Menu
Grandes plumes
En 1958, Maurice Lenormand était député et vice-président du conseil de gouvernement mais, contrairement à Pouvanaa, il prôna le OUI au référendum du 28 septembre et entraîna les Mélanésiens sur...

À qui se fier ? 21/09/2018 | Simone Grand

Les faits divers, les travaux de la Cour des comptes et nos recherches personnelles mettent en évidence que, parmi celles et ceux qui se posent en exemples à suivre, jusqu’à haranguer les foules et...
Si, comme on peut raisonnablement l’espérer, le 25 octobre prochain la Cour de Cassation innocentait Pouvanaa, la joie devrait être totale. Pour la famille d’abord, qui a souvent subi les critiques...

Toute honte bue, "Ha’amā ’ore" 07/09/2018 | Simone Grand

L’expression "toute honte bue" pour dire l’impudence, le culot, le sans vergogne, l’absence de scrupules, le cynisme, l’indécence, est intéressante. Telle qu’elle fut utilisée en littérature, et...
Notre société n’aime pas débattre. C’est à qui énoncera une idée en enrobant son propos d’un ton sentencieux, appelant parfois à la rescousse tout un groupe de personnes censées être habitées de la...
Tahiti-Pacifique suit de près la période référendaire en Nouvelle-Calédonie. Les électeurs du "Caillou" se prononceront le 4 novembre prochain et devront décider s’ils souhaitent, ou non, que leur...

Titaua Peu et les ambiguïtés du roman 10/08/2018 | Riccardo Pineri

En 2017, Titaua Peu a obtenu le "prix Eugène-Dabit du roman populiste", créé en France en 1931 et qui entend récompenser une œuvre romanesque qui "préfère les gens du peuple comme personnages et les...
Qu’elles viennent d’autorités religieuses protestantes ou d’intellectuels dont on cherche en vain des publications où l’on pourrait lire le développement d’une pensée avec laquelle ouvrir de...
1 2 3 4 5 » ... 8



Réforme des retraites, on passe la première

Après la marche arrière de mars dernier sous la pression de la rue, le train de réformes nécessaires à la survie de la branche retraites de la Caisse de prévoyance sociale devrait enfin se mettre en marche. L’assemblée de la Polynésie va devoir se prononcer sur la réforme qui lui sera présentée aujourd’hui, aboutissement de quelques semaines de travail de la commission législative de la santé. Alors qu’un consensus avait été trouvé, traduit par des points de convergence, malgré la présence d’anciens leaders syndicalistes (touchés par la grâce ?) au sein même de cette commission, plusieurs syndicats jugent encore opportun de lancer une grève générale pour marquer leur désaccord avec la loi du Pays – bien qu’amendée – qui devrait être adoptée.
L'allongement de 60 à 62 ans, bien que dorénavant étalé dans le temps, ne passe pas. C’est pourtant la base de la réforme du point de vue gouvernemental. Paradoxalement, les autres modifications temporelles envisagées (durée de cotisation ou âge minimal de départ), qui impacteront tout aussi grandement le moment du départ à la retraite, sont passées sous silence. Il est vrai qu’elles devraient être soumises à discussion et proposition du Comité d’orientation du suivi des retraites (COSR), que certains considèrent déjà comme un artifice puisque, au final, c’est bien le conseil des ministres qui actera toute réforme. Il y en aura bien sûr d’autres, comme l’a rappelé Virginie Bruant, présidente de la commission, qui met l’accent sur la nécessité d’enclencher la marche avant. Le temps des tergiversations est révolu.
Les syndicats grondent ? Quoi de plus normal ? Ils jouent leur partition. On regrettera (pour la grande majorité) leur manque de dialogue, pour n’avoir pas accepté que l’on aborde les retraites avant la maladie, mais aussi et surtout leur manque de propositions, si ce n’est de jouer au "vase communiquant" entre ces deux branches. Cette même politique adoptée par le CA de la CPS et qui a conduit à plomber les comptes de la retraite à hauteur de 10 milliards de Fcfp. Il serait temps d’apprendre de ses erreurs.

Bonne lecture et merci pour votre fidélité.

Luc Ollivier