Menu

Pollution : Hao a du plomb dans l'aile


Vendredi 4 Mai 2018 - écrit par Dominique Schmitt


Si on savait déjà que les sols de Hao étaient pollués par du plutonium, des métaux lourds, des hydrocarbures et du pyralène, on connaissait moins la présence encore plus importante de plomb à Makemo également. Des études transversales sur les populations de ces deux atolls sont actuellement menées afin d'en déterminer l'origine. Les résultats finaux des travaux devraient être connus du grand public d'ici fin 2018-début 2019, mais une piste semble d'ores et déjà se dégager : l'eau, recueillie notamment dans les toitures, pourrait être le vecteur de la contamination des habitants. Aussi, l'impact environnemental de l'élevage industriel de poissons et les risques de ciguatera pourraient mettre à mal la future ferme aquacole à Hao, construite sur l'ancienne base arrière du Centre d'Expérimentation du Pacifique (CEP).



lllustration : Munoz
lllustration : Munoz
Alors que les travaux de terrassement ont débuté, mi-mars, à Hao avec l'arrivée du matériel lourd acheminé par la goélette St Xavier Maris-Stella III, le projet de ferme aquacole pourrait être au cœur de nouvelles polémiques. En effet, la présence importante de plomb sur cet atoll des Tuamotu, ainsi qu'à Makemo, est alarmante. Les pratiques quotidiennes des habitants, qui vivent essentiellement de la mer, en sont notamment à l'origine. Adeptes du système D, ces Polynésiens, loin de la société de consommation tahitienne, récupèrent le plomb se trouvant dans les batteries, le fondent, puis s'en servent pour réaliser des hameçons de pêche, des poids pour les filets, des corps morts pour les bateaux, etc. En prenant la mauvaise habitude de manipuler ainsi du plomb, ils s'exposent en réalité à de très grands dangers pour leur santé. Il est également courant de voir, et c'est valable pour l'ensemble du fenua, des batteries utilisées pour attacher et retenir des chapiteaux afin d'éviter qu'ils s'envolent avec le vent. On imagine alors comment des enfants jouant autour, en savates, peuvent être la proie de projections d'acides si, par malheur, une batterie venait à s'ouvrir…

Pour lire l'intégralité de ce Dossier, commandez Tahiti Pacifique n° 380 en cliquant ICI


Dans la même rubrique
< >

Vendredi 18 Mai 2018 - 06:22 Économie : la guerre de l’ananas


Dossiers | L'Actu | Culture | Edito | Abonnement | Numéros | Archives | Pacifique | Grandes plumes | La chronique d'Alex Du Prel




La stabilité avant tout

Le 6 mai dernier, avec plus de 66 000 voix, le Tapura Hui- raatira du président Édouard Fritch raflait la mise des
sièges à pourvoir au sein de l’assemblée où les Rouges représentent désormais 66,66 % de l’hémicycle. Il n’en faudrait pas plus pour que tout superstitieux ne se rue dans le premier magasin de jeu à gratter pour tenter d’y gagner le pac- tole avec un numéro fétiche, le 6 par exemple.
Édouard Fritch ne doit pourtant pas à la chance d’avoir obtenu un succès attendu après les résultats du premier tour, fort de l’adhésion de près d’un vote exprimé sur deux par des Polynésiens qui n’ont pas cédé au chant des sirènes de l’abstentionnisme, même si ce dernier est encore en progression. Placé au pouvoir par Gaston Flosse en 2015, celui qui n’est plus considéré
depuis lors comme le gendre idéal par ce même Gaston Flosse a su fédérer autour de sa personne avant de fédérer autour d’un programme. Rien de bien révolutionnaire, des projets à taille humaine qui accompagnent le développement touristique, comme partout ailleurs dans le monde (+7 %) et économique, essentiellement basé à Hao, sans oublier quelques réformes structurelles notamment celle de la retraite, dans un premier temps, puis inévitablement de toute la Protection sociale généralisée. Une gestion de bon père de famille, pourrait-on dire, misant sur une stabilité politique retrouvée qui s’accompagne de l’indice de confiance. Pourra-t-elle résister à une instabilité portée par une partie de l’opposition politique ? Rien n’est moins sûr. Et la tâche du prochain gouvernement à venir pour- rait bien être, après l’élection du président de l’assemblée prévue hier et du président du Pays programmée pour aujourd’hui, d’éteindre des incendies comme ceux que le Tahoera’a a reconnu avoir allumés lors des dernières années (voir article de Jean-Marc Regnault en page 10).
Le ton risque d’être vite donné avec l’urgence des premières réformes qui avaient fait descendre les syndicats dans la rue. Un Tavini qui stagne et un Tahoera’a qui joue sa survie et tentera de continuer d’exister jusqu’aux muni- cipales de 2020 auront du mal à faire entendre leurs voix dans l’hémicycle face aux 38 sièges rouges à l’assemblée sur 57 possibles. Il reste à espérer que les débats s’y cantonnent.

Bonne lecture et merci de votre fidélité.

Luc Ollivier