Menu


Droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et colonisation par consentement



L' idée que les peuples puissent disposer d’eux-mêmes est issue (certes, pas seulement) des mouvements intellectuels que la France connut à partir du XVIIIe siècle, le Siècle des Lumières. Avec cette tradition, la France n’aurait pas dû se lancer dans l’aventure coloniale. Mais voilà ! Un certain Jules Ferry (qui, plus que Charlemagne, a inventé l’école !) déclara devant l’Assemblée nationale en 1885 : "Les races supérieures ont un droit vis-à-vis des races inférieures parce qu'il y a un devoir pour elles. Elles ont un devoir de civiliser les races inférieures". Un siècle après les Lumières, l’un des meilleurs hommes politiques français tombait dans la régression humaniste. Nul n’est à l’abri de la régression, il suffit d’écouter les déclarations des leaders politiques français...
 
Cette idée de libre disposition des peuples connut un nouveau cours pendant la Première Guerre mondiale mais, malgré des tentatives, elle ne fut pas reprise dans le Pacte de la Société des Nations (la SDN, ancêtre de l’ONU). Et surtout pas en matière coloniale car la SDN estimait que certains États avaient une "mission sacrée de colonisation". Il aurait existé "des peuples non encore capables de se diriger eux-mêmes". D’autres devaient donc leur apporter la lumière à défaut des Lumières.
 
Toutefois, aux États-Unis, en raison de l’histoire du pays, de vives critiques s’élevèrent contre le système colonial. Ainsi, en janvier 1943, F. D. Roosevelt aurait dit à son fils, à propos des colonies françaises (même s’il mélangeait colonie et protectorat) : "En vertu de quoi le Maroc, peuplé de Marocains, appartient-il à la France ? [...] Un pays peut-il appartenir à la France ? En vertu de quelle logique, de quelle coutume et de quelle loi historique ?" Les puissances coloniales n’avaient qu’à bien se tenir ! De Gaulle en sut quelque chose qui fut contraint de réunir une conférence à Brazzaville début 1944 pour définir ce que serait la politique française à l’égard des colonies. La réponse française fut en quelque sorte : "Nous décoloniserons, mais comme nous voudrons, au moment que nous choisirons... Nous habillerons cela convenablement, mais respectez notre souveraineté !".
 
Les Alliés voulaient gagner la guerre et changer le monde, pleins de générosité (cachant parfois de noirs desseins) et d’illusions. Ainsi, Américains et Soviétiques étaient persuadés – pour des raisons différentes – que les colonies disparaîtraient. La Charte de l’ONU, signée le 26 juin 1945, devait accompagner un mouvement inéluctable de décolonisation. L’article 73 concerne les "territoires dont les populations ne s’administraient pas encore elles-mêmes". La Charte confiait aux États membres qui possédaient de tels territoires – qualifiés de non autonomes – une "mission sacrée" (comme la SDN, mais avec d’autres buts) : favoriser la prospérité de ces territoires... "dans toute la mesure du possible". En effet, la Charte proclame de grands principes en les atténuant par des considérations pragmatiques. Néanmoins, l’article 73 voulait discréditer le système colonial en proposant un autre modèle :
• principe de la primauté des intérêts des habitants
• respecter la culture des populations, assurer leur progrès politique, économique et social, le développement de leur instruction
• les traiter avec équité et les protéger des abus.
 
Mais attention, l’ONU n’était pas une superpuissance. Elle devait rester à sa place et n’avait pas le droit d’ingérence. La France put alors signer la Charte qui respecterait sa souveraineté.
 
La première Assemblée générale de l’ONU, le 9 février 1946, aborda le problème des populations qui ne s’administraient pas elles-mêmes. Les puissances administrantes (= qui avaient des colonies) établirent une liste de territoires concernés par l’article 73 comme la Nouvelle-Calédonie et les Établissements français de l’Océanie (la future Polynésie française). Mais quand la France eût adopté sa Constitution, elle estima qu’en créant des DOM et des TOM à la place des colonies, elle avait fait disparaître le mot et le système. Pourtant, ce système perdura bien : dans les institutions dont furent dotés les territoires et dans la considération (ou la "mal considération") que le centre portait à ses périphéries. Devenus citoyens français, les ultramarins n’étaient pour autant les égaux des citoyens métropolitains et leurs intérêts n’étaient pas prioritaires comme le recommandait l’ONU.
 
Droit des peuples à disposer d’eux-mêmes (article 1, alinéa 2), principe de la primauté des intérêts de ces peuples et principe du respect de la souveraineté des États : droit international et droit interne des États – même signataires de la Charte – n’allaient pas être forcément compatibles.
 
Entre l’ONU et la France allait se poser le problème de l’articulation de ces deux droits et celui de la définition donnée au mot autonomie (longtemps absente du droit français). De nos jours encore, la France (en Polynésie par
exemple) accorde une autonomie que les critères onusiens jugent insuffi-
sants.
 
Finalement, se posent des questions fondamentales : qui est un "peuple" ? Qui décide des critères pour en déterminer les contours ? Seraient-ce les puissances elles-mêmes ou un "comité Théodule" (pour reprendre la formule de De Gaulle qui pourrait s’appliquer au Comité de décolonisation).
 
Et si un "peuple" était content de son sort ? L’ONU reconnaît le fait puisqu’elle a adopté en 1970 une quatrième option en dehors de l’indépendance, de l’intégration ou de l’association : "Tout autre statut politique librement décidé par un peuple... ce qui constitue le moyen d’exercer son droit à disposer de lui-même".
Les Polynésiens ont-ils choisi depuis quelques décennies un statut qui les maintient dans l’orbite française ? Apparemment oui, si on regarde les résultats des élections. Analyse non partagée par les indépendantistes et même par l’ONU qui pensent que les citoyens n’ont pas conscience d’être encore non autonomes. Certains vont jusqu’à penser que "la colonisation par consentement demeure de la colonisation". Cette phrase de Carlyle Corbin a suscité un grand émoi chez les autonomistes. Cet expert auprès de l’ONU, d’origine caribéenne, est un fin lettré qui connaît la culture française. Il s’est inspiré du titre d’un ouvrage du poète français du XVIe siècle, Étienne de la Boétie, intitulé De la servitude volontaire. Peut-être aussi pensait-il au Martiniquais Frantz Fanon et à son fameux livre Peaux noires et masques blancs. Ainsi C. Corbin renvoyait la France à sa propre culture de la liberté et au refus de la soumission. Beau pied de nez à ceux qui se sont scandalisés, mais n’ont pas sa connaissance des grands ouvrages français... que chacun a le droit de discuter et de détester, beaucoup moins d’ignorer.
Que penser de ces analyses divergentes, les uns estimant que la Polynésie et les Polynésiens sont autonomes, alors que d’autres se proclament victimes d’une "subjugation" (vocabulaire onusien traduisible par "domination") ?
Pourtant, ces divergences peuvent être surmontées. Le président Fritch a suggéré que des experts de l’ONU viennent en Polynésie étudier les institutions autonomistes. Les Calédoniens l’ont fait depuis longtemps. Depuis 2000, des représentants des deux grandes tendances vont à l’ONU.
En 2010, la représentante du FLNKS demanda de bénéficier "de l’éclairage des Nations unies […] pour évaluer le degré d’autonomie auquel la Nouvelle-Calédonie est parvenue". Les anti-indépendantistes ne s’y opposent pas.
La proposition d’Édouard Fritch, si elle se concrétisait, serait susceptible de changer la donne, de jeter un éclairage moins passionné sur la réalité polynésienne. Je l’ai déjà souligné, l’ONU n’a pas la rigidité idéologique qu’on lui prête. Chaque camp s’étonnera sans doute des conclusions que les experts pourraient formuler (ce ne sera pas pour autant un nouvel Évangile) et donc abandonner sa propre rigidité idéologique. Édouard Fritch avait du reste apporté un élément nouveau dans son discours à l’ONU. Sur bien des points, ce qui ne va pas en Polynésie, ce n’est pas forcément de la faute de l’État, mais parfois des Polynésiens eux-mêmes. Tiens ! Tiens ! Aurait-il lu et médité la série d’articles de Tahiti Pacifique : "C’est la faute à l’État, c’est la faute au Fenua." n

Samedi 15 Octobre 2016 - écrit par Jean-Marc Regnault


Continuez la lecture
< >

Vendredi 15 Novembre 2019 - 09:30 Coincés sur l’atoll Terre

Jeudi 31 Octobre 2019 - 08:58 En attendant Emmanuel Macron… (suite)


Jean-Marc Regnault

Dossiers | L'Actu | Culture | Edito | Abonnement | Numéros | Archives | Pacifique | Grandes plumes | La chronique d'Alex Du Prel





Centre de mémoire : on se souviendra surtout de l’ingratitude de la France envers la Polynésie…

Centre de mémoire : on se souviendra surtout de l’ingratitude de la France envers la Polynésie…
Jusqu’au bout ! Jusqu’au bout, la France a du mal à faire preuve de reconnaissance envers le peuple polynésien qui s’est vu imposer, faut-il le rappeler, 193 essais nucléaires sur ses terres et dans ses eaux entre 1966 et 1996. Ainsi, la Polynésie, dite "française" justement, a été durablement marquée par son Histoire douloureuse. Mais, on ne peut que le constater, l’État français souffle encore le chaud et le froid, et peine à panser les plaies de la population locale, qui aspire pourtant à tourner définitivement la page du nucléaire… Déjà, la modification de la loi Morin, réalisée discrètement en fin d’année dernière, reste en travers de beaucoup de gorges, en raison de la réintégration d’un "seuil minimum". Pour rappel, l’indemnisation des victimes ayant séjourné en Polynésie entre le 2 juillet 1966 et le 31 décembre 1998 n’est donc plus possible, dès lors que le Comité d'indemnisation des victimes des essais nucléaires (Civen) a établi que la dose annuelle de rayonnements ionisants reçue est inférieure à un millisievert (mSv). Et aujourd’hui, alors que le gouvernement local et l’État français ont commencé à se pencher enfin sur la question d’un Centre de mémoire, on tombe des nues en apprenant qu’en réalité, ce sera au Pays de financer sa construction !

D’un côté, on donne un terrain à la Polynésie et, de l’autre, on lui signifie de se débrouiller pour faire naître ce lieu de mémoire : cette attitude ingrate laisse pantois. D’ailleurs, ce manque de reconnaissance inouï a été dénoncé par la députée Maina Sage, qui a qualifié ce positionnement de "vraiment indécent". La ministre des Outre-mer, Annick Girardin, a tenté d’arrondir les angles en évoquant "d’autres lignes budgétaires" possibles et s’est retranchée derrière la visite du Président français en avril 2020, affirmant que "l’État sera au rendez-vous". Cependant, et c’est la cerise sur le gâteau, n’oublions pas que le futur "Centre de mémoire des essais nucléaires en Polynésie française" (Pu Mahara en tahitien), qui sera situé dans l’ancien immeuble de la Marine, boulevard de la Reine Pomare, contient de l’amiante et du plomb ! Cette rétrocession est donc l’un des cadeaux empoisonnés, dans le cadre des Contrats de redynamisation des sites de défense (CRSD), que nous pointions du doigt dans notre édition du 23 août dernier (lire TPM n° 414) et qui vont nécessiter une dépollution à hauteur de 1 milliard de Fcfp pour les rendre aménageables…

En outre, et nous vous l’annoncions aussi en avant-première, les archives de la série 13R relatives au Centre d’expérimentation du Pacifique ne sont plus communicables depuis la loi 2008-696 du
15 juillet 2008 (lire TPM n° 418 du 18 octobre). Un grand recul de l’État français, dont on ne comprend pas le comportement ambigu envers la Polynésie française, alors qu’il prône "le dialogue et la transparence". L’association 193, qui s’est retirée du projet, s’insurge : "Mais, quel type de menu est-ce que ce Comité de pilotage essaye de concocter en vue de l’arrivée de Macron ?" On attend le Président français avec grande impatience, en espérant qu’il fasse une annonce concrète lors de sa venue et que l’État français arrête de faire avaler des couleuvres aux Polynésiens. Ce temps-là est révolu.

Ensemble, faisons bouger les lignes !

Bonne lecture, te aroha ia rahi.

Dominique Schmitt