Menu

Moorea : la chasse aux cochons sauvages ouverte pour réguler leur nombre

Crédit photo : DR
Si 2019 est l’année du Cochon selon l’horoscope chinois (du 5 février 2019 au 24 janvier 2020), Moorea ne sera pas leur meilleur refuge… En effet, la Direction de l’agriculture (DAG) de l’île Sœur y a autorisé la chasse aux cochons sauvages à trois associations, celle des chasseurs de Paopao no Moorea présidée par Jean-Pierre Tetuanui, A fa’a Nui no Moorea dirigée par Aldo Huaa et Te mau peho no Eimeho de William Faruia-Perry, mais uniquement dans la vallée d’Opunohu, sur certaines zones. L’objectif est en réalité de réguler la population de sangliers dans ce domaine de l’île. Lancée le 4 janvier dernier, l’ouverture de la chasse devrait durer jusqu’au 31 mars 2019. Les règles suivantes devront obligatoirement être respectées :
- Le chasseur devra porter le gilet de sécurité fluorescent ;
- Le chasseur devra avoir sur lui son permis de port d’arme ;
- Les fusils autorisés sont de calibre 30 (30/30) et de calibre 12 à balle ou à chevrotine. Ils doivent impérativement être cadenassés dans les voitures et déchargés sur le terrain ;
- Le chasseur devra avoir sur lui sa carte de membre de l’association de chasseurs ;
- Le chasseur devra respecter les dates d’ouverture de chasse, à savoir du 04/01 au 31/03, du vendredi 18 heures au lundi matin 6 heures ;
- L’association devra déclarer le nombre, le sexe et le poids des prises abattues par ses membres auprès de la DAG à chaque fin de mois et en tout état de cause avant le 15 avril 2019.
Le non-respect de toutes ces consignes obligera à rompre cette autorisation de chasse exceptionnelle qui est accordée par la DAG. Attention : la chasse à l’aide de chien par battue et à l’aide de piège est interdite.
(DS)




De l’art de se compliquer la vie

De l’art de se compliquer la vie
L’art de se créer des problèmes quand les champs politique et économique sont dégagés est-il l’apanage de nos élus ? Certainement pas, mais quand même. Il faut leur reconnaître une propension à se crêper le chignon à la moindre occasion, à la moindre contrariété, un peu comme des enfants gâtés. Et l’actualité de ces derniers jours ne viendra pas démentir nos écrits. Les chiffres de l’économie tombent et chaque trimestre apporte un peu plus de crédit à la reprise. Pour les plus sceptiques, pas de "Moody’s Blues", car l’agence internationale y va de son "A3 avec perspective positive", une note que n’a jamais atteinte le Pays. Il a commencé à redistribuer, majoritairement envers les communes, pas moins de 5 milliards de Fcfp. Tout va donc pour le mieux en Polynésie française ? Eh bien, non ! Une crise chasse l’autre, et la politique remplace l’économique.

Dire que des tensions ont vu le jour au sein du Tapura est un doux euphémisme. Et si la maison ne brûle pas encore, Édouard Fritch va devoir jouer les pompiers de service. Des flammèches sont apparues, tout d’abord avec les parlementaires polynésiens à Paris. Ils ont peu goûté – et l’ont fait savoir – de n’avoir pas été consultés lors du soutien du Tapura à La République en Marche (LRM) pour les élections européennes de mai. On imagine leurs explications embarrassées sur les bancs de l’Assemblée ou du Sénat avec leurs pairs centristes. Comme un retour de flamme, l’initiative de la députée Maina Sage : elle a obtenu de l’Assemblée nationale un changement du texte initial sur la reconnaissance du fait nucléaire par l’État, modifiant le terme "contribution" par celui de "mise à contribution". "Le débat nucléaire devrait nous rassembler, il ne devrait pas y avoir de débat sémantique", a déclaré en retour le président Fritch, qui assure avoir laissé faire sa députée…
Outre les parlementaires, c’est ici même, à l’assemblée de la Polynésie française (APF), que le ton est monté au sein des représentants de la majorité pour se mettre d’accord sur la composition des commissions et, notamment, pour choisir leurs différents présidents.
 À tel point que le bruit de la création d’un nouveau groupe politique à l’APF a couru dans les couloirs. Des élus se sont émus des méthodes de management d’Édouard Fritch. Faut-il voir l’intégration d’Angelo Frebault, représentant banni du Tahoera’a, comme une réponse à ces mouvements d’humeur ? Toujours est-il qu’avec maintenant 40 représentants sur 57, le Tapura est en capacité de faire face à quelques grognements, voire à des menaces. 
Quant à l’opposition, elle se gausse. Mais est-elle également à la hauteur de ce que les citoyens attendent de leurs politiques ? Le député Tavini Moetai Brotherson partageait sur un réseau social : "Voilà donc le Tapura qui siège à l’UDI, après avoir soutenu Juppé et Fillon (Les Républicains), mais qui soutient aujourd’hui LRM aux Européennes... Mais dont un membre éminent est accessoirement secrétaire territorial des "Républicains"..." Son parti, après s’être rapproché en d’autres occasions du Parti socialiste, fait aujourd’hui cavalier seul et va même plus loin : il organise son propre scrutin, en appelant la population à déposer des bulletins faits maison "Maohi Nui" dans les urnes des élections européennes ! Quant au Tahoera'a, plutôt discret, il la joue retour au bercail, avec une demande de soutien à la liste des Républicains, après avoir soutenu, il y a deux ans, la candidate Marine Le Pen ! 
J’allais oublier, cerise sur le gâteau, l’arrivée de "The Polynesian Kingdom of Atooi", un gouvernement autoproclamé avec, à sa tête, le roi Ali’i Nui Aleka Aipoalani, qui vit à Hawaii. Les Pakumotu ne sont donc plus seuls !

Les années passent et on a l’impression de vivre toujours la même histoire, sur le fenua. Pathétique ou comique, c’est selon…

Bonne lecture et merci pour votre fidélité.

Luc Ollivier