Menu

Justice : Une plainte contre EDT-Engie et le gouvernement

Yannick Jehanno, grand pourfendeur d’EDT-Engie, a déposé officiellement plainte contre Engie jeudi 26 octobre. En voici les termes dans la copie qu’il nous a fait parvenir : "En tant que victime d’intimidation de la part d’Engie, mais aussi en tant qu’usager d’EDT-Engie, je porte plainte contre la direction d’Engie et le gouvernement de la Polynésie française pour actes d’intimidation, tentative de corruption, suspicion de corruption, menaces, chantage et délit de favoritisme."
LO

Économie : pas de douche froide sur une subvention OPH

Le compte rendu du conseil des ministres de la semaine dernière faisait état d’une proposition d’octroi d’une subvention d'investissement de 148 855 311 Fcfp TTC en faveur de l’Office polynésien de l’habitat (OPH) pour l’acquisition de chauffe-eau solaires. Ramenée aux 274 logements concernés, la facture équivaut à plus de 540 000 Fcfp par changement. Au dernier Salon de l’habitat, les chauffe-eau de 300 litres se vendaient à 200 000 Fcfp l’unité. On veut croire que pour l’achat de 274 unités, le prix sera revu à la baisse. Ce qui laisse, outre quelques menus travaux de plomberie, près de 400 000  Fcfp pour l’installation, le contrôle et la rémunération de l’OPH. Y’a pas un problème ? Du côté de l’OPH, on nous a quand même informés que tout reliquat sera retourné au Pays. On est rassurés.
LO

Innovation : Le Musée de Tahiti et des îles lance les "vidéo-guides"

Depuis l'arrivée de la nouvelle directrice Miriama Bono, le Musée de Tahiti et des îles (MTI) change de visage. L'établissement culturel situé à Punaauia, sur la Pointe des Pêcheurs, innovera, samedi 4 novembre, en mettant à la disposition des visiteurs de la salle d'exposition permanente des "vidéo-guides". Le MTI a en effet réalisé 28 petits modules d'une durée d'une minute, consacrés à chaque vitrine, pour une expérience d'un autre genre. Dans la salle temporaire, qui accueille l'exposition Un artiste voyageur en Micronésie, l’univers flottant de Paul Jacoulet, ce sont des tablettes numériques qui seront proposées au public. Des ateliers de tressage et de conte polynésien seront également mis en place. Le Journal officiel annonce par ailleurs que, dans le cadre de la reconstruction de la salle d'exposition permanente, un appel d'offres a été lancé jusqu'au 27 novembre. La salle devrait être fermée à partir d'avril prochain et rouvrir d'ici début 2020.
DS

Culture : Le 'ori tahiti bientôt classé à l'Unesco ?

crédit photo : Dominique Schmitt
Il y a un an et demi, Tahiti Pacifique annonçait que la codification du 'ori tahiti était en marche (lire notre édition du 27 mai 2016, n° 328). Un pas de plus vient d'être effectué puisque la danse traditionnelle tahitienne vient officiellement d'intégrer le Patrimoine culturel français, une première étape avant sa demande de classement sur la liste du Patrimoine mondial de l'Unesco. Le travail mené depuis plusieurs années par le Conservatoire artistique, en collaboration avec les professionnels de la danse et la Fédération tahitienne de 'ori tahiti, a donc porté ses fruits. Cette pratique identitaire connaît un essor remarquable ces dernières années, si bien qu'aujourd'hui, elle a gagné presque tous les continents. "Ce succès témoigne de la vivacité et de l'originalité de notre culture. Il ne doit pourtant pas sacrifier une pratique ancestrale sur l'autel de la mondialisation. D'où le souhait et la démarche initiés par le gouvernement de la Polynésie française et le ministère de la Culture : classifier le 'ori tahiti en tant que patrimoine culturel immatériel afin de pérenniser son ancrage", rapporte le Pays. Le prochain examen d’un bien français à l'Unesco est prévu en 2019.
DS

Sécurité : plus de SMS en traversant la route ?

Nos cousins hawaiiens viennent d’innover en matière de sécurité routière. Honolulu est devenue, la semaine dernière, la première ville américaine à légiférer à l'encontre des accros du smartphone. L'amende peut s'élever à 35 dollars. Instaurée fin juillet par le maire de cette ville d'Hawaii, Kirk Caldwell, cette mesure est entrée en vigueur le 25 octobre et stipule qu'"aucun piéton n'a le droit de traverser une rue ou une voie rapide en regardant un appareil électronique". Il est toutefois encore autorisé de parler au téléphone en traversant, tant qu'on regarde devant et autour de soi. Touristes tahitiens, vous voilà prévenus. Cette mesure devrait servir d’exemple à d’autres villes, à commencer par celles du fenua.
LO

Culture : le Professeur Yoshihiko Sinoto a rejoint Rōhutu no'ano'a

crédit photo : DR
C’est à l'âge de 93 ans que l'illustre anthropologue et archéologue américain d’origine japonaise, est décédé le 4 octobre dernier, à Hawaii, rejoignant sa dernière demeure, Rōhutu no'ano'a (résidence réservée aux âmes des défunts de haut rang dans la culture polynésienne, ndlr). Depuis les années 1960, le Professeur Yoshihiko Sinoto étudiait les vestiges de la culture pré-européenne en Polynésie afin de comprendre le peuplement de nos îles et les liens qui les unissent avec d’autres cultures et communautés du grand Pacifique. On lui doit la première restauration en 1968 du marae Taputapuātea à Raiatea, inscrit depuis le 9 juillet 2017 au patrimoine mondial de l’Unesco, devenant ainsi le premier site culturel d'Outre-mer.
"Plusieurs fois distingué, notamment dans l’ordre de Tahiti Nui, sa passion a été certainement l’un des facteurs du renouveau culturel polynésien", rapporte la Présidence. De son côté, le nouveau député Moetai Brotherson, gendre du leader indépendantiste Oscar Temaru, se souvient de son admiration pour le scientifique alors qu'il était enfant à Huahine : "Plus il parlait, plus je voyais les 'arioi (confrérie de baladins de l'ancienne société tahitienne, ndlr) danser, les tahu’a (prêtres, ndlr) officier et les manahune (classe inférieure, ndlr) préparer les grands ahimā'a (fours tahitiens, ndlr). (…) Il avait tant à nous transmettre et à nous enseigner. J’envie ceux qui ont eu le privilège de travailler à ses côtés." D'ailleurs, même le très populaire artiste Bobby Holcomb lui avait composé une chanson intitulée Taote Sinoto.
DS

Philatélie : miss Tahiti 2017 rend hommage à Madeleine Moua

crédit photo : DR
À l'occasion de la sortie du nouveau calendrier de la philatélie 2018, Turouru Temorere rend hommage à son arrière-arrière-grand-mère qui n'est autre que Madeleine Moua. Pour mémoire, cette institutrice a révolutionné, en 1956, l'image de la danse tahitienne en posant de nouvelles bases pour la rendre plus acceptable : costumes, chorégraphies, nudité du corps… tout est repensé. Avec sa troupe Heiva (qui était aussi son nom de mariage), elle a redoré de façon définitive le blason du "Tiurai". En signe de reconnaissance, le premier prix du Heiva i Tahiti porte aujourd'hui encore son nom.
Coiffée d'une magnifique couronne haute de tiare, Miss Tahiti 2017 porte sur la photo une superbe robe purotu rouge et blanche. La belle vahine tient un éventail traditionnel dans la main droite et repose sa main gauche sur un tō'ere. Par ailleurs, on reconnaît en page de couverture la pétillante Hina Natua, Miss Heiva 2017.
DS

Nucléaire : encore un prix pour "Bons baisers de Moruroa"

Nucléaire : encore un prix pour "Bons baisers de Moruroa"
Présenté lors du Festival international du film documentaire océanien (Fifo) 2017, le métrage explosif de Larbi Benchiha a reçu le premier prix au Festival international du film de l'uranium à Berlin. Dans Bons baisers de Moruroa, le cinéaste pointe du doigt les conséquences des essais nucléaires dans le Pacifique. Quels sont les impacts sanitaires réels sur les populations présentes lorsque ces tirs ont été effectués à Moruroa et Fangataufa (193 essais, dont 46 aériens) ? C'est une question épineuse à laquelle le réalisateur, un Franco-Algérien né et ayant grandi dans un camp de regroupement en Algérie, s'est évertué à répondre en rencontrant notamment les cofondateurs de l'association Moruroa e Tatou : les regrettés Bruno Barrillot (ancien délégué pour le suivi des conséquences des essais nucléaires) et John Taroanui Doom (interprète du ministre de la France d’Outre-mer, Pierre Billotte, lors du lancement de la première bombe française, sur l’île de Mangareva), mais aussi Roland Oldham (président de l'association Moruroa e Tatou).
Sans détour, des témoins qui ont vécu cette "expérience" racontent leur ignorance des dangers qui les guettaient et les mystères entretenus par leur hiérarchie. Victimes aujourd'hui de diverses pathologies et de malformations génétiques, leur vie a radicalement changé, elle ne sera plus jamais la même. Ce documentaire a également été récompensé, le 3 mars dernier, lors de la 25e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco), au Burkina Faso.
DS

Tatouage : la Polynésie représentée au Canada

crédit photo : DR
Pour la troisième année consécutive, six artistes tatoueurs de l'association Polynesia Tatau sont invités à l'une des plus grandes et renommées conventions de tatouage : "Calgary Tattoo and Arts Festival 2017" au Canada. Du 13 au 15 octobre, Tuatini Tamata, Patu Mamatui, Vetea Tattoo, Tana Tokoragi, Etua Rahi et Mate Michalik porteront haut les couleurs du fenua. Nos ambassadeurs locaux profiteront également de leur déplacement pour assurer la promotion de la prochaine convention, qui aura lieu en Polynésie, à l’hôtel Tahiti Pearl Beach, en novembre 2018.
DS

Politique : Maina Sage reconduite à l’AFB

Les députés Maina Sage (Polynésie) et Serge Letchimy (Martinique) ont été reconduits dans leurs fonctions d’administrateurs de l’Agence française pour la biodiversité (AFB) – aux côtés des sénateurs Jérôme Bignon et Nicole Bonnefoy. Celle-ci a tenu son premier CA le 27 septembre au ministère de la Transition écologique et solidaire où trois délibérations favorables aux outre-mer ont été adoptées.
- l'adoption d'un fonds exceptionnel de 4 millions d'euros (soit 477 millions Fcfp), soutenu par une motion de solidarité dédiée aux territoires victimes des ouragans Irma et Maria.
- le lancement d'un appel à projets spécifique outre-mer en faveur de la biodiversité terrestre et marine. Doté d’une enveloppe de 4 millions d’euros (soit 477 millions Fcfp), le dispositif de financement se déclinera en deux phases avec un premier dépôt de candidatures en décembre 2017 (dotation 2 millions d'euros, soit 238 millions Fcfp) et un deuxième dépôt en mars 2018 (dotation 2 millions d'euros, soit 238 millions Fcfp). Tous les porteurs de projets sont admis à déposer un projet candidat, y compris les entreprises, à l’exception toutefois des personnes physiques et des services de l’État.
- l’Agence a délibéré en faveur d'un budget participatif national associant l’ADEME et l’AFB pour soutenir les initiatives citoyennes innovantes qui s’inscrivent dans les six objectifs du Plan Climat. La dotation s'élève à 4 millions d'euros (soit 477 millions Fcfp) et l’évaluation des projets déposés sera notamment assurée par un vote citoyen en ligne, sur une plateforme de consultation publique. Cet appel est ouvert à l'ensemble du territoire hexagonal et ultramarin (Dom et Com).
(D’après communiqué)

1 2 3 4 5 » ... 17



2018 : sous le signe des Territoriales

Amateurs d’astrologie, plutôt que de vous plonger dans la lecture de votre signe zodiacal pour tenter d'y trouver des signes rassurants pour votre avenir, soyez plutôt à l’écoute de votre environnement social et professionnel, pour tenter d’influencer votre avenir et celui de vos proches quand, après analyse, vous serez appelés à voter le 22 avril prochain lors du premier tour des élections territoriales. Plutôt que d’essayer de vous rassurer par des écrits de liseurs d'étoiles, essayez plutôt de suivre la bonne. Certes, l’échéance est encore loin, mais mieux vaut prendre son temps en politique pour comprendre les tenants et les aboutissants de chaque élection. Il s’agira de donner la gestion du pays au groupe majoritaire à l’assemblée de Polynésie qui élira notre président.
Cette échéance est en tout cas dans les esprits de tous les hommes politiques du territoire qui ont élaboré leur stratégie depuis déjà quelques mois. Chacun est dans son rôle, la majorité souligne le redressement de l’économie, ses bonnes relations avec l’État, ne manque pas d’ouvrir les robinets d’aides et subventions, comme en atteste la lecture des derniers journaux officiels, et annonce vouloir revoir sa stratégie sociale, dont les effets tardent à être ressentis par les plus démunis ; pire, la fracture sociale ne fait que s’agrandir. L’augmentation des cotisations salariales, l’augmentation de l’abonnement téléphonique et des boîtes postales annoncée pour ce début d’année aura un impact négatif sur ceux qui connaissent des fins de mois difficiles.
Un gros trimestre pour créer de l’emploi, pour sortir quelques centaines de Polynésiens de la précarité, paraît bien court pour tenter de redorer cette mauvaise partie du bilan. L’opposition est bien sûr dans son rôle en dénonçant cette précarité, cette misère. Le Tahoeraa mise sur les vieilles recettes et les annonces pleines d’espoir que sont d’offrir un emploi, une maison et de ramener le bonheur dans les familles. Le Tavini n’innove guère plus en proposant de s’appuyer sur les forces économiques de ce pays pour s’en sortir, tout en faisant table rase de certaines pratiques politiciennes.
D’autres partis et candidats auront le temps de se faire connaître, comme vient de le faire Marcel Tuihani, actuel président de l’assemblée territoriale. Il va tenter de convaincre qu’une énième nouvelle voie est possible, surfant sur le ras-le-bol politique national.
Dans exactement 100 jours, les Polynésiens seront amenés à s’exprimer bulletin à la main pour se prononcer sur leur avenir ; notre vœu pour 2018 est qu’ils soient le plus nombreux possible à le faire.
Bonne lecture et merci de votre fidélité.

Luc Ollivier