Menu

Environnement : le casse-tête de ces épaves qui menacent le littoral


Vendredi 11 Août 2017 - écrit par Les Nouvelles Calédoniennes




Sur les 27 000 bateaux considérés comme "actifs" dans les registres des Affaire maritimes, 6 300 auront atteint "la fin de vie" d’ici 15 ans. Crédit photo : Les Nouvelles Calédoniennes/Thierry Perron
Sur les 27 000 bateaux considérés comme "actifs" dans les registres des Affaire maritimes, 6 300 auront atteint "la fin de vie" d’ici 15 ans. Crédit photo : Les Nouvelles Calédoniennes/Thierry Perron
Conséquence du premier boom de la plaisance intervenu au début des années 70, près de 20 000 navires devraient arriver "en fin de vie" d’ici 2055 à défaut d’une filière de valorisation.
Décrépites, éventrées, ou juste vieillissantes : les épaves sont de plus en plus nombreuses à croupir au mouillage, à quai, ou dans les marinas. Et ça commence à se voir. Une piètre image pour notre littoral, un danger pour la navigation, et une bombe à retardement pour l’environnement. Selon une étude de l’antenne locale de l’Agence française pour la biodiversité (AFB) sur l’éco-navigation, des 27 000 navires immatriculés aux Affaires maritimes, on estime que 6 300 unités arriveront en fin de vie dans les quinze prochaines années. Et si rien n’est fait d’ici 2055, elles seront environ 20 000. Mais le nombre réel de bateaux en service est "très probablement inférieur" ajoute avec précaution l’AFB. En effet, sont considérés comme "actifs", les bateaux qui n’ont pas été déclarés comme sortis de la flotte des Affaires maritimes. Or, les plaisanciers n’ayant aucune obligation réglementaire ou fiscale à cet égard, difficile de localiser leur bien et d’affiner le chiffrage. Difficile également de retrouver certains propriétaires peu scrupuleux, dès lors qu’ils ont pris le soin de retirer l’immatriculation du navire, et de gommer le nom.

Un futur tsunami d’épaves

"Ça ne coûte rien d’abandonner son navire", glisse Lluis Bernabé, président du Cluster maritime de Nouvelle-Calédonie (CMNC). Tandis que le déconstruire… "Il n’y a rien aujourd’hui qui oblige le propriétaire à recycler son bien", souligne Jean-Marie Lafond, directeur de la Denv (Direction de l’environnement de la province Sud). Selon l’AFB, seuls trois à quatre plaisanciers, en moyenne par an, font appel à la société de collecte et de traitement de déchets, EMC, pour une démolition. Les autorités le savent. Face à ce futur tsunami d’unités hors d’usage, la mise en place d’une filière de valorisation se fait plus pressante que jamais. Et c’est là que ça se corse. "Toute la question est de savoir qui va passer à la caisse, ironise Lluis Bernabé. Quoi qu’il arrive, il y aura un coût." "On est vraiment juste dans la phase de réflexion, insiste Jean-Marie Lafond. Mais il faudra trouver une piste de financement par la revente des matériaux ou par une éco-participation (sur le principe du pollueur-payeur, NDLR)." Liquides toxiques, polyester, plastiques, acier ou aluminium : loin d’être tous valorisables, les déchets sont également soumis au cours des matières premières sur le marché mondial. La fébrilité des filières de traitement des déchets déjà en place doit servir de leçon.

Pétardage des navires

Aucune piste n’est privilégiée à ce stade de la réflexion. Un ensemble de mesures semble plus probable. "Tout est une question d’équilibre", commente Lluis Bernabé. Un chantier de démolition navale ? Coûteux, et forcément aussi polluant. Le pétardage des navires pour en faire des récifs artificiels ? Face à une certaine saturation des sites de plongées, les clubs et les touristes ne s’en plaindraient pas. "Mais on ne pourra pas tous les couler", prévient le président du Cluster maritime. D’autant que, selon la taille du navire, la dépollution est elle aussi coûteuse. Et que d’après les statistiques de la Chambre de métiers et de l’artisanat (CMA), "aucune des 188 sociétés du secteur de la construction, et de la réparation navale, n’est spécialisée dans la déconstruction de navires."
Une étude de faisabilité pour la mise en place d’une filière devrait bientôt démarrer avec le soutien de l’Ademe. "On a tendance à dire que c’est aux pouvoirs publics de régler la facture, mais ce n’est pas à la collectivité tout entière de payer pour quelques particuliers", assène Lluis Bernabé. Faire accepter le fait que le bateau devienne un déchet, et qu’il soit traité en conséquence : la sensibilisation des plaisanciers, et du public de manière générale, s’impose au rang des premières étapes.
Sources : Les Nouvelles Calédoniennes


Dans la même rubrique
< >

Vendredi 17 Novembre 2017 - 23:05 Australie : un Koala retrouvé les oreilles coupées

Dossiers | L'Actu | Culture | Edito | Abonnement | Numéros | Archives | Pacifique | Grandes plumes | La chronique d'Alex Du Prel




La faute aux territoriales

Que ne ferait-on pas au nom des élections territoriales ? La vie et parfois la survie des hommes politiques dépendent de ces élections plus que de n’importe quelles autres. L’actualité récente est venue rappeler toutes les magouilles, arrangements, et autres mensonges qu’elles peuvent drainer.
Ainsi, l’affaire incriminant le groupe OPT cité à comparaître pour tromperie en raison du débit Internet dans les archipels qui ne correspondait pas à l’offre. L’audience a été renvoyée au 28 août 2018 à la demande des avocats de la défense, soit après le rendez-vous électoral. Déjà, fin 2012, au moment du lancement de cette offre commerciale pour laquelle l’OPT et Mana (aujourd’hui Vini) connaissaient les limites techniques, le rendez-vous des territoriales de 2013 était plus que sous-jacent, comme Tahiti Pacifique (10 juin 2016) le révélait au travers des propos tenus par un cadre de l’OPT : "Les considérations derrière ce choix étaient plus politiques qu’économiques."
À quelques mois de la grand-messe politique locale, le Pays se crispe sur le rendez-vous du mois d’avril. Olivier Kressmann, président du Medef, le déclarait dans nos colonnes en septembre dernier : "Nous sentons un ralentissement dû aux prochaines élections, preuve que la politique est un frein et en l’occurrence à un moment où il ne le faut surtout pas."
Une crispation pas seulement économique, en dépit des annonces et des forums de tous ordres qui se suivent, une façon de dire : on s’occupe de vous. La réforme de la PSG2 peut-elle souffrir encore plus longtemps d’annonces restructurantes ? Seul le gouvernement semble le croire, lui qui procède actuellement par petites touches pour ne pas se heurter à une levée de boucliers. Ces élections, rendez-vous entre autonomistes et indépendantistes, vont nous livrer une campagne particulièrement dure où l’on risque de vivre des tensions comme jamais auparavant. L’intervention du conseiller indépendantiste Tony Géros à l’assemblée territoriale la semaine dernière nous en donne un avant-goût. Sa question à la ministre du Tourisme, Nicole Bouteau, concernant les mesures à prendre au sujet des "backpackers" de métropole et d’Europe susceptibles de rester sur le territoire après avoir voyagé avec la compagnie low-cost ou smart-cost (c’est selon) French blue, a pris des relents xénophobes auxquels la ministre a répondu avec beaucoup d’à-propos. Il fallait le souligner !
À quand le prochain coup bas ?
Bonne lecture et merci de votre fidélité.

Luc Ollivier