toujours plus de dossiers de fond et encore d’autres nouveautés ! Les parutions de votre magazine préféré reprendront à compter du vendredi 7 août, toujours au rythme bimensuel. Merci pour votre confiance et à très bientôt.

Ensemble, faisons bouger les lignes !

Bonne lecture, te aroha ia rahi.

Dominique SCHMITT