Menu

Économie : retard des travaux des bungalows de l’ex-Méridien Tahiti

Crédit photo : Dominique Schmitt
Vous l’avez sûrement remarqué, il n’y a pas âme qui vive dans les bungalows sur pilotis du nouveau Tahiti Ia Ora Beach Resort, l’ex-hôtel Le Méridien Tahiti, depuis fort longtemps… En cause, des travaux qui n’en finissent plus et semblent même suspendus. Lorsque nous nous sommes rendus sur les lieux, l’entrée était en effet condamnée au niveau du ponton et nous n’avons pu observer qu’un seul ouvrier qui était à l’œuvre. "Cela fait plus d’un an que le chantier a commencé, peut-être même deux ans, remarque un employé. Mais les travaux devraient être achevés bientôt, dans quelques mois." Comment se fait-il que les dix logements qui doivent être tous rénovés et remeublés ne sont-ils toujours pas opérationnels ? D’ailleurs, le ponton doit être également refait entièrement sur ce superbe site qui fait face au lagon de Punaauia.
Le directeur de l’établissement, Didier Lamoot, explique : "Le groupe AccorHotels a repris la gestion de l’ex-Méridien le 15 octobre 2018. Le chef de projet, Allan Wallis, souhaite que l’hôtel soit aux normes Sofitel et que le cahier des charges soit respecté. Le propriétaire a trois ans pour tout remettre à niveau, c’est pour cela que le nom exact de l’hôtel est pour l’heure Tahiti Ia Ora Beach Resort managed by Sofitel. Les travaux sont en cours de finition, l’ouverture des bungalows flambant neufs sera effective le 1er mai 2019. Le restaurant Le Carré, lui, sera déjà en mesure d’accueillir ses clients début février."

Rénovation des hôtels Sofitel à Bora Bora

Il est tout de même surprenant de constater que cette zone prestigieuse est inaccessible sur une durée aussi longue. Tous les acteurs du tourisme sont unanimes, ces fare placés au-dessus de la mer sont les plus prisés par les visiteurs du monde entier ; sauf exception, ils affichent partout complets. Didier Lamoot argumente : "Nous ne connaissons pas l’historique exact. Il s’agit d’un investissement à long terme et si nous visons à le rentabiliser, il s’agit avant tout que le produit soit aux normes Sofitel. Nous avons en outre rencontré des défauts de communication, les cabinets d’expertise étant localisés à Bangkok (Thaïlande, ndlr) et Singapour, le designer habitant Hong Kong, etc., mais aussi des problèmes de compréhension de la défiscalisation qui ont rallongé les délais prévus"… C’est via la Société hôtelière Rivnac, acquise en 2012, que le propriétaire des lieux, Frederick Grey, exploite Le Méridien Tahiti. Des indiscrétions évoquaient un litige avec l’entreprise Multiposes, chargée de la maîtrise d’ouvrage, mais il n’en serait rien, bien au contraire.
Nous avons tenu à interroger le gérant, Mathieu Stéphane. Il assure : "Tous les paiements de M. Grey sont à jour, nous n’avons eu aucun souci sur le plan financier. Les travaux ont duré environ huit mois, puis il y a eu des ajustements supplémentaires. Aussi, un bungalow témoin a été réalisé avant de lancer les appels d’offre, qui ont ensuite pris du temps." 
L’homme d’affaires samoan, qui est également l’un des principaux investisseurs du projet de "Village tahitien", contrôle depuis août 2016 trois autres hôtels Sofitel situés en Polynésie française : Sofitel Bora Bora Motu Private Island, Sofitel Bora Bora Marara Beach Resort et Sofitel Moorea la Ora Beach Resort, au travers de la société Lupesina Tahiti Investments (groupe Grey). Mathieu Stéphane ajoute : "Le timing a été respecté comme prévu pour le Marara Beach Resort, à Bora Bora, les travaux ont démarré le 7 janvier dernier. Puis, ce sera au tour du Motu Private Island. La Polynésie a besoin d’investisseurs comme M. Grey, il nous a promis encore deux ans au moins de beaux projets à venir."
(DS)




Confiture et déconfitures…

Confiture et déconfitures…
Le landerneau polynésien a été agité ces dernières semaines. D'abord, on a appris que l'affaire JPK faisait de nouveaux remous et remontait à la surface plus de 21 ans après la disparition de Jean-Pascal Couraud, avec la garde à vue, puis la mise en examen pour "meurtre" de l'ex-compagne et de l'ami du journaliste, Miri Tatarata et Francis Stein, respectivement directrice de l'Environnement et directeur adjoint du Service de la culture et du patrimoine. L'occasion pour Tahiti Pacifique de se replonger dans ses archives et de rappeler comment la politique peut peser sur la justice (lire page 38). C'est valable encore aujourd'hui avec, comme piqûre de rappel, ce nouvel épisode dans l'affaire Te Maru Ata, où des propriétaires "irréductibles" font face depuis plus de vingt ans à l'obstination du promoteur du lotissement, Bill Ravel (lire page 16), qui a bénéficié à plusieurs reprises du soutien politique de Jean-Christophe Bouissou, ministre du Logement et de l’Aménagement du territoire, en charge des Transports interinsulaires maritimes et aériens, et porte-parole du gouvernement. Tous deux sont sous le coup d'une mise en examen pour "soupçons de corruption" aux côtés d'Emmanuel Sztejnberg-Martin, ancien responsable de la communication du haut-commissariat.
La même semaine, celle où l'on a célébré l'autonomie du Pays, une salve de condamnations et de mises en examen a ébranlé le fenua. Notre ex-président, Gaston Flosse, et notre actuel président, Édouard Fritch, ont été condamnés dans l'affaire de la citerne d'Erima : le premier a écopé de 2 ans de prison avec sursis, 10 millions de Fcfp d’amende et 3 ans d’inéligibilité ; quant au second, il lui est réclamé 5 millions de Fcfp d’amende et 46,3 millions de Fcfp de dommages et intérêts. Les deux hommes, ancien et actuel maires de Pirae, ont été accusés de "détournement de fonds publics" pour avoir fait supporter aux administrés de Pirae l’adduction en eau au domicile de Gaston Flosse, à Arue, depuis 1989. Ils ont décidé de faire appel de ces décisions. Dans la foulée, trois chefs de service locaux ont été mis en examen : deux pour meurtre (cités plus haut) et un pour proxénétisme de mineurs de moins de 15 ans (il sera jugé en comparution immédiate le 18 juillet, aux côtés de deux chefs d'entreprise et d'un pharmacien). Peu de temps auparavant, le maire de Papara et représentant à l'assemblée de la Polynésie française, Putai Taae, a été, lui aussi, condamné pour "prise illégale d'intérêts et recel d'abus de confiance" pour avoir versé des subventions à l’association Ia Ora Papara, dont il était le président d’honneur. L'affaire Haddad-Flosse, elle, a été renvoyée en septembre, pour la quatrième fois en quinze mois.
Au vu du nombre d'hommes politiques ou de responsables corrompus à Tahiti et dans les îles, on devrait lancer un concours : celui qui trempe le mieux le doigt dans la confiture ! D'ailleurs, souvent, ce n'est plus le doigt, mais le bras entier qui plonge dans le pot… Par contre, côté projets, le gouvernement collectionne les déconfitures, à l'instar du Village tahitien. Ainsi, malgré deux reports de date (le 22 mars et le 6 mai 2019), les investisseurs maoris et le Samoan Frederick Grey n'ont pas concrétisé leur offre. Le groupement Kaitiaki Tagaloa avait pourtant été déclaré lauréat le 13 avril 2018 des six lots d’hébergements touristiques de l'appel à projets sur les seize lots que constitue le projet global et avait signé le 17 août suivant le protocole d’engagement avec TNAD. Le délai ayant expiré, deux prolongations de 45 jours leur ont été accordées jusqu'à la date butoir du 30 juin dernier. Désormais, on attend le plan B de  la Vice-présidence, en charge de la supervision de ce grand projet d'investissement, qui a déjà coûté la bagatelle de 700 millions de Fcfp de frais d'études. On guette aussi des nouvelles de la ferme aquacole de Hao, dont on a fêté, le 6 mai dernier, le quatrième anniversaire de la première pierre inaugurale…

Bonne lecture, te aroha ia rahi.

Dominique Schmitt