Menu


Crise sociale : des milliers de fare tournent au “café-pain beurre” !



Crédit photo : Suliane Favennec
Crédit photo : Suliane Favennec
La crise sanitaire liée au coronavirus a mis le Pays K.-O. debout pendant plus de deux mois. On a beaucoup parlé de la grave crise économique qui frappe le fenua, mais qu’en est-il de la crise sociale engendrée par cet arrêt forcé des différents secteurs d’activités ? Tahiti Pacifique est parti à la rencontre des familles et des travailleurs qui souffrent aujourd’hui en silence (lire notre reportage, pages 16 à 22). Ici, une mère de famille doit finir le mois avec 1 000 Fcfp ; là, une autre ne peut offrir trois repas par jour à ses enfants. Des milliers de foyers tournent au “café-pain beurre” ou “café-Sao”. En seulement un trimestre, la Direction des solidarités, de la famille et de l’égalité (DFSE) a attribué l’équivalent d’une année d’aides exceptionnelles. Autant dire que le budget a explosé et que les caisses sont presque vides ! Au moins un demi-milliard de Fcfp a été ainsi engagé pour venir en aide aux personnes en difficulté. Le PC crise social a reçu plus de 4 000 appels, provenant essentiellement de Tahiti. En outre, si le Pays a attribué des aides alimentaires, quelques associations, comme la Croix-Rouge, ont apporté également leur soutien : environ 2 000 colis ont été distribués sur Tahiti, au rythme effréné de 20 foyers par semaine.

Les zones urbaines restent les plus impactées, bien qu’à la Presqu’île, l’interdiction de se déplacer ait aggravé la situation. “Beaucoup de familles vivent de la pêche et de l’agriculture, mais, avec le confinement, ce n’était plus possible. Elles ont surtout demandé des aides alimentaires”, explique Alexandre Vanaa, présidente de l’association Utuafare Mataeina. Chacun essaie de s’en sortir en s’adaptant à la situation, “c’est de la survie au jour le jour”, nous lâche, par exemple, un entrepreneur dont le chiffre d’affaires a été réduit à néant… Du coup, face à cette crise inévitable, les profils des demandeurs d’aides sociales évoluent de manière inquiétante : ce ne sont plus seulement ceux qui sont sous le régime de solidarité qui déposent un dossier ; les patentés, au régime non
salarié, ont rejoint les rangs des personnes en détresse, ainsi que certains salariés, qui ont perdu leur emploi du jour au lendemain, notamment dans le secteur touristique. Et puis, bien sûr, il y a les centaines de SDF dont certains ont eu la “chance” d’être confinés à l’abri, dans un premier temps, avant d’être remis lâchement à la rue, “sans tambour ni trompette” comme l’a fait remarquer à juste titre Père Christophe.

D’ailleurs, le prêtre résident et vicaire coopérateur de la cathédrale de Papeete a publié en début de mois le bilan des actions menées par l’Accueil Te Vai-ete – Truck de la Miséricorde du 20 mars au 17 mai 2020. Ce dernier, qui a reçu 71 dons pécuniaires pour un montant d’environ 2,2 millions de Fcfp, regrette encore une fois “l’absence de lien avec les autorités du Pays”. Et Père Christophe de déplorer : “Si le gouvernement et la commune ont régulièrement visité les centres de confinement qu’ils avaient mis en place… jamais ils ne sont venus à la rencontre des sans-abris non confinés, laissant ainsi l’amer sentiment qu’il y a deux catégories de sans-abris. Notons une exception, Mme Isabelle Sachet, ministre de la Solidarité, à l’issue du confinement, a fait la démarche de nous contacter pour un partage de nos expériences.” Saluons chaleureusement la persévérance et la bienveillance de toutes ces petites mains qui œuvrent pour les quelque 300 sans-abri qui vivent dans le Grand Papeete ! Désormais, le Pays doit apporter tous les moyens humains, matériels et financiers nécessaires pour se relever et rebondir. En cette période de post-confinement, n’oublions pas qu’il faut toujours se serrer les coudes, et même plus que jamais.

Ensemble, faisons bouger les lignes !

Bonne lecture, te aroha ia rahi.

Dominique Schmitt

Vendredi 12 Juin 2020 - écrit par Dominique SCHMITT


Continuez la lecture
< >

Vendredi 2 Juillet 2021 - 08:42 Comment sera accueilli Emmanuel Macron au fenua ?

Vendredi 18 Juin 2021 - 08:17 Bataille de matahiapo dans le bac à sable


Dominique SCHMITT

Dossiers | L'Actu | Culture | Edito | Abonnement | Numéros | Archives | Pacifique | Grandes plumes | La chronique d'Alex Du Prel






Comment sera accueilli Emmanuel Macron au fenua ?

Après avoir reçu une gifle par un jeune habitant de la Drôme au cri d’un slogan royaliste “Montjoie ! Saint-Denis !” et “À bas la Macronie”, comment sera accueilli Emmanuel Macron au fenua ? Que lui réservent les Polynésiens lors de sa venue probable du 25 au 28 juillet : un collier de fleurs ou le balai nī’au ? Toutes les associations de défense des victimes des essais nucléaires (hormis l’association Tamarii Moruroa), ainsi que l’Église protestante mā’ohi ont refusé de participer à la Table ronde organisée les 1er et 2 juillet, à Paris. En outre, des manifestations d’envergure sont prévues à Tahiti, les 2 et 17 juillet, respectivement aux dates anniversaires des tirs atomiques en 1966 et 1974. Le récent passage de “Sébaston”, ministre des “colonies françaises” (euh… des Outre-mer), censé préparer le terrain pour le Président, n’aura pas vraiment réussi à calmer les esprits. Aussi, il se murmure dans les couloirs de Radio cocotier que “Manu 1er” aurait demandé à notre champion Henri Burns de l’initier à la boxe…

À l’heure où nous mettions sous presse, nous ne connaissions pas encore les conclusions de cette Table ronde de “haut niveau”. Nous espérons tous que les discussions ne tourneront pas en rond et que la délégation polynésienne emmenée par “Doudou” saura aller droit au but. Éprise de “vérité et justice”, Moruroa e tatou a regretté que la proposition de loi du député Moetai Brotherson “Prise en charge et réparation des conséquences des essais nucléaires français” ait été rejetée, lors de son examen à l’Assemblée par la majorité présidentielle. “Vous vous rendez compte, seuls 80 députés présents sur 577 que compte l’Assemblée nationale ont voté. C’est une insulte à ce pays. C’est une insulte à ce peuple qui a souffert, à ceux qui nous ont précédés et à ceux qui vont nous succéder”, a considéré Hirohiti Tefaarere, le président de l’association. Tout cela n’est pas de très bon augure, mais rien n’est encore fait, et le séjour du chef de l’État pourrait réserver son lot de surprises et d’annonces.

Macron sera le sixième président de la République française en visite en Polynésie (voir notre rétrospective pages 16 à 27). Lorsque François Hollande était venu en 2016, notre rédaction l’avait interpellé sur notre titre de couverture : “Elles sont où vos promesses, M. Hollande ?”. S’il avait fait part de sa “reconnaissance” et s’était engagé à des “réparations”, force est de constater que très peu de Polynésiens ont obtenu des indemnisations. Aujourd’hui, c’est un grand Pardon de Peretiteni qu’attend la population et, bien sûr, des actes concrets plutôt que des paroles en l’air. Si l’illustre poète polynésien Henri Hiro était encore parmi nous, il n’aurait pas manqué de l’interpeller avec ces mots : “Si tu étais venu chez nous, nous t’aurions accueilli à bras ouverts. Mais tu es venu ici chez toi, et on ne sait comment t’accueillir chez toi”… Alors, “Manu 1er” saura-t-il redescendre de son trône et écouter les Polynésiens pour mieux les comprendre, et enfin les entendre ? Nous l’espérons tous de tout cœur. En attendant, Tahiti Pacifique profite du mois de juillet pour faire sa trêve annuelle : rendez-vous donc en août !

Dominique SCHMITT