Menu

Économie : retard des travaux des bungalows de l’ex-Méridien Tahiti

Crédit photo : Dominique Schmitt
Vous l’avez sûrement remarqué, il n’y a pas âme qui vive dans les bungalows sur pilotis du nouveau Tahiti Ia Ora Beach Resort, l’ex-hôtel Le Méridien Tahiti, depuis fort longtemps… En cause, des travaux qui n’en finissent plus et semblent même suspendus. Lorsque nous nous sommes rendus sur les lieux, l’entrée était en effet condamnée au niveau du ponton et nous n’avons pu observer qu’un seul ouvrier qui était à l’œuvre. "Cela fait plus d’un an que le chantier a commencé, peut-être même deux ans, remarque un employé. Mais les travaux devraient être achevés bientôt, dans quelques mois." Comment se fait-il que les dix logements qui doivent être tous rénovés et remeublés ne sont-ils toujours pas opérationnels ? D’ailleurs, le ponton doit être également refait entièrement sur ce superbe site qui fait face au lagon de Punaauia.
Le directeur de l’établissement, Didier Lamoot, explique : "Le groupe AccorHotels a repris la gestion de l’ex-Méridien le 15 octobre 2018. Le chef de projet, Allan Wallis, souhaite que l’hôtel soit aux normes Sofitel et que le cahier des charges soit respecté. Le propriétaire a trois ans pour tout remettre à niveau, c’est pour cela que le nom exact de l’hôtel est pour l’heure Tahiti Ia Ora Beach Resort managed by Sofitel. Les travaux sont en cours de finition, l’ouverture des bungalows flambant neufs sera effective le 1er mai 2019. Le restaurant Le Carré, lui, sera déjà en mesure d’accueillir ses clients début février."

Rénovation des hôtels Sofitel à Bora Bora

Il est tout de même surprenant de constater que cette zone prestigieuse est inaccessible sur une durée aussi longue. Tous les acteurs du tourisme sont unanimes, ces fare placés au-dessus de la mer sont les plus prisés par les visiteurs du monde entier ; sauf exception, ils affichent partout complets. Didier Lamoot argumente : "Nous ne connaissons pas l’historique exact. Il s’agit d’un investissement à long terme et si nous visons à le rentabiliser, il s’agit avant tout que le produit soit aux normes Sofitel. Nous avons en outre rencontré des défauts de communication, les cabinets d’expertise étant localisés à Bangkok (Thaïlande, ndlr) et Singapour, le designer habitant Hong Kong, etc., mais aussi des problèmes de compréhension de la défiscalisation qui ont rallongé les délais prévus"… C’est via la Société hôtelière Rivnac, acquise en 2012, que le propriétaire des lieux, Frederick Grey, exploite Le Méridien Tahiti. Des indiscrétions évoquaient un litige avec l’entreprise Multiposes, chargée de la maîtrise d’ouvrage, mais il n’en serait rien, bien au contraire.
Nous avons tenu à interroger le gérant, Mathieu Stéphane. Il assure : "Tous les paiements de M. Grey sont à jour, nous n’avons eu aucun souci sur le plan financier. Les travaux ont duré environ huit mois, puis il y a eu des ajustements supplémentaires. Aussi, un bungalow témoin a été réalisé avant de lancer les appels d’offre, qui ont ensuite pris du temps." 
L’homme d’affaires samoan, qui est également l’un des principaux investisseurs du projet de "Village tahitien", contrôle depuis août 2016 trois autres hôtels Sofitel situés en Polynésie française : Sofitel Bora Bora Motu Private Island, Sofitel Bora Bora Marara Beach Resort et Sofitel Moorea la Ora Beach Resort, au travers de la société Lupesina Tahiti Investments (groupe Grey). Mathieu Stéphane ajoute : "Le timing a été respecté comme prévu pour le Marara Beach Resort, à Bora Bora, les travaux ont démarré le 7 janvier dernier. Puis, ce sera au tour du Motu Private Island. La Polynésie a besoin d’investisseurs comme M. Grey, il nous a promis encore deux ans au moins de beaux projets à venir."
(DS)




De l’art de se compliquer la vie

De l’art de se compliquer la vie
L’art de se créer des problèmes quand les champs politique et économique sont dégagés est-il l’apanage de nos élus ? Certainement pas, mais quand même. Il faut leur reconnaître une propension à se crêper le chignon à la moindre occasion, à la moindre contrariété, un peu comme des enfants gâtés. Et l’actualité de ces derniers jours ne viendra pas démentir nos écrits. Les chiffres de l’économie tombent et chaque trimestre apporte un peu plus de crédit à la reprise. Pour les plus sceptiques, pas de "Moody’s Blues", car l’agence internationale y va de son "A3 avec perspective positive", une note que n’a jamais atteinte le Pays. Il a commencé à redistribuer, majoritairement envers les communes, pas moins de 5 milliards de Fcfp. Tout va donc pour le mieux en Polynésie française ? Eh bien, non ! Une crise chasse l’autre, et la politique remplace l’économique.

Dire que des tensions ont vu le jour au sein du Tapura est un doux euphémisme. Et si la maison ne brûle pas encore, Édouard Fritch va devoir jouer les pompiers de service. Des flammèches sont apparues, tout d’abord avec les parlementaires polynésiens à Paris. Ils ont peu goûté – et l’ont fait savoir – de n’avoir pas été consultés lors du soutien du Tapura à La République en Marche (LRM) pour les élections européennes de mai. On imagine leurs explications embarrassées sur les bancs de l’Assemblée ou du Sénat avec leurs pairs centristes. Comme un retour de flamme, l’initiative de la députée Maina Sage : elle a obtenu de l’Assemblée nationale un changement du texte initial sur la reconnaissance du fait nucléaire par l’État, modifiant le terme "contribution" par celui de "mise à contribution". "Le débat nucléaire devrait nous rassembler, il ne devrait pas y avoir de débat sémantique", a déclaré en retour le président Fritch, qui assure avoir laissé faire sa députée…
Outre les parlementaires, c’est ici même, à l’assemblée de la Polynésie française (APF), que le ton est monté au sein des représentants de la majorité pour se mettre d’accord sur la composition des commissions et, notamment, pour choisir leurs différents présidents.
 À tel point que le bruit de la création d’un nouveau groupe politique à l’APF a couru dans les couloirs. Des élus se sont émus des méthodes de management d’Édouard Fritch. Faut-il voir l’intégration d’Angelo Frebault, représentant banni du Tahoera’a, comme une réponse à ces mouvements d’humeur ? Toujours est-il qu’avec maintenant 40 représentants sur 57, le Tapura est en capacité de faire face à quelques grognements, voire à des menaces. 
Quant à l’opposition, elle se gausse. Mais est-elle également à la hauteur de ce que les citoyens attendent de leurs politiques ? Le député Tavini Moetai Brotherson partageait sur un réseau social : "Voilà donc le Tapura qui siège à l’UDI, après avoir soutenu Juppé et Fillon (Les Républicains), mais qui soutient aujourd’hui LRM aux Européennes... Mais dont un membre éminent est accessoirement secrétaire territorial des "Républicains"..." Son parti, après s’être rapproché en d’autres occasions du Parti socialiste, fait aujourd’hui cavalier seul et va même plus loin : il organise son propre scrutin, en appelant la population à déposer des bulletins faits maison "Maohi Nui" dans les urnes des élections européennes ! Quant au Tahoera'a, plutôt discret, il la joue retour au bercail, avec une demande de soutien à la liste des Républicains, après avoir soutenu, il y a deux ans, la candidate Marine Le Pen ! 
J’allais oublier, cerise sur le gâteau, l’arrivée de "The Polynesian Kingdom of Atooi", un gouvernement autoproclamé avec, à sa tête, le roi Ali’i Nui Aleka Aipoalani, qui vit à Hawaii. Les Pakumotu ne sont donc plus seuls !

Les années passent et on a l’impression de vivre toujours la même histoire, sur le fenua. Pathétique ou comique, c’est selon…

Bonne lecture et merci pour votre fidélité.

Luc Ollivier