Menu

La Dépêche repêchée : Auroy joue son personnel à la roulette russe !

Crédit photos : TNTV/Dominique Schmitt
C’est une vraie télénovela que vivent nos confrères de La Dépêche de Tahiti depuis plusieurs années… Déjà en sursis, le quotidien fondé par Philippe Mazellier en 1964 a été sauvé in extremis, encore une fois, du naufrage. Si les 38 salariés de l’entreprise sont sur la sellette, ils ne peuvent qu’en vouloir à leur patron M. Auroy, dirigeant peu scrupuleux, sans aucun affect avec la presse et mauvais payeur devant l’éternel comme nous l’avons relaté à plusieurs reprises dans nos colonnes (lire notamment notre dossier “Dominique Auroy : attrape-moi si tu peux”, TPM n° 428 du 6 mars 2020). Placée en redressement judiciaire en juillet 2018, la société éditrice du journal devait pourtant suivre un plan de continuation depuis avril 2019, avec l’engagement d’honorer le règlement de ses dettes s’élevant à près de 600 millions de Fcfp, selon un calendrier décennal, mais aussi de payer, dès le lendemain de la signature, les créances salariales qui s’élèvent à 170 millions de Fcfp. Oui mais voilà, Auroy n’a pas tenu parole et a essayé de jouer la montre jusqu’à ce que la SAS La Dépêche soit placée en liquidation judiciaire, le 12 octobre dernier, par le tribunal mixte de commerce de Papeete. En effet, l’entreprise s’est fait rattraper par un de ses anciens salariés qui attend depuis plus de cinq ans ses indemnités de départ à la retraite. Finalement, deux jours après, La Dépêche a été repêchée par le parquet, dont “l’appel incident” a fait suite à l’appel du groupe de presse, qui a également déposé une requête en référé visant à suspendre sa liquidation.

Payer ou fermer...

Désormais, les salariés de l’entreprise doivent attendre la décision de la cour d’appel et vivre encore avec cette épée de Damoclès au-dessus de leur tête. Une situation malheureuse, mais qui était annoncée, nul ne peut l’ignorer. Tamatea Ancell, le représentant des créanciers, prévenait déjà en mars dernier, il y a donc plus de six mois : “Si le plan de continuation n’est pas respecté, on sera obligés d’aller dans le sens de la liquidation.” Rien n’avait été fait depuis cette nouvelle alerte… Face à la menace et dos au mur, le propriétaire du quotidien s’est enfin acquitté de la dernière tranche manquante de la première échéance du plan de continuation (“seulement” 10,6 millions de Fcfp). Comment un chef d'entreprise peut-il jouer, non pas son argent, mais son personnel à la roulette russe ? Pathétique de la part de celui qui a vainement tenté d’être consul de Russie en Polynésie. Ce comportement odieux devrait trouver son terme très vite : il faudra payer ou fermer... Parallèlement, la SCI Pont de la Fautaua réclame à la société plus de 70 millions de Fcfp pour le bail du terrain et l’occupation de ses locaux ; l’affaire est entre les mains de la justice. Décidément, le sobriquet “L’homme qui devait des centaines de millions” que nous avons donné à Dominique Auroy est toujours d’actualité et lui colle à la peau !

Dominique Schmitt






Comment sera accueilli Emmanuel Macron au fenua ?

Après avoir reçu une gifle par un jeune habitant de la Drôme au cri d’un slogan royaliste “Montjoie ! Saint-Denis !” et “À bas la Macronie”, comment sera accueilli Emmanuel Macron au fenua ? Que lui réservent les Polynésiens lors de sa venue probable du 25 au 28 juillet : un collier de fleurs ou le balai nī’au ? Toutes les associations de défense des victimes des essais nucléaires (hormis l’association Tamarii Moruroa), ainsi que l’Église protestante mā’ohi ont refusé de participer à la Table ronde organisée les 1er et 2 juillet, à Paris. En outre, des manifestations d’envergure sont prévues à Tahiti, les 2 et 17 juillet, respectivement aux dates anniversaires des tirs atomiques en 1966 et 1974. Le récent passage de “Sébaston”, ministre des “colonies françaises” (euh… des Outre-mer), censé préparer le terrain pour le Président, n’aura pas vraiment réussi à calmer les esprits. Aussi, il se murmure dans les couloirs de Radio cocotier que “Manu 1er” aurait demandé à notre champion Henri Burns de l’initier à la boxe…

À l’heure où nous mettions sous presse, nous ne connaissions pas encore les conclusions de cette Table ronde de “haut niveau”. Nous espérons tous que les discussions ne tourneront pas en rond et que la délégation polynésienne emmenée par “Doudou” saura aller droit au but. Éprise de “vérité et justice”, Moruroa e tatou a regretté que la proposition de loi du député Moetai Brotherson “Prise en charge et réparation des conséquences des essais nucléaires français” ait été rejetée, lors de son examen à l’Assemblée par la majorité présidentielle. “Vous vous rendez compte, seuls 80 députés présents sur 577 que compte l’Assemblée nationale ont voté. C’est une insulte à ce pays. C’est une insulte à ce peuple qui a souffert, à ceux qui nous ont précédés et à ceux qui vont nous succéder”, a considéré Hirohiti Tefaarere, le président de l’association. Tout cela n’est pas de très bon augure, mais rien n’est encore fait, et le séjour du chef de l’État pourrait réserver son lot de surprises et d’annonces.

Macron sera le sixième président de la République française en visite en Polynésie (voir notre rétrospective pages 16 à 27). Lorsque François Hollande était venu en 2016, notre rédaction l’avait interpellé sur notre titre de couverture : “Elles sont où vos promesses, M. Hollande ?”. S’il avait fait part de sa “reconnaissance” et s’était engagé à des “réparations”, force est de constater que très peu de Polynésiens ont obtenu des indemnisations. Aujourd’hui, c’est un grand Pardon de Peretiteni qu’attend la population et, bien sûr, des actes concrets plutôt que des paroles en l’air. Si l’illustre poète polynésien Henri Hiro était encore parmi nous, il n’aurait pas manqué de l’interpeller avec ces mots : “Si tu étais venu chez nous, nous t’aurions accueilli à bras ouverts. Mais tu es venu ici chez toi, et on ne sait comment t’accueillir chez toi”… Alors, “Manu 1er” saura-t-il redescendre de son trône et écouter les Polynésiens pour mieux les comprendre, et enfin les entendre ? Nous l’espérons tous de tout cœur. En attendant, Tahiti Pacifique profite du mois de juillet pour faire sa trêve annuelle : rendez-vous donc en août !

Dominique SCHMITT