Menu
La chronique d'Alex Du Prel

Stupéfiant ! Que tu sois une "mamie" du peuple... ou un ministre - 28/11/2016 | Alex W. du Prel

Les temps sont durs et les emplois rares, donc beaucoup de Tahitiens se tournent vers les "petits métiers" de survie que le gouvernement ne se gêne pas de taxer, même si c’est parfois honteux, comme...

Makatea, forge de l’unité polynésienne - 26/11/2016 | Alex W. du Prel

L’épopée du phosphate dans les îles du Pacifique Sud est l’une des grandes aventures "industrielles" ("de carrière" serait plus juste) du 20e siècle. Trois noms d’îles sont prédominantes à l’esprit...

L'État est saigné par la Nouvelle-Calédonie - 10/11/2016 | Alex W. du Prel

Pour bien comprendre la situation, une petite rétrospective s’impose. Après les événements sanglants en Nouvelle-Calédonie dans les années 1980, l’État a décidé de “rééquilibrer” les forces...

Les comptes "exacts" de l'état - 28/10/2016 | --

Le 29 juin 2016, nous avions publié cette brève : "Beau pactole Le 21 juin, le haut-commissariat a publié les chiffres des dépenses de l’État en Polynésie française, 181,8 milliards de Fcfp (1,52...

Les îles Marquises jadis visitées par les extraterrestres ? De troublantes similitudes pourraient le laisser croire - 15/10/2016 | --

Non, rassurez-vous, "Tahiti Pacifique" ne sombre pas dans l'irréel, le mystique. Nous avions déjà abordé le sujet en juillet 1996 avec la minutieuse enquête conduite par le regretté Jean-Louis...

Tahiti, membre du Forum des îles du Pacifique, une victoire ? - 28/09/2016 | --

"Tout le monde achète ses amis. C’est la diplomatie du portefeuille. Et si je pouvais, je donnerais bien plus à la région." Déclaration de Gaston Flosse, alors sous-secrétaire d’État au Pacifique Sud...

La Chronique: Pourquoi les prix des billets d'avion ne baissent pas - 28/09/2016 | Alex W. Du Prel

Le 18 février dernier, la compagnie Air France-KLM annonçait avoir en 2015 renoué avec les bénéfices et ceci pour la première fois en quatre ans, en grande partie grâce à l’effondrement des coûts du...



La Calédonie à qui perd gagne ?

Des vainqueurs qui restent sur leur faim, des vaincus plein d’espoir, le résultat du référendum d’autodétermination calédonien du dimanche 4 novembre n’a pas manqué d’afficher des sentiments opposés et même paradoxaux.
La victoire annoncée avant l’heure du "non" à la pleine souveraineté s’est avérée exacte, mais dans des proportions bien moindres que celles que laissaient escompter les sondages ou les dernières élections provinciales. Le deux-tiers/un-tiers s’est transformé en un 56,4/43,6 qui a surpris les observateurs, les électeurs et les responsables des partis politiques locaux.
La Nouvelle-Calédonie a donc affirmé son attachement à la France, mais pas d’une façon massive ; et la carte des régions pro et anti-métropole n’a que très peu bougé depuis la date des premiers accords en 1988. Un autre scrutin devenu incontestable en 2020 en raison du "faible" écart entre les opposants, puis peut-être encore un autre en 2022, vont plonger ce territoire dans un attentisme économique dont il aurait bien aimé se passer. Deux ou quatre ans, c’est peu pour faire basculer une majorité, mais suffisant pour faire tourner une économie au ralenti.
Ces résultats n’ont pas manqué de faire réagir le Tavini Huiraatira qui n’a pu s’empêcher de faire un parallèle avec la Polynésie française. Après des démêlés avec la justice "coloniale" et un tour de l’île en mémoire du leader autonomiste Pouvana'a a Oopa enfin réhabilité par cette même justice, Oscar Temaru demande à ce qu’un tel référendum soit organisé. Le leader bleu l’a souvent martelé, tout comme Moetai Brotherson : un vote pour l’indépendance n’a rien de comparable avec un vote pour les territoriales ; il ne faut pas se fier aux résultats de l’un pour estimer l’autre. Le résultat calédonien lui a donné raison. Voilà qui ne manquera pas de lui donner encore plus d’ardeur sur les bancs de la 4e commission de l’ONU.

Bonne lecture et merci pour votre fidélité.

Luc Ollivier