Menu


"Like" Lana Tetuanui



Et aux autres parlementaires polynésiens qui l’ont soutenue pour réussir lundi dernier à faire adopter, par la commission mixte paritaire du Parlement, l’amendement déposé par la sénatrice Lana Tetuanui au projet de loi sur l’Égalité réelle Outre-mer. Cet amendement, adopté à l’unanimité, modifiait la loi Morin en supprimant la notion de risque négligeable pour l’indemnisation des victimes. C’en est fini des 0,3% qui bloquaient bien des dossiers et empoisonnaient les relations avec Paris. En l’espace de quinze jours, la situation s’était donc inversée ; et à l’aigreur de la décision subite du Sénat d’adopter une modification, que le Pays et les associations voulaient modifier en supprimant cette notion de risque négligeable, c’est un sentiment de soulagement qui succédait. Hier, les députés ont adopté cette réforme même si par un amendement, une commission sera chargée, un an après la promulgation de la loi, de faire des recommandations pour veiller à ce que l'indemnisation soit réservée
aux personnes à la maladie causée par les essais.
Cela ne remet nullement en cause le travail de nos parlementaires et c’est pour cela que cette semaine on va "liker" Lana. Un petit pouce bleu levé vers le haut après lequel tant d’internautes courent. Je l’ai lu cette semaine, une personne sur dix n'hésite pas à déformer la réalité sur les réseaux sociaux, a révélé une étude de Kaspersky Lab. Je vous livre les chiffres et le constat qu’en a dressé la journaliste Claire Jenik : "Pour attirer l'attention et recueillir un grand nombre de "likes", 32% des utilisateurs masculins révèleraient quelque chose de drôle sur un(e) ami(e) - cette proportion n'atteint que 21% chez les femmes.
De manière générale, les hommes sont plus enclins que les femmes à divulguer des informations personnelles afin de récolter un maximum de
"likes" et satisfaire leur amour-propre. Ainsi, près d'un homme sur dix (9%) serait prêt à publier une photo de lui-même dénudé contre seulement 5% des femmes."
Et vous ? Que seriez-vous prêt à faire, à dire, à écrire, à montrer pour gagner quelques "likes" comme on distribuait des bons points à l’école il y a déjà quelques années ? Être connu et reconnu sur la Toile, recueillir des avis qui n’en sont pas, puisqu’on ne fait qu’opter entre un pouce levé et un pouce baissé, est devenu un but dans la vie, quitte à mentir, tricher, faire du mal autour de soi ? Internet est un très bel outil, la communication est indispensable, les débats sont nécessaires et si vous voulez être un vrai acteur dans ce domaine, n’oubliez pas qu’il y a toujours la possibilité de mettre un commentaire plutôt qu’un émoticon. Tout n’est pas blanc ou noir !
Mon choix est fait, je "dislike" les "likes".

Bonne lecture et merci pour votre fidélité

Vendredi 10 Février 2017 - écrit par Luc Ollivier


Continuez la lecture
< >

Vendredi 2 Juin 2017 - 21:43 Le feu à l’école ?

Vendredi 19 Mai 2017 - 21:43 À quand le renouveau ?


Luc Ollivier

Dossiers | L'Actu | Culture | Edito | Abonnement | Numéros | Archives | Pacifique | Grandes plumes | La chronique d'Alex Du Prel




Le feu à l’école ?

Alors que l’actualité du moment se focalise sur les élections législatives du 3 et du 17 juin, nous recevons coup sur coup des courriers de lecteurs traitant de problèmes relatifs à l’Éducation nationale. Ce ministère, qui regroupe le plus grand nombre de fonctionnaires d’État ou territoriaux (tous rémunérés par l’État), est dans le collimateur de parents d’élèves qui se battent pour que leur enfant ait droit à une scolarité normale. Un première lettre, anonyme, nous informe qu’un professeur de cuisine, fonctionnaire d’État, atteint par la limite d’âge, a réussi à obtenir du ministère de l’Éducation de rester enseigner sur le territoire via le Centre des intérêts moraux et matériels (CIMM). Rien à redire si ce n'est qu'entre-temps, le professeur qui devait lui succéder se retrouve sans heures de restauration et par conséquent est improvisé professeur de : lingerie, repassage, lavage, couture… au détriment d’une jeune Polynésienne.
Pas étonnant que ce dernier, en manque de compétence et de considération, ne se soit pas impliqué dans les cours à dispenser. Résultat : de nombreuses absences.
Des absences que des parents d’élèves ne supportent plus, notamment au Collège de Punaauia, et les championnats du monde scolaire de beach volley qui monopolisent des professeurs n’expliquent pas tout. La fin de l’année approche, mais les cours ne sont pas pour autant terminés. Des enfants n'ont que trois ou quatre heures de cours par jour, obligeant les parents à d’incessants allers-retours entre travail et collège. Une mère nous écrit : "De mon côté, mon fils n’a plus de profs de maths depuis la dernière rentrée scolaire. On nous dit que le ministère n’a pas de budget pour payer un remplaçant ! Et c’est un cas parmi d’autres... ! ! Mon fils a eu trois heures d’études hier... il est allé au collège pour deux heures de cours. Aujourd’hui, il commençait à 8 heures et terminait à 11 heures... Et ça dure depuis des semaines ! ! Les taties du collège ne savent plus où mettre les élèves qui traînent dans la cour pour raison d’absentéisme des profs. J’ai discuté avec elles : elles n’en peuvent plus ! Le CDI est saturé, les salles d’études aussi."
Trouver des professeurs remplaçants est un vrai casse-tête, car ceux-ci ne sont payés que durant les journées d’enseignement, pas sur un trimestre ou encore moins un semestre, vacances comprises, pour des raisons budgétaires. Comment aussi reprendre des cours sans savoir où le professeur précédent en était ? Les remplaçants ne bénéficient d’aucun accompagnement hiérarchique. Que dire aussi des élèves qui eux aussi ont déserté les cours. Certaines classes ne comptent qu’une poignée d’élèves. L’absentéisme prévaut des deux côtés de la classe.
Le malaise est profond et, contrairement à d’autres professions, il n’y a pas possibilité de réquisitionner... Pourtant, il commence à y avoir le feu à notre école !

Luc Ollivier