Menu

Immigration : l’Australie propose de déplacer les réfugiés de Papouasie à Nauru


Vendredi 20 Octobre 2017 - écrit par Agence France-Presse




L'Australie propose aux réfugiés détenus dans un camp de Paouasie-Nouvelle-Guinée, voué à la fermeture d'ici la fin du mois, de les relocaliser à Nauru, dans un autre centre de rétention controversé géré par Canberra.
Canberra mène une politique extrêmement dure vis-à-vis des migrants qui tentent de gagner ses côtes, en les reléguant dans des camps sur Manus, en Papouasie, ou dans le micro-État insulaire de Nauru.
Au final, l'Australie n'accepte aucun de ces réfugiés sur son sol, tentant de renvoyer dans des pays tiers comme le Cambodge ceux d'entre eux qui remplissent les critères du droit d'asile.
Les conditions de vie à Manus et Nauru sont dénoncées par de nombreuses organisations de défense des droits de l'Homme et des médecins qui citent les graves problèmes psychologiques des détenus, les tentatives d'automutilation et de suicide.
La justice de Papouasie-Nouvelle-Guinée avait jugé l'an dernier anticonstitutionnelle la détention de réfugiés à Manus. Canberra est censé fermer le camp d'ici la fin du mois.
"Le gouvernement de Nauru a accepté de recevoir des réfugiés (de Papouasie) sur Nauru dans l'attente de leur relocalisation dans un pays tiers", a déclaré un porte-parole du ministre australien de l'Immigration Peter Dutton. "Cette relocalisation se fait sur la base du volontariat. Personne ne sera forcé à aller à Nauru".
Les détenus ont jusqu'au 23 octobre pour faire connaître leurs souhaits.
Près de 800 hommes sont retenus à Manus, et 371 hommes, femmes et enfants sont détenus à Nauru, selon des chiffres de l'administration australienne datant du 31 juillet.
Canberra justifie sa politique au nom de la lutte contre les gangs de passeurs et de la nécessité de dissuader les migrants – dont bon nombre viennent d'Iran, d'Irak, de Somalie ou d'Afghanistan – de tenter la périlleuse traversée vers l'Australie.

Source : Agence France-Presse


Dans la même rubrique
< >

Vendredi 17 Novembre 2017 - 23:05 Australie : un Koala retrouvé les oreilles coupées

Dossiers | L'Actu | Culture | Edito | Abonnement | Numéros | Archives | Pacifique | Grandes plumes | La chronique d'Alex Du Prel




La faute aux territoriales

Que ne ferait-on pas au nom des élections territoriales ? La vie et parfois la survie des hommes politiques dépendent de ces élections plus que de n’importe quelles autres. L’actualité récente est venue rappeler toutes les magouilles, arrangements, et autres mensonges qu’elles peuvent drainer.
Ainsi, l’affaire incriminant le groupe OPT cité à comparaître pour tromperie en raison du débit Internet dans les archipels qui ne correspondait pas à l’offre. L’audience a été renvoyée au 28 août 2018 à la demande des avocats de la défense, soit après le rendez-vous électoral. Déjà, fin 2012, au moment du lancement de cette offre commerciale pour laquelle l’OPT et Mana (aujourd’hui Vini) connaissaient les limites techniques, le rendez-vous des territoriales de 2013 était plus que sous-jacent, comme Tahiti Pacifique (10 juin 2016) le révélait au travers des propos tenus par un cadre de l’OPT : "Les considérations derrière ce choix étaient plus politiques qu’économiques."
À quelques mois de la grand-messe politique locale, le Pays se crispe sur le rendez-vous du mois d’avril. Olivier Kressmann, président du Medef, le déclarait dans nos colonnes en septembre dernier : "Nous sentons un ralentissement dû aux prochaines élections, preuve que la politique est un frein et en l’occurrence à un moment où il ne le faut surtout pas."
Une crispation pas seulement économique, en dépit des annonces et des forums de tous ordres qui se suivent, une façon de dire : on s’occupe de vous. La réforme de la PSG2 peut-elle souffrir encore plus longtemps d’annonces restructurantes ? Seul le gouvernement semble le croire, lui qui procède actuellement par petites touches pour ne pas se heurter à une levée de boucliers. Ces élections, rendez-vous entre autonomistes et indépendantistes, vont nous livrer une campagne particulièrement dure où l’on risque de vivre des tensions comme jamais auparavant. L’intervention du conseiller indépendantiste Tony Géros à l’assemblée territoriale la semaine dernière nous en donne un avant-goût. Sa question à la ministre du Tourisme, Nicole Bouteau, concernant les mesures à prendre au sujet des "backpackers" de métropole et d’Europe susceptibles de rester sur le territoire après avoir voyagé avec la compagnie low-cost ou smart-cost (c’est selon) French blue, a pris des relents xénophobes auxquels la ministre a répondu avec beaucoup d’à-propos. Il fallait le souligner !
À quand le prochain coup bas ?
Bonne lecture et merci de votre fidélité.

Luc Ollivier