Menu
Grandes plumes
Il y a une quinzaine d’années, Octave Togna, une personnalité kanak, alors directeur du Centre Jean-Marie Tjibaou, était interrogé par un historien : - "Pourquoi l’Union calédonienne a-t-elle...
Le mot "indépendance" est-il "périmé", comme le dit Christian Karembeu dans une récente interview sur FranceTV info ? À le lire, nous comprenons qu’en effet, selon les époques et les lieux, les mots...

L’indépendance pour quoi faire ? 02/11/2018 | Simone Grand

La Nouvelle-Calédonie est devant un choix de statut politique qui nous interpelle nous aussi. Aussi douloureuse que soit l’Histoire vécue par la population originelle d’archipels océaniens lors du...
Dans un de mes derniers cours à l’université de la Polynésie française, je commentais le passage de Flaubert consacré au mariage de Charles et d’Emma Bovary, avec le retour à la ferme du père Rouault...
Des milliers de pages, des reportages, des forums innombrables sont consacrés au "Caillou" tandis que s’approche le référendum qui doit décider… de rien du tout, finalement. C’est l’impression que...
Durant des années, il n’exista que deux manières orales de se donner à distance, des nouvelles entre les îles : Radio Tahiti et Radio Mahina. Radio Tahiti émettait en chaque fin de journée : Allô les...
En 1958, Maurice Lenormand était député et vice-président du conseil de gouvernement mais, contrairement à Pouvanaa, il prôna le OUI au référendum du 28 septembre et entraîna les Mélanésiens sur...

À qui se fier ? 21/09/2018 | Simone Grand

Les faits divers, les travaux de la Cour des comptes et nos recherches personnelles mettent en évidence que, parmi celles et ceux qui se posent en exemples à suivre, jusqu’à haranguer les foules et...
1 2 3 4 5 » ... 9



La Calédonie à qui perd gagne ?

Des vainqueurs qui restent sur leur faim, des vaincus plein d’espoir, le résultat du référendum d’autodétermination calédonien du dimanche 4 novembre n’a pas manqué d’afficher des sentiments opposés et même paradoxaux.
La victoire annoncée avant l’heure du "non" à la pleine souveraineté s’est avérée exacte, mais dans des proportions bien moindres que celles que laissaient escompter les sondages ou les dernières élections provinciales. Le deux-tiers/un-tiers s’est transformé en un 56,4/43,6 qui a surpris les observateurs, les électeurs et les responsables des partis politiques locaux.
La Nouvelle-Calédonie a donc affirmé son attachement à la France, mais pas d’une façon massive ; et la carte des régions pro et anti-métropole n’a que très peu bougé depuis la date des premiers accords en 1988. Un autre scrutin devenu incontestable en 2020 en raison du "faible" écart entre les opposants, puis peut-être encore un autre en 2022, vont plonger ce territoire dans un attentisme économique dont il aurait bien aimé se passer. Deux ou quatre ans, c’est peu pour faire basculer une majorité, mais suffisant pour faire tourner une économie au ralenti.
Ces résultats n’ont pas manqué de faire réagir le Tavini Huiraatira qui n’a pu s’empêcher de faire un parallèle avec la Polynésie française. Après des démêlés avec la justice "coloniale" et un tour de l’île en mémoire du leader autonomiste Pouvana'a a Oopa enfin réhabilité par cette même justice, Oscar Temaru demande à ce qu’un tel référendum soit organisé. Le leader bleu l’a souvent martelé, tout comme Moetai Brotherson : un vote pour l’indépendance n’a rien de comparable avec un vote pour les territoriales ; il ne faut pas se fier aux résultats de l’un pour estimer l’autre. Le résultat calédonien lui a donné raison. Voilà qui ne manquera pas de lui donner encore plus d’ardeur sur les bancs de la 4e commission de l’ONU.

Bonne lecture et merci pour votre fidélité.

Luc Ollivier