Menu


La Chronique: Pourquoi les prix des billets d'avion ne baissent pas



La Chronique:   Pourquoi les prix des billets d'avion ne baissent pas
Le 18 février dernier, la compagnie Air France-KLM annonçait avoir en 2015 renoué avec les bénéfices et ceci pour la première fois en quatre ans, en grande partie grâce à l’effondrement des coûts du carburant et à une petite augmentation du nombre de ses passagers.
La compagnie aérienne a affiché un bénéfice d'exploitation de 816 millions d’euros, à comparer à une perte de 129 millions d’euros en 2014.

Ensuite, le 12 août dernier, la compagnie aérienne Air Tahiti Nui publiait un bilan d’activité 2015 faisant état d’un résultat bénéficiaire historique de 4,82 milliards Fcfp, soit une augmentation de +139% sur l’année précédente. Au bord de la cessation de paiement en 2011, le transporteur aérien enregistre ainsi un résultat positif pour la quatrième année consécutive.
Ainsi donc tout va très bien pour les deux seules compagnies aériennes qui relient Tahiti à l’Amérique du Nord (Los Angeles) et à la France, c’est-à-dire qui détiennent le monopole du fameux "cordon ombilical", la ligne Papeete-Paris.
Mais alors, pourquoi ces compagnies ne baissent-elles par le prix des billets, au lieu de continuer à encaisser des "surcharges de carburant" qui souvent représentent jusqu’à 50% du prix et ne se justifient plus ?
Les raisons sont multiples, ce que nous essayons d’expliquer ici.: Commander le numéro 337 du Tahiti Pacifique

Mercredi 28 Septembre 2016 - écrit par Alex W. Du Prel


Continuez la lecture
< >

Samedi 26 Novembre 2016 - 01:12 Makatea, forge de l’unité polynésienne


Alex W. Du Prel

Dossiers | L'Actu | Culture | Edito | Abonnement | Numéros | Archives | Pacifique | Grandes plumes | La chronique d'Alex Du Prel




LE POLITICO-REALITY SHOW

Comment survivre à l’ombre des grands partis politiques que sont encore le Tapura Huiraatira, le Tahoeraa Huiraatira et le Tavini Huiraatira, alors que se profilent les élections dites territoriales qui servent à élire les représentants à l’assemblée de la Polynésie française.
 Ces élections démocratiques ne laissent effectivement que peu de chances aux petits partis d’arriver à passer le cap du premier tour. Ne leur reste souvent qu’à “monnayer” leurs voix si ces dernières sont en mesure d’apporter la victoire à l’un des trois grands.
L’actuel président de l’assemblée, Marcel Tuihani, démissionnaire du Tahoeraa, a décidé de tenter l’aventure seul, créant en fin d’année dernière son propre parti Te Ora Api O Porinetia. Anciennement UPLD, Tauhiti Nena et Jacky Bryant ont décidé de juxtaposer leurs programmes pour renforcer leurs chances ; tentant même de faire croire au soutien du parti métropolitain La République en Marche
et profiter du tsumani qui a régénéré le paysage politique français. Un tsumani qui ici en raison de l’éloignement géo- graphique, mais surtout des enjeux poli- tiques différents, ne devrait produire que quelques vaguelettes.
Heimana Garbet, le référent d’alors de La République en Marche, attaqué de toutes parts, Marcel Tuihani ayant essayé aussi de lui piquer sa place, a décidé de sortir de son immobilisme en s’associant à l’une des plus improbables alliances politiques que l’on ait vues au Fenua. Un casting de rêve mené par Bruno Sandras, Teiva Manutahi, Clarenntz Vernaudon et Nata- cha Helme. Au premier passage devant le jury à Vaitupa, la sentence fut sans appel : direction la sortie. La quatrième voie était donc sans issue ! Le règlement de compte, les révélations n’ont pas tardé à émerger . Après l’opération survie de Koh Lanta, place à Secret Story.
Voilà à quoi nous en sommes réduits, comparer les élections parmi les plus importantes pour l’avenir de ce pays à des
émissions de téléréalité. Un petit jeu que l’on pourrait dupliquer à bien d’autres pays à commencer par la France. Rap- pelez-vous des primaires de la droite... Mais les comparaisons ne s’arrêtent pas là, puisque le Tavini, plutôt discret jusqu’à présent dans ses prises de parole et ses critiques face au pouvoir en place, a fait le buzz en proposant un casting pour trouver les meilleurs candidats. Une innovation sortie de l’imagination fertile du néo-député Moetai Brotherson qui, s’inspirant lui aussi du président Macron, veut rénover l’offre électorale. Comme dans The Voice ou La Nouvelle Star, les candidats de tous horizons passeront devant un jury qui a fixé son cahier des charges dont l’air est déjà connu. Issus de grands ou petits partis, la Polynésie n’attend qu’une chose, qu’on lui présente d’incroyables talents.
 Bonne lecture et merci de votre fidélité.

Luc Ollivier