Menu

Prison de Papeari : le transfert des détenus a commencé

Les premiers transferts du centre pénitentiaire de Nuutania vers la nouvelle prison de Papeari ont débuté mi-mai. Actuellement, 100 détenus ont déjà été déplacés. La première vague de transferts devrait prendre fin en août et comptabilisera entre 150 et 200 détenus. Sur le long terme, les peines supérieures à deux ans devraient être purgées à Papeari. Si le but est de désengorger Nuutania, qui connaît un important phénomène de surpopulation carcérale, le centre continuera d’accueillir les femmes, les mineurs mais aussi les prévenus en détention provisoire ou bien ceux dont les jugements n’ont pu être appliqués du fait de l’occupation excessive de Nuutania.
GC

Taputapuātea : bientôt le premier site culturel d'Outre-mer ?

C'est le sprint final pour l'inscription du paysage culturel de Taputapuātea sur la Liste du patrimoine mondial de l’Unesco, l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture. Un long marathon, qui a démarré en 2005 et auquel ont participé nombre d'acteurs institutionnels et culturels du Pays, en tête desquels le service de la Culture et du Patrimoine polynésien, au cœur de la démarche. La ligne d'arrivée est prévue le 9 juillet, date à laquelle le Comité du patrimoine mondial réuni à Cracovie (Pologne) devrait rendre sa décision finale. Tahiti Pacifique avait d'ailleurs consacré un large dossier en octobre 2015 (lire notre édition n° 295) pour expliquer les enjeux de ce haut lieu sacré pour toute la communauté océanienne.
Composé d’une partie terrestre et d’une partie marine, cet emplacement spirituel, cérémoniel, social et culturel se trouve dans le district de Ōpōa, à Ra'iātea, aux Îles Sous-le-Vent, et s'étend sur 2 125 hectares. Il est reconnu comme le berceau de la spiritualité polynésienne et le fondement de la civilisation du peuple mā'ohi. L’Océanie compte 28 sites labellisés par l'Unesco : 19 en Australie, 1 à Fidji, 1 aux îles Marshall, 1 à Palaos, 1 au Vanuatu, 3 en Nouvelle-Zélande, 1 en Nouvelle-Calédonie, 1 à Hawai’i. En France, 38 sites sont répertoriés, dont 2 en Outre-mer (les lagons et récifs de Nouvelle-Calédonie et les Pitons, cirques et remparts de La Réunion), qui appartiennent à la catégorie des sites naturels. À ce jour, aucun site culturel d’Outre-mer n’étant encore classé, Taputapuātea est en passe d'entrer dans l'Histoire…
DS

Attention à la fraude Esta

C’est la pleine période des vacances et beaucoup d’entre vous vont devoir renouveler leur formulaire ESTA pour passer par les États-Unis. Un abonné nous a écrit la semaine dernière pour une mise en garde à une arnaque dont il venait lui-même d’être victime. Attention, ne surtout pas aller sur le site "esta.fr" http://www.esta.fr pour remplir son formulaire. À première vue, vous avez l’impression d’être sur un site officiel (drapeau américain, règles...), or vous êtes chez un intermédiaire, qui ne vous indique pas qu’il vous sera prélevé 74$, au lieu de 14$, c’est la surprise après validation de votre paiement. Le site légal : https://esta.cbp.dhs.gov/esta
LO

Déménagement : le GIE Tahiti Tourisme passe à la gare

Il faut croire que les problèmes de structure en bois de la toiture de la gare maritime sont réglés puisque le GIE Tahiti Tourisme a commencé à y déménager. Personnels et bureaux seront désormais basés à l’étage de cette immense espace qui sonnait creux depuis sa création. À l’emplacement des locaux actuels, Fare Manihini, va être construit un terminal croisière ultramoderne. Une passerelle piétonne en hauteur pour moins gêner la circulation est prévue. Un projet qu’il convient de saluer. Quant à lui, le ministère du Tourisme, des transports internationaux, en charge des relations avec les institutions, a déménagé au 4e étage de l'immeuble Uupa, rue Edouard Ahnne, à Papeete.
LO

Subvention : pauvre "Trésors de Tahiti"

Vingt-et-un millions de Fcfp, c’est donc le budget nécessaire à la participation de Trésors de Tahiti au tour de France à la voile. Douze millions du territoire et 9 attendus par l’État qui n’a pas renouvelé son engagement passé. Peut-être que du côté du haussariat on est un peu plus attentif au retour sur investissement, car penser que naviguer autour de l’Hexagone peut provoquer des départs en vacances en Polynésie française est un argument qui ne passe pas. Renseignements pris, ce budget serait bien supérieur à la moyenne de ceux des autres participants. On souhaite à l’équipage de Teva Plichart de se montrer plus convaincant sur l’eau.
LO

Pêche lagonaire : le Rahui ne passe pas au CESC

Le 13 juin dernier, en assemblée plénière, le CESC a rendu son avis sur le projet de loi de pays portant mise à jour du code de l’environnement. Concernant le Rahui, auquel nous avons consacré un sujet complet (TP n° 348), des divergences existent entre l’association de Moorea et le CESC quant à sa définition et surtout à son application. L’association, pourtant reçue par le vice-président du Pays, le ministre de la Pêche et le ministre de la Culture, reste persuadée que priorité sera donnée au nouveau plan de gestion de l’espace maritime (PGEM 2). Elle envisage donc d’organiser un rassemblement populaire avec plus de 38 associations la soutenant, ainsi que tous les partisans du Rahui sur l'île, afin de manifester publiquement en vue de se faire entendre de nos élus et des médias. Il est même question d’un référendum populaire…
LO

Pôle Santé : dernier jour pour les candidatures

C’est aujourd’hui que se clôture l’appel à projets relatif à la création d’un pôle privé unique de santé. Sauf surprise venant de l’extérieur, seuls les deux protagonistes locaux que sont les cliniques Cardella et Paofai y auront répondu dans le court délai imparti (45 jours). Ils auront cependant encore quelques semaines pour compléter leur dossier. 
LO

Très cher Gauguin

Dans le dernier numéro de Tahiti Pacifique nous regrettions, comme bien d’autres (même en Italie où l’idée d’une souscription nationale a été émise), la fin du Musée Gauguin à Papeari après 52 ans d’existence. Après une mission d’experts, le ministère du Tourisme a décidé que le site deviendrait un espace scénographique pour lequel je cite : "Un comité scientifique composé d’experts de Gauguin sera constitué au mois de juillet. Une validation des premières esquisses est prévue pour décembre 2017 et la fin des travaux est programmée pour le second semestre 2019. Un budget prévisionnel de 800 millions Fcfp sera nécessaire pour l’ensemble des études et des travaux préparatoires." Huit cent millions de Fcfp pour un espace scénographique… Que dire ?
LO

Transports collectifs, du retard à prévoir

Le système de transport collectif est-il finalement si louable qu’il n’est plus utile de le réaménager ? Une question qui peut prêter à sourire si le mal n’était pas aussi profond. Et, pourtant, le schéma directeur des transports collectifs et déplacements durables à Tahiti lancé par le gouvernement semblait bien parti quand le Conseil économique social et culturel l’approuvait en juillet 2016. Des couloirs de bus spécifiques étaient envisagés, sans oublier l’étude d’un projet de tram aérien présenté en novembre 2016 à la commission des transports de l’assemblée de Polynésie française. Depuis août 2016, le schéma directeur semble être bloqué à l’APF et aucune date n’est prévue pour son passage en séance plénière. De plus, des travaux d’aménagement (arrêts de bus, points de retournement…) et une étude sur les transports en site propre devaient être lancés rapidement. "Compte tenu de l’importance cruciale des transports dans la vie quotidienne et économique du Pays, ces lenteurs administratives sont très regrettables", nous a fait part un lecteur très au fait de la question.
LO

Hôpital : la rotonde sera rasée

Le ministre de la Santé, Jacques Raynal, l’a confirmé : la Rotonde sera rasée. On se souvient qu’en début d’année un carottage pour un aménagement du site avait révélé des défauts de construction, en raison d’une mauvaise qualité de ciment. L’instruction du dossier pour déterminer les responsabilités est toujours en cours. Aucune consolidation n’étant envisageable, le bâtiment sera donc rasé. De l’avis même du ministre, on a évité le pire, car la structure aurait pu s’écrouler alors qu’elle accueillait du public.
LO

1 ... « 5 6 7 8 9 10 11 » ... 17



2018 : sous le signe des Territoriales

Amateurs d’astrologie, plutôt que de vous plonger dans la lecture de votre signe zodiacal pour tenter d'y trouver des signes rassurants pour votre avenir, soyez plutôt à l’écoute de votre environnement social et professionnel, pour tenter d’influencer votre avenir et celui de vos proches quand, après analyse, vous serez appelés à voter le 22 avril prochain lors du premier tour des élections territoriales. Plutôt que d’essayer de vous rassurer par des écrits de liseurs d'étoiles, essayez plutôt de suivre la bonne. Certes, l’échéance est encore loin, mais mieux vaut prendre son temps en politique pour comprendre les tenants et les aboutissants de chaque élection. Il s’agira de donner la gestion du pays au groupe majoritaire à l’assemblée de Polynésie qui élira notre président.
Cette échéance est en tout cas dans les esprits de tous les hommes politiques du territoire qui ont élaboré leur stratégie depuis déjà quelques mois. Chacun est dans son rôle, la majorité souligne le redressement de l’économie, ses bonnes relations avec l’État, ne manque pas d’ouvrir les robinets d’aides et subventions, comme en atteste la lecture des derniers journaux officiels, et annonce vouloir revoir sa stratégie sociale, dont les effets tardent à être ressentis par les plus démunis ; pire, la fracture sociale ne fait que s’agrandir. L’augmentation des cotisations salariales, l’augmentation de l’abonnement téléphonique et des boîtes postales annoncée pour ce début d’année aura un impact négatif sur ceux qui connaissent des fins de mois difficiles.
Un gros trimestre pour créer de l’emploi, pour sortir quelques centaines de Polynésiens de la précarité, paraît bien court pour tenter de redorer cette mauvaise partie du bilan. L’opposition est bien sûr dans son rôle en dénonçant cette précarité, cette misère. Le Tahoeraa mise sur les vieilles recettes et les annonces pleines d’espoir que sont d’offrir un emploi, une maison et de ramener le bonheur dans les familles. Le Tavini n’innove guère plus en proposant de s’appuyer sur les forces économiques de ce pays pour s’en sortir, tout en faisant table rase de certaines pratiques politiciennes.
D’autres partis et candidats auront le temps de se faire connaître, comme vient de le faire Marcel Tuihani, actuel président de l’assemblée territoriale. Il va tenter de convaincre qu’une énième nouvelle voie est possible, surfant sur le ras-le-bol politique national.
Dans exactement 100 jours, les Polynésiens seront amenés à s’exprimer bulletin à la main pour se prononcer sur leur avenir ; notre vœu pour 2018 est qu’ils soient le plus nombreux possible à le faire.
Bonne lecture et merci de votre fidélité.

Luc Ollivier