Menu

Le Pays paye les impôts de l’Égat

Dans la série bonne gestion des établissements publics, le gouvernement a dû intervenir pour épurer une partie des dettes de l’Établissement de gestion et d’aménagement de Teva (Égat). Dans un premier temps il s’agissait de régler les patentes de 2013 à 2015 et l’impôt foncier 2013 pour un montant global de 24,9 millions de Fcfp. Restera prochainement à régler les patentes 2016 et les impôts fonciers de 2014 à 2016, soit encore un chèque aux alentours de 20 millions de Fcfp. Cela commence à faire beaucoup pour un Établissement qui ne doit s’occuper quasi exclusivement que du golf de Papara et du musée Gauguin. Le golf pour lequel l’Égat n’a pas été en mesure de prendre en charge les dégâts causés par le vent en février 2016 pour un montant de 7,2 millions de Fcfp et le musée qui a reçu une subvention de 18,7 millions en décembre pour sa réhabilitation ainsi que celle du jardin botanique. À quoi servent les subventions annuelles versées à l’Égat ? La question se pose véritablement quand on fait le bilan de ce qu’il en ressort, puisque pour le musée et le développement du domaine Harrison Smith rien à n’a véritablement été tranché sur leur avenir, même si des consultations ont été entreprises mercredi. La chambre territoriale des comptes dans son rapport sur la politique culturelle de la Polynésie française et sur la gestion de ces établissements regrettait "une absence de bilan et de contrôle sur les aides publiques apportées", comme le soulignait Tahiti Infos le 7 décembre.
LO

Très chère Autorité polynésienne de la concurrence

Très chère Autorité polynésienne de la concurrence
Pas rancunier le gouvernement Fritch ! Alors que quelques-uns de ses ministres, comme Teva Rohfritch pour la perliculture, ont eu maille à partir avec l’Autorité polynésienne de la concurrence, le budget de fonctionnement de cette dernière vient d’être revu à la hausse. De 100 millions de Fcfp en 2015, année de sa création, à 150 millions en 2016, il vient d’être augmenté à 185 millions pour 2017. Si l’utilité de cette autorité administrative indépendante n’est pas remise en question, malgré quelques détracteurs, la question du budget se pose, et mérite d’être mis en parallèle avec celui du CESC et de ses 45 membres, d’un montant de 91 millions de Fcfp. En effet la seule ligne de rémunération du personnel pour 2017, hors charges, est de plus de 132 millions de Fcfp, contre 100 millions en 2016, pour seulement 13 salariés, et 34 millions en 2015. Le calcul est simple, la moyenne est de 850 000 Fcfp/mois en net. À cela il faut rajouter les indemnités des membres que sont Maïana Bambridge, Jean-Christophe Lau, Florent Venayre et Julien Vucher-Visin. Pour ces derniers, le budget annuel est passé de 2,1 millions à 4 millions de Fcfp, soit presque le double. À l’heure où il faut faire des économies, ça laisse rêveur…
LO

Un leader Musulman aux Samoa avertit le gouvernement qu'il y aura des conséquences négatives si les Samoa deviennent un état Chrétien

L'Observateur des Samoa rapporte que le Premier ministre Tuilaepa Sa'ilele Malielegaoi a présenté un projet d'amendement de Constitution pendant la dernière séance du Parlement pour 2016 qui ferait ses Samoa une nation chrétienne.
Cependant le responsable de la Ligue Musulmane aux Samoa, Laulu Mohammed Daniel Stanley a déclaré au journal local The Observer qu'il croit que le gouvernement n'y a pas bien réfléchi et croit que ceci sera une source de tension sociale parmi les diverses communautés aux Samoa.
Il pense que ceci pourrait aussi aboutir à de la discrimination dans l'emploi pour les non-chrétiens dans le secteur public autant que privé et qu’avoir un système gouvernemental basé sur des principes Chrétiens soulève des questions à propos des relations bilatérales des Samoa avec des nations non-chrétiennes comme la Chine à laquelle les Samoa empruntent régulièrement.
Mais les Musulmans ne seraient pas affectés d’après lui tant que l'article 11 de la Constitution, qui tient compte de la liberté de religion, reste inchangé.
Source : radionz.co.nz

Finances : l’Assemblée dégraisse

Le Journal officiel du 19 décembre fait état d’une loi de Pays adoptée par l’assemblée territoriale concernant une incitation au départ volontaire d’agents administratifs. Ce dispositif s’adresse à celles et ceux qui souhaitent rompre leur engagement de manière définitive. Sont éligibles les agents en CDI d’au moins 50 ans et en exercice depuis au moins 5 ans. L’indemnité de départ pourra atteindre un maximum de 24 mois de salaire calculé sur le dernier versé. Le mammouth administratif polynésien va donc perdre quelques kilos ; il a encore de la marge…
LO

Politique : le budget des familles attendra

Le rapport sur l’enquête logiquement quinquennale du budget des familles menée en 2015 est prêt depuis le début du mois. Le rapport dont les conclusions laissent peu de doutes sur la paupérisation de la population ne sera pourtant publié que courant janvier. Si le gouvernement n’a pas voulu le publier au moment de la présentation de son budget 2017 c’était bien dans le but d’éviter de donner du grain à moudre à l’opposition orange qui a axé sa stratégie politique sur le terreau social. Une opposition en générale qui s’est bien gardée de mener ce genre d’enquête, la dernière remontant à l’an 2000.
LO

Numérique : un câble nommé Désir

Le câble domestique sous-marin qui va permettre de désenclaver numériquement quelques îles des Tuamotu et des Gambier a été configuré pour s’adapter à l’international si d’aventure depuis Hao, la Polynésie française avait cherché à diversifier ses sources d’approvisionnement. Un déploiement vers le Chili a été étudié mais le coût a refroidi tout développement vers l’Est. La volonté affichée par le Chili (Edition du El Mercurio du 17 décembre) de se câbler avec la Chine pourrait permettre de relancer le projet polynésien à moindre coût.
LO

Gastronomie : quand Jonas cuisine à l’Assemblée nationale

crédit photo : Tahiti Infos
Le député Jonas Tahuaitu se fait plutôt discret, ces derniers temps, à Paris. Il y a pourtant un moyen infaillible pour savoir s’il se trouve à l’Assemblée nationale. Quand il est présent, "ça sent bon le riz" dans le couloir, raconte, avec gourmandise, une collaboratrice habituée du premier étage du 101 de la rue de l’Université où sont regroupés les bureaux des trois députés polynésiens. Un autre collaborateur confirme, en riant : "On se croirait dans la cuisine du Dragon d’or !" Le mandat du député se termine en juin. Dans six mois, il aura du temps libre pour donner un coup de main à Teheiura dans sa roulotte sur les routes de France.
S. Massau

Secosud : un marché de dupes ?

Alors que le dossier Secosud, pour le renouvellement de la concession pour la distribution publique d'énergie électrique sur la partie sud de l’île de Tahiti, est en stand-by en attendant le 28 février 2017, date butoir du quatrième délai que s’est accordé Secosud par avenant, peut-on toujours parler de marché ?
D'avenants en avenants, cette durée de prolongation a permis à EDT d'en être le délégataire pendant plus de deux ans et dix mois supplémentaires. Officiellement, EDT est toujours en concurrence avec la société Teva Rua Nui (Eric Noble Demay, Mario Nouveau, Jean-Paul Nazaire...) après que la Cegelec a jeté l’éponge et que Teva Rua a été mis hors course. Sans oublier que depuis le 1er septembre, le cabinet de conseil Espélia, qui accompagnait Secosud, a lui aussi jeté l’éponge et que depuis, la société Speed, écartée par Secosud en 2015 pour ses liens avec EDT, a repris le flambeau !
Nous nous sommes procurés une note juridique datée du 2 novembre adressée à Secosud qui laisse peu de doutes sur le sort que sera réservé à Teva Rua Nui au moment de la décision finale :
(…) Il résulte de ce qui précède que l’offre de la SAS Teva Rua Nui n’est pas valable pour trois motifs de faits essentiels :
- seuls 2% du capital est détenu par les personnes du groupement initial qui ont candidaté ;
- 97% des actions sont détenues par des candidats qui ont été écartés ;
- 1% des actions sont détenues par la société NDA de Monsieur Noble Demay qui a reçu une promotion en vue d’être le président actionnaire de la SAS au lieu d’être le directeur général non actionnaire ;
Il résulte de ce qui précède que l’offre de la SAS Teva Rua Nui n’est pas valable pour deux motifs de droit essentiels qui se subdivisent en deux branches :
• Les motifs de droit tirés de la loi de Pays :
- Non-respect des exigences relatives au caractère intuitu personae de la candidature (LP 9 dernier alinéa)
- Non-respect des exigences d’intangibilité des candidatures (lecture combinée des articles LP 4, LP 9 et LP 11)
- Non-respect des principes de transparence et de libre concurrence ; (Article LP 200-1 du code de la concurrence de Polynésie)
• Les motifs de droit tirés de la jurisprudence administrative :
- Non-respect de l’exigence d’un lien suffisant entre le candidat retenu et le postulant dépositaire de l’offre (CE, 3 juin 1987, Société nîmoise de tauromachie et de spectacle, req. n° 56733)
- Non-respect de l’exigence initiale de la régularité au regard des déclarations sociales et fiscales (CAAP ch 1 de Bordeaux 28 octobre 2010 n° 09BX02127)
- Non-respect de l’exigence d’appréciation préalable des garanties des nouveaux associés dans le cadre du projet de constitution.

Le Secosud n’a pas, à notre connaissance, fait part à Teva Rua Nui de ces problèmes. Histoire sans doute de garder un semblant de concurrence afin de garder un moyen de pression sur EDT.
LO

Socredo : Tu quoque mi fili ?

L’assassinat professionnel dont a été victime le directeur de la Socredo, James Estall, il y a quinze jours et dont Tahiti Pacifique a été le premier à en faire écho, n’a pas manqué d’alimenter depuis les conversations. Le personnel de la banque a tenu à montrer sa solidarité à son directeur en l’accompagnant jusqu’à la salle de réunion où l’attendaient, entre autres, les membres du gouvernement. Si Jean-Christophe Bouissou a "affronté" la foule, Nuihau Laurey et Teva Rohfritsch, ancien employé de la banque placé sous la direction de James Estall, ont préféré utiliser une autre entrée pour y accéder. Les principales raisons invoquées dans un communiqué pour ce limogeage, nous laissent songeur : "Elle est motivée par l’importance de donner une nouvelle impulsion à l’établissement dans un contexte de reprise économique qu’il convient d’accompagner, notamment dans le logement et le développement touristique, secteurs clés de l’économie polynésienne dans lesquels la Socredo possède une solide expérience." Faut-il rappeler qu’en ce qui concerne le logement, social en l’occurrence, il conviendrait mieux de voir les actions ou plutôt inactions de l’OPH. Terrains trop chers ? Comment certains, spécialisés dans le logement intermédiaire, arrivent-ils encore à trouver des terrains dans Papeete, comment certains arrivent-ils à construire sur des terrains que l’OPH déclarait inconstructibles techniquement ? Quant au golf de Moorea, la gestion de nos gouvernants nous en apprend beaucoup sur l’importance de donner une nouvelle impulsion à notre tourisme. Le projet non abouti de l’hôtel Warwick sur le golf, qui avait valu une défiscalisation à quelques investisseurs, leur vaut maintenant bien des soucis. Si le remboursement des sommes défiscalisées semble normal, alors que l’agrément n’a toujours pas été retiré, comment justifier les pénalités qui seraient proches du double du montant investi? La relance d’un éventuel nouveau projet par la Socredo via la défiscalisation ne devrait pas attirer les investisseurs.
LO

Miss France 2017 : un délicieux brassage ethnique

Les finalistes de Miss France 2017 ont toutes des origines ultramarines... crédit photo : DR
On a souvent lu, notamment sur les réseaux sociaux, des phrases abjectes à propos de l'origine des Miss. Pire, le week-end dernier, à l'issue de l'élection nationale qui a sacré Alicia Aylies, Miss Guyane (voir page 51), pour l'année 2017, ce qui a déclenché une vague de tweets racistes de la part de nombreuses langues de vipères terrées derrière leurs petits écrans. On citera notamment Marine Le Pen, la présidente du Front National, qui a déclaré aux micros d’un journaliste d’Europe 1 que "si c’est ça notre Miss France, j’aurais mieux fait de me présenter parce que les Français auraient sans doute voté pour moi", avant de rajouter que "franchement, y’a pas photo". On croit rêver. Mais non. À Tahiti aussi, malheureusement, nous ne sommes pas épargnés, et des esprits étriqués crient régulièrement à l'imposture, pointant du doigt la couleur de peau de nos ambassadrices de beauté. "Elles sont trop ceci, elles ne sont pas assez cela"… Il a même été reproché à Vaea Ferrand, Miss Tahiti 2016, d'être née à Castres et non en Polynésie.
Fiu ! Patriotisme exacerbé, chauvinisme déplacé ou nombrilisme local, force est de constater que certains de nos concitoyens ne regardent pas plus loin que leur pito. Alors, n'en déplaise à ces détracteurs, la France "Black-Blanc-Beur" a enfin été reconnue il y a presque deux décennies (merci à l'équipe nationale de football pour sa victoire à la Coupe du monde 1998 !) et aujourd'hui, le métissage apparaît aux yeux du plus grand nombre comme une chance. Il suffit d'apprécier la richesse du brassage des cultures et d'admirer les délicieux mélanges que cela crée. Pour le plaisir donc, jetez un œil à la liste ci-contre des origines de certaines de nos créatures de rêve au sang mêlé qui se sont présentées à l'élection de Miss France 2017, le 17 décembre dernier,
à l'Arena de Montpellier. Le top 5 des finalistes affiche la couleur : toutes les jeunes femmes ont des origines ultramarines, sans exception. Un pied de nez jouissif à tous les extrémistes, une magnifique victoire du métissage !
• Miss Languedoc-Roussillon, Aurore Kichenin, a des origines réunionnaises, russes et polonaises
• Miss Lorraine, Justine Kamara, a des origines guadeloupéennes et guinéennes
• Miss Guadeloupe, Morgane Thérésine, a des origines bretonnes et martiniquaises
• Miss Île-de-France, Meggy Pyaneeandee, a des origines mauriciennes
• Miss Réunion, Ambre Nguyen,
a des origines vietnamiennes
• Miss Limousin, Romane Komar,
a des origines polonaises
• Miss Pays de Loire, Carla Loones,
a des origines flamandes et espagnoles

DS

1 ... « 11 12 13 14 15 16 17



2018 : sous le signe des Territoriales

Amateurs d’astrologie, plutôt que de vous plonger dans la lecture de votre signe zodiacal pour tenter d'y trouver des signes rassurants pour votre avenir, soyez plutôt à l’écoute de votre environnement social et professionnel, pour tenter d’influencer votre avenir et celui de vos proches quand, après analyse, vous serez appelés à voter le 22 avril prochain lors du premier tour des élections territoriales. Plutôt que d’essayer de vous rassurer par des écrits de liseurs d'étoiles, essayez plutôt de suivre la bonne. Certes, l’échéance est encore loin, mais mieux vaut prendre son temps en politique pour comprendre les tenants et les aboutissants de chaque élection. Il s’agira de donner la gestion du pays au groupe majoritaire à l’assemblée de Polynésie qui élira notre président.
Cette échéance est en tout cas dans les esprits de tous les hommes politiques du territoire qui ont élaboré leur stratégie depuis déjà quelques mois. Chacun est dans son rôle, la majorité souligne le redressement de l’économie, ses bonnes relations avec l’État, ne manque pas d’ouvrir les robinets d’aides et subventions, comme en atteste la lecture des derniers journaux officiels, et annonce vouloir revoir sa stratégie sociale, dont les effets tardent à être ressentis par les plus démunis ; pire, la fracture sociale ne fait que s’agrandir. L’augmentation des cotisations salariales, l’augmentation de l’abonnement téléphonique et des boîtes postales annoncée pour ce début d’année aura un impact négatif sur ceux qui connaissent des fins de mois difficiles.
Un gros trimestre pour créer de l’emploi, pour sortir quelques centaines de Polynésiens de la précarité, paraît bien court pour tenter de redorer cette mauvaise partie du bilan. L’opposition est bien sûr dans son rôle en dénonçant cette précarité, cette misère. Le Tahoeraa mise sur les vieilles recettes et les annonces pleines d’espoir que sont d’offrir un emploi, une maison et de ramener le bonheur dans les familles. Le Tavini n’innove guère plus en proposant de s’appuyer sur les forces économiques de ce pays pour s’en sortir, tout en faisant table rase de certaines pratiques politiciennes.
D’autres partis et candidats auront le temps de se faire connaître, comme vient de le faire Marcel Tuihani, actuel président de l’assemblée territoriale. Il va tenter de convaincre qu’une énième nouvelle voie est possible, surfant sur le ras-le-bol politique national.
Dans exactement 100 jours, les Polynésiens seront amenés à s’exprimer bulletin à la main pour se prononcer sur leur avenir ; notre vœu pour 2018 est qu’ils soient le plus nombreux possible à le faire.
Bonne lecture et merci de votre fidélité.

Luc Ollivier